Editions Ménestrel

Médiévistes sur le net : sources, travaux et références en ligne

Home > Ménestrel Network > Workshops Ménestrel

Workshops Ménestrel

  • En guise d’introduction

    NOTE : English translation is in progress 

    Les assemblées générales de Ménestrel sont l’occasion de prendre connaissance des travaux de nos membres. ici sont présentés les argumentaires de ces rencontres, les résumés et/ou textes des communications. Enfin, à leur côté les rencontres faites dans le cadre de l’ANR ATHIS qui ont nourri notre réflexion.

    Christine DUCOURTIEUX, 6 novembre 2017
    Haut de page
  • Ménestrel à Nara (Japon)

    NOTE : English translation is in progress 

    日本語 |

    Colloque, 18 et 19 novembre 2017
    Musée Yamato Bunkakan, Nara, Japon

    « Les échanges culturels au Moyen Âge : du dialogue à la construction des cultures / Cultural Exchange in the Middle Ages : from Dialogue to the Construction of Cultures »


    Affiche (français-anglais)


    Flyer (français-anglais)


    Comité d’organisation :
    - Megumi TANABE (Part-time Lecturer, Tezukayamagakuin University, Osaka)
    - Hanno WIJSMAN (Ingénieur d’études au CNRS, Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT), Paris)
    - Christine DUCOURTIEUX (Ingénieur de recherche, Laboratoire de médiévistique occidentale (LAMOP) – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris)
    - Isabelle DRAELANTS (Directrice de recherche au CNRS, Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (IRHT), Paris)
    - Benoît GREVIN (Directeur de recherche au CNRS, LAMOP, Paris)
    - Alban GAUTIER (Professeur, Université de Caen Normandie – Institut universitaire de France)

    Avec le parrainage de :
    - Société japonaise de langue et littérature françaises
    - The Netherlandish Art Studies Group
    - Japan Society for Medieval European Studies
    - Nara Prefecture

    Avec le soutien de :
    - The Western Art Foundation
    - Yoshino Gypsum Art Foundation
    - Kajima Foundation for the Arts
    - Fondation Franco-Japonaise Sasakawa
    - Murata Science Foundation
    - Nomura Foundation

    Avec la collaboration de :
    - Musée Yamato Bunkakan
    - Société internationale Rencesvals, section japonaise
    - Société internationale arthurienne, section japonaise
    - Kansai Society for Medieval European History
    - Nara Visitors Bureau

    Conseiller :
    Atsushi EGAWA (Professor Emeritus, Osaka University)

    Créatrice de l’affiche et du prospectus :
    Hitomi MOTOHASHI (Researcher, Rikkyo University, Tokyo)

    Le colloque sera précédé le 17 novembre d’une journée intitulée « Ménestrel au Japon : des médiévistes en réseau / Ménestrel in Japan, medievalists and their networks »

    Programme complet (en français et anglais) des Journées Ménestrel, Nara (Japon), 17, 18 et 19 novembre 2017 (mis-à-jour le 28 septembre 2017)

    Programme complet (en japonais) メネストレル主催

    Vous trouverez ici :
    - les résumés (en anglais) de toutes les communications de l’après-midi du 17 novembre 2017.
    - les résumés (en anglais ou en français) de toutes les communications du colloque des 18 et 19 novembre 2017.
    - les résumés (en japonais) de toutes les communications du colloque des 18 et 19 novembre 2017.

    Autour de ce colloque à Nara, certains des intervenants présentent d’autres conférences et communications au Japon :

    Christine DUCOURTIEUX, Hanno WIJSMAN, Isabelle DRAELANTS, Mégumi TANABE, 1er novembre 2017
    Haut de page
  • Ménestrel à l’Université de Liège

    NOTE : English translation is in progress 

    Le Moyen Âge dans les (nouveaux) médias. Quelle place pour les médiévistes ?
    Liège, Université de Liège, vendredi 7 octobre 2016
    Journée organisée à l’initiative du Réseau des médiévistes belges de langue française - FNRS

