Site Ménestrel

Médiévistes sur le net : sources, travaux et références en ligne

Accueil > Thèmes et disciplines > Histoire des États bourguignons > Ressources générales et institutions de recherche

Ressources générales et institutions de recherche

  • Acteurs de la recherche

    1. Centre européen d’études bourguignonnes (XIVe–XVIe s.)

    Né formellement en 1984 d’une refonte de son ancêtre, le Centre européen d’études burgondo-médianes (créé en 1958), le Centre européen d’études bourguignonnes (XIVe–XVIe s.) consacre ses activités à l’étude scientifique de tous les aspects qui firent des Pays bourguignons une réalité singulière de l’Europe tardo-médiévale et renaissante. Les rencontres annuelles du centre rassemblent les spécialistes de la période autour de thématiques toujours différentes et pluridisciplinaires (par exemple, Culture historique : la cour, les pays, les villes, Leyde–La Haye, 2013 ; Renaissance bourguignonne et Renaissance italienne : modèles, concurrences, Neuchâtel, 2014 ; Pays bourguignons et Orient : diplomatie, conflits, pèlerinages, échanges, Mariemont, 2015).

    Site internet

    Jonathan Dumont (ULg/RMBLF)

    2. Institut de recherches historiques du Septentrion

    Conduits par Bertrand Schnerb, plusieurs membres (doctorants, maître de conférences ou professeurs) de cet institut de recherche de l’Université Lille 3 consacrent leurs recherches (publications, communications, organisations de séminaires et colloques) aux États bourguignons. Leurs travaux s’organisent autour de plusieurs problématiques : pratique de la guerre, art, institutions, histoire urbaine, cour, littérature. L’une d’entre elle bénéficie de plus d’une reconnaissance institutionnelle puisque La construction des identités militaires et combattantes est une composante de l’un des axes du plan quinquennal du laboratoire : Guerre, Sécurité (Dés)ordre(s) public(s).

    Site internet

    Christophe Masson (ULg/RMBLF)

    3. Centre belge d’études bourguignonnes 1400-1600

    Ce centre a pour vocation la promotion de la recherche sur les territoires bourguignons à la fin du moyen âge et au début de la période moderne, dans une perspective interdisciplinaire. Héritier de la chaire d’études bourguignonnes louvaniste, cette structure est le fruit d’une collaboration entre l’Université Saint-Louis (où elle a installé son siège) et l’Université catholique de Louvain. Ses membres organisent annuellement un cycle de conférences et séminaires.

    Site internet

    Marie Van Eeckenrode (UCL/RMBLF)

    Christophe MASSON, Jonathan DUMONT, 18 octobre 2016 | 10 octobre 2016
    Haut de page
  • Dépôts d’archives et bibliothèques

    1. Archives de l’État (Belgique)

    a) Les « institutions centrales »
    Les Archives générales du Royaume, à Bruxelles, conservent entre autres les archives des institutions centrales des anciens Pays-Bas. Pointons principalement :
    - les archives des Chambres des comptes de Lille (voir également Archives départementales du Nord) et de Bruxelles, rassemblées en une imposante collection de documents
    - les archives du Parlement / Grand Conseil de Malines (voir également Archives départementales du Nord)
    - les Papiers d’État et de l’Audience
    Ces archives sont accessibles par le biais d’un éventail d’instruments de recherche, en partie publiés en partie manuscrits. L’Aperçu des instruments de recherche disponibles à la salle de lecture des archives générales du Royaume en fournit la liste complète. Certains d’entre eux peuvent être consultés en ligne.

