Site Ménestrel

Médiévistes sur le net : sources, travaux et références en ligne

Accueil > Thèmes et disciplines > Histoire du livre > Instruments de travail

Instruments de travail

  • Instruments de travail

    Nous signalons ici les instruments de travail accessibles en ligne et utiles au lecteur qui souhaite étudier le livre manuscrit et l’incunable. Par outils de travail, nous signifions ici les ressources en ligne permettant une première approche du livre médiéval telles que les pages d’initiation aux manuscrits occidentaux, ainsi que les ressources indispensables pour son étude tels que les vocabulaires et les lexiques.

    Anne TOURNIEROUX, Chiara RUZZIER, Claire PRIOL, Emilie COTTEREAU-GABILLET, Ezio ORNATO, 24 janvier 2012
    Haut de page
  • Lexiques

    Lexiques

    -  Vocabulaire codicologique, de Denis Muzerelle (IRHT - Institut de recherche et d’histoire des textes, CNRS)

    Edition hypertextuelle de l’ouvrage de référence de Denis Muzerelle, avec ses définitions et ses schémas. Ce travail considérable constitue un outil extrêmement utile et absolument essentiel pour celui qui doit décrire un livre manuscrit de manière précise. L’édition électronique peut être parcourue de bout en bout mais surtout interrogée à partir d’un index alphabétique, le tout en différentes langues (français, espagnol, italien, et de manière incomplète anglais), cependant, elle ne prend pas en compte les augmentations des versions papier italienne et espagnole du Vocabulaire codicologique. Les figures qui illustrent les définitions s’affichent en face de ses dernières, ce qui facilite leur compréhension.

    - Terminologie ancienne du livre, de Martin Morard (LEM - Laboratoire d’Etudes sur les Monothéismes, CNRS)

    La Terminologie ancienne du livre est une rubrique du site Libraria, consacré à l’histoire des bibliothèques. Constatant les difficultés d’interprétation des termes relatifs au livre dans les sources médiévales (catalogues, inventaires, testaments, comptes), les auteurs proposent ici de les inventorier et de les analyser. Le vocabulaire retenu concerne tant les bibliothèques que les livres eux-mêmes, dans leur contenu comme dans leur forme. Ce répertoire, en cours d’élaboration, est enrichi par des mises à jour très régulières. Il se présente sous la forme d’un index alphabétique. Enfin, la bibliographie sommaire proposée par Martin Morard permet de faire le point sur les travaux en terminologie du livre médiéval.

    - Glossaire du Catalogue of illuminated manuscripts

    Edition révisée de l’ouvrage de Michelle P. Brown, Understanding Illuminated Manuscripts : A Guide to Technical Terms, Malibu – Londres, 1994. De nombreux termes de vocabulaire sont illustrés par une ou plusieurs photographie(s) de manuscrit ; des liens hypertextes permettent de nombreux renvois entre notices.

    Anne TOURNIEROUX, Chiara RUZZIER, Claire PRIOL, Emilie COTTEREAU-GABILLET, Ezio ORNATO, 24 janvier 2012 | 7 avril 2010
    Haut de page
  • Pages d’initiation sur le manuscrit

    Pages d’initiation sur le manuscrit

    - Livret du stage d’initiation au manuscrit médiéval (domaine latin et roman) de l’IRHT, par Thierry Buquet (IRHT - Institut de recherche et d’histoire des textes, CNRS), Olivier Legendre (IRHT - Institut de recherche et d’histoire des textes, CNRS) et Jacques-Hubert Sautel (IRHT - Institut de recherche et d’histoire des textes, CNRS)

    Ce livret de stage peut être consulté en ligne ou téléchargé. Il s’adresse avant tout aux étudiants qui participent au stage d’initiation de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes mais peut être utilisé en dehors de ce cadre. Il présente des informations pratiques, des bibliographies et surtout une partie méthodologique dans laquelle est indiqué ce qui doit être relevé lorsque l’on observe un manuscrit, de manière très didactique. On notera la présence d’un « Vocabulaire de l’imprimé ». Le contenu de la plateforme Aedilis étant en cours de migration vers le carnet de recherche de l’IRHT sur Hypothèses (http://irht.hypotheses.org), nous renvoyons à la version du livret d’octobre 2009.

    - Livret du stage d’initiation au manuscrit médiéval en langue arabe de l’IRHT, élaboré par la section arabe de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (IRHT)
    Le contenu de la plateforme Aedilis est actuellement en cours de migration vers le carnet de recherche de l’IRHT sur Hypothèses à l’adresse suivante : http://irht.hypotheses.org).

