Site Ménestrel

Médiévistes sur le net : sources, travaux et références en ligne

Navigation par mot-clé
Accueil > Lieux et acteurs > Espagne > Sociétés, associations et fondations

Sociétés, associations et fondations

  • En Espagne, les associations sont un phénomène important dans le domaine des Sciences Humaines. L’existence de nombreuses associations, sociétés et fondations est le résultat de l’intérêt scientifique, social et médiatique suscité par ces disciplines. Toutefois, leur composition, leur nature et leur mission varient, allant des sociétés professionnelles, qui développent une activité scientifique remarquable et rigoureuse, à des sociétés composées plutôt d’amateurs, qui accomplissent principalement des activités de sensibilisation dirigées vers les loisirs et le tourisme. En outre, certaines se consacrent exclusivement aux études médiévales – dans le domaine de l’histoire, l’histoire de l’art, la philologie ou les sciences historiographiques –, tandis que d’autres ont une vocation plus généraliste et ont été incluses dans ce répertoire parce que le Moyen Âge fait partie de leurs multiples activités. Par conséquent et loin de toute exhaustivité, on a inclus en priorité les entités qui peuvent susciter le plus d’intérêt parmi les chercheurs du Moyen Âge, ainsi que celles qui, loin de régionalismes excessifs, concernent la totalité ou une partie importante de l’État espagnol.

    - Amics de l’Art Romànic (AAR) (Amis de l’art roman)
    L’AAR a été créée en 1977 comme une filiale de l’Institut d’Estudis Catalans (voir Institutions de recherche) inscrite dans la Secció Històrico-Arqueològica (Section historico-archéologique), où se trouve son siège. Elle vise à la recherche et la diffusion de l’art roman, ainsi qu’à celle des manifestations qui la précèdent et lui font suite (art préroman et art gothique) et, en général, de la culture romane et médiévale en Catalogne et dans d’autres territoires connexes. Chaque année elle attribue un prix de recherche, le Premi dels Amics de l’Art Romànic (Prix des amis de l’art roman).

    - Amigos del Románico (AdR) (Amis du roman)
    L’AdR a été créée en 2004 à l’initiative de plusieurs chercheurs dans le domaine de l’art roman. Après sa création, elle s’est progressivement consolidée comme une association non-professionnelle, basée à Madrid, dédiée à la connaissance, la diffusion et la protection du patrimoine roman espagnol. Parmi ses initiatives, la publication de la revue Románico (voir Revues et publications) est particulièrement remarquable.

    - Asociación de Amigos del Arte Altomedieval Español (4AsE) (Association des amis de l’art espagnol du haut Moyen Âge)
    La 4AsE a été créée par un groupe de chercheurs intéressés par la connaissance et la diffusion de l’art espagnol du haut Moyen Âge (Ve-XIe siècle) dans toutes ses manifestations. Il s’agit donc d’une association non-professionnelle qui, au cours des dernières années, a développé une activité dynamique matérialisée, parmi d’autres initiatives, sur le portail web Turismo Prerrománico (Turismo Préroman) (voir aussi Sources en ligne), où on peut trouver des descriptions, des photographies et des vidéos de l’héritage artistique de cette période.

    - Asociación de Archiveros de la Iglesia en España (Association des archivistes de l’Église en Espagne)
    Fondée en 1971, cette association nationale canonique publique a été créée par la Conferencia Episcopal Española (Conférence épiscopale espagnole) à la demande et avec l’accord des archivistes des églises d’Espagne. Sa mission est de promouvoir la gestion et la garde du riche patrimoine documentaire conservé dans ses archives – une grande partie de celui-ci date de la période médiévale – et de promouvoir sa diffusion à l’ensemble de la société. Pour ce faire et parallèlement à d’autres activités et publications, chaque année, elle tient un Congrès national monographique, dont les comptes rendus sont régulièrement publiés, depuis 1988, dans la collection Memoria Ecclesiae.

    - Asociación Española de Amigos de los Castillos (AEAC) (Association espagnole des amis des châteaux)
    L’AEAC est une association culturelle sans but lucratif fondée en 1952 et dont le siège se trouve à Madrid. Son objectif principal est de contribuer à la conservation et à la protection du patrimoine monumental fortifié espagnol et d’encourager son étude, sa connaissance et sa diffusion. À cet effet, elle organise des voyages, des conférences et des publications à caractère essentiellement didactique. Elle ne se consacre pas exclusivement à la période médiévale, mais celle-ci a une importance notable dans ses activités.

