Site Ménestrel

Médiévistes sur le net : sources, travaux et références en ligne

Navigation par mot-clé
Accueil > Thèmes et disciplines > Histoire de la guerre

Histoire de la guerre

 |
  • Introduction générale

    Christophe MASSON, Loïc CAZAUX, 2 janvier 2016

    Grâce aux impulsions successives que représentèrent les travaux de chercheurs tels que Jan-Frans Verbruggen, Ferdinand Lot, Philippe Contamine ou Claude Gaier, pour n’évoquer que l’espace franco-belge, la question militaire a retrouvé son statut d’objet de recherche à part entière. La « nouvelle histoire militaire » conjugue désormais des approches sociales, anthropologiques, institutionnelles, juridiques, culturelles ou encore techniques qui permettent l’articulation du phénomène « guerre » avec la société médiévale dans son ensemble. Malgré ce qui est encore affirmé, à tort, à l’occasion, les spécialistes de la question ne se focalisent plus sur la « bataille » comme le feraient des généraux en chambre mais usent du conflit armé afin de cristalliser les tensions et mouvements de fond qui structurent la société, dans le cas présent médiévale.

    C’est dans ce mouvement que s’inscrit la rubrique Histoire de la guerre, conçue sur un plan double. En premier lieu vient une présentation des principaux centres de recherches et publications spécialisées. Parallèlement, des spécialistes signeront des articles consacrés aux diverses problématiques actuellement envisagées par la recherche (justice, artillerie, société militaire...), abordant également par là-même les outils, informatiques ou papiers, à disposition des chercheurs et du grand public. Cette section devant être, par essence, en perpétuelle évolution, nous accueillerons évidemment avec le plus grand enthousiasme toute proposition de collaboration.


    Haut de page
  • L’Europe centrale et orientale

    Loïc Chollet, 28 juillet 2020

    L’histoire de la guerre en Europe centrale et orientale se conjugue avec les particularités historiques d’une région marquée par le voisinage de royaumes catholiques tournés vers l’Occident latin et de principautés orthodoxes et "païennes", auxquelles s’ajoutent dès le XIVe siècle l’Empire ottoman. À l’intérieur même des royaumes catholiques, une certaine coexistence culturelle était la règle, ce qui avait une implication sur l’organisation militaire, surtout en Hongrie et en Pologne. Du reste, les croisades contre les "païens" de la Baltique, les Tatars, les Ottomans et les "hérétiques" de Bosnie et de Bohême ont considérablement marqué l’histoire militaire de cette partie du monde.

    Principaux axes de recherche

    Parmi les axes de recherches les plus développés en ce qui concerne la guerre et l’Europe du Centre-Est, la croisade occupe une place privilégiée. Les guerres contre les païens de la Baltique et contre les Turcs ottomans, mais aussi contre les hérétiques hussites de Bohême et les bogomiles de Bosnie, contre les orthodoxes de Russie, de Serbie, de Bulgarie et de Roumanie sont actuellement étudiées sous l’angle de la croisade, dans une acceptation pluraliste du terme (J. Riley-Smith ; N. Housley).

    L’apparition des ordres religieux-militaires en Transylvanie, en Livonie et en Prusse peut être appréhendé selon le paradigme du centre et de la périphérie (N. Blomkvist ; S. Gouguenheim). Dans le même ordre d’idée, on a étudié l’intégration progressive des guerres de frontières mettant aux prises les pouvoir locaux, catholiques et non-catholiques, au schéma de la croisade internationale (N. Blomkvist ; I. Fonnesberg-Schmidt ; N. Berend ; M. Tamm).

    Par ailleurs, les stratégies adoptées par les États d’Europe centrale et orientale, indépendamment de leur relation avec l’Ouest, ont fait l’objet de recherches récentes, très stimulantes. Une partie importante de ces études ont été réunies par N. Housley, dans trois volumes. Les publications qui en découlent offrent une porte d’entrée vers les aspects idéologiques, religieux, politiques, mais aussi diplomatiques et militaires des croisades menées en Europe du Centre-Est. Pour la Pologne, citons D. von Güttner Sporzynski, M. Gładysz. Le cas particulier de la Lituanie, État païen converti en 1387/1417, a été bien étudié par S. C. Rowell, D. Baronas et R. Mažeika. Au regard des résultats fournis par ces études récentes, une comparaison entre les différents fronts de la croisade est-européenne devient possible, et devrait se révéler très prometteuse tant en ce qui concerne la compréhension de l’idéologie de la croisade que celle de la perception mutuelle des Européens, ou de la construction d’une identité commune européenne et/ou chrétienne.

