Site Ménestrel

Médiévistes sur le net : sources, travaux et références en ligne

Home > Thematic repertory > Food > Publications > Generalities

Generalities

  • Synthèses

    NOTE : English translation is in progress 

    Principaux manuels, ouvrages de synthèse et réflexions théoriques sur l’histoire de l’alimentation, limités ou non au Moyen Âge

    - ADAMSON Melitta Weiss, Food in Medieval Times, Boston, Greenwood Press, 2004.

    Introduction assez générale.

    - ALBALA Ken, « Toward a historical dialectic of culinary styles », Historical Research, 87/4, 2014, p. 581-590.

    Cet article bref mais ambitieux propose « une théorie unifiée de l’évolution culinaire ». L’argument principal développé ici est celui-ci : « Il semble y avoir une oscillation récurrente entre deux approches esthétiques de la nourriture diamétralement opposées. D’un côté, certaines périodes favorisent une cuisine élitaire dominée par des chefs professionnels, avec des recettes exclusives et savantes qui incorporent des ingrédients exotiques au moyen de techniques complexes et souvent scientifiques ; on y trouve aussi des préparations dont l’ingrédient principal devient méconnaissable. D’autre part, certaines périodes favorisent une nourriture simple et rustique, fondée sur des techniques indigènes, préparée sans chichis et sans garniture excessive : une telle nourriture est alors considérée comme honnête, raisonnable ou “naturelle”. » (p. 581). Toutefois, parce que cette évolution est historique, elle est aussi dialectique : chaque époque intègre en effet des éléments de la période précédente. À l’appui de cette théorie, l’auteur ne cite malheureusement que des exemples tirés de l’Antiquité et des périodes moderne et contemporaine, et saute à pieds joints sur le Moyen Âge.

    - ARIÈS Paul, Une histoire politique de l’alimentation du paléolithique à nos jours, Paris, Max Milo, 2016.

    Voir notre compte-rendu : [ Télécharger PDF - 79.5 kb ] .

    - BOVE Boris, « Un nouveau champ de recherche : l’alimentation à la fin du Moyen Âge », dans id., Le temps de la guerre de Cent ans (1328-1453), Paris, Belin, 2009 (Histoire de France, sous la direction de Joël Cornette, vol. 4), p. 565-596.

    Une bonne synthèse sur l’alimentation à la fin de la période médiévale.

    - CAMPANINI Antonella, Il cibo e la storia : il Medioevo europeo, Rome, Carocci, 2016.

    Un petit ouvrage (170 pages) de synthèse qui donne un aperçu de l’ensemble des aspects de l’alimentation médiévale en Europe occidentale.

    CR dans Food & History, n° 13, 2016, p. 363 (A. Maraschi).

    - GAUTIER Alban, Alimentations médiévales. Ve-XVIe siècle, Paris, Ellipses, 2009.

    Manuel.

    - LAURIOUX Bruno, Manger au Moyen Âge. Pratiques et discours alimentaires en Europe aux XIVe et XVe siècles, Paris, Hachette Littératures (Vie Quotidienne), 2002.

    Compte rendu dans Annales HSS, 2002, vol. 57, p. 1367-1369 (D. Alexandre-Bidon). Réédité en poche dans la collection Pluriel.

    - MONTANARI Massimo, Le manger comme culture, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2010 : traduction de Il cibo come cultura, Rome et Bari, Laterza, 2004.
    [ Télécharger PDF - 40.4 kb ]

    - MONTANARI Massimo, Medieval Tastes. Food, Cooking, and the Table, trad. Beth Archer Brombert, New York, Columbia University Press, 2015.

    Un nouveau volume qui propose un tour d’horizon de l’alimentation médiévale. Il consiste en réalité en une collection de 18 essais plus ou moins indépendants, dont la plupart ont été publiés par ailleurs (malheureusement, sans que cela soit indiqué précisément). L’une des idées qui revient régulièrement dans le livre et qui scande la pensée de Montanari sur l’alimentation médiévale semble bien être la suivante : l’alimentation forme un système que l’on peut analyser comme un langage, avec sa grammaire, ses régularités, ses exceptions. On peut consulter la table des matières et lire le premier chapitre sur le site de l’éditeur.

    CR (très utile et détaillé) dans The Medieval Review, septembre 2016 (G. Dameron).

    - SCHUBERT Ernst, Essen und Trinken im Mittelalter, Darmstadt, Primus Verlag, 2006.

    L’ouvrage porte essentiellement sur le monde germanique, et se concentre sur les trois derniers siècles du Moyen Âge, mais aussi sur la Renaissance et le début de la période moderne. Le propos s’organise en trois parties : la nourriture, la boisson, les pratiques sociales.

    CR dans Le Moyen Âge, 117/1, 2011, p. 215-216 (A. Hartmann-Virnich).

    - SCHULZ Anne, Essen und Trinken im Mittelalter (1000-1300) : literarische, kunsthistorische und archäologische Quellen, Berlin, Ergänzungsbände zum Reallexikon der Germanischen Altertumskunde (RGA-E), Bd. 74, 2011.

    Un gros volume (plus de 800 pages) tiré d’une thèse de doctorat soutenue il y a environ 25 ans et légèrement mise à jour en ce qui concerne la bibliographie en langue allemande. Le propos consiste en grande partie en un bilan critique des études sur la culture matérielle menées en allemand depuis la fin du XIXe siècle. L’auteur se montre très critique face aux travaux anciens, essentiellement fondés sur les sources textuelles, et plus précisément littéraires.

    - WOOLGAR C. M., The Culture of Food in England, 1200-1500, New Haven, Yale University Press, 2016.

    Cette belle synthèse sur l’alimentation en Angleterre dans les derniers siècles du Moyen Âge est l’œuvre d’un historien qui s’est imposé au cours des dernières années comme une des principales voix de l’histoire de l’alimentation médiévale. L’intérêt principal de l’ouvrage consiste sans doute dans le fait que son auteur a su pleinement s’affranchir de la domination qu’ont longtemps exercé sur ce champ les sources émanant des milieux princiers et aristocratiques, pour prendre en compte la culture alimentaire d’une société dans toutes ses composantes (en particulier urbaines), et les interactions permanentes entre culture des hautes élites et culture des élites locales. En se concentrant sur une région particulière de l’Occident, il éclaire ainsi de façon très fine le rapport d’un peuple à la nourriture, en un temps et en un lieu relativement ciblés.

    CR (élogieux) de P. Freedman dans The Medieval Review, octobre 2016 (P. Freedman).

    Alban GAUTIER, Bruno LAURIOUX, Yann MOREL, 18 mai 2017
    Haut de page
  • Outils de travail

    NOTE : English translation is in progress 

    Dictionnaires, glossaires, atlas d’histoire de l’alimentation, limités ou non au Moyen Âge

    - L’alimentation à découvert, éd. Catherine ESNOUF, Jean FIORAMONTI et Bruno LAURIOUX, Paris, CNRS Éditions, 2015.

    Les 127 articles que compte cette somme portent sur tous les aspects de l’alimentation, traités à travers le prisme d’un grand nombre de sciences : biologie, psychologie, anthropologie, et bien sûr histoire.

    - CARNEVALE SCHIANCA Enrico, La cucina medievale. Lessico, storia, preparazioni, Florence, Olschki, 2011.