    Programme de la journée

    Depuis l’avènement des médias de masse – presses papier, radiophonique, télévisuelle et numérique – le Moyen Âge a toujours trouvé en eux des caisses de résonances plus ou moins déformantes. Ce furent les romans à épisodes du XIXe siècle et les bandes dessinées du milieu du XXe pour la presse écrite, les aventures de Robin des Bois ou de sa déclinaison française Thierry la Fronde pour le cinéma et la télévision, avant qu’Internet ne charrie avec lui ses milliers, pour ne pas dire millions de pages où les annonces de fêtes médiévales le disputent aux vidéos abordant tel ou tel point d’Histoire, signe d’un intérêt du grand public pour notre période. Toutefois, si la situation actuelle n’est pas une rupture mais bien la poursuite d’un processus plus ancien, elle coïncide aussi désormais avec la remise en cause et du savoir académique, voire de tout type d’autorité intellectuelle et savante, et de la légitimité de l’Histoire comme matière d’enseignement.
    Face à cette double perspective, deux attitudes s’offrent à nous. La première, la plus simple, consiste à se maintenir éloigné de ces questions, tout en espérant que les sciences humaines retrouveront un jour, leur entière légitimité aux yeux du public. Mais peut-on tabler sur l’essoufflement des critiques dirigées contre nos disciplines alors qu’elles se font entendre au sein même des assemblées parlementaires de toute l’Europe, pour ne pas dire de plus loin encore ? La deuxième nécessite la prise de risque, dans la mesure où elle requiert de sacrifier une part certaine du temps consacré à ce qui fait l’essentiel du travail de l’historien, à savoir la recherche, pour répondre sur le terrain médiatique. Alors même que c’est par l’analyse que l’enseignant et le chercheur affinent patiemment, la connaissance du passé, il leur faudrait en plus gagner une place d’homme de média, et donc de référence, aux yeux du grand public. La vulgarisation, ou « valorisation » si l’on adopte le lexique des instances d’évaluation, doit-elle pour autant s’ériger en nouveau Graal du chercheur ? Ne s’agit-il que d’être vu, « suivi », « aimé » ou « cliqué », en dépit du risque d’être coupé au montage, faisant dire à l’interviewé l’inverse de ce qu’il expliquait ou ressasser d’éternels lieux communs ? Et que dire de la promotion des « bons clients », adoubés comme tels en coulisse par certains journalistes, que l’on sollicite sur leur seul rendu médiatique, sans vraiment tenir compte de leurs qualifications réelles pour traiter d’un sujet particulier ?
    C’est toutefois dans cet espace, dont il lui faut mesurer les limites et les risques d’aliénation, que l’historien pourra relever deux défis capitaux qui sont autant de combats, pour reprendre les mots désormais bien connus de Joseph Morsel. D’une part, il a, dans la société comme dans ses travaux, la mission d’enseigner, d’instruire, de diffuser ses connaissances, de battre en brèche ou de redresser des idées périmées et erronées, dont certaines retrouvent aujourd’hui un souffle nouveau par la numérisation et la propagation à grande échelle d’ouvrages appartenant au domaine public. L’historien, le médiéviste est donc encouragé à valoriser les résultats de ses enquêtes en veillant à leur diffusion plus efficace ou plus rapide, y compris par les nouveaux médias. Il peut (doit ?) également faire entendre sa voix dans le débat public comme détenteur d’un savoir scientifique particulier et s’efforcer d’apporter l’éclairage indispensable à la bonne compréhension de l’actualité. L’enjeu nécessite d’apprivoiser et, surtout, de tirer profit des dispositifs du discours audiovisuel, rediffusé et amplifié sur les réseaux sociaux et tous les moyens de « replay », même s’ils vont régulièrement à l’encontre de la nuance et du temps propres à la recherche historique. En retour, de façon moins visible et avec des résultats moins rapidement sensibles, on peut espérer que l’action médiatique rappellera combien l’existence de l’historien est légitime et sa réflexion, nécessaire à toute société.
    C’est dans ce contexte, pour évoquer ces questions, réfléchir aux opportunités, parler des inquiétudes et tenter d’apporter des réponses que le Réseau des Médiévistes belges de Langue française (Groupe de contact du Fonds de la Recherche scientifique-FNRS) accueille le réseau de médiévistes Ménestrel pour une journée d’étude consacrée à la place des médiévistes dans les médias. Quelle peut ou doit être cette place ? Comment l’assurer et la défendre ? Qu’en faire, surtout ? La presse écrite, généraliste ou spécialisée, la littérature, la bande dessinée, les guides touristiques, la radio ou la télévision, et l’amplification de tous les médias via Internet, mais surtout aujourd’hui les innombrables réseaux sociaux, blogs, plate-formes, interfaces, publications et interventions en ligne sont autant de lices ouvertes aux médiévistes. Et autant de thématiques, qui ne doivent pas en obérer d’autres, que l’on se réjouit de voir abordées lors de cette future rencontre.