    - Asociación Española de Arqueología Medieval (AEAM) (Association espagnole d’archéologie médiévale)
    L’AEAM est une association indépendante sans but lucratif et à caractère purement scientifique. Elle a été fondée en 1982 pour promouvoir et diffuser la discipline de l’archéologie médiévale et le riche patrimoine historico-archéologique espagnol en Espagne et à l’étranger. Actuellement, son siège se trouve dans le Parc archéologique d’Alarcos-Calatrava (Ciudad Real). Chaque année elle organise un Congreso Nacional de Arqueología Medieval Española (Congrès national d’archéologie médiévale espagnole) et, parmi d’autres initiatives éditoriales, publie la revue Boletín de Arqueología Medieval Española (Bulletin d’archéologie médiévale espagnole) (voir Revues et publications).

    - Asociación Española de Bibliografía (AEBib) (Association espagnole de bibliographie)
    L’AEBib a été fondée en 1988 par un groupe de spécialistes de la Biblioteca Nacional de España (Bibliothèque nationale d’Espagne) (voir Bibliothèques publiques) et par le groupe Tipobibliografía Española, né, quant à lui, de la Confederación Española de Centros de Estudios Locales (Confédération espagnole de centres d’études locaux) du Consejo Superior de Investigaciones Científicas (Conseil supérieur de la recherche scientifique) (voir Institutions de recherche). Son objectif principal est de promouvoir la connaissance du livre espagnol et de son histoire en menant des activités visant à l’étude de la production bibliographique nationale datant soit de la période médiévale, soit des siècles postérieurs. Elle est basée dans la Biblioteca Histórica Marqués de Valdecilla (Bibliothèque historique Marqués de Valdecilla) de Madrid (voir Bibliothèques publiques).

    - Asociación Española de Estudios Hebreos y Judíos (AEEHJ) (Association espagnole d’études hébraïques et juives)
    L’AEEHJ a été fondée en 2004 dans le but de réunir les chercheurs intéressés par la connaissance et la diffusion de l’histoire et du patrimoine hébreu et juif, avec une attention particulière portée à son héritage dans la Péninsule ibérique. Par conséquent, elle n’est pas exclusivement dédiée aux études médiévales, mais celles-ci revêtent une importance particulière dans ses activités, parmi lesquelles il faut souligner l’organisation d’un colloque annuel.

    - Asociación Española de Investigación de Historia de las Mujeres (AEIHM) (Association espagnole de recherche en histoire des femmes)
    Créée en 1991, l’AEIHM vise à coordonner les relations entre les centres de recherche sur l’histoire des femmes qui existent dans les universités espagnoles, à promouvoir des études sur l’histoire des femmes et du genre dans le monde académique espagnol et à les faire connaître à l’échelle internationale. À cet effet, elle organise de nombreuses réunions, séminaires et journées d’étude, développe une politique éditoriale très active et propose divers prix annuels de recherche. Ses centres d’intérêt comprennent toutes les périodes historiques et pas seulement l’époque médiévale.

    - Asociación Hispánica de Literatura Medieval (AHLM) (Association hispanique de littérature médiévale)
    L’AHLM est une association professionnelle visant à promouvoir la recherche sur les lettres médiévales dans les différentes langues utilisées au Moyen Âge dans la Péninsule ibérique, y compris la littérature hispanique. À cet effet, elle développe une activité éditoriale très remarquable, en grande partie consultable en ligne, et organise plusieurs séminaires d’étude et de recherche ; il faut remarquer l’organisation, depuis 1985, d’un Congrès bisannuel international. Actuellement, elle a son siège social au Departamento de Filoloxía Galega. Área de Filoloxía Románica (Département de philologie galicienne. Domaine de philologie romane) de l’Universidade de Santiago de Compostela (voir Universités).

    - Asociación Ibérica de Historia Militar (Association ibérique d’histoire militaire)
    Fondée en 2015 à Lisbonne par un groupe de chercheurs et de spécialistes portugais et espagnols, cette jeune association est née avec l’intention de promouvoir, coordonner et diffuser la recherche scientifique faite dans le monde hispanique sur l’histoire militaire de la période comprise entre le IVe et le XVIe siècle.