    Un utile glossaire de plus de 2500 termes tirées d’un corpus de 7000 recettes (éditées ou inédites, principalement italiennes). Malgré le travail considérable et l’utilité indéniable de ce glossaire, on prendra soin de lire les mises en garde de Bruno Laurioux, dans Le Moyen Âge, 120/1, 2014, p. 218-219, qui pointe quelques défauts : manques, datations parfois fantaisistes, coexistence d’articles de grande qualité et d’articles écrits plus rapidement.

    - Dictionnaire des cultures alimentaires, J.-P. Poulain dir., Paris, PUF (coll. « Quadrige »), 2012.

    Plus de 230 articles sur des sujets bien entendu extrêmement variés, avec une priorité donnée au contemporain, mais avec de nombreux regards sur l’histoire des cultures alimentaires.

    - PILCHER Jeffrey M. (dir.), The Oxford Handbook of Food History, Oxford, OUP, 2012.

    Un ouvrage aux vastes horizons géographiques et chronologiques, dont la plupart des chapitres sont thématiques et adoptent la perspective de l’histoire mondiale et du temps long : le Moyen Âge y est réduit à la portion congrue, car la plupart des articles sautent à pieds joints de la Préhistoire à l’époque moderne (en particulier à travers l’histoire coloniale). Sans doute la provenance de la plupart des auteurs (28 des 30 auteurs travaillent dans des institutions nord-américaines) explique-t-elle ce choix, assez curieux vu d’Europe, de ne quasiment pas traiter le Moyen Âge.

    Le livre s’ouvre sur onze chapitres à forte dimension épistémologique, consacrés à l’histoire de l’alimentation dans l’école des Annales, en histoire politique, culturelle, sociale, institutionnelle, en histoire du genre, ou encore dans ses rapports avec d’autres disciplines comme l’anthropologie, la sociologie ou la géographie. Ces chapitres transversaux sont, on l’a dit, très peu concernés par le Moyen Âge européen : ainsi, les articles de Tracy Deutsch (« Labor Histories of Food », p. 61-80) ou de Sterling Evans (« Agricultural Production and Environmental History », p. 209-226) passent entièrement sous silence la période.

    Les seize chapitre suivants explorent divers thèmes présents dans l’historiographie récente : ils se répartissent en trois grandes parties centrées sur la production, la circulation et les « communautés de consommation » des produits alimentaires. Un seul chapitre intéressera plus particulièrement les médiévistes : celui de Paul Freedman sur le commerce des épices à l’époque médiévale, qui reste très général et donne des pistes sur quelques thèmes comme la place des épices dans la cuisine des élites, le rapport entre épices et santé, les origines réelles et imaginaires des épices, les routes commerciales et les prix (p. 324-340). Les autres chapitres sont aussi silencieux sur le Moyen Âge que les chapitre de la première partie : ainsi, celui de Ken Albala sur les livres de cuisine comme documents historiques (p. 227-240) mentionne un ouvrage antique, quelques livres modernes ou contemporains, et pas un seul livre de cuisine médiéval !

    - PILCHER Jeffrey M. (dir.), Food History. Critical and Primary Sources, 4 vol., Londres, Bloomsbury, 2014.

    Cette collection réunit une sélection de documents historiques (présentés et traduits en anglais) et d’articles scientifiques (le plus souvent tirés de publications antérieures). Le volume II est celui qui pourra intéresser le médiéviste. Il est en effet consacré à l’époque « classique et post-classique », c’est-à-dire à l’Antiquité et au Moyen Âge (500 av. J.-C. – 1500 ap. J.-C.).

    Ce volume s’avère assez curieux. Il réunit 16 articles ou extraits d’ouvrages sur des thèmes, des espaces et des périodes très divers : certains sont très généraux, d’autres plutôt spécialisés, et on peine à vrai dire à comprendre la logique qui a présidé au choix des textes. Qui plus est, les notes ont été rejetées à la fin de chaque chapitre, ce qui est sans doute la manière la moins pratique et la moins agréable de les consulter.

    Contrairement à ce que laisse entendre le titre de la collection, les sources primaires sont très peu présentes en tant que telles, même si certaines peuvent être longuement citées dans les articles. De fait, un seul des 16 articles que compte le volume est une source primaire (en l’occurrence un extrait d’un document fiscal vénitien du XIVe siècle tiré d’un ouvrage de John Dotson, Merchant Culture in Fourteenth-Century Venice. The Zibaldone da Canal, 1994).

    Les 15 autres articles sont, on l’a dit extrêmement divers. On trouve des extraits d’ouvrages de F. Braudel (Civilisation matérielle et capitalisme) et de J. Goody (Cooking, Cuisine and Class), que le lecteur francophone lira plutôt dans le texte original ou dans la traduction française existante. Ainsi, seuls trois articles intéresseront directement le médiéviste : Christopher Dyer, « Did the peasants really starve in medieval England ? » (un article de 1998, qui défend l’idée d’une « fin de la faim » à partir des dernières décennies du XIVe siècle : dans les siècles suivants, la famine tiendrait plus du discours que de la réalité) ; Ken Albala, « Cooking as research methodology : Experiments in Renaissance cuisine » (article de 2010) ; Michael Decker, « Plants and progress : rethinking the Islamic agricultural revolution » (article de 2009, avec des développements sur quatre plantes en particulier : le blé dur, le riz, le coton et l’artichaut).

    - SCHIANCA Enrico Carnevale, La Cucina Medievale : Lessico, Storia, Preparazioni, Florence, Leo S. Olschki, 2011 (Biblioteca Dell’Archivum Romanicum, 386).

    L’ouvrage constitue un glossaire de la cuisine italienne à la fin du Moyen Âge. Les 2300 entrées sont tirées de 23 traités des XIVe et XVe siècles, rassemblant environ 7000 recettes. Il représente un outil de travail essentiel.

    Cf. le CR en ligne de Wendy Pfeffer sur le site « The Medieval Review ».

    Alban GAUTIER, Bruno LAURIOUX, Yann MOREL, 23 mai 2015
    Haut de page
  • Ouvrages collectifs

    NOTE : English translation is in progress 

    Mélanges, actes de colloques et autres volumes collectifs sur des thématiques alimentaires

    - Alimentar la ciudad en la edad media (Nájera, Encuentros Internacionales del Medioevo, 2008), B. Arízaga Bolumburu et J. Á. Solórzano Telechea éds., Logroño, Instituto de Estudios Riojanos, 2009.

    Ce volume réunit en vingt-quatre articles les résultats de travaux réalisés à l’occasion d’un colloque espagnol. La plupart concernent des cités de Péninsule ibérique. Les études font la part belle aux sources normatives et aux actes de la pratique (comptes divers, registres de douanes, archives judiciaires…) dans des approches traditionnelles. Un constat traverse l’ouvrage : l’importance du contrôle, tant juridique que fiscal, exercé par les villes sur l’approvisionnement alimentaire, ainsi que la grande flexibilité de celles-ci face à la conjoncture.

