Site Ménestrel

Médiévistes sur le net : sources, travaux et références en ligne

Home > Thematic repertory > History of war > General resources and research institutions

General resources and research institutions

  • Dans le monde...

    NOTE : English translation is in progress 

    Groupes et organes de recherche (hors France)

    Aux États-Unis, le site de la Medieval Academy of America, qui inclut par ailleurs de très nombreuses références et ressources numériques, indique la liste des principaux centres de recherche en histoire médiévale d’Amérique du Nord.
    À la Western Michigan University (Kalamazoo), l’International Congress on Medieval Studies organisé, annuellement, comprend des sessions sur l’histoire de la guerre médiévale.
    Parallèlement, au Royaume-Uni, l’Institute for Medieval Studies de l’Université de Leeds coordonne depuis 1994 l’International Medieval Congress, annuel et thématique, qui peut aborder également la guerre au Moyen Âge.

    Dans le monde anglo-saxon, le développement des War and Peace Studies, ou polémologie, a contribué à l’essor d’une histoire renouvelée de la guerre, à la croisée de l’histoire socio-politique et culturelle, des relations internationales, du droit et de l’anthropologie.
    Ce développement s’illustre par le nombre de départements spécialisés, tels que le Department of War Studies du King’s College London, le département d’histoire du Collège militaire royal du Canada, le Centre for War Studies du Trinity College Dublin, ou encore par le lancement de programmes de recherche historique et interdisciplinaire (« The Changing Character of War », Université d’Oxford, 2011-2014). Toutefois, s’ils adoptent des perspectives transpériodiques, les recherches restent essentiellement concentrées sur la période contemporaine, voire moderne.

    Sociétés historiques

    - La Commission Internationale d’Histoire Militaire Comparée, ou Commission Internationale d’Histoire militaire, émane du Comité international des sciences historiques. La CIHM organise des congrès annuels, dont elle publie les actes (certains étant disponibles en ligne). Un Bulletin d’information est également publié et accessible en ligne (2003-).
    Par ailleurs, la CIHM publie la Revue internationale d’histoire militaire, et surtout la Bibliographie internationale d’histoire militaire / International Bibliography of Military History éditée annuellement chez Brill depuis 1978, et qui recense de façon complète les parutions en histoire militaire, toutes périodes confondues : la Bibliographie est consultable en ligne sous condition d’abonnement ou en accès libre.
    En lien institutionnel ou non avec la CIHM, différentes sociétés et commissions nationales sont dédiées à l’histoire militaire générale, et peuvent en cela aborder des questions propres à la guerre médiévale. Citons par exemple :

    - Il faut souligner l’importance de l’association américaine De Re Militari, formée en 1992 à partir du titre du célèbre traité de Végèce, et consacrée aux différents champs d’étude de la guerre médiévale. Son envergure internationale tient à l’origine diverse de ses membres, l’association publie annuellement le Journal of Medieval Military History, dont le sommaire est accessible en ligne, et le contenu visionnable sur JSTOR. La société décerne des prix pour des articles ou livres traitant d’histoire militaire médiévale.
    De Re Militari fournit également (en anglais) une base de données en ligne conséquente sur la guerre au Moyen Âge, comprenant les conférences organisées, un florilège complet d’extraits de sources sur la guerre classées chronologiquement de l’époque romaine au XVIe siècle et concernant l’Occident et l’Orient ; des articles, extraits d’ouvrages et travaux de recherche consultables en ligne, des comptes rendus de lecture régulièrement mis à jour et également consultables en ligne.

    - Le site internet Medievalist.net propose également en ligne la transcription de certains articles en anglais sur l’histoire de la guerre médiévale.

    En France, différentes sociétés et associations historiques sont spécialisées en histoire et archéologie militaires, ou en abordent la matière pour la période médiévale :

    - La Société de l’Histoire de France, bien qu’elle ne se spécialise pas en histoire de la guerre médiévale, en aborde les caractères par le biais de son Annuaire-Bulletin (tables consultables en ligne / en intégralité sur Gallica entre 1863-1942), et de ses très nombreuses éditions de sources.

    - Le Centre de Castellologie de Bourgogne (CeCaB) s’intéresse à la sauvegarde du patrimoine castral bourguignon, dont il répertorie les différents sites, et poursuit différentes recherches sur ce sujet. Il est à l’origine de nombreuses publications, et certains articles sont consultables en ligne. Des colloques sont régulièrement organisés.

