Site Ménestrel

Médiévistes sur le net : sources, travaux et références en ligne

Accueil > Thèmes et disciplines > Littérature islandaise médiévale (vieil-islandais) > Codes juridiques

Codes juridiques

  • NOTE : English translation is in progress 

    Les lois de l’Islande ancienne étaient récitées à la Haute-Assemblée (Alþing). Les premières lois furent mises en place en 930 et marquent dans l’historiographie islandaise la fin de l’âge de la colonisation (Landnámsöld  : 872-930) et le début de la Constitution de l’Islande indépendante. Les lois permettent de nuancer, de compléter ou même de contredire la vision de la société islandaise qui apparaît dans les textes narratifs (littérature de sagas).

    Codes principaux (selon la chronologie)

    Úlfljótslög

    La première loi de l’Islande fut importée par Ulfjlótr en 930. Le Livre des Islandais d’Ari Þórgilsson nous apprend qu’Ulfjlótr fut envoyé en Norvège pour apprendre les Lois du Gulaþing (Golaþingslög) et que les anciennes lois d’Islande furent instituées sur le modèle norvégien. La Loi d’Ulfjlótr (Ulfjlótslög) était récitée à la Haute-Assemblée et ne fut pas mise à l’écrit. Les premiers articles de cette loi ont été conservés dans quatre sources postérieures : le texte de l’appendice du Skarðsárbók, la Landnámabók dans la rédaction de la Hauksbók, le Þorsteins þáttr uxafóts et le Brot af Þórðar sögu hreðu, chap. I, éd. ÍF XIV, p. 231.

    - Íslendingabók, par Ári Þórgilsson dit le savant, dans Íslendingabók. Landnámabók. Jakob Benediktsson gaf út, Reykjavik, Hið íslenzka fornritafélag (Íslenzk fornrit, I), 1968, p. 8.
    version originale, dans l’édition de Guðni Jónsson

    - Landnámabók, dans la rédaction de la Hauksbók H 268, dans Íslendingabók. Landnámabók. Jakob Benediktsson gaf út, Reykjavik, Hið íslenzka fornritafélag (Íslenzk fornrit, I), 1968, pp. 313 et 315.
    version originale, dans la Hauksbók

    - Skarðsárbók. Landnámabók Björns Jónssonar á Skarðsá. Jakob Benediktsson bjó til prentunar, Reykjavik (Rit Handritastofnunar Íslands, I), 1966. [Première édition : Reykjavik, Háskóli Íslands, 1958.]

    - Brot af Þórðar sögu hreðu, dans Kjalnesinga saga [...]. Jóhannes Halldórsson gaf út, Reykjavik, Hið íslenzka fornritafélag (Íslenzk fornrit, XIV), 1959, p. 231.
    version originale

    - Þorsteins þáttr uxafóts, dans Harðar saga [...]. Þórhallur Vilmundarson og Bjarni Vilhjálmsson gafu út, Reykjavik, Hið íslenzka fornritafélag (Íslenzk fornrit, XIII), 1991, p. 342.
    version originale

    Tíundarlög

    La Loi de dîme est la première loi ecclésiastique d’Islande. Elle fut adoptée par la Haute-Assemblée entre 1096-1097, presque un siècle après la conversion (999-1000). Il s’agit de la première régulation de l’impôt en Islande. Elle fut proposée par l’évêque Gissur Ísleifsson, Sæmundur Sigfusson dit le savant, puissant seigneur de la lignée des gens d’Oddi et probablement par d’autres chefs. Si dans d’autres pays de l’Europe médiévale, cette imposition était parfois contestée de manière brutale, l’historien islandais Ári Þórgilsson loue le caractère pacifique de l’adoption de cette loi par les élites islandaises.

