Site Ménestrel

Médiévistes sur le net : sources, travaux et références en ligne

Accueil > Thèmes et disciplines > Islam médiéval > Ressources pédagogiques > Les relations entre mondes chrétiens et musulmans au Moyen Âge > A. Comprendre et s’informer

A. Comprendre et s’informer

  • Cette rubrique, destinée principalement aux enseignants, doit permettre de trouver des informations sûres pour mieux comprendre les enjeux historiographiques en vue de la préparation des cours, qui complèteront les manuels et ouvrages généraux.

    Dominique VALERIAN, 20 avril 2017
    Haut de page
  • Débats historiographiques

    L’histoire des relations entre mondes chrétiens et musulmans est très fortement marquée, depuis longtemps (et d’une certaine manière depuis le Moyen Age) par des positionnements idéologiques, avec cependant une spécificité par rapport à d’autres sujets : ces débats sortent davantage du champ académique pour envahir l’espace public (et donc internet), et la parole des chercheurs est concurrencée par celle d’autres acteurs.

    Deux positions s’opposent, parfois jusqu’à la caricature : celle d’un affrontement séculaire de civilisations entre l’Islam et la chrétienté et celle d’une cohabitation harmonieuse dont la péninsule Ibérique ou la Sicile offriraient des modèles parfaits.
    Sur la critique du 1er modèle, voir le colloque organisé à l’Ecole normale supérieure de Lyon en 2009, en réponse au livre de Sylvain Gougenheim, notamment l’intervention de Daniel Rivet (professeur émérite d’histoire contemporaine), « Du clash des civilisations au choc des incultures : comment en est-on arrivé là ? », et le débat « grammaire ou choc des civilisations ? ».
    Pour une dénonciation du 2e modèle voir l’entretien avec Barbara Lefebvre (professeur d’histoire-géographie), à partir d’une analyse critique et orientée des manuels scolaires sur le site du Figaro (septembre 2016).

    Le thème des croisades et du djihad a été remis à l’honneur à la suite des attentats en France, et plus largement de l’essor d’un terrorisme placé sous la bannière de l’islam. La réflexion a alors porté sur la définition des deux concepts, et sur leur comparaison. Internet est à cet égard le terrain d’affrontement de ces idéologies qui prétendent s’appuyer sur l’histoire… tout en refusant toute approche historienne en adoptant une perspective essentialiste qui cherche à définir les caractères immuables des deux religions.
    La question du djihad et de la croisade est particulièrement présente sur la toile, avec des prises de position très marquées souvent, qui reflètent des débats anciens mais relancés depuis le début des attentats. A une vision hostile à l’islam, que l’on retrouve sur divers sites islamophobes et identitaires, s’oppose une défense du djihad comme pratique avant tout spirituelle sur des sites musulmans. La première s’appuie notamment sur l’autorité de chercheurs américains néoconservateurs, dont les propos sont reproduits et traduits, comme dans le cas de la vidéo « Croisades vs djihad : quelques vérités bonnes à connaître » de Bill Warner, fondateur du Center for the Study of Political Islam, mise en ligne sur Youtube en mai 2015 et très largement relayée sur la toile, ou du texte « Quatre mythes à propos des croisades » de Paul Crawford (professeur d’histoire à la California University of Pennsylvania, 2011, repris en décembre 2014 sur le site d’extrême droite Medias-presse.info), qui prend la défense de la croisade. A l’opposé on trouvera une défense du djihad, distingué du terrorisme, sur le site islamophile.org, à partir d’un texte traduit de Muzammil Siddîqî, Président de la Société Islamique d’Amérique du Nord, « Le Jihâd : sa vraie signification et son but » (publié décembre 2002).

