Site Ménestrel

Médiévistes sur le net : sources, travaux et références en ligne

Navigation par mot-clé
Accueil > Thèmes et disciplines > Islam médiéval > Lieux et acteurs de la recherche sur l’Islam médiéval > Allemagne

Allemagne

  • Introduction

    Le paysage académique en Allemagne offre une variété très riche de recherches sur l’Islam médiéval. Environ vingt universités offrent la possibilité d’acquérir un B.A. ou M.A. pour des étudiants intéressés pour des études d’islamologie ou de philologie orientale. Traditionnellement, il existe en Allemagne une stricte séparation entre les départements d’histoire européenne et ce qu’on pourrait appeler « les études régionales », parmi eux la « Orientalistik », un terme qui – à cause de sa connotation coloniale – a été remplacé quelquefois par le terme « Islamwissenschaften » (études de l’Islam). Ces champs de recherches sont soutenus par les départements de philologie orientale qui offrent la possibilité d’acquérir et d’approfondir des connaissances en arabe, persan, turc, ottoman, etc. Souvent, les départements d’islamologie ou de philologie orientale font partie d’un centre qui couvre un espace encore plus grand, par exemple « oriental-asiatique » ou « afro-asiatique ».
    L’histoire de la période allant des débuts de l’islam au VIIe siècle aux débuts de ce que les Européens appellent « l’époque moderne » (environ 1500), figure donc fréquemment dans les universités, mais toujours dans un cadre plus large consacré à l’étude régionale ou philologique. Une carrière académique allemande dans le champs de l’islamologie ou de la philologie orientale exige d’un futur professeur d’université qu’il ait écrit deux livres sur deux sujets distincts en ce qui concerne la période, la région et la langue de sources. Pour cette raison, il est beaucoup plus difficile de saisir qui s’est spécialisé sur quel domaine de recherche. En plus, étant donné que la recherche en Allemagne est menée, la plupart du temps, dans le cadre de financements temporaires, normalement entre deux et six ans, le paysage scientifique change constamment. Seul les grandes académies, comme celles de Göttingen et de Berlin-Brandenburg, financent des projets à long-terme.
    La recherche allemande sur l’Islam médiéval est assez forte concernant la philologie ainsi que l’histoire du Proche-Orient, incluant les études sur l’espace turcoman, iranien et central-asiatique. Au contraire, la tradition de recherche sur l’Occident musulman reste assez faible. Il n’y a guère de chercheurs qui consacrent leurs recherches à al-Andalus ou au Maghreb médiéval. Ces régions, surtout al-Andalus, sont traitées plutôt par des médiévistes spécialisés sur la péninsule Ibérique au Moyen Âge, dont la plupart sont latinisants, mais pas arabisants. En outre, plusieurs départements de philosophie montrent un grand intérêt pour les processus de transmission du grec et syriaque, via l’arabe et l’hébreu, au latin. La recherche allemande pourrait donc profiter énormément d’une coopération plus intensive avec des chercheurs français qui, à leur tour, peuvent trouver beaucoup de choses d’un grand intérêt en Allemagne.

    Les pages sur l’Allemagne ont été rédigées par Daniel Koenig, Goethe Universität, Francfort

    Dominique VALERIAN, 27 février 2013 | 12 mars 2013
    Haut de page
  • Universités

    Otto-Friedrich-Universität Bamberg : L’Institut für Orientalistik contient un département des études arabes, un département des études iraniennes et un département consacré à l’archéologie et l’art du monde musulman avec un fort accent mis sur l’époque pré-moderne.

    Freie Universität Berlin : Le département d’Islamologie se consacre à l’enseignement et la recherche sur le monde musulman. Le département maintient des liens forts avec le Zentrum Moderner Orient qui se consacre plutôt à l’époque contemporaine. Le projet Intellectual History of the Islamicate World se trouve au croisement entre l’histoire médiévale et l’histoire moderne. A l’origine du projet Corpus Coranicum, maintenant hébergé par la « Brandenburgische Akademie der Wissenschaft », le département d’études arabes se consacre aux études coraniques ainsi qu’à la littérature médiévale.

    Ruhr-Universität Bochum : Outre le Zentrum für Mittelmeerstudien, un centre assez récent dédié à la recherche historique et anthropologique sur l’espace méditerranéen, l’université contient un département d’Islamologie qui se consacre à l’enseignement et à la recherche sur les langues et les autres manifestations culturelles du monde musulman. Depuis 1994, ce département abrite le projet nommé Glossarium Graeco-Arabicum. Depuis plusieurs années, le département de philologie grecque et latine investit beaucoup dans la recherche sur les liens entre la langue latine et le monde musulman. Des membres du département sont responsables de la série Corpus Islamo-Christianum et travaillent actuellement sur la réception de la théologie musulmane en Europe latine.