    Ce livret d’initiation, réalisé suite au stage organisé en 2002 à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, est plus succinct et plus simple que celui consacré au monde latin et au monde roman (pas d’iconographie) et n’est disponible qu’en format pdf. Il propose un protocole de description de manuscrits, un petit lexique et une bibliographie.

    - Initiation aux manuscrits liturgiques de rite romain au Moyen Age, par Jean-Baptiste Lebigue (IRHT - Institut de recherche et d’histoire des textes, CNRS)

    Cette publication pédagogique de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes a été élaborée suite aux ateliers qui ont accompagné les séances du cycle thématique de l’IRHT de l’année 2003-2004, dirigé par Olivier Legendre et Jean-Baptiste Lebigue. Le dossier, extrêmement complet, est organisé en diverses parties (Notions préliminaires, Livres de l’Office, Livres de la messe, Organisation du culte, Bibliographie). Il se présente comme un cours d’initiation illustré. A partir de définitions mais aussi d’exemples concrets commentés rapidement, il donne au lecteur de nombreux conseils pour aborder les livres liturgiques, les identifier et en comprendre le fonctionnement. Un index permet de retrouver facilement les éléments recherchés dans le cours du texte. Le contenu de la plateforme Aedilis étant en cours de migration vers le carnet de recherche de l’IRHT sur Hypothèses (http://irht.hypotheses.org), nous renvoyons à la version du livret de décembre 2005.

    - Le lexicon : Mise en page et mise en texte des manuscrits hébreux, grecs, latins, romans et arabes, par Philippe Bobichon (IRHT - Institut de recherche et d’histoire des textes, CNRS)
    Le contenu de la plateforme Aedilis est actuellement en cours de migration vers le carnet de recherche de l’IRHT sur Hypothèses à l’adresse suivante : http://irht.hypotheses.org).

    Ce dossier fait partie des publications pédagogiques de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, et a été réalisé suite aux ateliers animés dans le cadre de l’initiation au manuscrit médiéval proposée chaque année par cette institution. Le dossier s’organise de manière très structurée autour de différents aspects de la mise en page et de la mise en texte. Pour chaque domaine envisagé, le dossier présente des définitions ou paragraphes explicatifs très bien illustrés. Il est également possible de circuler dans le site via un index. Grâce à des liens hypertextes, le dossier permet enfin des renvois vers la bibliographie ou encore vers le Vocabulaire codicologique de Denis Muzerelle. Consultable en ligne ou téléchargeable.

    - Medieval Manuscript Manual, élaboré par le Département des Etudes Médiévales de la Central European University de Budapest

    Cette introduction à l’histoire du livre manuscrit médiéval aborde à la fois des aspects historiques et techniques (langue au choix parmi l’anglais, l’italien, le hongrois et le russe). Le manuel peut être téléchargé.

    - Medieval Writing, par John et Dianne Tilltson, Australie

    Ce site propose une introduction sur de nombreux aspects relatifs au manuscrit médiéval (De l’étude des manuscrits ; Approche paléographique ; Auteurs, scribes et libraires ; Typologie livresque ; Outils et matériaux ; Formes des manuscrits, Décoration ; Literacy, etc.). Même si l’arborescence du site peut apparaître un peu complexe au premier abord, l’ensemble offre une initiation intéressante et très agréable à parcourir, du fait des multiples illustrations qui accompagnent le texte et des nombreux liens hypertextes qui permettent d’accéder au glossaire ou d’obtenir des références bibliographiques.

    - Manuscript Studies. Medieval and Early Modern, par Stephen R. Reimer (University of Alberta, Edmonton, Canada)

    Ce site propose des définitions et pistes de réflexion sur différents sujets relatifs au livre manuscrit et aux premiers imprimés, ainsi qu’une bibliographie thématique. Il semble que le projet initial, qui envisageait un site de plus grande ampleur, ait été abandonné. Dernière mise à jour le 30 mai 2015.

    - Scriptorium – Buchproduktion im Mittelalter, par Jens Dannehl et Maria Effinger (Université de Heidelberg)

    Cette page en langue allemande propose une présentation très synthétique du livre manuscrit. On trouvera également un glossaire et la reproduction de 133 manuscrits.