    - Le Centre Jeanne d’Arc, à Orléans, est consacré à l’étude de Jeanne d’Arc mais aussi, plus largement, de l’histoire de la guerre de Cent ans, thèmes autour desquels il organise des manifestations scientifiques. Il dispose d’une bibliothèque importante sur ces sujets, incluant notamment des reproductions de manuscrits et un fonds photographique relative à Jeanne d’Arc et à son iconographie.

    - Le Centre d’étude des châteaux forts : créé en 1977, lié au C.T.H.S. et installé à Strasbourg, il conserve un fonds documentaire important sur le sujet, organise des colloques et publie dans le domaine de la castellologie médiévale. Il coordonne le site internet amateur abc-château qui référence de nombreux châteaux en France (recherche géographique possible, mais informations très variables selon les sites), et entretient des liens avec le Centre d’archéologie médiévale de Strasbourg. Celui-ci étudie les châteaux alsaciens, mais aussi de France et d’Europe. Il s’intéresse à l’histoire militaire et accueille une librairie fournie en la matière. Il publie également la revue Châteaux forts d’Europe. Enfin, concernant toujours l’Alsace, on peut signaler l’Association châteaux forts et villes fortifiées d’Alsace, liée au CTHS, et le Centre de recherches archéologiques médiévales de Saverne (CRAMS), qui publie régulièrement sur les châteaux forts d’Alsace et suit l’évolution des fouilles archéologiques dans la région. Sa contrepartie existe également pour les châteaux en Suisse.

    Bien qu’il ne constitue pas une société mais un réseau de veille et de diffusion d’informations sur l’histoire générale de la guerre, le site internet Le Polémoscope, lié à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, doit être consulté pour ses ressources en ligne : annuaire (membres et centres de recherches), actualité des manifestations scientifiques, liens vers différentes publications.
    Enfin, on retiendra également l’importance des travaux de sigillographie et d’héraldique (voir les rubriques dédiées de Ménestrel) pour l’histoire de la guerre médiévale : Société française d’héraldique et de sigillographie, qui publie en ligne les références des colloques organisés, ainsi qu’une bibliographie de sigillographie (1991-2010) et d’une bibliographie d’héraldique.

    Loïc CAZAUX, 6 janvier 2016
    Haut de page
  • En France

    NOTE : English translation is in progress 

    Sont présentés ici les institutions et centres de recherche dont l’objet peut intéresser le chercheur en histoire de la guerre en France.

    Institutions spécialisées

    - Institut de Recherche Stratégique de l’École Militaire (IRSEM)
    L’IRSEM émane de l’École militaire, dans les locaux de laquelle il est situé (1 place Joffre - Case 46 - 75700 Paris SP07).
    L’IRSEM a hérité partiellement du fonds de l’ancien Centre d’Études d’Histoire de la Défense (CEHD).

    Bien que son activité scientifique soit d’abord tournée vers la pensée stratégique et la réflexion sur les politiques de défense, parallèlement à l’Institut des Hautes Études de Défense Nationale, il intègre un axe de recherche « Histoire de la défense et de l’armement » qui s’intéresse à la guerre médiévale dans une approche comparatiste :
    - Histoire comparée des cultures stratégiques : concepts de guerre et leurs représentations ;
    - Relations armée-pouvoir ;
    - Réévaluation de l’"histoire bataille.
    À côté de son activité scientifique, s’exprimant notamment par des publications régulières, des séminaires et des journées d’études, l’IRSEM offre un soutien financier aux doctorants et post-doctorants.

    - Musée de l’armée
    Situé aux Invalides (129 rue de Grenelle, 75007 Paris).