    Marie Van Eeckenrode (UCL/RMBLF)

    Bibliographie utile :
    L. De Mecheleer, Aperçu des instruments de recherche disponibles à la salle de lecture des Archives générales du Royaume, Bruxelles, 2008 (Guides, n° 67).
    M. Soenen, Guide des fonds et collections des Archives générales du Royaume. Archives des institutions centrales des Pays-Bas sous l’Ancien Régime, Bruxelles, 1994 (Guides, n° 15).
    E. Aerts, Geschiedenis en archief van de Rekenkamers, Bruxelles, 1996 (Guides, n° 27).
    E. Aerts, M. Baelde, H. Coppens, H. De Schepper, H. Soly, A.K.L. Thijs, K. Van Honacker, De centrale overheidsinstellingen van de Habsburgse Nederlanden (1482-1795), 2 vol., Bruxelles, 1994 (Studia, n° 55). Une traduction française est parue l’année suivante sous le titre Les institutions du gouvernement central des Pays-Bas habsbourgeois (Studia, n° 56).

    b) Les principautés territoriales
    Les archives des principautés territoriales, quant à elles, sont à la fois conservées aux Archives générales du Royaume et dans les dépôts des Archives de l’État dans les provinces. Pour chaque dépôt d’archives, un guide des fonds et collections est disponible, dont les données sont normalement disponibles en ligne ressources en ligne. Il existe également un guide/répertoire des institutions publiques (concernant entre autres les institutions d’Ancien Régime), pour chaque province belge. Ils sont édités par les Archives de l’État dans la collection Studia . Certains volumes sont disponibles en version numérique.

    Marie Van Eeckenrode (UCL/RMBLF)

    2. Archives nationales (France)

    Le site de Paris rassemble, entre autres, les archives françaises d’Ancien Régime. Une part non-négligeable d’entre elles intéresse l’histoire bourguignonne. On la trouvera principalement au sein des séries J et JJ (Trésor des chartes, inventaire), d’une part, et K et KK (Monuments historiques, inventaire), de l’autre. Mais d’autres fonds peuvent se révéler intéressants, comme les séries M et MM (Ordres militaires et titres nobiliaires, inventaire), P (Chambre des comptes, inventaire) ou Q (Domaines, inventaire).
    Site internet.

    Christophe Masson (ULg/RMBLF)

    3. Archives départementales du Nord (France)
    Les Archives départementales du Nord conservent les archives de certaines institutions centrales des Pays-Bas bourguignons, mais également des administrations principautaires, dont les inventaires sont disponibles en ligne. Ne citons ici que :
    - les archives de la Chambre des Comptes de Lille (la série B), créée en 1386 par le duc de Bourgogne et comte de Flandre Philippe le Hardi. Ce fonds, d’une très grande richesse est notamment composé d’un bel ensemble de correspondance administrative, les lettres reçues et dépêchées, pour lesquels un précieux index (noms et matières) est disponible en salle de lecture.
    - les archives du Parlement / Grand Conseil de Malines (la série 5 B) qui consiste en une série de dossiers de procédure distraits du fonds malinois (aujourd’hui conservé aux Archives générales du Royaume, à Bruxelles, voir plus haut) au XVIIIe siècle parce que concernant des affaires « françaises »
    - les archives de institutions ecclésiastiques (séries G et H) et des administrations provinciales (série C, notamment la sous-série dite des « Limites »).
    Parmi les instruments de recherche disponibles en ligne et dans la salle des inventaires, il convient de mentionner la Collection des inventaires sommaires des Archives départementales antérieures à 1790. Nord. Archives civiles, Série B, 8 vol., Lille, 1872-1906. Notons également que les très riches, et incontournables, carnets manuscrits de cette même salle des inventaires permettent de retrouver les mentions, dans les différents documents conservés au sein des Archives, d’individus et de localités particuliers.