    Anne TOURNIEROUX, Chiara RUZZIER, Claire PRIOL, Emilie COTTEREAU-GABILLET, Ezio ORNATO, 28 septembre 2015 | 25 juillet 2011
    Haut de page
  • Le livre médiéval au regard des méthodes quantitatives

    Depuis la fin des années 1970, l’application des méthodes quantitatives à l’étude du livre manuscrit et imprimé a constitué une approche complémentaire à la méthode érudite traditionnelle et a fourni d’importants résultats globaux sur plusieurs aspects de la production livresque.

    Aucun manuel n’est disponible pour l’instant, mais un certain nombre de contributions sur la méthode et ses résultats ont été publiées dans La face cachée du livre médiéval. L’histoire du livre vue par Ezio Ornato, ses amis et ses collègues, Rome, 1997 (voir aussi la Bibliographie).

    Une journée d’initiation, organisée le 28 mai 2015 par le LAMOP, a récemment permis de revenir sur l’histoire et les principes de ces méthodes et d’en présenter des applications récentes à des corpus de manuscrits et d’incunables. Un cours d’été est programmée du 13 au 17 juin 2016.

    Toutes les conférences sont disponibles en ligne :

    Ezio Ornato (CNRS - LAMOP) : Les méthodes quantitatives au service de l’histoire du livre : principes, parcours, exemples, avec la participation de Denis Muzerelle (IRHT)

    Émilie Cottereau (Paris 1 Panthéon-Sorbonne - LAMOP) : La codicologie quantitative, une approche incontournable pour étudier les pratiques des copistes. L’exemple de la gestion de la ligne d’écriture

    Chiara Ruzzier (Université catholique de Louvain - LAMOP) : Un corpus idéal pour l’application des méthodes quantitatives : les bibles portatives du XIIIe siècle

    Octave Julien (Paris 1 Panthéon-Sorbonne – LAMOP/PIREH) : L’analyse factorielle pour établir une typologie de manuscrits à partir de critères qualitatifs

    Anne Tournieroux (Paris 1 Panthéon-Sorbonne - LAMOP) : L’impact de l’imprimé dans les bibliothèques privées françaises et italiennes à la fin du Moyen âge : apports et limites des méthodes quantitatives

    Catherine Kikuchi (Université Paris 4 Sorbonne - Centre Roland Mousnier) : Comment faire de l’histoire sociale en comptant les incunables ? Une exploitation de la base de l’ISTC

    Anne TOURNIEROUX, Chiara RUZZIER, Claire PRIOL, Emilie COTTEREAU-GABILLET, Ezio ORNATO, 29 avril 2016 | 22 janvier 2016
    Haut de page
  • Répertoires de filigranes du papier

    Répertoires de filigranes du papier

    - Le projet Bernstein, réalisé dans le cadre du programme européen eContent+, avait pour objectif la création d’un environnement numérisé européen pour l’expertise et l’histoire du papier et, notamment, l’intégration de quatre répertoires de filigranes déjà en ligne en un ensemble unique consultable simultanément ainsi que la bibliographie du papier réalisée par la Deutsche Nationalbibliothek de Leipzig.

    • Un portail collectif permet d’interroger les répertoires de Piccard on line (POL), de Waserzeichen des Mittelalters (WZMA), de Watermarks in Incunabula printed in Low-Countries (WILC) et de l’International database of watermarks and paper used for prints and drawings c. 1450-1800 (NIKI). Chaque répertoire garde néanmoins sa physionomie et peut toujours être consulté sur le site qui l’héberge à travers son propre moteur de recherche. En effet, puisque les répertoires n’ont pas été unifiés, la consultation simultanément ne peut se faire que sur le nombre restreint de paramètres communs. L’interface est disponible en quatre langues (allemand, anglais, français et italien), grâce à l’établissement d’une terminologie multilingue. Par ailleurs, les résultats des requêtes peuvent alimenter un atlas interactif : le logiciel cartographique sous-jacent (disposant de quelques capacités statistiques) a été conçu pour représenter l’évolution dans le temps et dans l’espace de tous les phénomènes relevant de la culture écrite disposant de coordonnées spatio-temporelles.

    - Piccard on line (POL)

    Ce répertoire, géré par le Hauptstaatsarchiv de Stuttgart, contient plus de 90 000 reproductions de filigranes. Il s’agit de la reproduction complète des fiches sur carton établies d’après les relevés directs de Gerhard Piccard avant sa mort (en 1989). Cette collection est donc plus complète que la version imprimée qui n’a pu épuiser tous les motifs de filigranes. Malheureusement, il est impossible d’établir une concordance image par image entre les deux répertoires, puisque les deux numérotations sont indépendantes. POL rend quand même énormément de services : les images peuvent être agrandies et téléchargées une par une et plusieurs champs peuvent être interrogés en plein texte (mais le contenu des champs ne fait que reproduire les notes de Piccard sans aucune normalisation).