    Première partie : “La ciudad medieval y sus recursos alimenticios”

    Antoni RIERA MELIS, « “Tener siempre bien aprovisionada la población”. Los cereales y el pan en las ciudades catalanas durante la Baja Edad Media », p. 23-57 ; Juan Antonio BARRIO BARRIO, « La producción, el consumo y la especulación de los cereales en una ciudad de frontera, Orihuela, siglos XIII-XV », p. 59-86 ; Mário Paulo MARTINS VIANA, « A vitivinicultura nas cidades medievais portuguesas », p. 87-110 ; Ramón Agustín BANEGAS LÓPEZ, « Camino de la ciudad ; conflictividad entre la capital y el principado de Cataluña en el proceso de aprovisionamiento de carne de Barcelona durante la Baja Edad Media (siglos XIV y XV) », p. 113-130 ; Miguel GOMES MARTINS, « Abastecer as cidades em contexto de guerra : O cerco de Lisboa de 1384 », p. 131-151 ; José Juan COBOS RODRÍGUEZ, « La ciudad desabastecida : Antequerra (Málaga) tras su conquista en 1410 », p. 153-168.

    Deuxième partie : “Abastecimiento y mercados urbanos”

    Tomás PUÑAL FERNÁNDEZ, « El mercado de los alimentos en Madrid en la Edad Media », p. 173-211 ; István RÁKÓCZI, « El vino en las ciudades medievales húngaras », p. 213-229 ; Giuliano PINTO, « Approvvigionamento e mercato dei prodotti alimentari nella Firenze del Trecento », p. 231-251 ; Fabrice MOUTHON, « Approvisionnement et ville de montagne à la fin du Moyen Âge. À partir du cas de Guillestre et d’autres villes des Hautes-Alpes », p. 253-272 ; Job Andries WESTRATE, « Foodstuffs in the late medieval Rhine trade », p. 273-295 ; Pere BENITO Y MONCLÚS, « Carestía y hambruna en las ciudades de occidente durante la Edad Media. Algunos rasgos distintivos », p. 299-313 ; Margarita TASCÓN GONZÁLEZ, « Política de actuación en los Reinos de León y Castilla en la Edad Media. Manipulación y control de los alimentos y sus precios », p. 315-331 ; Benoît DESCAMPS, « De l’étable à l’étal : les circuits d’approvisionnement en viande à Paris à la fin du Moyen Âge », p. 333-349 ; Kevin PORCHER, « L’approvisionnement en blés et en vin des celliers de l’Archevêque de Bordeaux d’après le compte de 1459-1460 », p. 351-368 ; Javier AÑÍBARRO RODRÍGUEZ, « Producción, abastecimiento y consumo de las villas medievales de la costa cantábrica : el caso de Castro Urdiales », p. 369-386 ; Javier QUINTEROS CORTÉS, « Los Spínola, los Opertis, los Negros y los Rey : la “influencia” genovesa en el abastecimiento de una ciudad. El caso de Murcia en la segunda mitad del siglo XV », p. 387-405 ; Joaquín APARICI MARTÍ, « Abastecerse de carne. Carnicerías mudéjares en poblaciones cristianas del Reino de Valencia (s. XV) », p. 407-429.

    Troisième partie : “Dieta alimenticia y usos de la alimentación en la ciudad medieval”

    Véronique FLAMMANG, « Les présents en vin : miroirs de l’évolution de la société (Hainaut, 1400-1525) », p. 435-357 ; Magdalena SANTO TOMÁS PÉREZ, « El uso terapéutico de la alimentación en la Baja Edad Media », p. 459-490 ; Bruno LAURIOUX, « Rome, Babel gastronomique », p. 491-510 ; Josefa LÓPEZ ALCARAZ, « La comida en los fabliaux : placer, glotonería, necesidad », p. 513-530 ; Ieva REKLAITYTE, « “Yo, ella la copa, el vino blanco y la oscuridad” : el placer del vino en al-Ándalus », p. 531-546 ; María Luz RODRIGO ESTEVAN, « Fresco, frescal, salado, seco, remojado : abasto y mercado de pescado en Áragón (siglos XII-XV) », p. 547-577.

    - L’Alimentazione nell’alto medioevo : pratiche, simboli, ideologie, 2 vol., Spolète, CISAM, (Settimane di Studio del CISAM, LXIII), 2016.

    La LXIIIe session des célèbres « semaines de Spolète », qui s’est tenue en avril 2015, a porté sur l’alimentation dans le haut Moyen Âge (au sens large du terme, de l’Antiquité tardive au XIIIe siècle). Comme toujours, le congrès a été suivi de la publication rapide des actes. Après une introduction générale de Massimo Montanari, ces deux gros volumes (plus de 1000 pages en tout) réunissent 26 contributions en italien, français et allemand, sur les thèmes les plus divers.

    - Art de manger, art de vivre. Nourriture et société de l’Antiquité à nos jours, Véronique DASEN et Marie-Claire GERARD-ZAI éd., Gollion, InFolio, 2012 (coll. « Testimonia »).

    Ce volume rassemble des contributions d’intérêt très variable, sur des thèmes assez divers. Le volume rassemble quatorze articles répartis en trois parties, et trois contributions portent sur le Moyen Âge. On soulignera surtout la présence en première partie d’un dossier très original sur le lait maternel et les nourrices dans l’Antiquité et le Moyen Âge, intitulé « Parentalité et liens du lait ». Les deux autres parties, plus hétéroclites, s’intitulent « Nourritures en lettres » et « Convivialités ». L’ouvrage comprend aussi un choix de textes à l’appui des différentes contributions (textes de Raymond Lulle, Barthélemy l’Anglais, Gilles de Rome, traité de Maître Chicquart, extraits du registre d’inquisition Jacques Fournier), ainsi que deux bibliographies sélectives. Nous indiquons ici les titres des contributions concernant entièrement ou en partie le Moyen Âge : Véronique DASEN, « Introduction », p. 9-15 ; Noëlle-Laetitia PERRET, « La congnoissance du bon lait. La nourriture de l’enfant d’après les hommes d’Église de la fin du Moyen Âge » (p. 72-86) ; Marie-Claire GERARD-ZAI, « Nourrir les seins mercenaires au Moyen Âge » (p. 87-102) ; Kathrin UTZ TREMP, « “On prend une noix et on la fait cuire dans de l’eau bouillante…” Recette pour un végétarien du Moyen Âge » (p. 200-213) ; Véronique DASEN, « La nourrice et le lait : Antiquité – Moyen Âge » (bibliographie, p. 301-313) ; Marie-Claire GERARD-ZAI, « Nourriture au Moyen Âge » (bibliographie nécessairement très sélective, p. 314-334).

    - Boire et manger en pays bourguignons (XIVe-XVIe siècles), Actes du colloque de Boulogne-sur-Mer du 21 au 24 septembre 2006, Publications du centre européen d’études bourguignonnes (XIVe – XVIe siècles), n° 47, 2007.

    Ce volume réunit 19 articles issus des communications d’un colloque consacré à l’alimentation dans des contextes très variés de l’espace bourguignon. Sont successivement évoqués les cours, la Franche-Comté, les villes, les institutions religieuses et hospitalières, les armées et les livres de cuisine. Une large proportion de ces études (12) se fonde sur des sources comptables, ce qui témoigne du regain d’intérêt récent pour ce type de source en histoire de l’alimentation.