    - Diplomatarium Islandicum. Íslenzkt fornbréfasafn [...] gefið út af Hinu íslenzka bókmentafélagi. Fyrsta bindi 834-1264 [édition Jón Sigurðsson], Copenhague, 1857-1876.
    version numérique

    Grágás

    Le code juridique de l’oie grise ou Grágás fut probablement utilisé jusqu’en 1262-1264. Les lois qui le composent sont divisées en plusieurs chapitres :
    - Le chapitre des lois chrétiennes
    - Le chapitre des procédures d’assemblée
    - Le traitement des meurtres
    - La liste du Wergeld
    - Le chapitre du récitateur de la loi
    - Le chapitre du conseil de la loi.

    Remarquons que la composition actuelle n’existait pas à l’époque médiévale sous la forme d’un seul volume. La Grágás ne constitue pas un seul texte de lois qui aurait existé tel quel à l’époque de l’Islande indépendante. La Grágás est issue de deux manuscrits connus sous les noms de Kónungsbók (probablement écrit vers 1260) et de Staðarhólsbók (probablement écrit en 1280). Ces deux textes, qui nous sont parvenus sous forme de fragments, présentent des informations diverses, quelquefois complémentaires, quelquefois contradictoires.

    - Grágás. Islændernes Lovbog i Fristatens Tid, udgivet efter det kongelige Bibliotheks Haandskrift og oversat af Vilhjálmur Finsen, for det nordiske Literatur-Samfund, I-IV, Copenhague, 1852-1870. [= Grágás, Konungsbók]
    version numérique

    - Grágás efter det Arnamagnæanske Haandskrift Nr. 334 fol., Staðarhólsbók, udgivet af Kommissionen for det Arnamagnæenske Legat [éd. Vilhjálmur Finsen], Copenhague, 1879. [= Grágás, Staðarhólsbók]
    version numérique

    - Grágás. Stykker, som findes i det Arnamagnæanske Hanndkrift Nr. 351 fol., Skálholtsbók, og en Række andre Haandskrifter, tilligemed et Ordregister til Grágás udgivet af Kommissionen for det Arnamagnæenske Legat [éd. Vilhjálmur Finsen], Copenhague, 1883. [= Grágás, Skálholtsbók. Et : Grágás, Belgsdalsbók]

    - The Codex Regius of Grágás. MS. No. 1157 fol. in the Old Royal Collection of the Royal Library Copenhagen. With an Introduction by Páll Eggert Ólason, Copenhague, Munksgaard (Corpus codicum Islandicorum medii aevi, III), 1932.

    - Staðarhólsbók. The ancient lawbooks Grágas and Járnsída. MS. No. 334 fol. in the Arnamagnaean Collection in the University Library of Copenhagen. With an Introduction by Ólafur Lárusson, Copenhague, Munksgaard (Corpus codicum Islandicorum medii aevi, IX), 1936.

    - Grágás. Lagasafn íslenska þjóðveldisins. Gunnar Karlsson, Kristján Sveinsson, Mörður Árnason sáu um útgáfuna, Reykjavik, Mál og menning, 1992.

    - Ísländisches Recht. Die Graugans. Übersetzt von Andreas Heusler, Weimar, Böhlaus Nachf. (Germanenrechte, IX), 1937.

    Járnsíða

    Le Járnsíða est un recueil de lois composé par le roi Magnús VI de Norvège
    et introduit en Islande vers 1271-1274, en remplacement de l’ancien code juridique islandais, la Grágás. Le Járnsíða est célèbre puisqu’il transfère tous les pouvoirs législatifs au roi de Norvège, abolit le titre de seigneurs islandais (goðar) et réforme la Haute-Assemblée.

    - Járnsíða og kristinréttur Árna Þorlákssonar. Haraldur Bernharðsson, Magnús Lyngdal Magnússon og Már Jónsson tóku saman. Smárit Sögufélags, Reykjavik, 2005.
    version numérique

    Jónsbók

    La Jónsbók est un recueil de textes de droit islandais adopté en 1281 par la Haute-Assemblée. Il tient son nom de son auteur, Jón Einarsson, récitateur de la loi et chevalier, qui mourut en 1306.