    Le Musée de l’armée est consacré, entre autres, à la guerre médiévale, tout particulièrement au travers de son département Armes et armures anciennes, qui réunit une collection exceptionnelle couvrant les XIIIe-XVIIe siècles. Il ne concerne pas seulement la France et l’Europe, mais aussi les cultures guerrières orientales et asiatiques (civilisations ottomane, persane, mongole, chinoise, japonaise et indonésienne).
    Le fonds du musée conserve plusieurs dizaine de milliers d’images, qui sont en partie consultables sur le site de l’agence photographique de la R.M.N..
    Enfin, une sélection d’armes et armures médiévales est présentée sur le site grâce à des fiches en ligne.
    Ses publications abordent également la guerre médiévale : le sommaire des volumes des Cahiers d’Études et de Recherche du Musée de l’Armée (2000-) est par exemple consultable en ligne sur le site du Musée.
    En outre, la Société des Amis du Musée de l’Armée publie un bulletin et une revue à caractère scientifique. Son site internet recense les liens vers les autres musées d’histoire militaire et de l’armée dans le monde.

    Parallèlement au Musée de l’armée, on peut signaler les fonds du Musée de la Marine en matière d’histoire de la guerre navale, bien que ses collections concernent surtout l’époque moderne.

    - Service Historique de la Défense (SHD)
    Le SHD se répartit entre plusieurs sites (Vincennes, Caen, Cherbourg, Brest, Lorient, Rochefort, Toulon, Châtellerault et Pau), chaque centre offre des ressources spécifiques.

    Si les fonds du SHD, développés à partir des archives de l’armée du royaume de France pendant l’Ancien Régime, concernent essentiellement l’époque moderne et contemporaine, son importance est telle pour l’histoire militaire qu’il doit être signalé. Une partie des inventaires, des instruments de recherche et des fonds est consultable en ligne.
    Dans le cadre de son activité scientifique, le SHD participe aux travaux internationaux du Groupe de travail sur l’étude des conflits / Conflict Studies Working Group. Il édite différentes collections historiques et publie la Revue historique des armées.

    - Archives de France
    Les différents services des Archives de France sont essentiels pour l’histoire de la guerre médiévale dans ses multiples aspects, et en premier lieu les fonds des Archives nationales conservés à Paris.

    On consultera également avec profit l’état général des fonds et des inventaires en ligne, et la base Egerie donnant le détail des cotes. Une « salle des inventaires virtuelle » est progressivement mise en place.
    Parmi les bases de données numérisées, la base Archim répertorie en ligne des documents, dont des photographies de sceaux - également inventoriés ici -, un florilège des documents exceptionnels de l’histoire France, ainsi que les registres du Trésor des chartes des rois de France : Philippe II, Louis IX, Philippe IV à Charles IV.
    Par ailleurs, certains centres des archives nationales situés à Paris sont importants pour l’histoire militaire, tels que les Collections sigillographiques (01 40 27 63 08), ou le Centre d’Études d’Histoire juridique, qui répertorie les registres du Parlement, et dont une partie des bases de données est consultable en ligne.
    On notera enfin l’intérêt potentiel des fonds privés pour l’histoire des combattants et de la noblesse, qui sont répertoriés géographiquement, ou par moteur de recherche grâce au portail européen des archives(ensemble des services des Archives de France).
    Les ressources en ligne des différents services d’Archives de France se développent progressivement, et peuvent être consultées ici, avec un accès à chaque service territorial.
    Une carte distinguant les ressources numérisées des services d’archives publiques françaises peut également être consultée : elle répertorie les inventaires, et éventuellement les moteurs de recherches ou les états des fonds accessibles en ligne.
    Un accès par type de sources existe également.

    À l’échelle européenne, on peut consulter les ressources proposées par le Portail Européen des Archives, Archives Portal Europe.

    Centres de recherche universitaires

    - L’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne a fondé l’Institut des Études sur la guerre et la paix, qui s’attache à étudier le fait militaire dans ses multiples dimensions, qu’elles soient sociales, culturelles, économiques, politiques ou juridiques. Ses ramifications institutionnelles dépassent les centres d’histoire de Paris 1 pour rejoindre les centres de recherche d’autres disciplines. À ce titre, il se rattache aux War Studies anglo-saxonnes, dont l’essor est important depuis la fin du XXe siècle. Ses travaux sont volontiers transpériodiques et abordent l’histoire de la guerre médiévale dans un cadre comparatiste.

    - L’université Paris-Sorbonne coordonne un Master Guerres, armées et sécurité dans les sociétés de l’Antiquité à nos jours, à visée transpériodique et comparatiste, et dont les séminaires incluent l’étude de la guerre médiévale (« Barbaries et chevaleries en Europe et en Asie médiévale », Dominique Barthélemy).