    Sommaire : M.-T. Caron, « Le banquet dans la mémoire collective : la vision des chroniqueurs », p. 9-22 ; J. Paviot, « Tenir état à table », p. 23-35 ; B. Schnerb, « L’office de la cuisine à la cour de Bourgogne sous le duc Jean sans Peur (1404-1419) », p. 37-54 ; Y. Morel, « “Et ce jour mondit seigneur fist fere ung banquet” : les banquets à la cour de Philippe le Bon et Charles le Téméraire », p. 55-72 ; J. Theurot, « Approvisionnements de bouche et repas dans le comté de Bourgogne (1286-1374) d’après des comptes des Archives du Doubs, de la Côte-d’Or et du Pas-de-Calais, p. 73-111 ; P. Gresser, « L’approvisionnement en gibier et poisson de la table des comtes et comtesses de Bourgogne aux XIVe et XVe siècles », p. 113-138 ; S. Bepoix, « La nourriture fournie aux corvéables et aux travailleurs dans le comté de Bourgogne au début du XVe siècle, p. 139-147 ; D. Clauzel, « Le vin et la bière à Lille à la fin du Moyen Âge : approches quantitatives, p. 149-167 ; C. Chatellain, « Le maïeur et les échevins d’Amiens à table (1385-1483) », p. 169-188 ; I. Clauzel-Delannoy, « “Le hareng roi” : Boulogne et le marché du poisson à la fin du Moyen Âge », p. 189-203 ; S. Curveiller, « L’alimentation d’après une source comptable : l’exemple de Dunkerque (fin XIVe-début XVe siècle », p. 205-217 ; J. Heuclin, « La table des chanoinesses de Maubeuge à la fin du XIVe siècle », p. 219-230 ; M. Mestayer, « L’alimentation dans les “bonnes maisons” douaisiennes entre 1309 et 1365 », p. 231-240 ; I. Paquay, « Les dépenses en cuisine de la troupe de Guillaume de Juliers avant, pendant et après le Bataille des Éperons d’Or (23 mai- 6 août 1302 », p. 241-260 ; F. Viltart, « S’alimenter dans les armées de Charles Quint d’après les comptes des commissaires aux vivres des camps (1542-1543) », p. 261-273 ; B. Jongenelen, « Food and beverage in Le chevalier délibéré », p. 275-284 ; L. Plouvier, « La gastronomie dans les Pays-Bas méridionaux sous les ducs de Bourgogne : le témoignage des ducs de Bourgogne », p. 285-306 ; D. Soumillon, « Le Mesnagier de Paris ou l’art culinaire médiéval », p. 307-321 ; G. Naegle, « Garder la porte du diable : “Mengier deux fois le jour est vie humaine” », p. 323-338.

    - Le choix des aliments. Informations et pratiques alimentaires de la fin du Moyen Âge à nos jours, Martin BRUEGEL, Marilyn NICOUD et Eva BARLÖSIUS éds., Rennes, Presses universitaires de Rennes (coll. « Tables des hommes »), 2010.

    CR dans Histoire et sociétés rurales, 35/1, 2010, p. 192-194 (Y. Beaudet), et sur le site de recensions en ligne Lectures (C. Campergue).

    - La cuisine et la table dans la France de la fin du Moyen Âge. Contenus et contenants du XIVe au XVIe siècle (Actes du colloque de Sens, 2004, Centre de recherches archéologiques et historiques médiévales), F. Ravoire et A. Dietrich éds., Turnhout, Brepols, 2007.

    Ce colloque réunissait des historiens des textes et des archéologues, et les communications publiées ici couvrent toute la France, avec quelques regards sur la Belgique et les Pays-Bas. Le Bassin parisien (voire la région parisienne au sens étroit du terme) domine cependant, à la fois en ce qui concerne les fonds d’archive et les données des fouilles. La publication, introduite par une préface de Bruno Laurioux et de Joëlle Burnouf, s’organise autour de quatre axes : 1/ La table d’après les données historiques, iconographiques, archéologiques ; 2/ Conservation, préparation et cuisson des aliments ; 2/ Le contenu : la production alimentaire, végétale, animale et les boissons ; 4/ Les contenants : la vaisselle en métal, en bois, en verre et en céramique. La majorité des contributions sont rangées dans la dernière partie, où les approches archéologiques dominent très nettement.

    Voir la présentation en ligne de ce volume, sur le site de l’INRAP.

    CR dans Le Moyen Âge, 120/3-4, 2014, p. 748-750 (V. von Hoffmann).

    - A Cultural History of Food in the Medieval Age, Massimo MONTANARI éd., Londres et New York, Berg, 2012 (« A Cultural History of Food », vol. 2).

    Cet ouvrage constitue le vol. 2 de la série « A Cultural History of Food ». Comme pour chacun des volumes de la série, un plan type a été suivi, et après une introduction de l’éditeur, chaque article a été confié à un spécialiste différent. 1- Food Production (Alfio Cortonesi) ; 2- Food Systems (Pere Benito) ; 3- Food Security (Guiliano Pinto) ; 4- Food and Politics (Jean-Pierre Devroey) ; 5- Eating Out (Alban Gautier) ; 6- Professional Cooking, Kitchens and Service Work (Melissa Weiss Adamson) ; 7- Family and Domesticity (Gabriella Puccini) ; 8- Body and Soul (Allen J. Grieco) ; 9- Food Representations (Bruno Andreolli) ; 10- World Developments (Fabio Parasecoli). L’ensemble constitue une synthèse de qualité. Il importe cependant de noter que la période couverte par le volume va de 500 à 1300 ap. J.-C. : même si de nombreux articles s’autorisent à dépasser cette limite pour traiter des deux siècles suivants, les XIVe et XVe siècle sont traités dans le vol. 3 de la série, dirigé par Ken Albala.

    - A Cultural History of Food in the Renaissance, Ken ALBALA éd., Londres et New York, Berg, 2012 (« A Cultural History of Food », vol. 3).

    Cet ouvrage constitue le vol. 3 de la série « A Cultural History of Food ». Comme pour chacun des volumes de la série, un plan type a été suivi, et après une introduction de l’éditeur, chaque article a été confié à un spécialiste différent. 1- Food Production (Allen J. Grieco) ; 2- Food Systems (Michael Krondl) ; 3- Food Security, Safety and Crises (Philip Slavin) ; 4- Food and Politics (Eric Dursteler) ; 5- Eating Out (Paul Freedman) ; 6- Professional Cooking, Kitchens and Service Work (Ken Albala) ; 7- Family and Domesticity (Alison Smith) ; 8- Body and Soul (Joan Fitzpatrick) ; 9- Food Representations (Timothy Tomasik) ; 10- World Developments (Fabio Parasecoli). L’ensemble constitue une synthèse de qualité. On notera que la période couverte par le volume va de 1300 à 1600 et couvre donc les deux derniers siècles couramment attribués au Moyen Âge.

    - Les disettes dans la conjoncture de 1300 en Méditerranée occidentale, Monique BOURIN, John DRENDEL et François MENANT éd., Rome, École française de Rome, 2012 (Collection de l’EFR, vol. 450).

    Parmi les apports de l’ouvrage, on notera l’accent mis sur la dimension politique des crises alimentaires (en particulier à travers le rôle des gouvernements urbains), mais aussi sur l’effet de révélation documentaire des années 1300 : les disettes sont loin d’avoir disparu aux XIIe et XIIIe siècles, et c’est une documentation d’un nouveau type qui les fait surgir avec violence après 1300. Le modèle couramment employé pour étudier les disettes et famines de la fin du Moyen Âge, largement élaboré par des historiens anglophones à partir de sources anglaises, est largement remis en cause pour le monde méditerranéen.