    - Watermarks in Incunabula printed in Low-Countries (WILC).

    Ce répertoire, œuvre de Gerard Van Thienen ancien conservateur des livres rares à la bibliothèque de La Haye, a été conçu dès le départ pour le web. Il comprend plus de 16 000 images (radiographie ou frottage) provenant de presque tous les incunables imprimés aux anciens Pays-Bas (Belgique et Hollande actuelles). Outre la reproduction, il comporte une description très soignée du filigrane, ainsi que quelques renseignements sur l’incunable dont il est issu. La base ayant été rigoureusement conçue et parfaitement uniformisée, le moteur de recherche est très performant. À noter que chaque image est pourvue d’un renvoi à l’édition correspondante au sein du répertoire de l’ISTC (via un lien) ; renvoi qui s’exerce dans les deux sens.

    - Waserzeichen des Mittelalters (WZMA)

    Ce répertoire recense les filigranes provenant des manuscrits médiévaux conservés en Autriche (presque 10000 spécimens à ce jour), reproduits surtout par bétagraphie (et plus récemment par frottage). La recherche se fait uniquement par motif et sous-motif (texte ou image). Sur demande, il est possible d’obtenir la liste complète des filigranes de chaque manuscrit, ainsi qu’une description du manuscrit lui-même.

    - Répertoire de Briquet (Cf. C.- M. Briquet, Les filigranes : dictionnaire historique des marques du papier, Paris, 1907) (voir la notice de la bibliographie papier).

    Ce site, en cours de construction, a été réalisé à la suite d’un dépouillement effectué dans le cadre du projet Bernstein. La recherche est effectuée uniquement à partir d’une liste de motifs : en cliquant sur les images affichées, on a accès aux informations concernant chaque filigrane, ainsi qu’à la reproduction de la page du répertoire imprimé qui lui correspond.

    - Watermarks in Incunabula printed in Espana (WIES)

    Ce site, également en construction, présente 2800 images extraites des 9100 frottages effectués par Gerard Van Thienen dans plusieurs centaines d’incunables imprimés en Espagne. Pour l’instant, les possibilités offertes pour la recherche sont assez limitées : à partir de la référence de chaque incunable, on accède à la série d’images qui lui correspondent, dépourvues toutefois de tout commentaire.

    Anne TOURNIEROUX, Chiara RUZZIER, Claire PRIOL, Ezio ORNATO, 21 janvier 2016 | 25 juillet 2011
    Haut de page
  • Les acteurs de la fabrication des livres

    Les acteurs de la fabrication des livres

    - Donne e cultura scritta nel Medioevo

    Base de données gérée par l’Université de Cassino et l’Université de Rome « La Sapienza », qui recense les manuscrits portant des souscriptions de copiste femme. Le recensement en cours qui, à l’heure actuelle, comprend environ 220 manuscrits, a été constitué sur la base d’un dépouillement non exhaustif de catalogues imprimés. La base permet une interrogation par nom et statut (religieux ou laïque) de la copiste ou bien par cote, lieu, date et contenu des manuscrits. Pour un certain nombre de volumes (1/4 environ) qui ont été vus directement par les rédacteurs, la base fournit une description codicologique et paléographique détaillée.

    - Liste des copistes des manuscrits corviniens, par Edit Madas (Bibliothèque nationale Széchényi, Budapest) et Angela Dillon Bussi (Biblioteca Laurenziana, Florence)

    Sur le site consacré au Colloque Matthias Corvin, est publiée la liste des copistes des manuscrits corviniens, établie à partir des travaux d’Albinia de la Mare.

    - Marques d’imprimeurs : Mémoire d’Aurélie Vertu (ENSSIB) en ligne sur les marques typographiques utilisées par les imprimeurs et les libraires du XVème au XIXème siècle

    Mémoire en format PDF retraçant l’historique et surtout la symbolique des marques typographiques. Il répertorie également certaines marques d’imprimeurs (seules les pages concernant la fin du XVème siècle nous intéressent). En plus d’une bibliographie assez riche, on trouve des liens utiles relatifs au livre imprimé dans la dernière partie du mémoire.

    - Répertoire de l’imprimeur Michel Le Noir : l’EAD au service du livre ancien : Mémoire de Florine Stankiewicz (ENSSIB) en ligne consacré à la production imprimée de l’imprimeur-libraire parisien Michel Le Noir.