    L’histoire de la guerre en Europe du Centre-Est se conjugue aussi à celle de la cohabitation religieuse. Les États revendiquant le statut d’antemurale christianitatis (Hongrie, Prusse teutonique, Pologne, Lituanie après 1387) pratiquaient une politique religieuse relativement souple, en recourant à des alliances occasionnelles ou plus solides avec des principautés non-catholiques, et en engageant des troupes païennes, musulmanes ou orthodoxes sous leurs bannières. La place des "infidèles" dans les conflits armés, soit comme cibles soit comme auxiliaires, a joué un rôle dans les réflexions juridiques et théologiques sur la guerre juste (S. Gouguenheim ; R. Mažeika ; D. Baronas, S. C. Rowell). La tension entre un discours rappelant celui de la croisade et une politique plus souple a valu des reproches aux rois et aux princes d’Europe centre-orientale. Ces aspects méritent l’attention des chercheurs travaillant sur l’altérité ou sur les sociétés multiculturelles dans une perspective historique. L’exemple de la Hongrie et de sa minorité coumane a été remarquablement étudié par N. Berend, et peut servir de modèle méthodologique et conceptuel pour d’autres pays. Des pistes ont été lancées pour l’État de l’Ordre teutonique, la Pologne et la Lituanie (J. Wyrozumski ; G. Mickūnaitė ; L. Chollet), mais une étude de fond en langue occidentale reste à mener.

    L’internationalisation des croisades est-européennes, parfois pensées comme des coalitions à l’échelle européenne, incite à se pencher sur les pratiques et l’idéologie du voyage aristocratique et du regard que posaient les Européens les uns sur les autres (W. Paravicini ; L. Chollet). La traduction ou l’adaptation de chroniques, cosmographies et récits de voyage en français moderne ainsi que des éditions scientifiques récentes, facilitent l’étude d’auteurs français, allemands ou italiens qui ont consacré des belles pages aux pays d’Europe centrale et orientale. Des auteurs aussi variés que Jean Cabaret d’Orville, Philippe de Mézières, Hans Schiltberger, Bertrandon de la Broquière, Waléran de Wavrin ou Énée Sylvio Piccolomini sont désormais aisément accessibles. L’art de la guerre et les mœurs militaires des peuples est-européens, catholiques, orthodoxes ou "infidèles" figurent en bonne place dans de leurs œuvres.

    Les études de M. Meserve et N. Bisaha, complétées par la thèse de J. Svátek (en cours de publication), permettent de montrer la diversité des manières d’appréhender l’adversaire infidèle, qu’il s’agisse des Tataro-Mongols, des Lituaniens ou des Ottomans. Tour à tour ennemis menaçants ou modèles d’efficacité dont les chrétiens devraient s’inspirer, les puissances militaires non-chrétiennes étaient une source de réflexion pour les auteurs catholiques dissertant de l’art militaire. Enfin, le courant de l’histoire-monde commence à produire des fruits dans le domaine de l’histoire militaire. Une meilleure connaissance de l’Empire ottoman, notamment, peut rendre possible une étude "à parts égales" de la confrontation entre puissances chrétiennes et musulmanes. Les livres de T. Gemil et J. Jefferson, ainsi que plusieurs articles récemment parus en anglais (İ. E. Binbaş, L. Darling, A, Seyhan), sont de bons exemples.

    Mentionnons que l’histoire militaire "traditionnelle" se porte bien en Europe du Centre et de l’Est, avec des études portant sur les stratégies des armées des différentes provinces historiques (E. Antoche par exemple).

    Ressources

    Sociétés savantes

    La croisade en Europe du Centre et de l’Est est à l’honneur au sein des colloques internationaux organisés par la Society for the Study of the Crusades and the Latin East : https://societyforthestudyofthecrusadesandthelatineast.wildapricot.org/

    Centres de recherches, réseaux et organisations de conférences

    Les conférences Ordines militares, organisées tous les deux ans à Torun en Pologne, réunissent des spécialistes des ordres religieux-militaires autour de thématiques centrales (place des femmes, communication, etc.) :
    http://www.ordinesmilitares.umk.pl/index.php?option=com_content&view=article&id=15&Itemid=10&lang=en

