Site Ménestrel

Médiévistes sur le net : sources, travaux et références en ligne

Navigation par mot-clé
Accueil > Lieux et acteurs > Espagne > Institutions

Institutions

  • Institutions de recherche espagnoles

    - Centro Internacional de Investigación de la Lengua Española (CILENGUA) (Centre international de recherche sur la langue espagnole)
    Ce centre a été créé en 2005 par la Fundación San Millán de la Cogolla (Fondation San Millán de la Cogolla) (voir Sociétés, associations et fondations), avec l’objectif de promouvoir la protection et conservation des monastères de San Millán de la Cogolla, Suso et Yuso – d’origine médiévale et classés par l’UNESCO au Patrimoine mondial de l’humanité – et de faire des recherches sur les origines médiévales de la langue espagnole et de les diffuser. À cette fin, le centre est organisé en trois instituts de recherche, coordonnés par le même conseil, mais travaillant sur trois axes de recherche différents :

    - Centro Ramón Piñeiro para a Investigación en Humanidades (CRPIH) (Centro Ramón Piñeiro pour la recherche en sciences Humaines)
    Fondé en 1994 à Saint-Jacques de Compostelle, le CRPIH est une institution publique dépendant du gouvernement autonome de Galice, la Xunta de Galicia, et, plus précisément, de la Consellería de Cultura, Educación e Ordenación Universitaria (Ministère galicien de la Culture, l’Éducation et l’Université). Son but est de promouvoir, développer et diffuser des études linguistiques, littéraires, historiques et anthropologiques sur la langue et la culture galiciennes.Il soutient plusieurs projets de recherche ; quatre d’entre eux ont un rapport direct avec les études médiévales :

    • Lírica profana galego-portuguesa (Lyrique profane galicienne-portugaise). Ce projet soutient la réalisation de la base de données MedDB, qui contient le corpus complet des poèmes médiévaux galicien-portugais (cantigas), avec des renseignements très détaillés sur leurs compositions et sur les troubadours (voir Sources en ligne).
    • Prosa literaria galega medieval (Prose littéraire galicienne du Moyen Âge).
    • Cantigas de Santa María (Chansons de Notre Dame).
      À leur tour, ces trois projets sont rassemblés dans l’unité Arquivo Galicia Medieval (Archives Galice médiévale), qui est responsable de l’élaboration de la base de données BiRMED, Bibliografía de Referencia do Arquivo Galicia Medieval (Bibliographie de référence de l’Archive Galice médiévale), dans laquelle on peut trouver beaucoup d’informations bibliographiques concernant la littérature galicienne médiévale et les études qui lui sont consacrées.
    • Corpus Documentale Latinum Gallaeciae (CODOLGA). Ce projet est responsable de la base de données CODOLGA, un corpus textuel composé de documentation médiévale sur la Galice écrite en latin du VIe au XVe siècle (voir Sources en ligne).

    - Consejo Superior de Investigaciones Científicas (CSIC) (Conseil supérieur de la recherche scientifique)
    Le CSIC est une Agence de l’État espagnol dépendant du Ministerio de Economía y Competitividad (Ministère de l’Économie et la Compétitivité). Il s’agit de la plus grande institution publique consacrée à la recherche en Espagne (et de la troisième dans toute l’Europe), dont le but fondamental est de promouvoir, coordonner, développer et diffuser la recherche scientifique et technologique espagnole avec une perspective pluridisciplinaire et avec l’objectif de contribuer au progrès économique, social et culturel du pays.
    Fondé en 1939, le CSIC se présente comme un grand réseau de centres et instituts de recherche, dispersés dans tout le territoire espagnol et structurés autour de huit domaines scientifiques-techniques, y compris l’Área de Humanidades y Ciencias Sociales (Domaine des sciences humaines et sociales). Dans ce domaine, la recherche est menée par un ensemble de dix-sept centres, responsables de la publication, en plus d’autres initiatives éditoriales, de vingt-trois revues scientifiques de premier niveau, entièrement consultables en ligne ; voir le site Revistas científicas del CSIC (Revues scientifiques du CSIC). Parmi ces dix-sept centres, ceux qui sont cités ci-dessous contribuent de manière remarquable aux études médiévales :