    Mémoire en format PDF mettant en lumière le rôle du libraire et imprimeur parisien Michel Le Noir. Il se divise en trois parties : la dynastie Le Noir, le fonctionnement de l’atelier et l’établissement du répertoire des oeuvres imprimées à l’aube de Renaissance.

    Anne TOURNIEROUX, Chiara RUZZIER, Claire PRIOL, Emilie COTTEREAU-GABILLET, Ezio ORNATO, 21 janvier 2016 | 25 juillet 2011
    Haut de page
  • Outils divers sur les incunables

    Incunables

    Portail

    - Consortium of European Research Libraries (CERL)

    Le Consortium of European Research Libraries (CERL), formé en 1992 à l’initiative de bibliothèques de recherche et universitaires de nombreux pays européens et constitué officiellement en 1994, a pour objectif le partage des ressources et des expertises entre bibliothèques afin d’améliorer l’accès, l’exploitation et la préservation du patrimoine européen manuscrit et imprimé. De plus, le CERL est associé au projet Itinéraire Culturel du Livre piloté par le Conseil de l’Europe.
    Le site a pour principal objectif de signaler tous les livres imprimés entre le milieu du XVème siècle et le milieu du XIX ème siècle dans un catalogue en ligne appelé "Hand Press Book Database" (hébergé par l’OCLC, Online Computer Library Center).
    La base HPB permet la recherche par auteur, titre, lieu d’impression, imprimeur ou libraire, année de publication, langues, notes, références bibliographiques, bibliothèques, et autres. Actuellement environ 3 millions de notices de livres imprimés en Europe entre 1455 et 1830 sont signalées.
    Ses autres réalisations majeures sont le "CERL Thesaurus" et le "CERL Portal" :

    • « CERL Thesaurus » : l’utilisation du CERL Thesaurus multilingue permet une recherche assistée dans la base HPB (Hand Press Book) par lieu d’impression (villes d’édition), nom de l’imprimeur/libraire et nom de l’auteur (ou nom du traducteur, éditeur, etc.). Ce thésaurus contient à ce jour plus de 700 000 notices. Pour chaque auteur, la base fournit la forme normalisée du nom et en recense toutes les variantes attestées dans les éditions imprimées, ainsi que les pseudonymes éventuels.
    • « CERL Portal » : Le portail du CERL donne accès aux descriptions de manuscrits et de documents imprimés anciens (jusqu’en 1830), conservés en Europe, aux États-Unis et en Australie. Le Portail permet une recherche simultanée du patrimoine européen manuscrit et imprimé conservé dans une quinzaine de bibliothèques et de collections européennes, américaines et australiennes. Les résultats de la recherche sont regroupés par institution. L’affichage détaillé donne les informations les plus importantes, mais non les notices entières. Pour accéder aux notices complètes, il faut cliquer sur le lien vers la base d’origine, présent dans chaque notice.

    Enfin, le site du CERL permet l’accès au répertoire « Bibliographical data » qui recense des sites utiles à l’étude du livre ancien : catalogues, microfilms, marques d’imprimeurs, filigranes, etc.

    Typographie des incunables

    - Fontes : page sur la typographie, par Hiroharu Orita (National Diet Library, Tokyo)

    Site en anglais dont une partie est consacrée aux fontes typographiques antérieures à 1500 répertoriées dans : Gesellschaft für Typenkunde des XV Jahrhunderts. Veröffentlichungen. Halle, 1907-1939 (GFT). Cette publication en plusieurs volumes fournit une reproduction complète, signe par signe, du jeu de caractères de chaque fonte utilisée. Le site établit une concordance exhaustive avec le répertoire : les fontes sont classées par pays et par ordre alphabétique des villes d’imprimerie ; un certain nombre d’entre elles ont été numérisées et sont disponibles en ligne.

    Atlas géographique des incunables

    - Atlas interactif sur la localisation des imprimeries en Europe à la fin du XVe siècle élaboré par l’Université de l’Iowa, sous la direction de Gregory J. Prickman

    Cet atlas montre dans la diachronie la localisation des ateliers typographiques en Europe à la fin du XVe siècle, ainsi que celle des moulins à papier et d’autres phénomènes marquants. À noter quelques problèmes de géolocalisation, mais cet outil, facile à utiliser, permet de visualiser une première approche de la diffusion progressive de l’imprimerie.