    - À l’université Charles de Gaulle-Lille 3, l’Institut de Recherches Historiques du Septentrion consacre une partie de ses recherches à la guerre médiévale, tout particulièrement dans l’espace bourguignon au bas Moyen Âge, au travers de l’axe « Guerre, sécurité(s), (dés)ordres public(s). »

    En matière d’archéologie castrale, le lecteur est invité à consulter les présentations générales de la rubrique Archéologie de Ménestrel. Les recherches en archéologie castrales sont notamment représentées par les centres et laboratoires suivants :

    - Le Centre Michel de Bouärd de l’université de Caen Basse-Normandie (CRAHAM) . consacre, sur les traces de M. de Bouärd, certains de ses axes principaux de recherche à l’archéologie castrale, tout particulièrement en Normandie. Le centre publie avec les Presses Universitaires de Caen les actes des colloques Château-Gaillard, ainsi que la revue Archéologie médiévale, qui aborde les questions relatives à la guerre et dont certains anciens numéros sont consultables en ligne.

    - Le Centre Inter-universitaire d’Histoire et d’Archéologie Médiévale (CIHAM), universités Lyon 2, Lyon 3, d’Avignon, EHESS, ENS-LSH Lyon) intègre à ses différents axes de recherche en histoire et archéologie des thématiques propres à l’histoire militaire.

    Citons, tout particulièrement, dans l’axe 1.3 sur les « châteaux et pouvoirs de commandement », qui prévoit des publications sur les sites de Villars (Ain), du fort mamelouk d’Aqaba (Jordanie), et sur les châtellenies savoyardes et delphinales - dont les comptes sont accessibles en ligne ici. Concernant les édifices fortifiés en Savoie, on consultera aussi avec profit la collection Castellania publiée sous l’égide du laboratoire LLSETI de l’université Savoie Mont Blanc, en partenariat avec l’université Lyon 2.

    - À l’université de Poitiers, le Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale(CESCM), qui publie la revue Cahiers de Civilisation Médiévale, couvre différents domaines de recherche en archéologie ou histoire de la guerre médiévale.

    Tout spécifiquement ses programmes :
    - « Chevalerie, parenté, religiosité, XIe-XIIIe siècles » ;
    - « Organisation et usages des sites fortifiés » - publication sur le site castral de Chalucet, Haute-Vienne ;
    - « Culture matérielle et habitat des élites, IXe-XIIIe siècles » (publications sur le castrum d’Andone autour de l’an Mil (Charente) et sur les fortifications et habitats des élites au haut Moyen Age entre Loire et Garonne.
    - « Architecture dans l’Orient latin ».
    Concernant le haut Moyen Âge, le CESCM. a également publié sur les Wisigoths et les Francs autour de la bataille de Vouillé, 507.

    - À l’université Aix-Marseille, le Laboratoire d’Archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranée (LA3M)) poursuit différents chantiers en archéologie militaire.

    Citons :
    - en Occident médiéval méditerranéen (tours du Palais des papes à Avignon, châteaux de La Garde-Adhémar, Villelaure, Nice et du Lubéron, fort de Buoux ;
    - en Orient méditerranéen(citadelle de Damas).

    - Au Centre d’Étude et d’Exposition Antoine Vivenel de Compiègne, le Centre d’Archéologie et d’Histoire médiévales des établissements religieux a publié un inventaire des mottes castrales de Picardie.

    Enfin, en écho à la sous-rubrique « Archéologie castrale » de Ménestrel proposant un choix de sites archéologiques et une présentation des bases de données en ligne, on peut signaler quelques sites de fouilles archéologiques ou de reconstitution relatifs à la guerre et au château médiéval : les sites des châteaux d’Orville (Val d’Oise), de Bretoncelles (Orne) et de Blamont (Meurthe-et-Moselle). Citons également la reconstitution d’un château médiéval à Guédelon (Yonne).

    Loïc CAZAUX, 6 janvier 2016
    Haut de page
  • Revues

    NOTE : English translation is in progress 

    Outre au sein de revues qui n’en font pas le cœur de leurs publications, les études en Histoire militaire du Moyen Âge se trouvent publiées dans les périodiques spécialisés suivants. À deux exceptions près, ceux-ci ne limitent toutefois pas leur propos au Moyen Âge et envisagent les autres périodes historiques. Leurs sommaires témoignent d’ailleurs d’un flagrant déséquilibre en faveur de l’époque contemporaine dans les recherches en Histoire militaire. On les trouvera ici classés non en fonction de leur prestige ou de leur ancienneté mais bien, plus simplement et objectivement, suivant un ordre alphabétique.