    - Food in Medieval England : Diet and Nutrition, Christopher M. Woolgar, Dale Serjeantson et Tony Waldron éd., Oxford University Press, 2006.

    Volume collectif, approches surtout (mais pas exclusivement) archéologiques. Comprend : « Introduction » ; D.J. Stone, « The Consumption of Field Crops in Medieval England » ; C.C. Dyer, « Gardens and Garden Produce in Later Medieval England » ; L. Moffett, « The Archaeology of Medieval Plant Foods » ; N.J. Sykes, « From Cu and Sceap to Beffe and Motton : The Management, Distribution, and Consumption of Cattle and Sheep, AD 410-1550 » ; U. Albarella, « Pork Husbandry and Consumption in Medieval England » ; C.M. Woolgar, « Meat and Dairy Products in Late Medieval England » ; D. Serjeantson, C.M. Woolgar, « Fish Consumption in Medieval England » ; D. Serjeantson, « Birds : Food and a Mark of Status » ; D.J. Stone, « The Consumption and Supply of Birds in Late Medieval England » ; N.J. Sykes, « The Impact of the Normans on Hunting Practices in England » ; J. Birrell, « Procuring, Preparing and Serving Venison in Late Medieval England » ; C.C. Dyer, « Seasonal Patterns in Food Consumption » ; C.M. Woolgar, « Group Diets in Late Medieval England » ; B.F. Harvey, « Monastic Pittances in the Middle Ages » ; G. Muldner, M.P. Richards, « Diet in Medieval England : The Evidence from Stable Isotopes » ; P.R. Schofield, « Diet and Medieval Demography » ; T. Waldron, « The Effects of Nutrition on the Skeleton » ; « Conclusion ».

    CR dans History, 93/2, 2008, p. 262-264 (A. K. Outram).

    - Histoire de l’alimentation humaine : entre choix et contraintes, dir. Sandrine COSTAMAGNO, Paris, CTHS, 2014.

    L’ouvrage réunit plusieurs communications présentées lors du 138e congrès du CTHS (Rennes 2013), « Se nourrir. Pratiques et stratégies alimentaires ». L’ensemble est à dominante archéologique et ethnologique, mais sans exclusive. Parmi les articles, on notera quelques contributions concernant le Moyen Âge : Benoît CLAVEL, Christine CERCY et Yvon DREANO, « Activité halieutique et consommation de poissons au Moyen Âge et à la Renaissance dans une ville de la plaine maritime : l’exemple de Gravelines (Nord) » ; Marie-Madeleine DE CEVINS, « Le franciscanisme à table » ; Marie-Yvane DAIRE et Loïc LANGOUËT, « Se nourrir le long des côtes bretonnes : réflexions à partir d’une analyse diachronique des barrages de pêcheries » ; Nolwenn KERBASTARD, « La pratique du jeûne à la fin du Moyen Âge : l’exemple des mystiques pèlerines ». Édition en ligne disponible sur le site du CTHS.

    - Histoire et identités alimentaires en Europe, Martin Bruegel, Bruno Laurioux éd., Paris, Hachette Littératures, 2002.

    Mohammed Hocine Benkheïra, « Tabou du porc et identité en Islam », p. 37-51 ; Frédérique Audoin-Rouzeau« L’alimentation carnée dans l’Occident antique, médiéval et moderne : identités culturelles, sociales et régionales à travers le temps », p. 77-100 ; Trude Elhert, « Les manuscrits culinaires médiévaux témoignent-ils d’un modèle alimentaire allemand ? », p. 121-136.

    - Manger en Europe. Patrimoines, échanges, identités, éd. A. CAMPANINI, P. SCHOLLIERS et J.-P. WILLIOT, Bruxelles, Peter Lang, 2011 (L’Europe alimentaire, 1).

    Ce premier volume d’une nouvelle collection consacrée à l’étude de l’alimentation contient 9 contributions, dont 3 concernent le Moyen Âge : Antonella Campanini, « Connaître l’origine. Les produits, les recettes et leurs inventeurs. Trois exemples italiens (XVe-XVIIIe siècle) » ; María Ángeles Pérez Samper, « La construction de la cuisine espagnole par les livres de recettes » ; Massimo Montanari, « Une gastronomie urbaine : cuisine(s) et culture(s) entre le Moyen Âge et l’époque contemporaine ».

    CR dans la Revue belge de philologie et l’histoire, 90/2, 2012, p. 618-620 (O. de Maret).

    - Il mondo in cucina. Storia, identità, scambi, Massimo Montanari éd., Rome-Bari, La Goliardica (Storia et società), 2002.

    « Il Mediterraneo, crogiuolo di tradizioni alimentari. Il lascito islamico alla cucina catalana medievale », par Antoni Riera Melis, p. 3-43 ; « Identità nazionali, peculiarità regionali e "koinè" europea nella cucina del Medioevo », par Bruno Laurioux, p. 45-70 ; « La cucina cosmopolita dell’imperatore della Cina nel XIV secolo. Un nuovo approcio », par Françoise Sabban, p. 87-104.

    - Pratiques et discours alimentaires en Méditerranée de l’Antiquité à la Renaissance, J. Leclant, A. Vauchez et M. Sartre éds., Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres – De Boccard, 2008 (Cahiers de la Villa Kérylos, n° 19).

    Ce gros volume comprend vingt-cinq articles présentés à l’occasion d’un colloque tenu à la villa Kérylos de Beaulieu-sur-Mer (Alpes maritimes) en octobre 2007, et répartis de manière à peu près égale entre histoire ancienne (Mésopotamie, Égypte, Grèce, Rome) et Moyen Âge/Renaissance. La plupart des espaces géographiques bordant la Méditerranée sont abordés dans les contributions des médiévistes, et l’ensemble du Moyen Âge est couvert. Cinq articles portent d’abord sur l’Antiquité tardive ou le haut Moyen Âge, occidental et oriental : B. Cabouret, « Rites d’hospitalité chez les élites de l’Antiquité tardive », p. 187-222 (avec bibliographie) ; B. Caseau, « Monastères et banquets à Byzance », p. 223-269 ; C. Caby, « Abstinence, jeûnes et pitances dans le monachisme médiéval », p. 271-292 ; A. Gautier, « "Regards ethnographiques sur le rebord du monde" : les modèles alimentaires méditerranéens dans l’Angleterre du haut Moyen Âge », p. 293-315 ; P. Guichard, « Alimentation et cuisine en al-Andalus », p. 337-357. Les autres articles se concentrent sur le Moyen Âge tardif en Occident, singulièrement en Italie : M. Nicoud, « Diététique et alimentation des élites princières dans l’Italie médiévale », p. 317-336 ; C. M. de la Roncière, « Un hôpital florentin et son alimentation au XIVe siècle : Santa Maria Nuova », p. 359-376 ; F. Pucci-Donati, « Les bonnes manières à table dans le discours proverbial du Moyen Âge italien », p. 377-389 ; B. Laurioux, « Athénée, Apicius et Platina. Gourmands et gourmets de l’Antiquité sous le regard des humanistes romains du XVe siècle », p. 389-408 ; P. Mane, « Les fruits et les légumes frais dans les livres de cuisine à la fin du Moyen Âge », p. 409-436 ; M. Ferrières, « Boire frais : re-naissance et mort d’un paradigme », p. 437-450 ; P. Toubert, D« isettes, famines et contrôle du risque alimentaire dans le monde méditerranéen au Moyen Âge », p. 451-468 ; M. Zink, « La poésie par le menu. Pourquoi la nourriture est-elle au Moyen Âge un sujet poétique ? », p. 469-480.