    Le réseau MECERN (Medieval Central Europe Research Network) a pour but de mettre en relation les historiens travaillant sur l’Europe du Centre et de l’Est. L’histoire militaire est à l’honneur, que ce soit à l’occasion de call for papers (conférences ou articles papiers) diffusés sur le site officiel, ou dans les colloques organisés tous les deux ans, chaque fois dans une ville différente. Qui plus est, le site du MECERN propose l’accès à différentes ressources (édition/numérisation de sources, groupes de recherches, etc.) concernant l’histoire générale de l’Europe du Centre-Est :

    http://mecern.eu/

    http://mecern.eu/category/research-resources/

    Revues

    La revue Crusades, publiée par la Society for the Study of the Crusades and the Latin East depuis 2003, est consacrée à la guerre sainte selon une vue très large : de la première croisade prêchée en 1095 à la prise de Malte par les Ottomans en 1798, du Proche-Orient à l’Espagne, de la Baltique à la Turquie. Regroupant des articles essentiellement en langue anglaise et des recensions de livres spécialisés, cette revue est une bonne porte d’entrée pour l’étude de la croisade en Europe du Centre et de l’Est :
    https://www.routledge.com/Crusades/book-series/CRUSADES

    Depuis 1983, la revue Ordines militares publie des articles consacrés aux ordres religieux-militaires. Basée à Torun (Pologne), cette revue propose de nombreux travaux portant sur la croisade balte et le rôle de l’Ordre teutonique. Les langues majoritaires sont l’anglais et l’allemand, mais le français est également présent :
    http://www.ordinesmilitares.umk.pl/

    Paraissant chaque année depuis 1996, Quaestiones Medii Aevi Novae est une revue interdisciplinaire basée à Varsovie, rassemblant des contributions de spécialistes de toute l’Europe et au-delà, en langues anglaise, française et allemande. Chaque numéro est organisé autour d’une thématique particulière, qui concerne parfois l’histoire militaire (par ex. guerre et rituels en 2017, frontières en 2016) :
    http://qman.com.pl/about-journal/

    Collections

    La maison d’édition Brill, basée à Leyde, publie de nombreuses monographies éditées dans deux séries couvrant largement l’Europe du Centre-Est au Moyen Âge : The Northern World et East Central Europe. Si les sujets sont très larges, le lecteur maîtrisant l’anglais trouvera de récentes études touchant l’histoire politique, sociale et militaire de régions allant de l’Estonie à la Slovénie. À noter que les appellations The Northern World et East Central Europe ne recouvrent pas nécessairement les pays concernés.

    Brill, The Northern World series : https://brill.com/view/serial/NW

    Brill, East Central Europe series : https://brill.com/view/serial/ECEE

    Plusieurs volumes de la série Les croisades tardives, publiées par les Presses Universitaires du Midi (Toulouse) font la part belle aux croisades est-européennes, notamment ceux dirigés par M. Nejedlý et J. Svátek.

    PUM, Les croisades tardives : http://pum.univ-tlse2.fr/~Histoires-et-memoires-des~.html

    Sources

    Éditions

    Beaucoup de sources diplomatiques et de chroniques concernant l’Europe du Centre-Est sont éditées, pour certaines depuis le XIXe siècle, et le mouvement d’édition se poursuit actuellement (par ex. S. Jóźwiak et al.).

    Beaucoup d’éditions anciennes sont par ailleurs accessibles en ligne, sur des sites tels que Google Books, Internet Archives ou Gallica, et via les sites Internet de bibliothèques spécialisées. Citons l’immense travail de numérisation fait par quelques institutions polonaises, tchèques ou allemandes :

    Fédération des bibliothèques numériques en Pologne : https://fbc.pionier.net.pl/

    Bibliothèque de l’État de Bavière : https://www.bsb-muenchen.de/

    Bibliothèque Nationale de la République tchèque : https://www.en.nkp.cz/

    À noter que les éditions de sources numérisées restent aisément accessibles en faisant une simple recherche sur Google par leur titre et/ou le nom de l’éditeur principal.

    Traductions

    En parallèle au travail d’édition de sources, de nombreuses traductions de chroniques dans les langues occidentales ont vu le jour ces dernières années. L’on y trouve par exemple des textes fondateurs pour l’histoire de la croisade balte, mais également des récits de voyage et/ou de croisade couvrant partiellement l’Europe centrale, et qui permettent d’appréhender la manière dont ces régions étaient perçues par certains témoins venus d’Europe occidentale.