    Arms & Armours
    Publié par le Royal Armouries (GB) depuis 1994, il ouvre ses pages aux études rédigées en anglais et consacrées aux armes et armures de toutes époques et régions. Abordant les questions d’Histoire, d’Histoire de l’art, ou encore d’Histoire des techniques, il rassemble articles, comptes rendus et agenda des activités scientifiques relatives à son domaine de recherche.
    Dernier numéro paru : 2015.
    Site internet

    Château Gaillard. Études de castellologie médiévale
    Depuis 1962, il est publié, actuellement à raison d’un numéro tous les deux ans, par le Centre de Recherches Archéologiques et Historiques Médiévales (Fr). Il regroupe les actes des colloques Château Gaillard, centrés sur le Moyen Âge, où les communications sont prononcées en allemand, en anglais ou en français. Les textes sont accompagnés de résumés trilingues.
    Dernier numéro paru : 2016.
    Site internet

    Crusades
    Publié depuis 2002 sous l’égide de la Society for the Study of the Crusades and the Latin East, ce périodique couvre une période allant de la première croisade à la chute de Malte en 1798. Un volume paraît chaque année et rassemble des études consacrées aux conflits, à la colonisation, à la théologie, à la loi ou à l’économie.
    Dernier numéro paru : Décembre 2015.
    Site internet

    Gladius
    Publié par le Departamento de Publicaciones, Consejo Superior de Investigaciones Científicas (Es) depuis 1961, il regroupe des contributions consacrées à l’histoire de l’armement de la Préhistoire jusqu’au XVIIIe siècle et à la histoire de la guerre en Europe, dans l’Amérique des colonies et en terre d’Islam. Un numéro paraît chaque année, rédigé principalement en espagnol, mais aussi, dans une moindre mesure, en français ou anglais.
    Dernier numéro paru : 2015.
    Site internet

    Irish Sword
    Éditée sous les auspices de la Military History Society of Ireland, cette revue a été fondée en 1949. Sur un rythme désormais bisannuel, elle publie des articles et des notes consacrés à l’histoire militaire de l’Irlande et des Irlandais – mais assez rarement au Moyen Âge – ainsi que des comptes rendus.
    Dernier numéro paru : 2015.
    Site internet

    Journal of Medieval Military History
    Depuis 2003, il est publié sous les auspices de De Re Militari. The Society for Medieval Military History (USA). Comme son titre l’indique, il réserve ses pages à des articles traitant d’Histoire militaire du Moyen Âge. Son rythme de parution est annuel.
    Dernier numéro paru : 2015.
    Site internet

    The Journal of Military History
    Publié par la Society of Military History (USA) depuis 1937, il s’intéresse à toutes les questions d’Histoire militaire, toutes périodes et aires géographiques confondues. Quatre numéros, entièrement en anglais, paraissent chaque année et contiennent des articles, des comptes rendus, le recensement d’articles publiés ailleurs ainsi que la liste annuelle de thèses soutenues dans le domaine.
    Dernier numéro paru : Juillet 2016.
    Site internet

    Journal of Ordnance Society
    The Ordnance Society (GB) publie chaque année un numéro de son Journal. En langue anglaise, il aborde toutes les périodes de l’histoire de l’artillerie militaire. L’époque contemporaine est évidemment la plus régulièrement traitée mais on relève de régulières contributions sur le Moyen Âge et le XVIe siècle.
    Dernier numéro paru : Août 2015.
    Site internet

    Militärgeschichtliche Zeitschrift
    Édité par le Zentrum für Militärgeschichte und Sozialwissenchaften der Bundeswehr (De), il a pris la suite des Militärgeschictliche Mitteilungen. Les deux numéros annuels, en langue allemande, regroupent d’une part des articles scientifiques et de l’autre des débats portant sur les problématiques actuelles de la recherche en histoire militaire.
    Dernier numéro paru : Mai 2016.
    Site internet