    CR dans Bibliothèque de l’École des Chartes, 166, juil.-déc. 2008, p. 634-636 (G. Xhayet).

    - Production alimentaire et lieux de consommation dans les établissements religieux au Moyen Âge et à l’époque moderne. Actes du colloque de Lille, 16, 17 et 18 octobre 2003, Benoît Clavel éd., Histoire médiévale et archéologie, 19/1, 2006.

    Actes d’un colloque comprenant 21 articles sur l’alimentation dans les monastères, prieurés, chapîtres canoniaux, béguinages et autres établissements religieux. La France du Nord et les Pays-Bas sont largement représentés, mais on trouve aussi des articles sur la Bretagne, l’Angleterre ou le Poitou. Le bas Moyen Âge et la Renaissance ont ici la part belle, les périodes plus anciennes étant moins largement traitées. Les approches sont très diverses : archéologie et techniques archéologiques de pointe (archéozoologie, carpologie, anthropologie physique, étude ostéologique) ; histoire des textes (règles monastiques, discours normatifs, sources comptables) ; histoire de l’art.

    - Scrivere il Medioevo. Lo spazio, la santità, il cibo. Un libro dedicato ad Odile Redon, Bruno Laurioux, Laurence Moulinier-Brogi éd., Roma, Viella (I libri di Viella, 28), 2001.

    Giuliano Catoni, « Super facto piscium (Siena 1291-1486) », p. 295-304 ; Allen J. Grieco, « Fiordano Malatesta da Rimini e i trattati di ittiologia della metà del Cinquecento », p. 305-318 ; Bruno Laurioux, « Du bréhémont et d’autres fromages renommés au XVe siècle », p. 319-336 ; Monique Bourin, « Les menus des bayles de l’archevêque de Narbonne », p. 337-350 ; Lucio Riccetti, « Pranzi di cantiere », p. 351-368 ; Danièle Sansy, « Juifs et chrétiens à table : une commensalité difficile », p. 369-380 ; Jean-Louis Flandrin, « Diététique et ordre des mets », p. 381-392 ; Marilyn Nicoud, « Les pratiques diététiques à la cour de Francesco Sforza », p. 393-404.

    Alban GAUTIER, Bruno LAURIOUX, Yann MOREL, 10 mai 2016
    Haut de page
  • Périodiques

    NOTE : English translation is in progress 

    Périodiques spécialisés dans l’histoire de l’alimentation, numéros spéciaux ou cahiers thématiques de revues

    - Clio. Femmes, Genre, Histoire, 14, 2001 : numéro Festins de femmes, Claudine LEDUC et Claudine VASSAS dir.

    Ce volume de la revue Clio comprend en particulier trois articles pouvant intéresser directement le médiéviste : Bruno LAURIOUX, « Le festin d’Assuérus : femmes – et hommes – à table vers la fin du Moyen Âge » (sur le traitement de trois motifs iconographiques bibliques : le festin d’Assuérus, le repas des enfants de Job et le banquet de Balthasar) ; Odile REDON, « Traces de commensalité féminine en Italie au Moyen Âge » (à partir des normes somptuaires de quelques communes italiennes au XIIIe-XVe siècle : Bologne, Venise, Pérouse, Sienne) ; Danièle ALEXANDRE-BIDON, « Le festin des trois dames de Paris » (sur un fabliau du XIIIe siècle).

    - Anuario de estudios medievales, 31/2, 2001, p. 601-958 : numéro « Producción y comercio en la edad media : el sector de la alimentación », María Teresa FERRER i MALLOL dir.

    Compte rendu de Bruno Laurioux, Annales HSS, 57, 2002, p. 1361-1362. On peut consulter le numéro sur le site de la revue.

    - Revue belge de philologie et d’histoire, 80/4, 2002.

    Contient plusieurs articles consacrés à l’alimentation, avec en particulier les actes d’un colloque : L’Alimentation carnée aux époques historiques - Meat Consumption in Historical Periods, Actes du symposium organisé dans le cadre du XIVe congrès de l’Union Internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques (Liège, 2-8 septembre 2001), Caroline Polet, Mircea Udrescu et René Noël éd. : Carl Deroux, « Anthime, un médecin gourmet du début des temps mérovingiens », p. 1107-1124 ; Virginie Coumans, « Notes sur l’ergotisme en Brabant au Moyen Âge, particulièrement à Oplinter », p. 1125-1141 ; Liliane Plouvier, « L’alimentation carnée au haut Moyen Âge d’après le De observatione ciborum d’Anthime et les Excerpta de Vinidarius », p. 1357-1369 ; Caroline Polet, M. Anne Katzenberg, « Comportements alimentaires de trois populations médiévales belges : apports de la biogéochimie isotopique », p. 1371-1390 ; Ida Boone, Bea De Cupere, Wim Van Neer, « Social Status as reflected in the food refuse from late medieval sites in Namur (Belgium) », p. 1391-1394 ; Sandrine Thonon, « Frians morceaux et bons lopins. L’alimentation carnée dans quelques textes littéraires du Moyen Âge », p. 1395-1402 ; Estelle Herrscher, Hervé Bocherenset, Frédérique Valentin, « Reconstitution des comportements alimentaires aux époques historiques en Europe à partir de l’analyse isotopique d’ossements humains », p. 1403-1422.

    - Food & History, vol. 1/1, 2003. [ Télécharger PDF - 56.3 kb ]

    « The Late-Medieval Menu in England – a Reappraisal » par Gilly Lehmann, p. 49-83 ; « La faim comme outil expiatoire. Les restrictions alimentaires édictées par certaines règles monastiques aux VIe et VIIe siècles » par Antoni Riera Melis, p. 33-48 ; « Production et commerce du sucre en Sicile au XVe siècle : la participation étrangère » par Mohamed Ouerfelli, p. 103-122 ; « Festive Meals in the late Middle Ages : An Essay on Dining as a Means of Communication » par Johanna Maria Van Winter, p. 95-102 ; « Revenge, Cannibalism and Self-Denial » par Barbara Santich, p. 85-94.

    - Food & History, 4/1, daté 2006, paru en 2007.

    Cette livraison de la revue Food & History intéressera tout particulièrement les médiévistes, principalement pour les périodes centrale et tardive.

    Elle contient d’abord un dossier, dirigé par Bruno Laurioux, sur le thème « Alimentation de Cour », dans laquelle quatre articles sur cinq portent sur le Moyen Âge.

    Le volume comprend aussi plusieurs articles isolés portant sur des thèmes médiévaux : Francesca Pucci Donati, « Dietetica e cucina nel Regimen Sanitatis di Maino de’ Maineri » (p. 107-131, sur un traité diététique du XIVe siècle) ; Tahar Mansouri, « Transport et consommation de la glace/thalg en Égypte au temps des Mamelouks » (p. 133-145) ; Muriel Badet, « Piero di Cosimo : d’une iconographie à l’autre. Rapt, repas de noces et pique-nique pour l’Enlèvement d’Hippodamie » (p. 147-167, sur un thème iconographique à la fin du Quattrocento) ; Danielle Caluwé, « The Use of Drinking Vessels in the Context of Dining and Communal Meals. Some Preliminary Thoughts Drawn on Archaeological Evidence from Medieval and Post-Medieval Periods in Flanders and the Duchy of Brabant (Belgium) » (p. 279-304).

