Site Ménestrel

Médiévistes sur le net : sources, travaux et références en ligne

Navigation par mot-clé
Accueil > Thèmes et disciplines > Islam médiéval > Lieux et acteurs de la recherche sur l’Islam médiéval > France > Centres de recherche

Centres de recherche

  • Centres et groupes de recherches sur l’Islam médiéval

    - UMR 8167 Orient – Méditerranée, laboratoire Islam médiéval, espaces, réseaux et pratiques culturelles.
    Intégrée depuis 2006 au sein de l’UMR Orient-Méditerranée (Paris IV – Paris I – CNRS – EPHE), le laboratoire Islam médiéval, dirigé par Sylvie Denoix, réunit des spécialistes de l’archéologie, de l’histoire, de l’histoire de l’art des pays de l’Islam médiéval, dans un vaste champ géographique (de l’Inde à la péninsule Ibérique) et chronologique (du VIIIe au XVIe siècle). Ses travaux se développent selon quatre axes de recherche :

    • Réseaux, échanges et territoires (avec notamment les programmes APIM– Atlas des ports et itinéraires maritimes de l’Islam médiéval ; ports et réseaux de commerce de l’océan Indien ; Économies de la Méditerranée musulmane ; Les territoires ruraux dans les pays d’Islam ; Émergence du fait urbain. . Cet axe est associé à l’ANR MeDIan(Les sociétés méditerranéennes et l’océan Indien)
    • Systèmes politiques et modèles culturels, autour des programmes suivants : Écriture arabe et institutions de l’Antiquité tardive à la période islamique ; La cour, une institution culturelle ; Pratiques et réseaux religieux - La relation au sacré dans l’Occident musulman entre VIIe et XVe siècle ; Les empires berbères ;
    • Islam et non-Islam, autour des programmes suivants : Les correspondances diplomatiques dans l’Orient musulman (XIe- fin XVIe siècle) ; Le Bilâd al-Shâm face aux mondes extérieurs, Croisés et Mongols. Réactions, adaptations, échanges (XIe-XIVe siècle) ; L’œuvre de Barhebraeus et la transmission interculturelle ; Repenser la normativité en Islam post-mongol : courants ésotériques, syncrétistes et messianiques ; L’espace vécu du merveilleux ;
    • Arts visuels, culture matérielle, témoignages textuels, avec la constitution de la base de données « Mashreq-Magheb » (Archives photographiques du monde islamique) et les programmes « Objets du quotidien » : La céramique ; Savoir-faire technique et terminologie de la pratique ; Les arts du livre. En outre, plusieurs axes transversaux, développés avec les autres laboratoires de l’UMR, recoupent des thématiques sur l’Islam médiéval : La version syriaque du Traité sur les aliments compilé par Hunayn ibn Ishâq ; Nature et axes des échanges dans la péninsule Arabique et entre celle-ci et les régions qui l’entourent du Ier millénaire av. J.-C. au XVe siècle ap. J.-C ; L’eau dans le monde romain et en Arabie ; Matériaux pour une édition critique du Coran ; Espace et réseaux de la Méditerranée orientale ; La Sicile entre Byzance et l’Islam.

    - Institut de Papyrologie de la Sorbonne (Université Paris IV - Section de Papyrologie de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes).
    Bien que ses collections et ses travaux soient principalement axés sur la papyrologie antique (manuscrits grecs, latins, démotiques et coptes), l’Institut possède des papyrus arabes des premiers siècles de l’Islam.