    Christophe Masson (ULg/RMBLF) et Marie Van Eeckenrode (UCL/RMBLF)

    4. Archives départementales de la Côte-d’Or (France)

    Les Archives départementales de la Côte-d’Or à Dijon conservent des fonds issus d’institutions centrales et des administrations des principautés méridionales de l’ensemble territorial bourguignon. On épinglera en particulier :

    - le fonds de la Chambre des comptes de Dijon (Série B), comprenant également le trésor des chartes intégré en 1446. Outre les répertoires numériques et inventaires sommaires numérisés et accessibles en ligne, on retiendra l’inventaire en 30 volumes réalisé entre 1771 et 1786 par J.-B. Peincedé, « garde des livres » de la Chambre des comptes, lui aussi accessible en ligne. Son index en 6 volumes permet des recherches par nom de personne et de lieu et renvoie à de brefs descriptifs de pièces parfois perdues à la Révolution. Quand elles ont survécu, leur cote actuelle est signalée en ligne. À noter que, si le glissement du centre de gravité de la politique bourguignonne entraîna le contrôle du gros des dépenses centrales dans le ressort de la Chambre des comptes de Lille, des microfilms des comptes généraux des ducs de Bourgogne conservés aux Archives départementales du Nord sont disponibles à Dijon.
    - les fonds relatifs au clergé séculier (Série G), comprenant notamment les archives de la Sainte-Chapelle de Dijon (Toison d’Or).
    - les fonds relatifs au clergé régulier(Série H), dont les riches archives de l’abbaye de Saint-Bénigne de Dijon et celles de l’abbaye de Cîteaux.

    Afin s’orienter parmi les différents fonds d’archives et leurs inventaires, on se reportera en priorité sur : J. Rigault, Guide des archives de la Côte-d’Or, Dijon, 1984.

    Michael Depreter (USL-B/RMBLF)

    5. Bibliothèque royale de Belgique

    La Bibliothèque royale de Belgique, située à Bruxelles, conserve, dans sa Section des Manuscrits, environ trois cents codices qui ont fait partie, jadis, de la bibliothèque des ducs de Bourgogne. La collection, initiée à la fin du XIVe siècle par Philippe le Hardi, n’a cessé de s’accroître et atteignait 950 volumes dans le recensement effectué à la mort du Téméraire. La série consacrée à la « Librairie des ducs de Bourgogne », éditée chez Brepols, décrit, selon un classement typologique, l’ensemble de ces trois cents manuscrits. Cinq des huit volume ont déjà paru, on peut consulter la liste des volumes décrits . Certains de ces manuscrits sont consultables dans la bibliothèque numérique de la KBR, sur le portail Belgica. À côté de ce qui est le noyau primitif de cette institution, il faut également évoquer nombre de livres ayant appartenu à la haute aristocratie bourguignonne conservés dans la section des Manuscrits. Les autres sections patrimoniales possèdent également des pièces datant de cette période. Impossible de toutes les mentionner. On pointera notamment la section des Imprimés anciens et précieux (plus de 3 200 incunables…), la section de la Musique (œuvres des grands représentants de la polyphonie…), le Cabinet des Médailles (jetons ou pièces de l’époque de Philippe le Beau…) ou encore le Cabinet des Estampes (gravures des XVe et XVIe siècles). La Bibliothèque royale de Belgique constitue aussi la première bibliothèque de référence pour les études bourguignonnes grâce aux ouvrages et outils bibliographiques conservés dans la section des Imprimés contemporains et dans ses sections patrimoniales ainsi que grâce à l’apport du Dépôt légal, voyant converger l’ensemble des publications imprimées en Belgique.

    Hélène Haug (Maison d’Erasme/RMBLF) et Renaud Adam (F.R.S.-FNRS/ULg)