    Les résumés et/ou textes de communications sont à venir

    - Introduction [texte]
    par Christophe MASSON(Université de Liège)

    - Vulgariser et médiatiser, la grande peur des médiévistes ? [texte] ; [prezi]
    Christelle BALOUZAT-LOUBET (Université de Lorraine)

    - Histoire médiévale, publics et médias dans l’espace francophone : un bilan, des perspectives d’avenir [texte]
    par Nicolas RUFFINI-RONZANI (FNRS/UNamur) et Marie VAN EECKENRODE (Archives de l’État/UCL)

    - Écrire l’histoire du Moyen Âge avec les médias du XXIe siècle : une nouvelle quête du Graal ?
    par Yohann CHANOIR (EHESS)

    - Enjeux des humanités numériques. L’exemple de l’Espagne [texte]
    Elsa ESPIN (Paris-Sorbonne)

    - Vers une économie numérique du patrimoine : e.corpus de l’orfèvrerie septentrionale (XIIe-XIIIe siècle) [texte]
    par Marc GIL (Université de Lille 3)

    - La modélisation 3D du château fort de Logne : questions archéologiques, réponses virtuelles
    par Benoît WÉRY (Musée archéologique – Château de Logne)

    - Les solutions actuelles pour évoquer le Moyen Âge au cinéma depuis la nouvelle histoire et la modernité cinématographique [texte] ; [Power Point au format PDF]
    François AMY DE LA BRETÈQUE (Université Paul Valéry – Montpellier)

    - Conclusions
    par Nicolas SIMON (FNRS/Université Saint-Louis, Bruxelles) et Quentin VERREYCKEN (FNRS/Université catholique de Louvain et Université Saint-Louis, Bruxelles)

    10 février 2017
    Haut de page
  • Ménestrel à l’Universidade Nova de Lisboa

    NOTE : English translation is in progress 

    Réseaux des savoirs dans l’Europe médiévale : personnes, sources, matériaux
    Lisbonne, Universidade Nova de Lisboa, vendredi 29 janvier 2016

    Programme de la journée

    L’IEM (Institut d’Etudes Médiévales) de la Faculdade de Ciências Sociais e Humanas da Universidade Nova de Lisboa en tant que membre du réseau « Ménestrel. Médiévistes sur le net : sources, travaux et références en Ligne » organise le 29 janvier 2016 une journée d’études sur le thème suivant : « Réseaux des savoirs dans l’Europe médiévale : personnes, sources, matériaux ».
    La journée a pour objectif d’analyser par une approche interdisciplinaire (histoire, histoire de l’art, archéologie, histoire de la littérature) les réseaux des savoirs au sein du monde médiéval à travers le prisme de la zone géographique européenne. Cette rencontre, qui rassemblera divers contributeurs portugais et étrangers, sera aussi l’occasion de présenter l’actualité des recherches et ressources en ligne au Portugal aux membres du réseau Ménestrel.

    Détail des interventions à venir.

    27 janvier 2016
    Haut de page
  • Ménestrel à l’Université du Littoral Côte d’Opale