    - Centro de Estudios Bizantinos, Neogriegos y Chipriotas (CEBNCh) (Centre d’études byzantines, néogrecques et chypriotes)
    Le CEBNCh a été fondé en 1998 par l’État grec par l’intermédiaire de l’Ambassade de Grèce en Espagne et en collaboration avec l’Universidad de Granada (voir Universités). Ce centre vise à soutenir et promouvoir les études byzantines et néogrecques dans le monde hispanophone. Par conséquent, il n’est pas dédié exclusivement au monde médiéval, mais il apporte des contributions notables sur cette période.

    - Comité Español de Historia del Arte (CEHA) (Comité espagnol d’histoire de l’art)
    Le CEHA est l’organisation qui réunit les historiens de l’art en Espagne et est attaché au Comité international d’histoire de l’art (CIHA). Il est né en 1977 dans le but principal de stimuler les réunions des historiens de l’art et de promouvoir et développer l’étude des phénomènes artistiques, avec une attention particulière pour les territoires hispaniques. Par conséquent, il n’est pas dédié exclusivement aux études médiévales, mais celles-ci sont très souvent présentes dans leurs activités. Parmi elles, il faut mettre en avant la tenue d’un Congrès national bisannuel, coordonné chaque fois par un Département universitaire espagnol et dont les comptes rendus sont régulièrement publiés. Actuellement, il a son siège social dans le Departamento de Historia del Arte (Département d’histoire de l’art) de l’Universidad de Murcia (voir Universités).

    - El legado andalusí. Fundación Pública Andaluza (L’héritage andalou. Fondation publique andalouse)
    Créée en 1995, la fondation a son siège permanent à Grenade, dans le Pabellón de al-Andalus y la Ciencia (Pavillon d’al-Andalus et la science) du Parque de las Ciencias (Parc des sciences) de la ville. Son but est de récupérer, diffuser et mettre en valeur l’héritage historique et artistique de al-Andalus et, de cette façon, promouvoir le progrès et la tolérance dans la société d’aujourd’hui. À cette fin, elle tient des journées d’étude et des expositions régulières, développe une politique éditoriale intense et élabore divers itinéraires culturels représentatifs de la civilisation andalouse.

    - Federación Española de Asociaciones de Archiveros, Bibliotecarios, Arqueólogos, _ Museólogos y Documentalistas (ANABAD) (Fédération espagnole d’associations d’archivistes, bibliothécaires, archéologues, muséologues et documentalistes)
    La Fédération a été créée en 2007 à la suite de la réforme de l’Asociación Española de Archiveros, Bibliotecarios, Muséologos y Documentalistas (Association espagnole d’archivistes, bibliothécaires, muséologues et documentalistes), existant depuis 1999. Son siège se trouve à Madrid, mais elle regroupe les associations de ces professionnels de tout l’État espagnol. Ses objectifs comprennent, parmi d’autres, la promotion d’une meilleure formation des professionnels des archives, bibliothèques, musées et centres de documentation et d’information, ainsi que l’aide dans leurs tâches de sauvegarde du patrimoine documentaire, bibliographique, muséologique, archéologique et artistique de l’Espagne.

    - Federación Española de Sociedades de Archivística, Biblioteconomía, _ Documentación y Museística (FESABID) (Fédération espagnole de sociétés d’archivistique, bibliothéconomie, documentation et muséologie)
    La FESABID est une organisation à but non lucratif fondée en 1988 afin de regrouper les plus importantes associations professionnelles du secteur. Elle propose diverses activités de recherche et de diffusion, parmi lesquelles il faut souligner l’organisation tous les deux ans des Jornadas Españolas de Documentación (Journées espagnoles de documentation). Elle est actuellement composée de 20 associations, dont certaines sont étroitement liées aux études médiévales, telles que l’Asociación de Archiveros de la Iglesia en España et l’Asociación de Archiveros, Bibliotecarios, Arqueólogos, Museólogos y Documentalistas (voir supra).