    6. Bibliothèque nationale de France

    Si le cœur de ce que l’on appelle la « Bibliothèque de Bourgogne » réside aujourd’hui à la Bibliothèque royale de Belgique (voir notice connexe), une part non négligeable de celle-ci se trouve également à la BnF, suite aux avatars de l’histoire, principalement les guerres de Louis XIV et la période révolutionnaire. Héritier de la bibliothèque de Charles V, le fond des manuscrits anciens de la BnF (site Richelieu principalement, Arsenal également) préserve ces documents : des textes religieux (tels les Les contemplations sur les sept heures de la Passion de Jean Miélot), des œuvres politiques et savantes souvent traduites en français (de nombreux manuscrits de Christine de Pizan, par exemple, dédiés à Philippe le Hardi ou Jean sans Peur), et de la littérature médiévale (plusieurs exemplaires, notamment, des Faicts et conquestes d’Alexandre le Grand, un cycle épique qui connut une vrai efflorescence à la cour de Bourgogne). Le site Richelieu possède également un ensemble non-négligeable d’actes et de lettres concernant les ducs de Bourgogne, leur politique et leurs relations avec les rois et princes de France (série des manuscrits français principalement). Enfin, il convient de mentionner le Fonds Bourgogne (129 vol.) comportant les papiers des érudits Dom Plancher et Dom Aubrée, tous deux auteurs de travaux, au XVIIIe siècle, sur la Bourgogne médiévale et des ducs de la Maison de Valois (ils recueillirent des traditions orales et aussi recopièrent des documents dont les originaux sont aujourd’hui détruits), des chartes originales de l’abbaye de Cluny et des documents relatifs à l’histoire de la Franche-Comté.

    Jonathan Dumont (ULg/RMBLF)

    Christophe MASSON, 10 octobre 2016
    Haut de page
  • Travaux

    1. Portails

    Prosopographia burgundica

    Le site internet a été mis sur pied en 2010 par Werner Paravicini, avec la collaboration de Torsten Hiltman. Il propose gratuitement à ses utilisateurs trois types de ressources. Les Sources et les Travaux ont déjà été publiées au format papier et sont ici accessibles dans leur forme électronique. Les Bases de données sont des instruments prosopographiques (cour et hérauts de Bourgogne). Une recherche est possible soit en mode « plein texte » soit à l’aide d’index.

    Christophe Masson (ULg/RMBLF)

    2. Collections

    a) Burgundica

    La collection Burgundica, accueillie chez Brepols, constitue l’une des collections phares dédiées aux Pays bourguignons. Dirigée par le professeur Jean-Marie Cauchies, elle se fixe pour ambition d’embrasser le phénomène « bourguignon » depuis l’arrivée de Philippe le Hardi à la tête du comté de Flandres (1384) jusqu’à la mort de celui que son directeur a qualifié de « dernier duc de Bourgogne », Philippe le Beau († 1506). Par essence interdisciplinaire, Burgundica rassemble des études de haute qualité scientifique et qui ménage une certaine ouverture vers un public extra-universitaire cultivé. Elle ambitionne, comme objectif ultime, d’éclairer, à sa manière, la transition entre Moyen Âge tardif et Première modernité, principalement en ce qui concerne le phénomène de l’apparition de l’État princier, puis moderne, et de ses différentes manifestations (institutions, lettres, arts, pensée).

    Pour plus d’informations.

    Jonathan Dumont (ULg/RMBLF)

    b) Instrumenta

    La collection Instrumenta publiée par Jan Thorbecke Verlag accueille en son sein presque exclusivement des ouvrages consacrés à l’histoire de la Bourgogne. Ceux-ci sont principalement des éditions de sources, à l’image des statuts de l’Ordre de la Toison d’or (Sonja Dünnebeil) ou les ordonnances de la cour des ducs de Bourgogne (Holger Kruse & Werner Paravicini).

    Pour plus d’informations.

    Christophe Masson (ULg/RMBLF)

    3. Revues

    a) Publication du Centre européen d’études bourguignonnes (XIVe–XVIe s.)

    Les résultats de chaque rencontre du Centre européen d’études bourguignonnes sont rassemblés au sein d’un volume de Publication (en 2016 est paru le fascicule n° 56). Cette Publication constitue ainsi un observatoire privilégié de l’évolution de la recherche, toutes disciplines confondues, sur les Pays bourguignons. Un volume de table (n° 50 bis), paru en 2011, permet qui plus est au chercheur de s’orienter plus aisément parmi les centaines d’articles publiés.

    Pour davantage d’informations.