    Universität Bonn : L’Institut für Orient- und Asienwissenschaften se consacre à l’étude de l’espace oriental et asiatique. Outre un institut consacré à l’enseignement des langues orientales, il abrite plusieurs départements d’importance sur l’étude de l’Islam médiéval. Le département d’Islamologie se consacre à l’enseignement et à la recherche sur les langues et les autres manifestations culturelles du monde musulman. Concernant le Moyen Âge, il développe un projet sur l’époque mamelouke. Le département d’histoire de l’art se consacre en revanche peu actuellement à l’étude de l’Islam médiéval.

    Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg : Le département de philologie orientale se consacre principalement aux études linguistiques et ses recherche sur le monde musulman ne sont pas centrées particulièrement sur le Moyen Âge. Le département d’histoire médiévale est aussi engagé dans un projet de recherche sur les Mozarabes.

    Albert-Ludwigs-Universität Freiburg : Le département d’Islamologie abrite un projet sur des manuscrits arabes de Mauritanie qui sont accessibles par une base de données et coopère avec l’Université de Marburg pour la création d’une base de données dédiée aux manuscrits persans.

    Georg-August Universität Göttingen : Le Seminar für Arabistik / Islamwissenschaft se consacre entièrement aux études arabes avec un accent particulier sur les théories d’éducation au Moyen Âge.

    Martin-Luther-Universität Halle : Le Seminar für Arabistik und Islamkunde offre un ensemble de cours et de recherches sur le Moyen Orient avec un fort accent mis sur l’Asie centrale et le nomadisme, aussi sur la période précédant 1500. Halle est aussi le siège de la Deutsche Morgenländische Gesellschaft, une institution fondatrice des études « orientalistes » en Allemagne du XIXe siècle.

    Universität Hamburg : Le Asien-Afrika-Institut s’occupe surtout de l’espace afro-asiatique à partir de l’époque moderne. Néanmoins, quelques chercheurs du département d’islamologie travaillent aussi sur le Proche-Orient de la période médiévale.

    Ruprecht-Karls-Universität Heidelberg : Le département d’islamologie et d’études iraniennes se consacre surtout à l’étude de la littérature, notamment médiévale.

    Friedrich-Schiller-Universität Jena : L’Institut für Sprachen und Kulturen des Vorderen Orients se consacre à la recherche sur le Proche-Orient. Il abrite aussi un centre de documentation sur les manuscrits arabes en Allemagne dans le cadre d’un projet coordonné par la Göttinger Akademie der Wissenschaften et abrite une collection numismatique très large d’environ 21.000 monnaies.

    Universität zu Köln : Le département des études orientales contient une section d’islamologie et une section dédiée aux études sur l’Indonésie. Les membres de la section d’islamologie se consacrent, entre autres sujets, aussi à l’étude du Proche-Orient et de l’espace iranien pour la période précédant 1500.

    Philipps-Universität Marburg : Le Centrum für Nah- und Mitteloststudien rassemble plusieurs départements d’études iraniennes, arabes, etc., qui travaillent sur le Proche-Orient avec un accent sur la philologie et le monde contemporain. Le département d’islamologie travaille aussi sur l’époque mamelouke.

    Ludwig-Maximilians-Universität München : Plusieurs départements d’études arabes, iraniennes et turques, se regroupent dans le cadre du Münchner Zentrum für Islamstudien. En collaboration avec plusieurs universités internationales le département d’études arabes s’applique à un projet d’édition de papyri en arabe(VIIe-XVIe s.).

    Universität Leipzig : le département d’études orientales se focalise sur le droit musulman dans sa dimension transpériodique et abrite un projet de numérisation du fonds de manuscrits arabes et perses de la bibliothèque universitaire de Leipzig qui est accessible en ligne.

    Westfälische Wilhelms-Universität Münster : le département d’études arabes et d’islamologie consacre nombre de recherches à l’époque médiévale ainsi qu’au droit musulman dans sa dimension transpériodique.

    Eberhard-Karls-Universität Tübingen : le département d’études orientales et d’islamologie se focalise sur l’histoire et la réception de la philosophie arabo-musulmane et abrite un centre de numismatique islamique, avec une collection de plus de 65.000 monnaies.