    Par exemple :

    -  The Chronicle of Arnold of Lübeck, traduction de Graham A. Loud, Londres-New York : Routledge, 2019.
    -  Chronique rimée de Livonie, traduction de Danielle Buschinger et Mathieu Olivier. Introduction et notes de Mathieu Olivier, Paris : Honoré Champion, 2019.
    -  Hans Schiltberger, Captif des Tatars, Toulouse : Anacharsis, 2008.
    -  Jehan de Wavrin, La Croisade sur le Danube, traduit du moyen français et présenté par Joana Barreto Toulouse : Anacharsis, 2019.
    -  Bertrandon de la Broquière, Le Voyage d’Orient. Espion en Turquie, mis en français moderne par Hélène Basso ; introduction et notes de Jacques Paviot, Toulouse : Anacharsis, 2010.

    À cet égard, le série Crusade Texts in Translation, des éditions Routledge, mérite l’attention, car plusieurs traductions anglaises de chroniques concernant l’Europe du Centre-Est y ont été publiées :

    https://www.routledge.com/Crusade-Texts-in-Translation/book-series/CTT

    De la même manière, la collection Famagouste des éditions Anacharsis propose de nombreuses traductions françaises de récits historiques, allant bien au-delà de l’Europe médiévale. L’on y trouve toutefois plusieurs textes utiles à l’historien de l’Europe du Centre-Est :

    http://www.editions-anacharsis.com/Famagouste

    Ouvrages cités

    Sources éditées

    Arnold de Lübeck, The Chronicle of Arnold of Lübeck, traduction de Graham A. Loud, Londres-New York : Routledge, 2019.

    Bertrandon de la Broquière, Le Voyage d’Orient. Espion en Turquie, mis en français moderne par Hélène Basso ; introduction et notes de Jacques Paviot, Toulouse : Anacharsis, 2010.

    Chronique rimée de Livonie, traduction de Danielle Buschinger et Mathieu Olivier. Introduction et notes de Mathieu Olivier, Paris : Honoré Champion, 2019.

    Enée Sylvio Piccolomini, Europe (c. 1400-1458), trad. R. Brown, Washington 2013.

    Enée Sylvio Piccolomini, Mémoires d’un pape de la Renaissance. Les Commentarii de Pie II, trad. I. Cloulas, V. Catsiglione Minischetti et al., Paris 2001.

    Hans Schiltberger, Captif des Tatars, Toulouse : Anacharsis, 2008.

    Jean Cabaret d’Orville, Chronique de Savoye, éd. D. Chaubet, Chambéry 2006.

    Jean Cabaret d’Orville, Chronique du bon duc Loys de Bourbon, éd. Alphonse-Martial Chazaud, Paris 1876.

    Jehan de Wavrin, La Croisade sur le Danube, traduit du moyen français et présenté par Joana Barreto Toulouse : Anacharsis, 2019.

    Lites ac res gestae inter Polonos Ordinemque Cruciferorum : akta postępowania przed Antonim z Mediolanu w latach 1422–1423, éd. S. Jóźwiak, A. Szweda, S. Szybkowski, Torun 2015.

    Philippe de Mézières, Le Songe du Viel Pèlerin, 2 vol., éd. Joël Blanchard, Genève 2015.

    Philippe de Mézières, Le Songe du Vieil Pèlerin, trad. Joël Blanchard, Paris 2008.

    Littérature

    Antoche, Emanuel, « Du Tabor de Jan Zizka et de Jean Hunyadi au Tabur çengi des armées ottomanes. L’art militaire hussite en Europe orientale, au Proche et au Moyen Orient (XVe-XVIIe siècles) », Turcica, 36, 2004, p. 91-124.

    Antoche, Emanuel, « Effrayer pour mieux vaincre. L’impact psychologique des armees roumaines sur leurs adversaires (XIVe-XVIe siècles) », Revista de Istorie Militară, n° 3-4, ISPAIM, Bucarest, 2012, pp. 68-92.

    Baronas, Darius, Rowell, Stephen C., The Conversion of Lithuania : from Pagan Barbarians to Late Medieval Christians, Vilnius 2015.

    Berend, Nora, At the Gate of Christendom. Jews, Muslims and ’Pagans’ in Medieval Hungary, c.1000 – c.1300, Cambridge 2006.

    Binbaş, İlker Evrim, « A Damascene Eyewitness to the Battle of Nicopolis : Shams al-Dīn Ibn al-Jazarī (d. 833/1429) », dans N. Chrissis, M. Carr (dirs.), Contact and Conflict in Frankish Greece and the Aegean, 1204-1453, Farnham 2014, p. 153-175.

    Bisaha, Nancy, Creating East and West : Renaissance Humanists and the Ottoman Turks, Philadelphia 2004.

    Chollet, Loïc, Les Sarrasins du Nord. Une histoire de la croisade balte par la littérature, Neuchâtel 2019.