    Jonathan Dumont (ULg/RMBLF)

    b) Revue du Nord

    Du fait de son champ d’investigation prioritaire – la France du Nord, la Belgique et les Pays-Bas –, la Revue du Nord accueille régulièrement des contributions consacrées à l’histoire des États bourguignons. Elles paraissent soit dans des volumes thématiques soit en tant que varia.
    Un sommaire des derniers numéros parus (depuis 2002) est disponible sur le site internet de la revue. Par ailleurs, des tables ont été publiées à l’occasion des cent ans de la revue. Elles couvrent les années 1910 à 2009.

    Site internet

    Christophe Masson (ULg/RMBLF)

    c) Annales de Bourgogne

    Les Annales de Bourgogne sont une revue historique trimestrielle fondée en 1929 par H. Drouot (prof. d’histoire de la Bourgogne à l’Université de Dijon) et R. Durand (prof. d’histoire moderne dans la même université). La publication a débuté en 1929 et, aujourd’hui, on dénombre 85 volumes, à raison d’un tome de quatre fascicules par an. Son objectif est de développer la connaissance de l’histoire de la Bourgogne, entendue sous toutes les acceptions que ce terme a ou a pu avoir (royaume, duché et comté, région), et ce pour toutes les époques. Alliant l’érudition des spécialistes régionaux à l’expertise des universitaires bourguignons, la revue intéressera, pour des raisons évidentes, ceux qui se penchent sur l’histoire des ducs de Bourgogne de la Maison de Valois. Le dernier volume en date, par exemple, se penche, pour les XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, sur l’histoire de L’intégration de la Bourgogne au royaume de France après la conquête du duché par Louis XI dès 1477.

    Site internet.

    Jonathan Dumont (ULg/RMBLF)

    4. Bibliographies

    a) R.-H. Bautier, J. Sornay, Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge, 2e sér., Les États de la Maison de Bourgogne, vol. I. I, Archives centrales de l’État bourguignon (1384-1500). Archives des principautés territoriales. 1. Les principautés du Sud. 2. Les principautés du Nord (supplément), Paris, CNRS Éditions, 2001 ; vol. I.II, Archives des principautés territoriales. 2. Les principautés du Nord, Paris, Éditions du CNRS, 1984.
    L’ambition, la qualité et l’importance de ce travail sont à souligner. Ses auteurs ont en effet reconstitué, évidemment dans la mesure des sources disponibles, les fonds d’archives des différentes institutions ayant fonctionné sur l’ensemble du territoire contrôlé par les ducs Valois de Bourgogne. Les deux volumes actuellement paru abordent toutes les terres ayant fait partie des États bourguignons, à l’exception du Barrois et de la Lorraine où la domination de Charles le Téméraire fut trop brève. Toutefois, les auteurs ne se sont pas limités à la période « bourguignonne » mais ont bien tenté de remonter en amont de celle-ci. L’inventaire se veut méthodique et unit dans une même rubrique des volumes provenant de dépôts d’archives différents. S’insèrent dans ce catalogue deux importants compléments : une description – volontairement sommaire – des différentes institutions ainsi qu’une bibliographie relative à celle-ci.
    Un tome II est prévu, qui devrait aborder les archives ecclésiastiques (dont celles de Liège, Tournai, Cambrai ou Utrecht), communales, scabinales, notariales, baronniales, seigneuriales et privées.

    Christophe Masson (ULg/RMBLF)

    b) J.-M. Cauchies, J. Dumont, E. Falzone, A. Marchandisse, C. Meessen, Table des publications, n° 1 à 50, Publication du Centre européen d’Études bourguignonnes (XIVe–XVIe s.), n° 50 bis, Neuchâtel, Centre européen d’Études bourguignonnes, 2011, 124 p.

    Le fascicule 50 bis de Publication du Centre européen d’Études bourguignonnes consiste en un ensemble de tables qui permettent désormais au lecteur de naviguer plus aisément parmi le nombre toujours pour plus important d’articles que comprend cette très active revue. Dirigé par le Secrétaire général du Centre, le professeur Jean-Marie Cauchies, le volume contient plusieurs tables : une chronologie des fascicules (C. Meessen, p. 7–11), une table des articles classés par thèmes (J. Dumont, A. Marchandisse, M. Sommé, p. 13–42), une autre par noms d’auteurs (C. Meessen, p. 43–80), une liste des sources publiées en annexes des différentes contributions (J.-M. Cauchies, p. 81–86), une autre des documents iconographiques (E. Falzone, p. 87–119), et, enfin, une dernière des cartes et des plans (J.-M. Cauchies, C. Meessen, p. 121–124).