    Julius-Maximilians-Universität Würzburg : le département de philosophie abrite un Centre de recherche sur l’histoire de la philosophie et des sciences naturelles dans la tradition gréco-arabe-latine (Forschungsstelle für Philosophie- und Wissenschaftsgeschichte der griechisch-arabisch-lateinischen Tradition) qui se consacre à l’édition et à l’étude comparative de la réception des textes émanant de cette tradition. Les membres du département sont les éditeurs du Arabic-Latin-Glossary.

    Dominique VALERIAN, 18 janvier 2016 | 12 mars 2013
    Haut de page
  • Centres de recherche

    Deutsches Orient-Institut Beirut : cet institut fait partie d’un réseau d’instituts de recherche allemands à l’étranger administré par la Max-Weber-Stiftung, parmi lesquels on compte l’Institut historique allemand de Paris. Il se consacre aux études arabes et du Proche-Orient à tous les époques. L’institut propose des postes temporaires à des chercheurs allemands qui se dédient à l’étude de sujets variés. Pour ceux qui se trouvent à Beyrouth, l’institut offre une très bonne bibliothèque de 123.000 volumes qui permet l’accès, entre autres, à la littérature scientifique allemande. L’institut entretient une très petite filiale au Caire.

    Deutsches Orient-Institut Istanbul : cet institut fait aussi partie du réseau des instituts de recherche allemands à l’étranger. Abritant une bibliothèque d’environ 39.000 volumes, il se consacre aux études turques, avec un accent mis sur la période ottomane et l’histoire contemporaine de la Turquie.

    Institut für die Geschichte der arabisch-islamischen Wissenschaften : l’Institut pour l’histoire des sciences arabo-musulmanes est un institut associé à l’université de Francfort/M., qui se consacre surtout à la reproduction des éditions, des facsimiles ainsi que d’études scientifiques sur la culture scientifique du monde arabo-musulmane. Il contient une vaste bibliothèque avec environ 300 manuscrits arabes et environ 7.000 manuscrits en microfiches. L’institut est composé d’une section de recherche et d’un petit musée qui présente plusieurs reconstructions de machines et de mécanismes décrits dans les manuscrits médiévaux.

    Thomas-Institut Köln : cet institut consacré à la philosophie médiévale consacre depuis des années beaucoup d’efforts à l’étude de la mobilité des savoirs entre le monde arabo-musulman et le monde latin. Le projet Averroes latinus figure parmi les projets phares de l’institut et a donné naissance au Digital Averroes Research Environment (DARE).

    Dominique VALERIAN, 8 juin 2015 | 12 mars 2013
    Haut de page
  • Projets de longue durée

    Corpus Coranicum : ce projet, financé par la « Brandenburgische Akademie der Wissenschaften » se consacre à la numérisation de tous les manuscrits coraniques connus ainsi qu’à une analyse comparative des différentes lectures du Coran trouvables dans la littérature arabo-musulmane médiévale.

    Dominique VALERIAN, 27 février 2013 | 12 mars 2013
    Haut de page
  • Collections et musées

    Forschungsstelle für islamische Numismatik : le département d’études orientales et d’islamologie de l’Université de Tübingen abrite un centre de numismatique islamique avec une collection de plus de 65.000 monnaies.

    Museum für islamische Kunst in Berlin : le musée d’art islamique qui fait partie de l’ensemble du Pergamon-Museum contient une grande collection d’objets d’art produits dans la région entre la péninsule Ibérique et l’Inde, avec un accent sur le Proche-Orient incluant l’Égypte et l’Iran, et couvrant la période entre le VIIIe et le XIXe siècle.

    Orientalisches Münzkabinett Jena : la collection numismatique de l’université de Jena contient environ 21.000 monnaies de l’espace musulman.

    Katalogisierung orientalischer Handschriften in Deutschland : l’« Akademie der Wissenschaften zu Göttingen est responsable d’un projet de catalogage de tous les manuscrits orientaux en Allemagne. La section arabe est abritée par l’université de Jena.

    Dominique VALERIAN, 8 juin 2015 | 12 mars 2013
    Haut de page

  • Notes et adresses des liens référencés

rss | Retrouvez Ménestrel sur Twitter | Retrouvez Ménestrel sur Facebook | Plan du site | Derniers articles | Espace privé | Mentions légales | Qui sommes-nous? | ISSN : 2270-8928