    • Centro de Ciencias Humanas y Sociales (CCHS) (Centre de sciences humaines et sociales). Le CCHS se trouve à Madrid et est composé de six instituts de recherche :
      • Instituto de Historia (IH) (Institut d’Histoire),
      • Instituto de Lenguas y Culturas del Mediterráneo y Oriente Próximo (ILC) (Institut de langues et cultures de la Méditerranée et du Proche-Orient),
      • Instituto de Lengua, Literatura y Antropología (ILLA) (Institut de Langue, Littérature et Anthropologie),
      • Instituto de Economía, Geografía y Demografía (IEGD) (Institut d’Économie, Géographie et Démographie),
      • Instituto de Políticas y Bienes Públicos (IPP) (Institut de Politiques et Biens Publiques)
      • Instituto de Filosofía (IFS) (Institut de Philosophie).
      • En plus, il accueille la Biblioteca Tomás Navarro Tomás (TNT), la plus grande bibliothèque spécialisée dans le domaine des sciences humaines et sociales de toute l’Espagne (voir Bibliothèques publiques).

    Trois de ses instituts ont des activités importantes dans le domaine des études médiévales :

      • Instituto de Historia (IH) (Institut d’Histoire). Il soutient une riche activité de recherche et de formation concernant toute l’histoire de l’Humanité, avec un accent particulier mis sur la Péninsule ibérique et les espaces en rapport avec celle-ci. Parmi les activités et les ressources les plus récentes qui y sont y développées, il faut souligner le projet Clientela y redes locales en la Castilla medieval. Estudio histórico y tecnologías documentales CRELOC) (Clientèle et réseaux sociaux dans la Castille médiévale. Étude historique et technologies documentaires) (voir Sources en ligne) ou le groupe CERVITRUM. Cultura material y patrimonio (CERVITRUM. Culture matérielle et patrimoine), particulièrement en lien avec le domaine médiéval. Il faut également souligner son activité éditoriale, qui se reflète non seulement dans des volumes monographiques, mais aussi dans plusieurs revues scientifique importantes et d’une grande qualité, partiellement consacrées au monde médiéval : Archivo Español de Arte (Archive espagnole d’Art), Arqueología de la Arquitectura (Archéologie de l’Architecture), Culture and History, Hispania et Hispania Sacra (voir Revues et publications).
      • Instituto de Lenguas y Culturas del Mediterráneo y Oriente Próximo (ILC) (Institut de Langues et Cultures de la Méditerranée et du Proche-Orient) :
        Créé en 2007 comme successeur de l’Instituto de Filología (Institut de Philologie), l’ILC vise à développer la connaissance des langues et cultures de l’espace méditerranéen à partir des textes originaux et de leurs copies, dans une approche multidisciplinaire. En ce qui concerne le monde médiéval, ses axes de recherche prioritaires sont l’étude de la culture byzantine et néogrecque, de la culture biblique et hébraïque, du monde judéo-espagnol et de sa survivance séfarade, de la culture arabe et de l’Islam, ainsi que des processus de production et de transmission culturelle. En plus de nombreux projets et activités de recherche et de diverses collections éditoriales, il faut remarquer l’impact et qualité de ses publications périodiques, consultables en ligne : Sefarad. Revista de Estudios Hebraicos y Sefardíes (Sefarad. Revue d’Études hébraïques et séfarades) et - Al-Qantara. Revista de Estudios Árabes (Al-Qantara. Revue d’études arabes), en ce qui concerne le domaine médiéval (voir Revues et publications).
      • Instituto de Lengua, Literatura y Antropología (ILLA) (Institut de Langue, Littérature et Anthropologie). Créé en 2007, l’ILLA est l’héritier direct de l’ancien Instituto Miguel de Cervantes de Filología Hispánica (Institut Miguel de Cervantes de Philologie hispanique), à son tour dérivé du travail de l’Escuela de Filología Española (École de Philologie espagnole) fondée par le célèbre hispaniste Ramón Menéndez Pidal. Son but principal est la recherche sur le patrimoine culturel hispanique dans sa triple dimension anthropologique, linguistique et littéraire. À cette fin, il mène plusieurs activités et projets de recherche, dans lesquels le Moyen Âge est occasionnellement représenté.
    • Escuela de Estudios Árabes (EEA) (École d’études arabes).
