Site Ménestrel

Médiévistes sur le net : sources, travaux et références en ligne

Navigation par mot-clé
Accueil > Thèmes et disciplines > Sigillographie > Bases de données

Bases de données

  • - Le portail Culture.fr du ministère de la Culture et de la Communication permet d’accéder à plus de trois millions d’images issues des collections publiques françaises. L’interrogation « sceau » du moteur Collections offre près de mille résultats essentiellement issus de la base ARCHIM (voir ci-dessous). Le contenu de ce portail a été intégré à la bibliothèque numérique européenne Europeana.

    - La base ARCHIM, banque d’images numériques du CHAN, présente quelques-uns des 1 610 sceaux de Bourgogne inventoriés par Auguste Coulon dans les dépôts d’archives, musées et collections particulières des départements de la Côte-d’Or, de Sâone-et-Loire et de l’Yonne (l’inventaire fut publié en 1912). ARCHIM renferme également une base des documents médiévaux conservés au Musée de l’histoire de France parmi lesquels un très grand nombre de chartes scellées.

    - La bibliothèque numérique Gallica offre une documentation sigillographique de premier ordre. Si sa base iconographique demeure encore relativement modeste, sa base bibliographique permet d’accéder à la plupart des inventaires et travaux fondateurs de la sigillographie française.

    - Le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France, héritier du Cabinet des rois de France, est riche d’environ 600 000 monnaies et médailles, et 37 000 objets d’art et d’archéologie. La présente base de données est dédiée aux médailles et aux objets, notamment les cachets et sceaux dont les notices relatives aux matrices sont consultables en ligne depuis 2014(interroger "sceau"). Le catalogue des Matrices de sceaux du Moyen Âge de la BnF, réalisé par Ambre Vilain, est disponible en version numérique.

    - La Bibliothèque de l’Institut de France a mis en ligne une base de données sur les sceaux (XIIIe-XVIe siècle) conservés dans ses collections. Cette base de données, conçue à des fins de conservation, recense les 51 sceaux et bulles encore appendus à des documents appartenant à la collection Godefroy, avec une couverture photographique complète.

    - Le projet SIGILLVM PORTVGALIAE, porté par le Centro de Estudos de História Religiosa de l’Universidade Católica Portuguesa (Lisbonne) et coordonné par Maria do Rosário Barbosa Morujão, a pour objectif l’inventaire, le catalogage, l’organisation et le traitement des sceaux du clergé séculier médiéval portugais. Le site, progressivement alimenté depuis 2014, donne accès à une base de données et à un nombre important d’articles de sigillographie portugaise.

    - A la suite de l’exposition Good Impressions. Image and Authority in Medieval Seals qui s’était tenue au British Museum en 2007, le musée londonien a inventorié et mis en ligne l’ensemble de sa collection de matrices de sceaux. L’interrogation de la base de données sur les sceaux du Moyen Âge donne accès à 2 079 notices illustrées (36 891 notices toutes périodes confondues). Il est possible d’affiner la recherche, par exemple en fonction de la provenance géographique des sceaux (ex. : ’french medieval seals’).

    - The British Library : la Bibliothèque nationale britannique, installée à Londres depuis 1973, offre depuis son site internet un catalogue d’images numérisées en ligne de plus de 13 millions d’articles. L’interrogation de la base de données Images on line par le mot-clé « seal » offre quelques belles reproductions de manuscrits scellés ou d’empreintes détachées de sceaux anglais et écossais.

    - Le Portable Antiquities Scheme PAS est un programme britannique, créé en 1997, destiné à recenser les découvertes archéologiques fortuites ou celles réalisées par les utilisateurs de détecteurs de métaux. La base de données recense en 2015 près de 5 400 matrices de sceaux dont 4 500 du Moyen Âge.

    - Digisig, pour Digital Sigillography Resource, est un portail porté par John A. McEwan (Université de Saint-Louis, Missouri) pointant vers les différents sites et bases de données sigillographiques britanniques.

    - Le site des Archives nationales espagnoles documente l’usage du sceau dans la péninsule ibérique à partir d’exemples tirés des collections sigillographiques (matrices et empreintes) du dépôt madrilène : définitions, usages diplomatiques du sceau, typologies iconographiques offrent des rubriques richement illustrées qu’agrémente une bibliographie sommaire mais utile.