    Darling, Linda T., « Reformulating the Gazi Narrative : When Was Ottoman State a Gazi State ? », Turcica, 43, 2011, p. 13-53.

    Gemil, Tasin, Romanians and Ottomans in the XIVth-XVIth centuries. Translated by Remus Bejan, Paul Sanders, Bucarest 2009.

    Gładysz, Mikołaj, The Forgotten Crusaders. Poland and the Crusader Movement in the Twelfth and Thirteenth Centuries, trad. Paul Barford, Leiden-Boston 2012.

    Gouguenheim, Sylvain, Tannenberg 1410, Paris 2012.

    Güttner-Sporzynski, Darius von, Poland, Holy War, and the Piast Monarchy, 1100-1230, Turnhout 2014.

    Housley, Norman, Crusading and the Ottoman Threat, 1453-1505, Oxford 2013.

    Housley, Norman (dir.), Reconfiguring the Fifteenth-Century Crusade, Londres 2017.

    Housley, Norman (dir.), The crusade in the fifteenth century : converging and competing cultures, Londres etc., 2017.

    Housley, Norman (dir.), Crusading in the fifteenth century : message and impact, Basingstoke etc., 2004.

    Housley, Norman, The Later Crusades, 1274-1580 : from Lyon to Alcazar, Oxford 1992.

    Jefferson, John, The Holy Wars of King Wladislas and Sultan Murad, Leiden 2012.

    Mažeika, Rasa, Chollet, Loïc, « Familiar Marvels ? French and German Crusaders and Chroniclers Confront Baltic Pagan Religions », Francia - Forschungen zur westeuropäischen Geschichte 43, 2016, p. 41-62.

    Mažeika, Rasa, « An Amicable Enmity. Some Peculiarities in Teutonic-Balt Relations in the Chronicles of the Baltic Crusades », dans The Germans and the East, éd. Charles W. Ingrao, Franz A. J. Szabo, West Lafayette 2008, p. 49-58.

    Mažeika, Rasa, « Granting Power to the Enemy Gods in the Chronicles of the Baltic Crusades », dans D. Abulafia, N. Berend (dirs.), Medieval Frontiers : Concepts and Practices, Aldershot 2002, p. 153-171.

    Mažeika, Rasa, « Violent Victims : Surprising Aspects of the Just War Theory in the Chronicle of Peter von Dusburg », dans A. V. Murray (dir.), The Clash of Cultures on the Baltic Frontier, Farnham 2009, p. 123-137.

    Meserve, Margareth, Empires of Islam in Renaissance Historical Thought, Cambridge, Mass., 2008.

    Mickūnaitė, Giedre, Making a Great Ruler : Grand Duke Vytautas of Lithuania, Budapest 2006.

    Paravicini, Werner, Die Preussenreisen des Europäischen Adels, 2 vols., Sigmaringen 1989-1995 (vols. 3-5 à paraître).

    Paravicini, Werner, « La Prusse et l’Europe occidentale », Cahiers de recherches médiévales et humanistes 1, 1996, p. 176-191.

    Riley-Smith, Jonathan, The Crusades : a short history, Londres 1987 (trad. fr. Les Croisades, Paris 1990).

    Rowell, Stephen C., Lithuania Ascending : A Pagan Empire within East-Central Europe, Cambridge 1994.

    Seyhan, Ayşe, « Conquest of Bosnia in the Light of Ottoman Chronicles », Journal of Ottoman Civilization Studies, 4/7, 2018, p. 152-161.

    Svátek, Jaroslav, Discours et récit de noble voyageur à la fin du Moyen Âge (Ogier d’Anglure, Nompar de Caumont, Guillebert de Lannoy, Bertrandon de la Broquière), Lille-Prague 2012 (thèse non publiée).

    Tamm, Marek, « How to justify a crusade ? The conquest of Livonia and new crusade rhetoric in the early thirteenth century », Journal of Medieval History 39/4, 2013, p. 431-455.

    Wyrozumski, Jerzy, « L’idée de tolérance à l’université de Cracovie dans la première moitié du XVe siècle », dans S. Włodek (éd.), Société et Église. Textes et discussions dans les universités d’Europe centrale pendant le Moyen Âge tardif : Actes du Colloque International de Cracovie organisé par la Société Internationale pour l’Etude de la Philosophie Médiévale, Turnhout 1995, p. 133-143.


    Haut de page

  • Notes et adresses des liens référencés

rss | Retrouvez Ménestrel sur Twitter | Retrouvez Ménestrel sur Facebook | Plan du site | Derniers articles | Espace privé | Mentions légales | Qui sommes-nous? | ISSN : 2270-8928