    Anne TOURNIEROUX, Chiara RUZZIER, Claire PRIOL, Emilie COTTEREAU-GABILLET, Ezio ORNATO, 21 janvier 2016 | 25 juillet 2011
    Haut de page
  • Histoire des bibliothèques médiévales

    Histoire des bibliothèques médiévales

    - Libraria, Pour l’histoire des bibliothèques anciennes, IRHT (Institut de recherche et d’histoire des textes), CNRS.

    Ce site consacré à l’histoire des bibliothèques dans l’Occident médiéval a été mis en ligne par la section de codicologie de l’IRHT. Sa création répond à l’un des objectifs du programme ANR, « Les bibliothèques, matrices et représentations des identités de la France médiévale » (Biblifram), dirigé par Anne-Marie Turcan-Verkerk. Son but est de mettre à disposition l’ensemble des documents relatifs aux bibliothèques anciennes sur un principe collaboratif. Sa mise à jour en est très régulière.
    Cette initiative, unique jusqu’à présent, comporte plusieurs rubriques :

    • Formations : un espace dédié aux annonces de séminaires, de colloques, ou encore de journées relatives à ce domaine ;
    • le BiblioBlog : lieu d’échange d’informations et de diffusion des actualités dans le domaine des bibliothèques anciennes ;
    • le Répertoire des Bibliothèques médiévales de France (BMF) : il s’agit ici de constituer un répertoire des catalogues, inventaires, listes diverses de manuscrits médiévaux (VIIIe-XVIIIe s.) consultable actuellement sous forme de notices concernant les possesseurs et les listes. Pour une recherche efficace, il est recommandé de consulter les index plutôt que de lancer des requêtes via le moteur de recherche ;
    • des éditions d’inventaires médiévaux : chaque édition est précédée d’une notice précisant notamment la datation, la personne morale ou physique concernée, la source éditée et des indications relatives aux choix d’édition. Les identifications des textes et des auteurs sont proposées sous la forme de note de bas de page ;
    • une Terminologie ancienne du livre : voir la notice qui lui est consacrée plus haut.

    - J.L. Deuffic, Le manuscrit médiéval.

    Le blog de Jean-Luc Deuffic consacré au manuscrit médiéval offre de nombreuses ressources dont une série de liens organisés par thème (sources, portails, revues, centres de recherche, etc). Cette liste est exhaustive et régulièrement mise à jour. Ce blog est également un lieu de diffusion d’informations touchant le domaine du manuscrit médiéval. Parmi les onglets proposés en fin de page dans la rubrique « Catégories », la page des « instruments de travail » permet de consulter les dernières numérisations de sources ainsi que les ressources récemment mises en ligne pouvant intéressées l’historien des bibliothèques. A partir de ce blog, il est possible d’accéder à plusieurs sites du même auteur. On peut retenir notamment :

    • Bibliologie médiévale : ce site est consacré à la bibliologie médiévale abordée par thème ici (Bibliologie bretonne, Anne de Bretagne, Livres d’heures, Roman de la Rose). Signalons le thème, ou rubrique, « Incipit » qui propose une bibliographie relative aux bibliothèques médiévales françaises (voir la notice de la page « Bibliographie en ligne »), ainsi que la liste des ressources webographiques et le lien vers la revue Pecia.
    • Heures manuscrites identifiées : ce site propose un index par ordre alphabétique des possesseurs et des commanditaires de livre d’heures. Classé en fonction de leur patronyme, les possesseurs et leurs Heures font l’objet d’une notice reprenant la cote du manuscrit, l’indication prouvant la possession ou la commande des Heures et quelques éléments biographiques. Le site est régulièrement mis à jour comme en témoigne la rubrique « Actualité : état des notices ».
    • Manuscrits médiévaux et marques d’appartenance : ce site, comme le précédent, a pour objectif de proposer une liste exhaustive des possesseurs identifiés par des marques d’appartenance dans des manuscrits. Malgré la présence de données déjà connues par d’autres travaux, il faut souligner ce travail de synthèse et de mise à jour. De plus, on trouve quelques liens vers des sites ayant les mêmes objectifs en bas de la page d’accueil.

    - D. Nebbiai, H. Loyau, P. Barasc, C. Gadrat (eds.), Initiation à l’histoire des bibliothèques et à l’héraldique : Des armoiries et des livres. Les manuscrits de Pierre Lorfèvre, IRHT (Institut de recherche et d’histoire des textes), CNRS.