    - Fundación Barrié (Fondation Barrié)
    Elle a été créée en 1966 par Pedro Barrié de la Maza dans la ville de La Corogne, où elle conserve encore son siège principal. Depuis ce moment-là, elle développe un travail intense de promotion de la culture, l’éducation et l’art en Galice, en organisant régulièrement des expositions, des ateliers et en soutenant de nombreuses autres initiatives d’étude et de diffusion. Elle dispose également d’un prestigieux programme de bourses pour les étudiants diplômés. Bien que non exclusivement dédiée au monde médiéval, elle a développé des initiatives notables liées à cette période. Il faut souligner, parmi elles, le Programa Catedral de Santiago (Programme Cathédrale de Saint-Jacques), qui a abouti, entre autres, à la reconstruction du chœur du Maître Mateo (ca. 1200 ; une reconstruction en taille réelle et en pierre), le catalogage et la numérisation des protocoles notariaux des archives des cathédrales galiciennes ou la restauration du Pórtico de la Gloria de la cathédrale de Saint-Jacques de Compostelle, actuellement en cours.

    - Fundación Casa de Alba (Fondation maison d’Alba)
    Elle a été créée en 1975 par Cayetana Fitz-James Stuart, duchesse d’Albe, afin de préserver et de diffuser le riche patrimoine appartenant à la Maison d’Alba depuis la fin du Moyen Âge. Ses principaux objectifs sont l’exposition permanente des collections de la Fondation dans les Palais de Liria à Madrid et de Monterrey à Salamanque, la préservation et la diffusion du patrimoine historique et artistique de la Maison d’Alba et la description et conservation de ses fonds documentaires et bibliographiques (voir Archives privés).

    - Fundación Casa Ducal de Medinaceli (Fondation Maison ducale de Medinaceli)
    Créée en 1980 par Victoria Eugenia Fernández de Córdoba, XVIIIe duchesse de Medinaceli, elle vise à conserver, restaurer, étudier, promouvoir et diffuser le patrimoine historique et artistique lié à la Maison ducale de Medinaceli et dispersé dans presque toutes les régions de l’Espagne. Bien que l’essentiel de ce patrimoine appartienne à l’époque moderne, les siècles médiévaux sont aussi représentés dans ses collections et archives (voir Archives privés).

    - Fundación Casa Medina Sidonia
    Il s’agit d’un organisme sans but lucratif créé en 1990 par Luisa Isabel Álvarez de Toledo, XXIe duchesse de Medina Sidonia. Son objectif principal est la préservation et la diffusion des biens possédés par la Maison ducale : le Palais des Guzmanes, situé à Sanlucar de Barrameda (Cadix), son patrimoine pictural et mobilier, son jardin et ses archives historiques, constituées de plus de six millions de documents, datant en partie du Moyen Âge (voir Archives privés). Pour ce faire, elle organise des conférences et séminaires, des expositions, des visites et, dans le cadre de l’accord de coopération qui existe avec l’Université de Paris-Sorbonne, elle tient chaque année ses Encuentros de Historia (Rencontres d’histoire).

    - Fundación Las Edades del Hombre (Fondation les âges de l’homme)
    Avec son siège permanent au Monastère de Santa María de Valbuena (Valladolid) depuis 2002, cette fondation vise à la conservation, l’étude, la protection et la diffusion du patrimoine possédé par les onze diocèses épiscopaux et archiépiscopaux de Castille et Léon : Burgos, Valladolid, Astorga, Ávila, Ciudad Rodrigo, Léon, Osma-Soria, Palencia, Salamanque, Ségovie et Zamora. Cela se concrétise dans des initiatives diverses, telles que des projets de recherche, des journées d’étude et plusieurs activités sociales, artistiques et de restauration dans lesquelles le patrimoine médiéval occupe une place remarquable. Il faut souligner en particulier la tenue des grandes expositions itinérantes d’art religieux en Castille et Léon, qui ont lieu périodiquement depuis la première, célébrée à Valladolid en 1988.

    - Fundación Lázaro Galdiano (Fondation Lázaro Galdiano)
    Elle a été créée en 1948 à partir du don que le collectionneur illustre, bibliophile, rédacteur et banquier José Lázaro Galdiano fit à l’État espagnol le 22 décembre 1947. Il s’agit d’une institution très active, internationalement reconnue dans le domaine de l’art et des collections, engagée dans la promotion de la connaissance scientifique de l’art, sa diffusion dans la société à la préservation du riche héritage de son fondateur. Elle abrite le Museo Lázaro Galdiano (Musée Lázaro Galdiano) (voir Musées) et la Biblioteca Lázaro Galdiano (Bibliothèque Lázaro Galdiano), propriétaire d’un riche fonds historique, comprenant une remarquable collection de manuscrits médiévaux enluminés (voir Bibliothèques privées). Parmi d’autres initiatives éditoriales, elle publie la revue Goya. Revista de Arte (Goya. Revue d’art) (voir Revues et publications). Elle est basée à Madrid, dans le Palais dans lequel le fondateur et sa femme établirent leur résidence privée après leur mariage en 1903.