    Dominique VALERIAN, 20 avril 2017
    Haut de page
  • Définitions et concepts

    Ces positions antagonistes imposent de clarifier les concepts, à la fois dans leur complexité et leur historicité. Jean Flori, directeur de recherche honoraire au CNRS et spécialiste de l’Occident chrétien, oppose ainsi les deux notions dans un entretien à La Vie ("Le djihad est une conquête, la croisade, une reconquête", juillet 2015), et reprend l’idée que « dans l’islam, […] la guerre est naturelle dès l’origine », donc d’une violence consubstantielle à la religion musulmane, ce qui le distinguerait du christianisme. Dans une approche à la fois plus historienne et équilibrée, Anne-Marie Eddé (professeur d’histoire médiévale des pays d’Islam à l’Université Paris 1), propose de contextualiser le djihad en en montrant les évolutions à partir du XIIe siècle dans « La guerre sainte des musulmans » (L’Histoire, 1999). Dans un entretien conjoint avec Henri Laurens (professeur au Collège de France et spécialiste du Moyen-Orient contemporain) accordé à la chaine PublicSénat au lendemain des attentats de Paris (Eternelles croisades, 20 novembre 2015, 26’), elle revient sur ces évolutions et sur la mobilisation de l’histoire médiévale à l’époque contemporaine. Sur ces concepts on pourra aussi lire l’article sur Ménestrel de Daniel Baloup, maître de conférence d’histoire médiévale à l’université de Toulouse, « De l’usage de la croisade et de la guerre sainte en Histoire médiévale » (septembre 2015), et suivre la conférence de Jean-Michel Matz, professeur d’histoire médiévale à l’université d’Angers, Croisades/djihâd : la guerre au nom de Dieu ?, prononcée dans le contexte des attentats de Paris (janvier 2016).

    Dominique VALERIAN, 20 avril 2017
    Haut de page
  • Synthèses et études : croisades et djihad

    Si le déroulé des croisades est maintenant bien connu, l’interprétation de ce phénomène est encore le lieu de débats importants.
    Plusieurs sites offrent une synthèse de ces événements :
    Histoire pour tous, par Christophe Naudin, médiéviste et professeur d’histoire géographie (février-mai 2010, avec une actualisation en avril 2011), propose en plusieurs courts chapitres une synthèse accompagnée de quelques références bibliographiques.
    Le médiéviste canadien Marc Carrier a réalisé un site sur les croisades(inactif depuis 2012), centré sur les 1re et 4e croisades, avec un récit détaillé accompagné de documents, de courtes notices sur les personnages et lieux, et d’une bibliographie scientifique.
    Le site de la BNF, à l’occasion de l’exposition sur Idrisi et la Méditerranée au XIIe siècle (2001-2), a proposé une brève synthèse sur les croisades.

    Dans un article de 2015 de la revue en ligne Tabularia, « Les croisades en Orient. Histoire, mémoires », Abbès Zouache, chargé de recherche au CNRS et spécialiste de l’histoire de la guerre au Proche-Orient, dresse un bilan de l’historiographie des croisades vues par les arabisants et une analyse critique des sources arabes. On peut le compléter par son article « Écrire l’histoire des croisades, aujourd’hui, en Orient et en Occident » dans lequel il aborde les historiographies à la fois dans le mode islamique et en Occident (octobre 2013), et par l’introduction de sa thèse Armées et combats en Syrie de 491/1098 à 569/1174. Analyse comparée des chroniques médiévales latines et arabes (Damas, IFPO, 2008).