    Enfin, le numéro comprend un long compte-rendu, dû à A. Campanini et C. Marion, portant sur deux livres italiens parus en 2003 et 2005 et ayant pour thème commun les femmes et la nourriture : M. G. Muzzarelli, Donne e cibo. Una relazione nella storia, Milan, Mondadori, 2003 ; et M. G. Muzzarelli et L. Re (éd.), Il cibo et les donne nella cultura e nella storia. Prospettive interdisciplinari, Bologne, CLUEB, 2005. Dans ces deux ouvrages, les contributions de M. G. Muzzarelli portent sur des textes du Moyen Âge central : le Pénitentiel de Burchard de Worms et les VII Livres de Physique d’Hildegarde de Bingen.

    - Food & History, 4/2, daté 2006, paru en 2007.

    Cette livraison de la revue Food & History reprend une partie des communications du 5e colloque de l’Institut Européen d’Histoire et des Cultures de l’Alimentation (IEHCA), tenu à Tours en février 2006, et dont le thème était « Excès (et contraintes) alimentaires » : le numéro de Food & History, à la différence du colloque, se concentre en revanche sur les seuls excès alimentaires et se compose de 14 articles, dont trois sur le Moyen Âge, plus une introduction des éditeurs, qui pose la question depuis l’angle des « comportements admissibles et inadmissibles » dans les sociétés considérées (de l’Antiquité à nos jours), c’est-à-dire de la fixation et de la transgression des normes alimentaires. Les trois articles concernant le Moyen Âge portent l’un sur l’Angleterre au Moyen Âge central, les deux autres sur l’Italie à la fin du Moyen Âge.

    - Questes, 12, 2007 : numéro « La faim et l’appétit », dir. Anne-Laure LALLOUETTE.

    La revue Questes, qui accueille des articles de jeunes chercheurs, a consacré un de ses numéros à la culture alimentaire, principalement à travers des études littéraires (fabliaux, romans du Graal, poésie lyrique). À noter un entretien avec l’historien Bruno Laurioux, ainsi qu’une bibliographie sommaire. Depuis janvier 2016, le numéro est consultable en ligne sur le site de la revue.

    - Food & History, 8/1, daté 2010, paru en 2011.

    Ce volume de Food & History comporte trois articles concernant au moins en partie la période médiévale :

    - Susan WEINGARTEN, « Medieval Hanukkah tradition : Jewish festive foods in their European contexts », p. 41-61, utilise principalement des textes provençaux des XIVe-XVe siècles.

    - Ramón A. BANEGAS LÓPEZ, « Consumption of meat in Western European cities during the late Middle Ages : A comparative study », p. 63-86, représente une vaste comparaison à l’échelle de l’Europe occidentale (Angleterre, France, Italie, péninsule ibérique), à partir des désormais nombreuses études urbaines disponibles pour la période du bas Moyen Âge. D’importantes variations régionales sont observées, comme l’importance du mouton en Catalogne et dans tout l’est de la péninsule ibérique, ou celle du porc dans les villes italiennes.

    - Scott SIMPSON, « History and mythology of Polish vodka : 1270-2007 », p. 121-148, dont les premières pages se penchent sur l’apparition des boissons distillées à la fin du Moyen Âge en Europe centrale.

    - Food & History, 10/2, daté 2012, paru en 2013.

    Ce numéro spécial de Food & History, paru à l’occasion du dixième anniversaire de la revue, est intitulé « Studia alimentorum 2003-2013. Une décennie de recherche / A Decade of Research ». Plusieurs articles intéresseront l’ensemble de ceux qui s’intéressent à l’histoire de l’alimentation, et plus spécifiquement les médiévistes : Karin BECKER, « Introduction. Un bilan thématique et méthodologique de la recherche actuelle sur l’histoire de l’alimentation », p. 9-25 ; Peter SCHOLLIERS, « Ten Years of Food & History : “la sfida è partita” », p. 27-41 ; Alban GAUTIER et Allen J. GRIECO, « Food and Drink in Medieval and Renaissance Europe : an overview of the past decade (2001-2012) », p. 73-88 ; Florent QUELLIER, « L’après Jean-Louis Flandrin, une décennie d’histoire de l’alimentation en France (XVe-XIXe siècles) », p. 89-102 ; Michael DALLAPIAZZA, « Codes alimentaires dans la littérature allemande du Moyen Âge », p. 162-168 ; Nelly LABÈRE, « La nourriture dans la littérature française du Moyen Âge », p. 180-187 ; des articles portent sur les cultures alimentaires de plusieurs pays ou régions du monde (Chine, Japon, Turquie, etc.), dans avec une chronologie plutôt moderne et contemporaine.

    - Histoire urbaine, 16, 2006, p. 5-130 : « Consommer en ville au Moyen Âge », Frédérique Lachaud éd.

    Comprend une introduction de F. Lachaud , « Espaces, acteurs et structures de la consommation dans les villes médiévales » et les contributions de Derek Keene, « Cultures de production, de distribution et de consommation en milieu urbain en Angleterre, 1100-1350 » ; Jean-Denis Clabaut, « Les caves de commerce, le négoce et les marchands de vin à Lille et Douai au Moyen Âge » ; Fabien Faugeron, « Nourrir la ville. L’exemple de la boucherie vénitienne à la fin du Moyen Âge » ; Laurent Vissière, « La bouche et le ventre de Paris » ; Frédérique Lachaud , « La première description des métiers de Paris : le Dictionarius de Jean de Garlande (vers 1220-1230) » ; Thierry Dutour, « Les nobles, les activités civiles et la vie urbaine dans l’espace francophone (XIIIe-XVe siècles) ».

    - Mélanges de l’École Française de Rome - Moyen Âge, 120/1, 2008, p. 7-72 : « Entrepôts et trafics annonaires en Méditerranée ».

    Ce dossier thématique comprend trois articles touchant à l’alimentation médiévale. Vivien Prigent, « Le stockage des grains dans le monde byzantin (VIIe-XIIe siècle) », p. 7-37, étudie les infrastructures publiques de stockage, principalement à Constantinople et dans les greniers militaires. Il met en lumière le rôle des oikoi privés. Lucia Arcifa, « Facere fossa et victualia reponere. La conservazione del grano nella Sicilia medievale », p. 39-54, mène une enquête à la fois textuelle et archéologique portant essentiellement sur le Moyen Âge central. Renzo P. Corritore, « Verona e Mantova nell’età comunale. Mercatus fori, granai privati e istituzioni annonarie nell’area medio transpadana nel Duecento », p. 55-72, juxtapose deux études de cas urbaines pour le XIIIe siècle.

    - Journal of Medieval History, 37/1, 2011, Feasts and Gifts of Food in Medieval Europe : Ritualised Constructions of Hierarchy, Identity and Community.

    Un numéro spécial de la revue est consacré au festin et aux dons alimentaires, avec dix articles de L. Kjær, A. J. Watson, C. M. Woolgar, S. Pollington, L. Roach, J. Bellis, A. Byrne, L. Crombie et P. Grinder-Hansen. Les thèmes abordés couvrent toute la période médiévale, l’accent étant mis sur les îles Britanniques et l’Europe du Nord. Cf. la table des matières en ligne.