    - Fundación Noguera (Fondation Noguera)
    Créée à Barcelone en 1976 par le notaire Raimon Noguera i de Guzmán, cette fondation travaille pour préserver et diffuser le patrimoine documentaire catalan et, en particulier, celui généré par l’activité notariale dès le Moyen Âge et jusqu’à l’époque contemporaine. Pour ce faire, elle promeut diverses initiatives de recherche et de diffusion, y compris l’organisation de conférences et journées d’étude, la dotation annuelle des Becas Raimon Noguera et la publication de la Revista d’Estudis Històrics i Documents dels Arxius de Protocols (Revue d’études historiques et documents des archives de protocoles) (voir Revues et publications).

    - Fundación San Millán de la Cogolla (Fondation San Millán de la Cogolla)
    Créée en 1988 dans le monastère homonyme situé à La Rioja, elle vise, parmi d’autres objectifs, à promouvoir la protection et la conservation des monastères de San Millán de la Cogolla, Suso et Yuso – d’origine médiévale et classés par l’UNESCO au Patrimoine mondial de l’humanité – et à documenter et faire connaître les origines médiévales de la langue espagnole. À cette fin, en plus de l’organisation d’événements scientifiques et didactiques, elle soutient l’activité du Centro Internacional de Investigación de la Lengua Española (Centre international de recherche sur la langue espagnole) (voir Institutions de recherche).

    - Fundación Santa María la Real del Patrimonio Histórico (Fondation Notre Dame Royale du patrimoine historique)
    L’histoire de cette fondation a commencé en 2014 à partir de l’union de deux entités préexistantes ayant une longue expérience en matière de gestion du patrimoine : la Fundación Santa María la Real (Fondation Notre Dame Royale) et la Fundación del Patrimonio Histórico de Castilla y León (Fondation du patrimoine historique de Castille et Léon). Ses objectifs fondamentaux sont, entre autres, de promouvoir la conservation et la connaissance du monastère médiéval de Santa María la Real de Aguilar de Campo (Palencia), où elle a son siège social, d’encourager les études et recherches sur l’art roman et la culture médiévale et de favoriser la préservation et la diffusion du patrimoine historique et artistique de cette période. Pour ce faire, elle déploie une activité très dynamique et professionnelle qui se concrétise, parmi d’autres résultats, dans l’élaboration de la base de donnés Románico digital (Roman numérisé), consultable en ligne (voir Sources en ligne), dans le développement du portail web Canal Patrimonio (Chaîne patrimoine) (voir Sources en ligne) – qui, à son tour, publie la revue Patrimonio. Revista de patrimonio y turismo cultural (Patrimoine. Revue de patrimoine et tourisme culturel) (voir Revues et publications) – et dans l’organisation de nombreuses journées d’étude, comme le colloque annuel Ars Mediaevalis à Aguilar de Campoo.

    - Hispania Nostra. Asociación para la Defensa del Patrimonio Cultural y Natural (Hispania Nostra. Association pour la défense du patrimoine culturel et naturel)
    Créée en 1976 et basée à Madrid, cette organisation sans but lucratif et déclarée d’utilité publique a pour objectifs la défense, la sauvegarde et la valorisation du patrimoine culturel et naturel espagnol. Par conséquent, elle ne se consacre pas exclusivement à la période médiévale, mais cette dernière est particulièrement représentée dans ses différentes initiatives. Ces projets comprennent l’organisation de conférences, journées d’étude et séminaires et la publication de la Lista Roja de Patrimonio en peligro (Liste rouge du patrimoine en danger).

    - Institut d’Estudis Món Juïc (Institut d’études monde juif)
    Il a été fondé en 2005 à Barcelone par un groupe de chercheurs et de professeurs de l’Universitat de Barcelona (voir Universités) avec l’objectif de promouvoir les études sur le judaïsme catalan – principalement, mais pas exclusivement, médiéval – et de favoriser leur diffusion. Parmi d’autres initiatives, il réalise le catalogage des fonds juifs de l’Arxiu Diocesà de Barcelona (Archives diocésaines de Barcelone) (voir Archives privés) et publie des informations en ligne sur les archives catalanes qui conservent des manuscrits hébreux.