    -  Institut de Recherche sur l’Histoire des Textes - section arabe (IRHT, CNRS, Paris)
    Sa mission principale est l’analyse de documents arabes manuscrits. À l’origine tournée vers l’étude de la transmission du savoir en terres d’islam, l’onomastique et la papyrologie arabe, la section s’oriente aujourd’hui vers une vision historique et juridique du Proche Orient médiéval jusqu’au XVIe siècle. Elle coordonne notamment la base de donnée biographique Onomasticon Arabicum et participe à l’élaboration d’un glossaire codicologique français-arabe. Elle héberge à partir de 2009 le projet européen ILM : Islamic Law Materialized (Le droit musulman et sa matérialisation : les documents arabes légaux (VIIIe-XVe siècle), sous la responsabilité de Christian Müller. Ce projet se définit comme l’étude, dans une nouvelle perspective comparative, des actes légaux, qu’ils soient publiés ou inédits. Il a pour objectif : a) d’élaborer une typologie de ces actes et de leurs différents éléments, b) de comparer diverses pratiques notariales prises en tant qu’expression de l’application du droit musulman garanti par les instances judiciaires, enfin c) de mettre en valeur un droit musulman pré-moderne, référence uniforme au sein de systèmes légaux aux facettes multiples.
    La bibliothèque de l’IRHT conserve principalement des sources arabes éditées et des traductions, mais aussi des microfiches de manuscrits et des documents du Haram al-Sharif dont l’édition est en cours. Elle possède également des bases de données bibliographiques, dont l’Onomasticon Arabicum, le fichier des incipit et copistes des manuscrits arabes de la BnF, et un dépouillement partiel du répertoire al-Ansâb d’al-Sam‘ânî (6 000 fiches).

    - Centre d’histoire du domaine turc (CNRS – EHESS)
    Ses travaux portent sur l’empire ottoman à l’époque médiévale et moderne (XIVe – XVIIIe siècle). Le centre dispose d’un centre de documentation des mondes russe et turc, dont le fonds est en cours d’informatisation.

    - L’institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman(IISMM)
    Il coordonne et soutient des actions de recherche développées dans les universités et d’autres pôles de recherche, notamment l’EHESS. Il organise en particulier des séminaires, dont certains concernent l’histoire médiévale des pays d’Islam.

    - Laboratoire d’étude sur les monothéismes(UMR 8584 CNRS – EPHE – Université Paris IV)
    L’équipe du Centre d’études des religions du Livre développe des programmes de recherche principalement centrés sur l’islamologie et la philosophie, dans une approche comparatiste.

    - Centre d’histoire sociale de l’Islam méditerranéen(CHSIM, EHESS)
    Il associe des historiens du monde contemporain et des anthropologues. Bien que ses travaux ne portent pas sur les périodes pré-modernes, le centre a développé des programmes de recherche importants sur l’étude de l’orientalisme aux XIXe et XXe siècles, qui touchent à la production du savoir sur la période médiévale.

    - Centre d’histoire des sciences et des philosophies arabes et médiévale (UMR 7219 : CNRS, Université Paris VII–Denis-Diderot, EPHE Ve section, Université Paris I)
    Ses axes de recherche s’orientent principalement vers l’histoire des sciences (astronomie, mathématiques, physique) et des philosophies, depuis l’Antiquité tardive jusqu’à l’âge classique, tout en se situant à la charnière des traditions grecque, syriaque, arabe, byzantine, latine et hébraïque. Une attention particulière est accordée à l’étude du Moyen Âge.

    - Mondes iraniens et indiens (UMR 7529 CNRS – Inalco – EPHE – Université Sorbonne Nouvelle)
    Ses champs de recherche couvrent les espaces iraniens et indiens, de l’Antiquité à nos jours. Il gèrait la Bibliothèque de l’Institut d’Études Iraniennes « James Darmesteter », et la bibliothèque Jules Bloch (spécialisée sur le monde indien) qui ont rejoint la Bulac.

    - L’UMR 7192 Proche-Orient – Caucase : langues, archéologie, cultures a une composante Proche-Orient médiéval dirigée par François Déroche et Jean-Michel Mouton

    - Centre interuniversitaire d’histoire et d’archéologie médiévale(CIHAM)
    Histoire et archéologie des mondes chrétiens et musulmans médiévaux (UMR 5648 – Université Lyon II – CNRS – EHESS – ENS-LSH). Ce centre de recherche rassemble historiens, archéologues et littéraires, dont une partie travaille sur la Méditerranée et le monde musulman. Il développe des programmes archéologiques en Espagne, au Maghreb (Sabra al-Mansûriya en Tunisie ; Villages et sites-refuges du Sous et de la région d’Igherm, Djarawa et Tafilalt au Maroc) et au Proche-Orient. Le CIHAM est porteur du programme Maghribadite coordonné par Cyrille Aillet, sur les ibadites au Maghreb.

    - Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Poulloux (MOM, Lyon)
    Fédération de recherche en sciences humaines (FR 538, Université Lyon II – CNRS), la MOM est membre du réseau des Maisons de Sciences de l’Homme. Certaines de ses publications numérisées sont consultables sur le site.
    Parmi ses équipes, deux touchent, de manière périphérique, la période médiévale :

    - Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH). Rattachée au réseau national des MSH, elle regroupe plusieurs laboratoires et bibliothèques. Elle coordonne par ailleurs les projets BibMed (Bibliothèque de la Méditerranée), Cartomed et un programme de recherches transversal sur la céramique en Méditerranée : le Céramopôle.

    • L’Institut de recherches et d’études sur le Monde arabe et musulman (IREMAM Université Aix-Marseille I et III – CNRS) Laboratoire pluridisciplinaire, l’IREMAM est une des composantes de la MMSH. Il édite l’Encyclopédie berbère et la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée (REMMM), et L’Annuaire de l’Afrique du Nord (numéros antérieurs à 2001 en ligne). Il publie également un carnet de recherche, les Carnets de l’IREMAM. Plusieurs équipes travaillent, pour partie, sur la période médiévale, bien que cette composante soit depuis quelques années en perte de vitesse :
    • Langues, Littérature, Linguistique (dir. Richard Jacquemond). Elle regroupe principalement des spécialistes de la langue arabe, certains travaillant sur les textes médiévaux. Le groupe réuni autour de Frédéric Imbert travaille plus spécifiquement sur l’épigraphie arabe et à la constitution de la base internationale de données en épigraphie arabe
    • Histoire. Objets et pratiques (dir. Isabelle Grangaud). Regroupant historiens et islamologues, ses travaux sont surtout centrés sur l’époque ottomane, mais débordent parfois sur les périodes plus hautes, notamment autour de réflexions sur la pratique du droit et des recherches urbaines.
    • Centre d’étude des mondes africains (CEMAF), en association avec l’Université Paris 1, le CNRS et l’EPHE
    • Laboratoire d’Archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranée (LA3M). Ses activités couvrent, notamment, le monde musulman médiéval, en associant activités de fouilles (Chypre, Egypte, Syrie, Tunisie, Maroc, Iran), archéologie monumentale, étude du matériel archéologique (céramique, verre) et sources écrites. Il abrite une bibliothèque spécialisée, avec outre les ouvrages et périodiques, une documentation iconographique (photos de fouilles notamment) et un tessonier. Il propose enfin une base de données sur la céramique médiévale (21000 fiches manuelles).
    • Centre Paul Albert Février. Surtout centré sur l’Antiquité, il a développé un programme de recherche qui touche à l’Islam, en partenariat avec l’IREMAM : « Approches comparatistes des trois monothéismes : textes fondateurs, interprétations, droit ».

    - FRAnce Méridionale-ESPAgne - UMR 5136 Université Toulouse-le-Mirail – CNRS (FRAMESPA)
    L’axe "Fronteras - Espaces et échanges dans les mondes ibériques et latino-américains" travaille notamment sur l’Espagne musulmane et sur les relations entre les religions juive, chrétienne et musulmane.

    - Équipe monde arabe et Méditerranée Tours (EMAM). Équipe de l’UMR CITERES. Son axe 2, Construction des relations interculturelles. Circulation, transferts et réseaux en Méditerranée, coordonné par Jérôme Bocquet, s’intéresse à L’historiographie des croisades (F.-O. Touati).

    - École pratique des hautes études (EPHE) et possède une importante bibliothèque en sciences religieuses.

    - École des Hautes études en sciences sociales (EHESS). Elle est associée à plusieurs groupes de recherche sur l’Islam médiéval (voir supra), et propose des séminaires spécialisés sur l’Islam, dont certains touchent au domaine médiéval.

    Dominique VALERIAN, 10 juin 2015 | 7 septembre 2009
    Haut de page

  • Notes et adresses des liens référencés

rss | Retrouvez Ménestrel sur Twitter | Retrouvez Ménestrel sur Facebook | Plan du site | Derniers articles | Espace privé | Mentions légales | Qui sommes-nous? | ISSN : 2270-8928