      Fondée en 1932, l’EEA organise ses activités autour de deux axes de recherche spécifiquement médiévaux : l’histoire et les textes andalous, l’archéologie et l’architecture islamiques dans toute l’aire géographique islamique, mais avec une attention particulière au cas d’al-Andalus. Son siège se trouve à Grenade, dans la Casa del Chapiz (Maison du Chapiz), un ensemble de deux maisons mauresques du XIVe siècle déclarées d’intérêt culturel par le Gouvernement espagnol. À l’intérieur, il faut remarquer le travail du Laboratorio de Arqueología y Arquitectura de la Ciudad (LAAC) (Laboratoire d’Archéologie et Architecture de la Ville), en collaboration avec les universités de Grenade et Séville.
    • Escuela Española de Historia y Arqueología (EEHAR) (École espagnole d’Histoire et Archéologie).
      L’EEHAR a se trouve à Rome. Fondée en 1910, elle mène des projets de recherche et de formation relatifs à l’histoire et l’archéologie espagnoles et à ses rapports historiques avec la réalité italienne. Elle fait aussi partie de l’Unione Internazionale degli Istituti di Archeologia, Storia e Storia dell’Arte a Roma (Union Internationale des instituts d’Archéologie, Histoire et Histoire de l’Art à Rome). Ses activités ne sont pas exclusivement consacrées au monde médiéval, mais plusieurs projets l’étudient. C’est le cas du projet MEMOLA. Mediterranean Mountainous Landscapes (Paysages montagneux de la Méditerranée).
    • Institución Milá y Fontanals (IMF) (Institution Milá y Fontanals).
      Avec son siège à Barcelone, l’IMF a été créée en 1968 avec l’intention de rassembler dans une même institution tous les centres du CSIC situés dans cette ville et consacrés à la recherche en sciences humaines. Depuis et jusqu’à présent, son activité est structurée en cinq axes de recherche, Anthropologie, Archéologie, Études médiévales, Musicologie et Histoire des sciences, développés par deux départements : Arqueología y Antropología (Archéologie et Anthropologie) et Ciencias Históricas : Estudios Medievales, Historia de la Ciencia y Musicología (Sciences historiques : Études médiévales, Histoire des sciences et Musicologie). En plus de nombreux projets et activités de recherche et de diverses collections éditoriales, il faut souligner l’impact et la qualité de ses publications périodiques, consultables en ligne :
      - Anuario de Estudios Medievales (Annuaire d’Études médiévales), exclusivement consacré à la période médiévale, et
      - Anuario Musical (Annuaire Musical) (voir Revues et publications).
    • Instituto de Ciencias del Patrimonio (INCIPIT) (Institut des sciences du Patrimoine).
      L’INCIPIT a été créé en 2010 à Saint-Jacques de Compostelle en reprenant le travail de son prédécesseur, le Laboratorio de Patrimonio (LaPa) (Laboratoire du Patrimoine). Il mène de nombreuses activités de recherche, formation et diffusion dans le domaine de l’étude du patrimoine culturel dans un sens large, y compris l’archéologie du paysage, l’archéologie de l’architecture, la culture matérielle, la construction du patrimoine culturel, etc. Bien qu’il ne soit pas entièrement consacré aux études sur le Moyen Âge, cette période occupe une place de choix. Parmi ses diverses publications, il faut souligner deux séries monographiques, entièrement consultables en ligne et occasionnellement consacrées à la période médiévale : Cadernos de Arqueoloxía e Patrimonio (CAPA) (Cahiers d’Archéologie et du Patrimoine) et Traballos de Arqueoloxía e Patrimonio (TAPA) (Travaux d’Archéologie et du Patrimoine).
    • Instituto de Estudios Gallegos Padre Sarmiento (IEGPS) (Institut d’Études galiciennes Père Sarmiento).
      L’IEGPS se trouve à Saint-Jacques de Compostelle. Il a été fondé en 1943 au sein du CSIC et, depuis 2000, est un centre dont la tutelle est partagée entre le CSIC et le gouvernement autonome de la Galice. A l’origine, ses activités comprenaient l’ensemble des disciplines humanistes, avec toujours une attention particulière portée à la Galice. Actuellement, ses axes principaux de recherche sont centrés sur l’histoire de la Galice du Moyen Âge à l’époque contemporaine ; les axes les plus importants portent sur les liens de parenté et les réseaux du pouvoir au Moyen Âge, les sources diplomatiques, épigraphiques et héraldiques ou le phénomène des pèlerinages. Il soutient aussi un notable travail éditorial, avec notamment la publication de la revue Cuadernos de Estudios Gallegos (Cahier d’études Galiciennes) (voir Revues et publications) et de la collection Galicia Histórica (Galice historique), publiée depuis 1977 avec le concours de la Fundación Barrié (voir Sociétés, associations et fondations) et dans laquelle plusieurs volumes ont été consacrés à l’histoire médiévale de la Galice.