    NOTE : English translation is in progress 

    Les frontières disciplinaires au pays des médiévistes

    Boulogne-sur-Mer, Université du Littoral Côte d’Opale, vendredi 2 octobre 2015

    Programme de la journée

    La journée d’étude annuelle et l’assemblée d’automne du réseau Ménestrel se sont tenues entre Boulogne-sur-Mer et Saint-Omer, villes qui abritent deux structures partenaires du réseau : le laboratoire HLLI et la Bibliothèque d’Agglomération de Saint-Omer. Le HLLI (UR 4030, Université du Littoral Côte d’Opale) est un laboratoire pluridisciplinaire qui réunit historiens, linguistes et littéraires : il compte quatre médiévistes, deux au sein de l’axe « Centre de recherche en histoire atlantique et littorale » (Alban Gautier et Christine Jéhanno), et deux au sein de l’axe « Modalités du fictionnel » (Jean Devaux et Matthieu Marchal). La Bibliothèque de Saint-Omer possède un riche fonds de manuscrits médiévaux ; elle est partenaire de plusieurs programmes pédagogiques et scientifiques, en particulier avec l’École nationale des Chartes et l’IRHT (projet coordonné par Dominique Stutzmann et, à Saint-Omer, par Rémy Cordonnier).
    Ces caractéristiques de nos deux institutions nous ont amenés à proposer pour thème de la journée d’étude du vendredi 2 octobre une réflexion sur les frontières disciplinaires entre histoire et littérature médiévales. Même si des évolutions ont eu lieu au cours des dernières décennies, les dites frontières nous empêchent trop souvent de coopérer, de définir des objets d’étude communs, de nous intéresser aux procédures scientifiques qui font la spécificité de chacune de nos disciplines. Nous avons donc proposé aux Ménestrels de s’y atteler et de composer, à partir d’exemples concrets, une réflexion s’inscrivant dans un des trois thèmes suivants :
    - Les questions proprement institutionnelles. Il s’est agi d’examiner l’impact que peut avoir la structuration institutionnelle de la recherche (laboratoires transdisciplinaires ou disciplinaires), de l’enseignement (UFR de lettres et sciences humaines, ou au contraire séparation entre disciplines) et de la médiation (bibliothèques spécialisées ou généralistes, etc.) sur le maintien ou le dépassement des frontières entre histoire et lettres.
    - Une réflexion épistémologique sur la pertinence de cette frontière. Il n’a été en aucun cas question, lors de cette journée, de répéter que ces frontières doivent à tout prix et en toutes circonstances être franchies, mais plutôt l’occasion de s’interroger sur la spécificité des disciplines et sur les occasions où les interactions seraient bénéfiques.
    - Les cas concrets d’approche ou de franchissement des frontières disciplinaires. La façon dont historiens et littéraires approchent et critiquent les travaux de leurs collègues a été questionnée, mais aussi la manière dont chaque discipline peut se saisir des sources qui constituent traditionnellement le domaine de l’autre : fiction, poésie ou théâtre d’un côté ; chroniques et documents d’archive de l’autre.

    Intervenants et résumés des communications

    Quelques champs disciplinaires transversaux

    - Entre littérature et histoire du livre, un projet de recherche sur les premiers imprimés [résumé]
    par Jean DEVAUX et Matthieu MARCHAL (Université du Littoral Côte d’Opale)

    - Littérature et histoire des sciences, interactions et convergences [résumé]
    par Joëlle DUCOS (Université Paris-Sorbonne)

    - Les métamorphoses de la « nouvelle philologie » [résumé]
    par Anne ROCHEBOUET (Université de Versailles Saint-Quentin)

    - Idéal et idéel : le cas du merveilleux féerique [résumé]
    par Jean-René VALETTE (Université Paris Ouest Nanterre)

    L’alimentation à la croisée des disciplines

    - De l’usage de la poésie vernaculaire en histoire du haut Moyen Âge. Peut-on faire de l’histoire de l’alimentation avec le Beowulf ? [résumé]
    par Alban GAUTIER (Université du Littoral Côte d’Opale)

    - La littérature gastronomique à ses origines ou « quand l’histoire rencontre la fiction » : le cas du Roman du Comte d’Anjou de Jean Maillart [résumé]
    par Nelly LABÈRE (Université de Bordeaux Montaigne)

    - Approches littéraires et historiennes en histoire de l’alimentation, panorama et études de cas [résumé]
    par Yann MOREL (Université de Versailles-Saint-Quentin)

    Épopée, chevalerie et croisade

    - Faire du vieux avec du neuf ou l’épopée tardive, écho d’une actualité brûlante [résumé]
    par Denis COLLOMP (Université d’Aix-Marseille)

    - La relation vassalique au prisme de la chanson de geste. Réflexions et propositions à partir de quelques études historiques [résumé]
    par Philippe HAUGEARD (Université d’Orléans)