    Revue historique des armées
    Fondée en 1945, elle est la revue d’histoire du Ministère de la Défense (Fr). Elle paraît au rythme de quatre numéros par an et rassemble des articles, répartis entre dossier thématique et varia, des introductions à différents fonds d’archives ainsi que des recensions.
    Dernier numéro paru : 2014.
    Site internet

    Revue internationale d’Histoire militaire
    Depuis 1939, elle est publiée par une commission nationale sous les auspices de la Commission internationale d’Histoire militaire. Ses volumes sont consacrés à un thème particulier et paraissent à un rythme plus ou moins annuel.
    Dernier numéro paru : 2015.
    Site internet

    War & Society
    Il est publié depuis 1983 sous l’égide de la School of Humanities & Social Sciences, University of New South Wales (Aus). À raison de deux volumes par an, il s’intéresse aux rapports entre la guerre et la société, dans toutes les régions du globe. Remarquons toutefois que malgré son ouverture à toutes les périodes, de l’Antiquité à nos jours, il ne compte presque exclusivement que des contributions consacrées aux XIXe et, dans une plus forte mesure encore, XXe siècle.
    Denier numéro paru : 2016.
    Site internet

    War in History
    Fondé en 1994, il aborde tous les aspects de l’histoire militaire, sans restriction quant aux époques et régions envisagées. Quatre volumes paraissent chaque année en anglais, divisés entre articles originaux et comptes rendus.
    Dernier numéro paru : Juillet 2016.
    Site internet

    On pourra également consulter les deux revues suivantes, dont la publication a malheureusement été interrompue.

    Militärgeschictliche Mitteilungen
    Lancée en 1967, cette revue a publié son dernier numéro en 1999. Elle a été remplacée par Militärgeschichtliche Zeitschrift. Elle rassemblait des articles et des comptes rendus ainsi qu’une bibliographie annuelle des publications en Histoire militaire. Un sommaire en est disponible sur le site de la Fordham University.

    Revue belge d’Histoire militaire et Cahiers belges d’Histoire militaire
    Respectivement publiés de 1924 à 1996 et de 2001 à 2006, ils proposaient des articles principalement consacrés à l’histoire militaire des régions actuellement occupées par la Belgique. Un sommaire des Cahiers est disponible sur le site du Musée royal de l’Armée et d’Histoire militaire (Be).

    Christophe MASSON, 26 juin 2016
    Haut de page
  • Séries et collections

    NOTE : English translation is in progress 

    Plusieurs éditeurs comptent des collections spécifiquement dédiées à l’histoire militaire. On trouvera ici une première étape d’un recensement toujours en cours et pour lequel on a, comme dans le cas de la rubrique Revues, choisi de respecter l’ordre alphabétique. Aucune de ces collections ne se réserve stricto sensu au Moyen Âge mais elles ont en commun de rassembler aussi bien des monographies que des ouvrages collectifs et des actes de colloque.

    Histoire / Science et art militaires
    La maison d’édition Economica a dessiné cette collection, francophone, autour de questions qui vont de l’histoire, entre autres médiévale, à l’actualité la plus récente et aux ouvrages théoriques et réflexifs qu’elle suscite. De ce fait, on y observe un déséquilibre net en faveur des XIXe et, surtout, XXe siècles.
    Site internet

    History of Warfare
    L’éditeur hollandais Brill publie, en anglais, des ouvrages – monographies, actes de colloque ou travaux collectifs – abordant l’histoire militaire depuis l’Antiquité jusqu’au milieu du XXe siècle.
    Site internet

    Krieg in der Geschichte
    Publiée par Verlag Ferdinand Schöningh, cette série est, plus que ses homologues, axée sur le XXe siècle. Sa langue est l’allemand et on observe une attention plus soutenue qu’ailleurs pour des questions d’histoire germanique.
    Site internet

    Warfare in History
    La maison Boydel & Brewer publie, en anglais, une des collections de référence du domaine. Elle n’envisage qu’une période allant du Haut Moyen Âge aux Temps modernes. L’histoire médiévale y est prédominante.
    Site internet

    Christophe MASSON, 20 septembre 2016
    Haut de page

  • Notes et adresses des liens référencés

rss | Retrouvez Ménestrel sur Twitter | Retrouvez Ménestrel sur Facebook | Site Map | Latest articles | Private area | Legal info | About Ménestrel | ISSN : 2270-8928