    - Sociedad de Estudios Históricos de Navarra (SEHN) (Société d’études historiques de Navarre)
    Fondée en 1988 à Pampelune, la SEHN est une société d’historiens dont l’objectif principal est l’étude, la promotion et la diffusion de l’histoire de Navarre, y compris pendant la période médiévale.

    - Sociedad de Estudios Medievales y Renacentistas (SEMYR) (Société d’études médiévales et de la Renaissance)
    Il s’agit d’une fédération de sociétés dédiées à l’étude scientifique de la période médiévale et de la Renaissance, avec une attention particulière portée aux aspects culturels et littéraires. Le séminaire qui lui donne son nom est le Seminario de Estudios Medievales y Renacentistas (SEMYR), (Séminaire d’études médiévales et de la Renaissance) dépendant de l’Universidad de Salamanca (voir Universités).

    - Sociedad de Filosofía Medieval (SOFIME) (Société de philosophie médiévale)
    La SOFIME est une association académique fondée à Saragosse, à l’occasion du I Congreso Nacional de Filosofía Medieval (I Congrès national de philosophie médiévale) (1990), et ayant l’Universidad de Zaragoza et l’Universidad de Córdoba (voir Universités) comme institutions collaboratrices. Son objectif principal est de promouvoir la recherche sur la pensée médiévale ibérique en organisant des congrès et séminaires en collaboration avec les universités espagnoles, portugaises et de l’Amérique latine. Depuis 1993, elle publie la Revista Española de Filosofía Medieval (Revue espagnole de philosophie médiévale) (voir Revues et publications).

    - Sociedad Española de Ciencias y Técnicas Historiográficas (SECCTTHH) (Société espagnole des sciences auxiliaires)
    La SECCTTHH a été créée en 2005 comme une association sans but lucratif qui réunit les professeurs d’université espagnols qui appartiennent aux domaines de la paléographie, codicologie, diplomatique, héraldique et d’autres sciences auxiliaires, et les professionnels directement liés à la conservation des sources historiques en Espagne. Ses principaux objectifs sont la promotion de ces sciences auxiliaires, la circulation et l’échange d’idées et projets et le développement des aspects méthodologiques de ces disciplines. À cette fin, entre autres activités, elle organise une conférence annuelle itinérante, en collaboration avec les départements des différentes universités espagnoles. Bien que la période médiévale ne soit pas le seul objet d’étude de l’association, elle occupe une place très importante dans les recherches d’un grand nombre de ses membres.

    - Sociedad Española de Estudios Árabes (SEEA) (Société espagnole d’etudes arabes)
    La SEEA est une association scientifique créée en 1993 qui regroupe les enseignants et les chercheurs intéressés par le développement, la promotion et la diffusion des études arabes en Espagne. Elle ne se consacre pas exclusivement à la période médiévale, mais cette période a une importance particulière dans ses activités. Son siège social se situe au sein du Departamento de Estudios Árabes e Islámicos (Département d’études arabes et islamiques) de l’Universidad Complutense de Madrid (voir Universités).

    - Sociedad Española de Estudios Medievales (SEEM) (Société espagnole d’études médiévales)
    Domiciliée à Madrid, au Centro de Ciencias Humanas y Sociales (Centre de sciences humaines) du Consejo Superior de Investigaciones Científicas (CCHS-CSIC) (Conseil supérieur de la recherche scientifique) (voir Institutions de recherche), la SEEM est l’association qui regroupe les chercheurs, enseignants et professionnels intéressés par l’étude de la période médiévale en Espagne. Son objectif est donc de promouvoir et d’intensifier le développement scientifique et la diffusion des études médiévales avec une attention particulière portée à l’espace hispanique. Pour ce faire, en plus de l’organisation d’événements scientifiques et de la remise des bourses pour assister à conférences et colloques, chaque année elle convoque un prix de recherche, le Premio Medievalismo (Prix medievalismo), et, depuis 1991, elle publie la revue Medievalismo. Boletín de la Sociedad Española de Estudios Medievales (Medievalismo. Bulletin de la Société espagnole d’études médiévales) (voir Revues et publications).