    - École des Hautes Études hispaniques et ibériques (EHEHI) - Casa de Velázquez
    Fondée en 1928, la Casa de Velázquez fait partie de l’ensemble des Écoles françaises à l’étranger, placées sous la tutelle du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, mais elle présente la particularité d’être, tout à la fois, un centre de création artistique et un centre de recherche scientifique, l’École des Hautes Études hispaniques et ibériques proprement dit. Il s’agit donc d’un établissement public qui vise à développer la recherche scientifique liée aux arts, aux langues et aux sociétés des pays ibériques, ibéro-américains et du Maghreb, ainsi qu’à promouvoir la formation de chercheurs et les échanges scientifiques entre la France et ces pays. Sa politique scientifique s’articule autour de trois domaines de recherche à caractère interdisciplinaire et transversal, non pas exclusivement centrés sur le Moyen Âge, mais où les études médiévales ont une présence importante : Cités, territoires, citoyennetés, Circulations, échanges, réseaux et Patrimoines, héritages, réécritures. L’EHEHI a de nombreuses initiatives éditoriales, parmi lesquelles il faut souligner la publication de Mélanges de la Casa de Velázquez, revue semestrielle de sciences humaines et sociales et de littérature (voir Revues et publications).

    - Institución Fernando el Católico (IFC) (Institution Fernando le catholique)
    L’IFC est une institution publique à caractère scientifique fondée en 1943 par la Diputación Provincial de Zaragoza (Conseil provincial de Saragosse) et en rapport avec le Consejo Superior de Investigaciones Científicas (CSIC) (Conseil supérieur de la recherche scientifique) (voir ci-dessus). Son but est de promouvoir les études et la diffusion de l’histoire, de la culture et du patrimoine d’Aragon, où le Moyen Âge occupe une place de choix. Pour cela, elle organise des rencontres scientifiques, offre des bourses et prix de recherche et, surtout, développe une intense politique éditoriale qui fait de l’IFC une des principales maisons d’édition scientifique d’Aragon et une des plus importantes d’Espagne. Ses plus de soixante-dix publications annuelles, monographies et périodiques, sont entièrement et gratuitement consultables en ligne, dans sa Biblioteca virtual (Bibliothèque virtuelle).

    - Instituto de Estudios Riojanos (IER) (Institut d’études de La Rioja)
    Fondé en 1946, l’IER est une institution publique dépendant de la Consejería de Desarrollo Económico e Innovación (Ministère du Développement économique et de l’Innovation) du Gouvernement de La Rioja. Avec siège à Logroño, il a comme fin la recherche, la promotion et la diffusion de la science et de la culture de la région, avec un accent spécial mis sur son histoire et héritage. Pour cela, il est structuré en plusieurs sections, parmi lesquelles celle d’Historia y cultura popular (Histoire et culture populaire), qui développe des activités diverses de recherche et de diffusion et a aussi une dynamique politique éditoriale.