    - Le site des Archives générales du Royaume de Belgique présente la numérisation de sa collection de moulages de sceaux. Créée à partir de 1864, cette collection, riche de 38.000 pièces, est désormais entièrement disponible en ligne. Pour accéder à la base de données, il suffit de cliquer sur l’onglet « Rechercher dans les archives » ; choisir « Recherche avancée » ; choisir ensuite « Z7 moulages de sceaux (BL) » dans le champ « Rubrique ». La recherche se fait par mot-clé (nom de lieu ou nom de personne par exemple).

    - La bibliothèque de l’université de Durham (The Durham University Library) conserve le chartrier de la cathédrale de cette ville qui compte parmi les fonds britanniques les plus riches en sceaux. Une base de données permet d’accéder au Catalogue of the Seals in the Treasury of the Dean and Chapter of Durham dressé en 1911 par W. Greenwell et C.H. Hunter Blair, revu et corrigé pour l’occasion. Par ailleurs, une impressionnante sélection de chartes de ce fonds est présentée avec la photo du document et, selon les cas, son analyse diplomatique.

    - La Shoyen collection est une exposition virtuelle présentant les 12 500 pièces rassemblées par un particulier norvégien, Martin Schoyen, au XXe siècle. Développé par la Bibliothèque nationale de Norvège, le site a retenu une sélection de 222 articles dont plusieurs chartes scellées médiévales.

    - La Direction des Archives et du Patrimoine de l’Aube est engagée depuis 2010 dans l’inventaire des sceaux et chartes scellées de ses fonds, estimés à 4 000 empreintes. Cette opération, inscrite dans le cadre du projet SIGILLA, vise à reprendre et éditer en ligne le travail entrepris par Auguste Coulon dans les années 1920-1930. Après la mise en ligne des chartes et sceaux de Clairvaux, la collection de près de 300 sceaux détachés est désormais disponible.

    - Le même travail d’inventaire des empreintes de sceaux est entrepris aux Archives départementales de l’Yonne. Dans sa version actuelle, le catalogue recense les sceaux conservés dans les fonds des établissements cisterciens : sont ainsi concernés les abbayes de Notre-Dame-des-Isles à Auxerre, de La Cour-Notre-Dame à Michery, de Pontigny, de Quincy, de Reigny et de Vauluisant, soit 504 empreintes.

    - Avec 10 000 empreintes, les archives départementales de Seine-Maritime constituent l’un des principaux dépôts sigillographiques français. Après la mise en ligne des chartes scellées antérieures à 1204, la base de données s’enrichit progressivement au fil des opérations d’indexation et de numérisation.

    - Les archives départementales de la Somme conservent dans leurs fonds ecclésiastiques de nombreuses empreintes de sceaux des XIIe et XIIIe siècles recensées dans une base de données. 750 fiches sont disponibles en ligne.

    - Les archives départementales du Puy-de-Dôme conservent plusieurs centaines de sceaux du XIIIe au XVIe siècle, désormais inventoriés et restaurés grâce à une importante campagne qui a aussi été l’occasion de réaliser des moulages des empreintes les mieux conservées. Une rubrique spécifique est consacrée aux sceaux des évêques de Clermont.

    - Fruit d’un travail méticuleux de description et d’une campagne de numérisation depuis 2010, la base de données « Armoiries » des archives départementales des Alpes-Maritimes invite découvrir l’ensemble des sceaux médiévaux répertoriés à ce jour dans le dépôt depuis l’année 1166, un florilège de sceaux modernes des ducs de Savoie, institutions et familles et plus de 500 cachets familiaux trouvés principalement sur les testaments déposés au Sénat de Nice entre 1644 et 1785.

    - En préparant la présentation internet des archives anciennes de l’abbaye de La Chaise-Dieu, le service des Archives départementales de la Haute-Loire a nettoyé les chartes originales et confié à un atelier de restauration plusieurs empreintes de sceaux des XIIIe-XVe siècles emblématiques du Velay et du Brivadois médiévaux.

    - Les bases de données des archives municipales de Reims donnent accès à plusieurs documents manuscrits et iconographiques des fonds rémois, en particulier à 763 notices d’empreintes de sceaux médiévaux, associées à l’analyse diplomatique des actes auxquels elles se rapportent.

    Arnaud BAUDIN, 12 décembre 2015 | 28 septembre 2015
    Haut de page

  • Notes et adresses des liens référencés

rss | Retrouvez Ménestrel sur Twitter | Retrouvez Ménestrel sur Facebook | Plan du site | Derniers articles | Espace privé | Mentions légales | Qui sommes-nous? | ISSN : 2270-8928