Site Ménestrel

Médiévistes sur le net : sources, travaux et références en ligne

Navigation par mot-clé
Accueil > Lieux et acteurs > Royaume-Uni

Royaume-Uni

  • L’enseignement et la recherche au Royaume-Uni

    Les universités britanniques (près de 200 recensées) ont plus ou moins adopté le système LMD, bien que la Licence en trois ans s’intitule Bachelor’s Degree (BA) et que le Master (MA) s’effectue le plus souvent en un an ou un an et demie ; le doctorat (PhD) dure trois ans. Ceux qui passent le BA sont des undergraduates, les autres des postgraduates (cette distinction est celle qui se retrouve le plus fréquemment sur les sites universitaires).

    La recherche s’effectue exclusivement au sein des universités. Certaines d’entre elles ont créé des instituts de recherche qui s’apppuient en général sur plusieurs facultés, départements ou « écoles » (schools) – les dénominations sont variées. Il existe aussi de nombreux centres de recherche qui sont le plus souvent – en tout cas pour les Humanités – interdisciplinaires. Certains centres ne sont en fait que des plateformes permettant la communication entre médiévistes des différentes disciplines alors que d’autres développent de véritables programmes de recherche collectifs.
    Le coût des études en Grande-Bretagne était déjà, jusqu’ici, assez élevé et déterminé par les universités, qui sont pratiquement autonomes, jusqu’à un certain seuil. Est-il besoin de le préciser ? Le coût suit la courbe ascendante du prestige des universités... Les universités d’Oxford, de Cambridge et de Londres ont par ailleurs des collèges qui leur sont rattachés et qui « offrent » (contre paiement, quelques frais supplémentaires importants) toutes sortes de facilités (enseignement, mais aussi tutorat, logement, etc.). En contrepartie, il existe de nombreux systèmes de financement (bourses, emprunts…) qu’il faut connaître sans ignorer que le système d’attribution des aides est évidemment très compétitif. Sur ce point, deux institutions essentielles pour les étudiants français sont à mentionner, le British Council et la Maison française d’Oxford.
    Depuis 2010, les coupes budgétaires drastiques, associées à une hausse considérable du seuil autorisé des couts d’inscription (3290£ avant, jusqu’à 9000£ désormais) changent profondément la donne pour les universités anglaises, et ce à très court terme, et plus encore pour les départements des Humanités,. Il faut ajouter que ces réductions touchent toutes les institutions du monde de l’enseignement supérieur et de la recherche britannique. La British Library, par exemple, a également connu une très forte réduction de son budget.

    Aude MAIREY, Jean-Philippe GENET, 21 août 2015 | 3 avril 2009
    Haut de page

  • Notes et adresses des liens référencés

rss | Retrouvez Ménestrel sur Twitter | Retrouvez Ménestrel sur Facebook | Plan du site | Derniers articles | Espace privé | Mentions légales | Qui sommes-nous? | ISSN : 2270-8928