    Mercedes LÓPEZ-MAYÁN, 3 juillet 2017
    Haut de page
  • Académies des sciences espagnoles

    - Institut d’Estudis Catalans (IEC) (Institut d’études catalanes)
    L’IEC est l’académie catalane des sciences naturelles et humaines, fondée en 1907 par Enric Prat de la Riba. Actuellement, c’est une société à caractère privé mais de droit public, ne dépendant aucunement de l’État. Son but est la promotion et la diffusion de la connaissance sur la culture catalane dans tous ses domaines. Pour cette raison, depuis 1990, l’IEC se compose de cinq sections :

    • Secció Històrico-Arqueològica (Section historico-archéologique)
    • Secció de Ciències Biològiques (Sections des sciences biologiques)
    • Secció de Ciències i Tecnologia (Section des sciences et de la technologie)
    • Secció Filològica (Section philologique)
    • Secció de Filosofia i Ciències Socials (Section de Philosophie et Sciences morales)

    Ces sections accueillent, à leur tour, vingt-huit sociétés filiales, chacune spécialisée dans un domaine de la recherche.

    Parmi ces cinq sections, la Secció Històrico-Arqueològica, créée en 1911, s’occupe de promouvoir la recherche historique, artistique, patrimoniale, littéraire et culturelle dans la Catalogne et les territoires annexes. Bien qu’il ne soit pas abordé dans une perspective monographique, le Moyen Âge occupe une place de choix dans les activités développées par les cinq sociétés filiales qui composent cette section :

    Parmi ses contributions principales, il faut signaler la publication de plusieurs revues scientifiques partiellement consacrées aux études médiévales :

    Voir aussi Revues et publications.

    - Real Academia de la Historia (RAH) (Académie royale d’Histoire)
    Avec la Real Academia de la Lengua (RAE) (Académie Royale de la Langue) et la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando (Académie Royale des Beaux-Arts de Saint Fernando), la RAH est une des trois premières académies nationales fondées en Espagne au XVIIIe siècle, pendant le règne de Philippe V (1700-1746), selon les principes de la philosophie des Lumières. Elle naquit en 1735 sous la forme initiale de réunions périodiques de savants intéressés par l’histoire du royaume et de ses possessions dans le monde. Actuellement, elle vise à promouvoir la recherche sur le passé historique de l’Espagne et des territoires hispaniques dans toutes ses manifestations. Pour faire cela, elle bénéficie de subventions publiques, provenant du Ministerio de Educación, Cultura y Deporte (Ministère de l’Éducation, de la Culture et du Sport), et aussi de donations privées. Elle fait partie de l’Instituto de España (Institut d’Espagne), intégré dans les neuf académies royales qui couvrent la totalité du territoire espagnol et dont les sièges se trouvent à Madrid.
    A l’intérieur elle est structurée en trois domaines : le Gabinete de antigüedades (Cabinet des antiquités), qui accueille une splendide collection de monnaies et d’autres objets, quelques-uns d’origine médiévale ; le Diccionario biográfico español (Dictionnaire biographique espagnol), avec plus de 40 000 notices, partiellement consultable en ligne ; et, surtout, la Biblioteca de la Real Academia de la Historia (Bibliothèque de l’Académie royale d’Histoire), qui dispose d’un catalogue consultable en ligne et qui inclut un remarquable fonds historique avec de nombreux manuscrits médiévaux et incunables. L’intégralité de ce fonds a été numérisée et peut être consulté en ligne dans la Biblioteca Digital (Bibliothèque numérique) (voir Bibliothèques publiques).
    La RAH mène aussi un travail éditorial de manière très active, avec la publication de nombreuses séries monographiques et d’un périodique Boletín de la Real Academia de la Historia (Bulletin de l’Académie royale d’Histoire) (voir Revues et publications).

    En plus de l’IEC et de la RAH, la carte des Académies des sciences en Espagne est très riche ; elle recense des institutions à la portée plus ou moins large (la place accordée à la période médiévale est très inégale et parfois minimale). Pour cette raison, nous nous contenterons ici de donner leurs noms et les liens vers leurs sites web :

    - Jakiunde. Academia de las Ciencias, las Artes y las Letras del País Vasco (Guipuzcoa) (Jakiunde. Académie des Sciences, des Arts et des Lettres du Pays basque).