    - Sociedad Española de Historia Agraria (SEHA) (Société espagnole d’histoire agraire)
    Basée à Gérone, la SEHA est une association scientifique qui vise à promouvoir la connaissance des sociétés rurales et leur passé. Pour ce faire, elle organise régulièrement des conférences et des séminaires, ainsi qu’un congrès annuel, et elle publie la revue Historia Agraria. Revista de agricultura e historia rural (Histoire agraire. Revue d’agriculture et d’histoire rurale) (voir Revues et publications). Bien que la majeure partie de son activité comprenne les époques moderne et contemporaine, le Moyen Âge est également représenté dans ses activités.

    - Societat Catalana d’Estudis Hebraics (SCEHB) (Société catalane d’études hébraïques)
    La SCEHB est une filiale de l’Institut d’Estudis Catalans (voir Institutions de recherche) inscrite dans la Secció Històrico-Arqueològica (Section historico-archéologique), où se trouve son siège. Son but spécifique est la récupération, la promotion, l’étude et la diffusion du patrimoine archéologique et documentaire des juifs catalans au Moyen Âge et de leur histoire socio-politique, religieuse et culturelle. Parallèlement à d’autres activités éditoriales, elle publie la revue Tamid. Revista Catalana Anual d’Estudis Hebraics (Tamid. Revue catalane annuelle d’études Hébraïques) (voir Revues et publications).

    - Societat Catalana d’Estudis Històrics (SCEH) (Société catalane d’études historiques)
    La SCEH a été créée en 1946 comme une filiale de l’Institut d’Estudis Catalans (voir Institutions de recherche) inscrite dans la Secció Històrico-Arqueològica (Section historico-archéologique), où se trouve son siège. Elle vise à l’étude, la promotion et la diffusion de l’histoire de Catalogne dans la longue durée. Le Moyen Âge n’est pas son objet d’étude exclusif, mais il y trouve une place remarquable.

    - Societat Catalana d’Estudis Litúrgics (SCEL) (Société catalane d’études liturgiques)
    La SCEL a été créée en 1969 comme une filiale de l’Institut d’Estudis Catalans (voir Institutions de recherche) inscrite dans la Secció Històrico-Arqueològica (Section historico-archéologique), où se trouve son siège. Son but principal est l’étude et la publication de la documentation relative à l’histoire des usages liturgiques et paraliturgiques en Catalogne et dans les territoires de l’ancienne Couronne d’Aragon. Par conséquence, elle ne limite pas son activité à la période médiévale, mais elle travaille beaucoup dessus. Parallèlement à d’autres activités éditoriales, elle publie la revue Miscellània Litúrgica Catalana (Miscellanées liturgiques catalanes) (voir Revues et publications).

    - Societat Catalana d’Estudis Numismàtics (SCEN) (Société catalane d’études numismatiques)
    La SCEN a été créée en 1979 comme une filiale de l’Institut d’Estudis Catalans (voir Académies des sciences) inscrite dans la Secció Històrico-Arqueològica (Section historico-archéologique), où se trouve son siège. Elle vise à l’étude de l’histoire de la monnaie, des médailles et des autres objets monétaires et paramonétaires ; elle s’occupe également de la promotion, l’étude et la diffusion de la numismatique et de l’histoire de la monnaie pendant le Moyen Âge et également les siècles suivants. Parallèlement à d’autres activités éditoriales, elle publie la revue Acta Numismatica (voir Revues et publications).

    - Societat Catalana de Musicologia (SCM) (Société catalane de musicologie)
    La SCEN a été créée en 1973 comme une filiale de l’Institut d’Estudis Catalans (voir Académies des sciences) inscrite à la Secció Històrico-Arqueològica (Section historico-archéologique), où se trouve son siège. Elle se consacre à la recherche scientifique musicale et à son application pratique, principalement en Catalogne et dans les territoires limitrophes. Dès sa fondation et jusqu’au 2011 elle publia le Butlletí de la Societat Catalana de Musicologia (Bulletin de la Société catalane de musicologie), qui, depuis cette date, a été remplacé par la Revista Catalana de Musicología (Revue catalane de musicologie) (voir Revues et publications).

    Mercedes LÓPEZ-MAYÁN, 19 juin 2017 | 4 octobre 2016
    Haut de page

  • Notes et adresses des liens référencés

rss | Retrouvez Ménestrel sur Twitter | Retrouvez Ménestrel sur Facebook | Plan du site | Derniers articles | Espace privé | Mentions légales | Qui sommes-nous? | ISSN : 2270-8928