    Cette publication propose une initiation à l’histoire des bibliothèques et à l’héraldique en partant de l’étude des manuscrits de Pierre Lorfèvre, chancelier du duc d’Orléans, puis conseiller du roi Charles VI, mort en 1416. Ainsi, on peut suivre les étapes successives de l’étude d’une bibliothèque privée, largement illustrées. Un glossaire des termes héraldiques, ainsi qu’une bibliographie relative aux livres et à l’humanisme (XIVe et XVe siècle) et à l’héraldique, sont également mis à disposition du lecteur (pour les consulter, cliquez sur l’onglet ressources puis sur la rubrique « Glossaire » et "Bibliographie"). À terme, il est prévu d’y trouver une introduction à l’héraldique.

    Répertoires de catalogues et d’inventaires de bibliothèques médiévales

    Un certain nombre de répertoires de catalogues et d’inventaires de bibliothèques médiévales sont accessibles en ligne, numérisés ou dans une version électronique. Les bases de données consacrées aux bibliothèques médiévales sont encore rares.

    - Bibale - Collections anciennes et transmission des manuscrits médiévaux, développée à la Section de Codicologie, d’histoire des bibliothèques et d’héraldique de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT).

    La base BIBALE permet la consultation des données relatives aux collections médiévales issues de fichiers de l’IRHT constitués entre 1937 et 2005, dont le fichier possesseur de la section de codicologie et le fichier héraldique. A la date du 2 juillet 2015, 5 520 personnes morales et physiques, 1 237 collections, 7 491 sources, 5 684 composants (des livres, surtout manuscrits), 248 reliures et 626 unités textuelles liées à 240 œuvres y ont été décrits.
    La recherche dans la base peut s’effectuer sur le nom des personnes physiques ou morales, sur le type de source ou sur un fond de manuscrits, voir une cote de manuscrit. La saisie semi-automatique, ou le déroulement de l’index, suivant les critères interrogés, permet une recherche efficace et rapide. On regrette néanmoins de ne pas pouvoir effectuer une recherche sur plus de critères,comme les dates ou encore le type de possesseur. La précision quant à la description de la collection d’un individu ou d’une institution est notable. Pour chaque composante (une source, un manuscrit), on indique le degré de certitude du lien avec le possesseur. Pour chaque source et manuscrit, une fiche de renseignement est établie. Elles sont particulièrement précieuses quand il s’agit de manuscrits car tous les liens établis entre manuscrit et collections y sont repris. On peut ainsi suivre les modalités de circulation et de transmission des manuscrits.

    - R.I.Ca.Bi.M, Gli Inventari delle Biblioteche Medievali Italiane (secc. IX-XVI), aussi consultable sur Mirabile - Archivio Digitale della cultura medievale

    Cette base de données a pour vocation de reprendre l’ensemble des notices de bibliothèques médiévales recensées dans le cadre du projet Ricabim dont celles reproduites dans les volumes de la série du même nom. Mise en ligne en 2005 dans sa première version, elle peut être interrogée commodément (en italien) sur plusieurs critères (édition, localisation de la bibliothèque, possesseur, dates ou encore fonds de manuscrits actuellement conservés). Les notices sont succinctes se limitant à reprendre les critères de recherche. On regrette qu’il ne soit désormais plus possible d’accéder à la numérisation de l’édition par manque de mise à jour du logiciel de visualisation et à cause de l’intégration de cette base au portail Mirabile. Interroger la base Ricabim à partir de Mirabile est beaucoup moins simple, et surtout nécessite un abonnement annuel payant à cette ressource. Pour un certain nombre d’éditions, leur numérisation est disponible sur la bibliothèque numérique d’Internet Culturale.

    Éditions et numérisations d’inventaires

    - R.I.Ca.Bi.M, Repertorio di inventari, di cataloghi e di liste di manoscritti appartenuti a biblioteche medievali (Occidente latino, secoli VIII-XV), SISMEL de Florence.

    Le projet de recherche R.I.Ca.Bi.M, lancé en 1996 par la SISMEL (Società Internazionale per le studio del Medioevo Latino) de Florence, a pour objectif la constitution d’un répertoire des sources relatives aux bibliothèques de l’Occident latin antérieures à 1520. Recentré sur l’Italie, ce répertoire ne prend en compte que les documents édités intégralement ou partiellement. Sa constitution a donné lieu à la mise en ligne d’une base de données. L’ensemble des documents recensés peut être consulté de différentes manières :

    • Dans la collection « Biblioteche e archivi », un répertoire des inventaires et des catalogues des bibliothèques médiévales en Toscane a paru en 2009. Il s’agit du premier volume d’une série qui en comportera neuf.
    • Les fonds de la Biblioteca di Cultura Medievale, de la SISMEL, de la Biblioteca Nazionale Centrale de Florence, ainsi que celui de la Biblioteca Umanistica de la Faculté des Lettres et Philosophie de Florence ont été dépouillés dans le cadre de cette campagne. Les inventaires sont numérisés en mode image, si bien qu’aucune interrogation sur le texte n’est possible. Les 386 inventaires disponibles sont néanmoins librement téléchargeables au format pdf. De plus, la possibilité de pouvoir affiner sa recherche suivant différents critères comme l’auteur de l’édition ou encore la collection éditrice permet une interrogation fructueuse.