    Sur la situation du Proche-Orient à la veille des croisades et la première installation des Etats francs, on pourra se référer au chapitre qu’y consacre Claude Cahen, professeur à la Sorbonne et spécialiste des croisades et de l’Islam (1909-1991) dans sa thèse sur la Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche, malgré son caractère en partie daté (1940).
    Plusieurs historiens spécialistes des croisades présentent en outre l’événement dans des articles ou entretiens en ligne :
    Henri Bresc, professeur d’histoire médiévale à l’université de Nanterre et spécialiste de la Sicile et de la Méditerranée, dresse un tableau d’ensemble des relations entre « chrétienté médiévale et islam d’Occident », à l’occasion de la question d’agrégation de 2001, et d’une université d’été sur Europe et islam, islams d’Europe (août 2002).
    Jean Richard, professeur émérite à l’université de Bourgogne et membre de l’Institut, spécialiste des croisades, a donné au site du voyagiste Clio deux articles sur L’esprit de la croisade et Les grandes croisades (janvier 2001 et 2002).
    Michel Balard, professeur émérite d’histoire médiévale à l’université Paris 1 et spécialiste de la Méditerranée et des croisades (voir bibliographie) revient sur les enjeux politiques, économiques et religieux des croisades sur le site agents d’entretiens (mai 2012). A l’occasion de la sortie du livre de Martin Aurell Des chrétiens contre les croisades, il débat avec lui des critiques médiévales contre les croisades dans le cadre de l’émission de Jacques Le Goff Les lundis de l’histoire (juillet 2013, 1h). Dans un court entretien (non daté) accordé au site du journal chrétien l’1visible, et en réponse à des questions d’une étudiante de master, il corrige de manière intéressante certains jugements à l’emporte-pièce en apportant une salutaire contextualisation et en replaçant le débat sur le terrain de l’histoire. Voir aussi sa courte synthèse sur les Etats latins sur le site Qantara.
    Florian Besson, doctorant travaillant sur la féodalité dans les États latins d’Orient, propose aussi son interprétation des croisades sur la radio Temporium (mars 2016, 1h10’).
    Abbès Zouache et Khaled Kchir (maître de conférence d’histoire médiévale, Université de Tunis) présentent dans le cadre du Collège de Méditerranée de Marseille une conférence sur les croisades et la Méditerranée (janvier 2017, 1h 27’)
    Certains aspects des croisades, par leur dimension fantasmée parfois, ont suscité l’intérêt des journalistes et sont dès lors très présents sur la toile. C’est le cas ainsi des templiers, pour lesquels on pourra suivre Alain Demurger, maître de conférences honoraire à l’université Paris, spécialiste des ordres religieux militaires, et qui a accordé plusieurs entretiens sur la question, et notamment sur les templiers au site Histoires & images médiévales (mai 2016). Il est également intervenu dans l’émission de France Inter La Marche de l’histoire (août 2012, 30’), et a proposé pour le site du voyagiste Clio une courte synthèse sur l’origine des ordres religieux militaires (avril 2002).
    Il en va de même pour la « secte des assassins », sur laquelle revient Anne-Marie Eddé dans l’émission La Marche de l’histoire (janvier 2017 ?, 28’). On pourra le compléter par la conférence, beaucoup plus pointue, de Laura Minervini, professeur de philologie et de linguistique romane à l’Université de Naples Federico II, "L’invention des Assassins. Genèse d’une légende médiévale", donnée le 9 novembre 2016 à l’École des chartes (1h38’).
    Enfin le personnage de Saladin a fait l’objet d’une magistrale biographie (Saladin, Flammarion, 2008) par Anne-Marie Eddé, qu’elle présente de manière synthétique sur le site Les clés du Moyen-Orient (mars 2011). Voir également son compte-rendu par Christophe Naudin, et l’entretien avec Thierry Delcourt, ancien directeur du département des Manuscrits de la BNF, sur Saladin et la croisade à l’émission 2000 ans d’histoire (28’). Dans une dimension plus historiographique, voir l’article d’Abbès Zouache, « Saladin, l’histoire, la légende » (2012). Sur la dynastie ayyûbide, courte synthèse sur le site Qantara.

    Dominique VALERIAN, 20 avril 2017
    Haut de page
  • Orientations bibliographiques

    Martin Aurell, Des chrétiens contre les croisades. XIIe-XIIIe siècle, Paris, Fayard, 2013
    Michel Balard, Croisades et Orient latin : XIe-XIVe siècle, Paris, Armand Colin, « U », 2010
    Michel Balard, Les Latins en Orient : XIe-XVe siècle, Paris, PUF (Nouvelle Clio), 2015.
    Michel Balard, Christophe Picard, La Méditerranée médiévale : Espaces, itinéraires, comptoirs, Paris, Hachette, 2015
    Claude Cahen, Orient et Occident au temps des croisades, Paris, Le Grand livre du mois, 2010 (1re éd. 1983)
    Alain Demurger, Croisades et croisés au Moyen Âge, Paris, Flammarion, 2010 (1re éd. 2006)
    Anne-Marie Eddé, Saladin, Paris, Flammarion, 2008
    Philippe Jansen, Annliese Nef, Christophe Picard, La Méditerranée entre pays d’Islam et monde latin (milieu Xe - milieu XIIIe), SEDES, 2000
    La Méditerranée des Croisades, Le Monde de la Bible, n° 144, juillet - août 2002
    Cécile Morrisson, Les croisades, Paris, PUF (Que Sais-Je ?), 2012 (1re éd. 1969).
    Joshua Prawer, Histoire du royaume latin de Jérusalem, Paris, CNRS, 2001.
    Jean Richard, Histoire des croisades, Paris, Pluriel, 2012 (1re édition 1996)

    Dominique VALERIAN, 20 avril 2017
    Haut de page

  • Notes et adresses des liens référencés



Notes et adresses des liens référencés

rss | Retrouvez Ménestrel sur Twitter | Retrouvez Ménestrel sur Facebook | Plan du site | Derniers articles | Espace privé | Mentions légales | Qui sommes-nous? | ISSN : 2270-8928