    - Jónsbók. Kong Magnus Hakonssons Lovbog for Island vedtaget paa Altinget 1281 og Réttarbœtr. De for Island givne retterbøder af 1294, 1305 og 1314. Udgivet efter Haandskrifterne ved Ólafur Halldórsson. Genoptrykt efter udgaven 1904 med en efterskrift af Gunnar Thoroddsen, Odensem Odense Universitetsforlag, 1970.

    - Jónsbók. Lögbók Íslendinga hver samþykkt var á alþingi árið 1281 og endurnýjuð um miðja 14. öld en fyrst prentuð árið 1578. Már Jónsson tók saman, Reykjavik, Háskólaútgáfan (Sýnisbók íslenskrar alþýðumenningar, VIII), 2004.

    Traductions anglaises

    - Boulhosa, Patricia Press. “The Law of Óláfr inn Helgi.” In Icelanders and the Kings of Norway : Mediaeval Sagas and Legal Texts. Leiden, Netherlands, Brill (The Northern World, XVII), 2005.

    - Íslendingabók ; Kristni saga : The Book of Icelanders ; The Story of the Conversion, translated by Siân Grønlie, Viking Society for Northern Research, Londres (Viking Society for Northern Research, Text Series, XVIII, 2006), pp. 3–14 version numérique

    - Jónsbók : The Laws of Later Iceland. The Icelandic Text, according to MS AM 1331 fol. Skálholtsbók eldri. With an english translation and notes by Jane K. Schulman, AQ Verlag, Saarbrücken, 2010.

    - Laws of Early Iceland. Grágás. The Codex Regius of Grágás with material from other manuscripts. I. Translated by Andrew Dennis, Peter Foote [and] Richard Perkins, Winnipeg, University of Manitoba Press (University of Manitoba Icelandic studies, III), 1980.

    - Laws of Early Iceland. Grágás. The Codex Regius of Grágás with material from other manuscripts. II. Translated by Andrew Dennis, Peter Foote [and] Richard Perkins, Winnipeg, University of Manitoba Press (University of Manitoba Icelandic studies, V), 2000.

    Traductions françaises

    Il n’existe à ce jour aucune traduction française de ces codes juridiques.

    Études en français

    - Grégory Cattaneo, « Stratégies de susbistance dans une société en crise. Note sur deux épisodes de disette dans l’Islande ancienne », en cours de publication. [Contient une traduction française de l’appendice du Skarðsárbók et une présentation des premières lois d’Islande.]

    - Rodolphe Dareste de la Chavanne, Les anciennes lois de la Norvège, Extrait du Journal des savants, avril-mai 1881, pp. 1 – 16.
    version numérique

    - Rodolphe Dareste de la Chavanne, Les anciennes lois de l’Islande, Extrait du Journal des savants, août 1881, pp. 490 – 500.
    version numérique

    - François-Xavier Dillmann, « Navigation et croyances magico-religieuses dans la Scandinavie ancienne : quelques observations au sujet des figures de proue », dans Comptes-rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Séance de l’année 2007, janvier-mars, Paris, 2007 [impr. 2009], pp. 405-408. [sur le personnage d’Ulfjlótr et les plus anciennes lois d’Islande (ou Lois d’Ulfjlótr)]

    - Auguste Geffroy, Des institutions et des moeurs du paganisme scandinave. L’Islande avant le christianisme, d’après le Grágás et les Sagas, Extrait du tome VI, Ire série, IIe partie, des mémoires présentés par divers savants à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris 1864, 114 p.
    version numérique

    - Aage Gregersen, L’Islande, son statut à travers les âges, Paris, Librairie du Recueil Sirey, 1937, 462 p.

    Grégory CATTANEO, 17 mars 2013
    Haut de page

  • Notes et adresses des liens référencés

rss | Retrouvez Ménestrel sur Twitter | Retrouvez Ménestrel sur Facebook | Plan du site | Derniers articles | Espace privé | Mentions légales | Qui sommes-nous? | ISSN : 2270-8928