    - D. Williman (University of Rochester), Inventaire de la bibliothèque de Saint Victor de Marseille de 1374.

    La retranscription de l’inventaire de la collection de l’abbaye Saint Victor de Marseille est consultable sur le site de l’université de Rochester dans l’état de New York. Réalisée par Daniel Williman, elle s’accompagne d’une introduction sur l’histoire de la bibliothèque. Une bibliographie assez complète est également à noter. Pages en anglais.

    - R. Pearse, Quelques inventaires de bibliothèques en ligne.

    Le site de Roger Pearse, dont l’objectif est de collecter des matériaux historiques sur l’auteur Tertullien et ses textes, met à disposition des inventaires de bibliothèques médiévales, dont ceux de Bardeney, de Cluny, de Corbie, de Cologne, de Durham et de Fulda (rubrique « Lost manuscripts and Inventories »). Il s’agit en fait de la simple retranscription des éditions imprimées de ces inventaires sans identification des textes et des auteurs. Ces retranscriptions d’édition, bien qu’utiles, doivent être consultées avec un certain sens critique. En effet, il ne s’agit pas toujours des éditions les plus récentes ou les plus fiables. Site en anglais.

    Reconstitution virtuelle de collections

    - I. Monok (Biblioteca Nazionale Széchényi) (dir.), Projet de reconstitution virtuelle de la bibliothèque du roi de Hongrie Matthias Corvin (1458-1490).

    Depuis 2001, ce projet a pour objectif de reconstituer la bibliothèque princière en numérisant les manuscrits conservés lui ayant appartenus. Le site met à disposition une partie de ces numérisations accompagnées de notices. Les actes du colloque, « Matthias Corvin, les bibliothèques princières et la genèse de l’État moderne, Paris 15-17 novembre 2007 » organisé par l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS, Paris), l’Institut historique allemand de Paris, la Bibliothèque nationale Széchényi de Budapest, et l’Institut hongrois de Paris sont également accessibles en ligne sous format PDF. Site en hongrois.

    Marques de provenances dans les manuscrits et les incunables

    Le CERL (Consortium of European Research Libraries) consacre un volet de ses recherches à l’étude des provenances des livres anciens. Les initiatives web dans ce domaine sont répertoriées de manière régulière sur le site du CERL (la dernière mise à jour du répertoire date du 2 novembre 2015). Plusieurs ressources propres au CERL sont mises à disposition sur le site de l’institution dont :

    Cet Index résulte du dépouillement des informations de provenances effectué par Paul Needham dans plus de 200 catalogues d’incunables publiés, ainsi que des résultats de ses recherches en la matière. La version électronique de ce travail, mis en ligne en mars 2010, comprend plus de 32 000 entrée de noms d’individu, d’institutions, de monogrammes et d’armes permettant d’identifier les possesseurs des incunables. L’interrogation de ce travail précieux, se limite à une recherche en plein texte. C’est regrettable de ne pas pouvoir interroger des champs spécifiques, nom, date, titre et auteur du texte ou encore institution de conservation.

    Cette base de données est consacrée à l’enregistrement des indices matériels renseignant la possession, la décoration, la reliure ou encore le commerce des incunables. On y recense actuellement 4 795 possesseurs. Comme dans le cas précédent, seule une simple recherche plein texte est proposée. La possibilité de filtrer les résultats obtenus, par Des filtres permettent néanmoins de préciser sa requête une fois les résultats obtenus par auteur, par siècle ou encore par lieu de conservation des incunables.

    Anne TOURNIEROUX, Chiara RUZZIER, Claire PRIOL, Emilie COTTEREAU-GABILLET, Ezio ORNATO, 26 janvier 2016 | 25 juillet 2011
    Haut de page

  • Notes et adresses des liens référencés

rss | Retrouvez Ménestrel sur Twitter | Retrouvez Ménestrel sur Facebook | Plan du site | Derniers articles | Espace privé | Mentions légales | Qui sommes-nous? | ISSN : 2270-8928