    - Troie et les croisades dans des textes « littéraires ». Réflexions sur différentes versions de l’histoire de Troie du XIIe au XIVe siècle [résumé]
    par Florence TANNIOU (Université Paris-Ouest-Nanterre)

    20 octobre 2016
    Haut de page
  • Ménestrel à la Bibliothèque nationale de Pologne

    NOTE : English translation is in progress 

    Les manuscrits en réseau(x) : élaborer des outils au profit des hommes
    Varsovie, Bibliothèque nationale de Pologne, 26 septembre 2014

    Programme de la journée

    Avec l’apport des technologies numériques, le travail en réseau(x) est aujourd’hui devenu une pratique inévitable de la recherche scientifique. Par définition, le réseau de médiévistes Ménestrel (Médiévistes sur le net : sources, travaux et références en ligne) pratique, depuis sa création en 1997, la mise en relation des médiévistes de diverses communautés animés par la préoccupation de fournir, en ligne, un guide critique des ressources disponibles pour la médiévistique en France et dans les pays partenaires du réseau.
    L’enjeu du partage des ressources s’accroît de jour en jour, et, pour le travail d’érudition, la mise en réseau constitue un profit jusque-là inédit grâce à la numérisation progressive des ressources documentaires. Dans le domaine du patrimoine manuscrit en particulier, elle peut être mise au service d’un catalogage de plus en plus performant, pour autant que la préoccupation de l’interopérabilité reste au centre des nouvelles pratiques de mise en ligne et de la création des nouveaux outils.


    - Présentation du réseau Ménestrel [abstract]
    par Christine DUCOURTIEUX (Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris)

    - Towards a Central Catalogue of Medieval Manuscripts in Poland [résumé]
    par Jacek SOSZYŃSKI (Université de Varsovie)

    - Manuscriptorium as Virtual Environment for the Manuscript Studies [résumé]
    par Zdeněk UHLÍŘ (Bibliothèque nationale de la République tchèque, Prague)

    - La numérisation des manuscrits médiévaux en France : état de lieux [abstract]
    par Anne-Sophie TRAINEAU-DUROZOY (Bibliothèque universitaire de Poitiers)

    - Le catalogage des manuscrits médiévaux à la Bibliothèque nationale de France et dans les bibliothèques françaises : pratiques, enjeux et perspectives [abstract]
    par Charlotte DENOËL, Amandine POSTEC (Bibliothèque nationale de France, Paris)

    - Interconnected Databases on Medieval Manuscripts at the IRHT (France) : Medium, Bibale, Jonas, Initiale, and the ‘Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux’ (BVMM) [résumé]
    par Hanno WIJSMAN (Institut de recherche et d’histoire des textes, Paris)

    - La Bibliothèque patrimoniale de Dijon : bref aperçu des pièces en script arabe [abstract]
    par Sébastien GARNIER (Projet « ERC Imperial Government and Authority in Medieval Western Islam »)

    - Les manuscrits en langues romanes de la collection berlinoise à Cracovie : aboutissement d’un projet international
    par Piotr TYLUS (Université Jagellonne, Cracovie)

    - Les projets électroniques du Laboratoire de latin médiéval à l’Institut de la langue polonaise [abstract]
    par Krzysztof NOWAK, Michał RZEPIELA (Académie polonaise de sciences, Cracovie)

    - A New Generation Computer Program for the Analysis of Narrative and Documentary Latin Texts [résumé]
    par Rafał WÓJCIK (Bibliothèque universitaire de Poznań)

    - Interoperability for Medieval Books and Documents [résumé]
    par Dominique STUTZMANN (Institut de recherche et d’histoire des textes, Paris)

    - Les ressources en ligne sur l’histoire des sciences arabes
    par Joël CHANDELIER (Université Paris 8)

    - Présentation d’une nouvelle rubrique du répertoire Ménestrel : "L’art du vitrail" [abstract]
    par Raphaëlle CHOSSENOT (Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris)

    - Les ressources électroniques sur l’alimentation médiévale : bilan et perspectives [abstract]
    par Alban GAUTIER (Université du Littoral – Côte d’Opale, Boulogne-sur-Mer)