    Alban GAUTIER, Bruno LAURIOUX, Yann MOREL, 6 janvier 2016
    Haut de page
  • Autres ouvrages et articles généraux

    NOTE : English translation is in progress 

    Autres ouvrages transversaux touchant par de nombreux aspects l’histoire de l’alimentation médiévale, y compris les recueils d’articles et autres reprints

    - ALBERT Jean-Marc, Aux tables du pouvoir. Des banquets grecs à l’Elysée, Paris, Armand Colin, 2009.

    Dans cet ouvrage de synthèse où il est plutôt question des relations entre politique et nourriture en général que du pouvoir à table au sens strict, les dix siècles du Moyen Âge n’occupent qu’un chapitre (environ 30 pages), qui comporte de nombreuses approximations.

    - BIRLOUEZ Éric, À la table des seigneurs, des moines et des paysans du Moyen Âge, Rennes, Ouest-France, 2009.

    Synthèse grand public très richement illustrée.

    - BREARS Peter, Cooking and Dining in Medieval England, Totnes, Prospect Books, 2008.

    CR dans Speculum, 84/3, 2009, p. 675-676 (C. B. Hieatt) : « an important and authoritative book ».

    - CAPATTI Alberto et MONTANARI (Massimo), La Cuisine italienne. Histoire d’une culture, Paris, Le Seuil, 2002.

    Traduit de l’italien : La cucina italiana. Storia di una cultura, Rome et Bari, Laterza, 2000. Compte rendu dans Annales HSS, 2002, vol. 57, p. 1379-1380 (S. Serventi).

    - FERRIÈRES Madeleine, Histoire des peurs alimentaires, du Moyen Âge à l’aube du XXe siècle, Paris, Seuil (l’Univers historique), 2002. [ Télécharger PDF - 43.3 kb ]

    - JONES Martin, Feast : Why Humans Share Food, Oxford University Press, 2007.

    Synthèse anthropologique et archéologique sur le phénomène de commensalité à travers l’histoire, de la préhistoire à nous jours. Le chapitre 11 (p. 250-274) intéressera particulièrement les médiévistes : l’auteur part de l’étude de deux fumeries de poisson de la Somme à la fin du Moyen Âge, Moreaucourt et Dury-Le Moulin (respectivement étudiées par B. Clavel et J.-H. Yvinec), et s’interroge sur la place qu’ont eue les grandes « commodities » alimentaires que sont le blé, le poisson ou le vin, transformés et commercialisés en masse, dans l’émergence de la modernité.

    - LAUDAN Rachel, Cuisine and Empire : Cooking in World History, Berkeley-Los Angeles, University of California Press, 2013.

    Une tentative d’histoire générale de la cuisine, à l’échelle mondiale. Le Moyen Âge est traité avant tout sous l’angle de la religion dans les deux chapitres centraux de l’ouvrage : l’islam (ch. 4) et le christianisme (ch. 5) transforment les usages culinaires des régions qu’ils touchent. Les deux chapitres vont jusqu’au XVIIe siècle et intègrent donc la rencontre des modèles culinaires européens avec le Nouveau Monde. L’alimentation de l’Occident médiéval est donc traitée en une trentaine de pages.

    CR dans American Historical Review, 119/5, 2014, p. 1646-1647 (J. F. Donahue).

    - LAURIOUX Bruno, Une histoire culinaire du Moyen Âge, Paris, Champion, 2005.

    Une collection d’articles réunis en un ouvrage unique, avec un chapitre inédit sur les hypothétiques origines arabes de la cuisine médiévale occidentale (hypothèse rejetée).

    CR dans Speculum, 80/4, 2005, p. 1209-1127 (P. Freedman).

    - MONTANARI Massimo, Entre la poire et le fromage, ou comment un proverbe peut raconter l’histoire, Paris, Agnès Vienot, 2009.

    Une approche originale et séduisante. A partir de la déconstruction minutieuse d’un proverbe, l’auteur aborde un grand nombre de thèmes liés à l’alimentation tels que l’histoire de produits alimentaires (fruits et fromage), l’évolution des goûts, ou encore les relations entre alimentation et médecine ainsi qu’entre nourriture et hiérarchie sociale.

    - QUELLIER Florent, La table des Français (XVe-XIXe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007 ; 2e éd. revue et corrigée, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013 (coll. « Tables des hommes »).

    Ce livre, qui ne porte que de façon marginale sur le Moyen Âge, constitue une présentation globale de l’alimentation à l’époque moderne et comprend donc de nombreux éléments de longue durée qui intéresseront le médiéviste. Parmi les thématiques explorées par l’ouvrage, on peut mentionner les consommations populaires (l’auteur conteste l’image courante d’une alimentation monotone et carencée), le fonctionnement de l’approvisionnement (en particulier en dehors des circuits commerciaux), l’importance des produits venus du Nouveau Monde. L’auteur place surtout au XVIIe siècle l’émergence d’une cuisine française qui, contrairement à ce qui caractériserait le Moyen Âge, serait fortement différenciée de ses voisines.

    CR dans Revue historique, 647, 2008, p. 700-701 (Ph. Meyzie).

    - RAMBOURG Patrick, À table... le menu !, Paris, Champion, 2013.

    Panorama de la gastronomie de la fin du Moyen Âge à nos jours à travers l’évolution d’un type de source qui apparaît à la fin de la période médiévale : le menu.

    - VAN WINTER Johanna Maria, Spices and Comfits. Collected Papers on Medieval Food, Totnes, Prospect Books, 2007.
    [ Télécharger PDF - 89.5 kb ]

    - WOOLGAR C. M., « Food and the Middle Ages », Journal of Medieval History, 36 (2010), p. 1-19.

    L’auteur, qui a récemment co-dirigé un volume sur l’histoire de l’alimentation dans l’Angleterre médiévale, propose ici un important article de synthèse, faisant le point de 20 ans de recherches sur l’alimentation médiévale : la bibliographie est imposante et témoigne d’une recherche européenne renouvelée. Depuis le début des années 1990, la recherche s’est peu à peu orientée vers des problématiques plus qualitatives et vers l’histoire des cultures alimentaires : pour cela, les historiens ont mobilisé des sources nombreuses et diverses, rassemblant des données extrêmement dispersées. Le rôle de l’archéologie est particulièrement mis en avant, en particulier à travers les nouvelles techniques. Quelques pistes de recherche sont proposées : en particulier, l’auteur indique quelques moyens pour poursuivre la recherche sur la demotic cookery (les formes populaires de préparation des aliments). D’autres pistes sont envisagées : la question de la diffusion des condiments exotiques dans le Moyen Âge central, les distinctions de genre (pas seulement dans la production, mais aussi et surtout dans la consommation), la dimension morale de la nourriture (avec la « moralité » des animaux et de l’ensemble des aliments), la place du repas dans les diverses activités sociales (particulièrement pour les classes populaires). Ces thèmes sont abordés à l’aide de quelques exemples principalement tirés des XIVe et XVe siècles anglais.

    Alban GAUTIER, Bruno LAURIOUX, Yann MOREL, 2 février 2015
    Haut de page

  • Notes et adresses des liens référencés

rss | Retrouvez Ménestrel sur Twitter | Retrouvez Ménestrel sur Facebook | Site Map | Latest articles | Private area | Legal info | About Ménestrel | ISSN : 2270-8928