    - Real Academia Burgense de Historia y Bellas Artes-Institución Fernán González (Burgos) (Académie royale de Burgos d’Histoire et Beaux-Arts - Institution Fernán González).

    - Real Academia Canaria de Bellas Artes de San Miguel Arcángel (Canaries) (Académie royale Canarienne des Beaux-Arts de Saint Michel archange).

    - Real Academia Conquense de Artes y Letras (Cuenca) (Académie royale de Cuenca des Arts et des Lettres).

    - Real Academia de Bellas Artes de la Purísima Concepción (Valladolid) (Académie royale des Beaux-Arts de l’Immaculée Conception).

    - Real Academia de Bellas Artes de Nuestra Señora de las Angustias (Grenade) (Académie royale des Beaux-Arts de Notre Dame des Angoisses).

    - Real Academia de Bellas Artes de San Carlos (Valence) (Académie royale des Beaux-Arts de saint Charles).

    - Real Academia de Bellas Artes de San Fernando (Madrid) (Académie royale des Beaux-Arts de saint Fernand).

    - Real Academia de Bellas Artes de Santa Isabel de Hungría de Sevilla (Séville) (Académie royale des Beaux-Arts sainte Isabelle de Hongrie de Séville).

    - Real Academia de Bellas Artes de Santa María de la Arrixaca (Murcie) (Académie royale des Beaux-Arts de Notre-Dame de l’Arrixaca).

    - Real Academia de Bellas Artes de San Telmo (Malaga) (Académie royale des Beaux-Arts de saint Elme).

    - Real Academia de Bellas Artes y Ciencias Históricas de Toledo (Tolède) (Académie royale des Beaux-Arts et des Sciences historiques de Tolède).

    - Real Academia de Ciencias, Bellas Artes y Buenas Letras Luis Vélez de Guevara (Écija, Séville) (Académie royale des Sciences, Beaux-Arts et Lettres Luis Vélez de Guevara).

    - Real Academia de Ciencias, Bellas Letras y Nobles Artes de Córdoba (Cordoue) (Académie royale des Sciences, Belles Lettres et Nobles Arts de Cordoue).

    - Real Academia de Extremadura de las Letras y las Artes (Estrémadure) (Académie royale d’Estrémadure des Lettres et des Arts).

    - Real Academia de Historia y Arte de San Quirce (Ségovie) (Académie royale d’Histoire et d’Art de saint Cyr).

    - Real Academia de Nobles Artes de Antequera (Antequera, Malaga) (Académie royale des Nobles Arts d’Antequera).

    - Real Academia de Nobles y Bellas Artes de San Luis (Saragosse) (Académie royale des Nobles et Beaux-Arts de saint Louis).

    - Real Academia de San Dionisio de Ciencias, Artes y Letras (Jerez de la Frontera, Cadix) (Académie royale de saint Denis des Sciences, Arts et Lettres).

    - Real Academia de San Romualdo de Ciencias, Letras y Artes (Cadix) (Académie royale de saint Romuald des Sciences, Lettres et Arts).

    - Real Academia Gallega de Bellas Artes Nuestra Señora del Rosario (La Corogne) (Académie royale Galicienne des Beaux-Arts de Notre-Dame du Rosaire).

    - Real Academia Provincial de Bellas Artes de Cádiz (Cadix) (Académie royale provinciale des Beaux-Arts de Cadix).

    - Reial Acadèmia Catalana de Belles Arts de Sant Jordi (Barcelone) (Académie royale catalane des Beaux-Arts de saint Georges).

    - Reial Acadèmia de Belles Arts de Sant Sebastià de les Illes Balears (Palma de Majorque) (Académie royale des Beaux-Arts de saint Sébastien des Îles Baléares).

    Mercedes LÓPEZ-MAYÁN, 3 juillet 2017
    Haut de page

  • Notes et adresses des liens référencés

rss | Retrouvez Ménestrel sur Twitter | Retrouvez Ménestrel sur Facebook | Plan du site | Derniers articles | Espace privé | Mentions légales | Qui sommes-nous? | ISSN : 2270-8928