    - L’archéologie médiévale en ligne : quelques exemples français [abstract]
    par Bruno FAJAL (Université de Caen-Basse Normandie), Charles KRAEMER (Université de Lorraine)

    - La vidéo et le site Ménestrel. Quelques propositions [abstract]
    par Jacques BERLIOZ (Centre national de la recherche scientifique, Paris)

    Slawomir SZYLLER, 20 octobre 2016
    Haut de page
  • Ménestrel et le CRAHAM

    NOTE : English translation is in progress 


    Autour des études médiévales en ligne
    Caen, Maison de la Recherche en Sciences Humaines,
    salle des actes, 28 septembre 2012
    Programme de la journée
    Seules quelques communications (version textuelle ou support de la présentation ) sont ici disponibles.


    - Présentation de l’outil de données SCRIPTA sur les chartes normandes
    par Pierre Bauduin (CRAHAM-UMR 6273, Caen)

    - NUMMUS, outil de recherche et de diffusion des données numismatiques en contexte archéologique
    par Pierre-Marie Guihard (CRAHAM-UMR 6273, Caen)

    - Édition sur double support du De rebus gestis Rogerii comitis de Geoffroi Malaterra
    par Marie-Agnès Lucas-Avenel (CRAHAM-UMR 6273, Caen)

    - Éditer un texte et sa « bibliothèque » : les projets Ichtya et Bibliothèque virtuelle du Mont-Saint-Michel
    par Catherine Jacquemard (CRAHAM-UMR 6273, Caen)

    - IMAGE, base de données archéologiques médiévales du Grand-Est de la France
    par Charles Kraemer (Pôle archéologique de l’Université de Lorraine, Nancy)

    20 octobre 2016
    Haut de page
  • Portails médiévistiques

    NOTE : English translation is in progress 

    Portails médiévistiques journée d’études, samedi 8 octobre 2005

    Programme de la journée : [ Télécharger RTF - 48.8 kb ]

    Quelques textes de la journée sont disponibles, ces communications n’ont pas reçu de format éditorial.

    - Introductions

    Jean-Philippe GENET, LAMOP
    Présentation de projet : l’atelier international « Histoire et Informatique »

    Philippe RYGIEL, université Paris I
    Portes, portails et téléportation : [ Télécharger PDF - 133 kb ]

    Isabelle DRAELANTS, UMR 7002 - Moyen Âge
    Sites et portails pour médiévistes : diversité ou cacophonie ? Quelques questions typologiques en guise d’introduction : [ Télécharger PDF - 165.1 kb ]

    - Petit tour d’Europe : la diversité des « portails » pour médiévistes

    James ROBINSON, British Museum
    En Angleterre : [ Télécharger PDF - 145.5 kb ]

    Bertram LESSER, Westfälische Wilhelms-Universität Münster
    En Allemagne : [ Télécharger PDF - 140.2 kb ]

    Andrea ZORZI, université de Florence
    En Italie : Reti Medievali

    Slawomir SZYLLER, Bibliothèque nationale de Pologne
    En Europe centrale et orientale : [ Télécharger PDF - 149.3 kb ]

    - Les portails à l’épreuve des usages et des besoins : des instruments de travail

    Christine DUCOURTIEUX, LAMOP
    Ménestrel, portail d’une communauté : [ Télécharger PDF - 128.4 kb ]

    Marc SMITH et Gautier POUPEAU, École nationale des chartes
    Portail « Sources de l’histoire d’Europe » - du site de réseau au réseau de sites

    Pierre BAUDUIN, CRAHM
    Tabularia, porte sur l’histoire de la Normandie médiévale : [ Télécharger PDF - 144.4 kb ]

    Jean-Émile TOSELLO-BANCAL, ministère de l’Éducation nationale
    Persée, portail de revues françaises en sciences humaines et sociales

    - Table ronde : discussion et synthèse de la journée animée par Pierre PORTET, LAMOP

    20 octobre 2016
    Haut de page

  • Notes et adresses des liens référencés

rss | Retrouvez Ménestrel sur Twitter | Retrouvez Ménestrel sur Facebook | Site Map | Latest articles | Private area | Legal info | About Ménestrel | ISSN : 2270-8928