    Pour plus d’informations.

    Jonathan Dumont (ULg/RMBLF)

    5. Bibliographie sélective

    On trouvera ici les principaux ouvrages collectifs et monographies traitant de l’histoire bourguignonne.
    J. Calmette, Les grands ducs de Bourgogne, Paris, 1949
    E. Lecuppre-Desjardin, La ville des cérémonies. Essai sur la communication politique dans les anciens Pays-Bas bourguignons, Turnhout, 2004
    E. Lecuppre-Desjardin, Le Royaume inachevé des ducs de Bourgogne, Paris, 2016
    Pour la singuliere affection qu’avons a luy. Études bourguignonnes offertes à Jean-Marie Cauchies, éd. Paul Delsalle, G. Docquier, A. Marchandisse et B. Schnerb, Turnhout, 2016
    W. Prevenier, W. Blockmans, Les Pays-Bas bourguignons, Anvers, 1983
    B. Schnerb, L’État bourguignon. 1363-1477, Paris, 1999
    B. Schnerb, La maudite guerre. Armagnacs et Bourguignons. 1407-1435, Paris, 1988
    R. Stein, De hertog en zijn staten. De eenwording van de Bourgondische Nederlanden. Ca. 1380-ca. 1480, Hilversum, 2014

    a) Les ducs et duchesses
    I. Philippe le Hardi
    Ordonnances de Philippe le Hardi, de Marguerite de Male et de Jean sans Peur, 1405-1419, 3 vol., Bruxelles, 1965-2011 (Recueil des ordonnances des Pays-Bas. 1re série)
    E. Petit, Itinéraires de Philippe le Hardi et Jean sans Peur, ducs de Bourgogne (1363-1419), d’après les comptes de dépenses de leur hôtel, Paris, 1888
    R. Vaughan, Philipp the Bold. The formation of the Burgundian State, nle éd., Woodbridge, 2002

    II. Jean sans Peur
    E. Petit, Itinéraires de Philippe le Hardi et Jean sans Peur, ducs de Bourgogne (1363-1419), d’après les comptes de dépenses de leur hôtel, Paris, 1888
    B. Schnerb, Jean sans Peur. Le prince meurtrier, Paris, 2005
    R. Vaughan, John the Fearless. The Growth of Burgundian Power, nle éd., Woodbridge, 2002

    III. Philippe le Bon
    P. Bonenfant, Philippe le Bon. Sa politique, son action, Bruxelles, 1996
    J.-M. Cauchies, Les ordonnances générales de Philippe le Bon, 1430-1467, Bruxelles, 2013 (Recueil des ordonnances des Pays-Bas. 2e série)
    R. Vaughan, Philipp the Good. The Apogee of Burgundy, nle éd., Woodbridge, 2002
    H. Vander Linden, Itinéraires de Philippe le Bon, duc de Bourgogne (1419-1467) et de Charles, comte de Charolais (1433-1467), Bruxelles, 1940

    IIIc. Isabelle de Portugal
    M. Sommé, Isabelle de Portugal. Une femme au pouvoir au XVe siècle, Lille, 1998
    M. Sommé, La correspondance d’Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne 1430-1471), Ostfildern, 2008

    IV. Charles le Téméraire (le Hardi)
    Charles le Téméraire (1433-1477). Splendeurs de la cour de Bourgogne, éd. S. Marti, T.-H. Borchert, G. Keck, Berne-Bruxelles-Bruges, 2008
    J.-M. Cauchies, Louis XI et Charles le Hardi : de Péronne à Nancy (1468-1477), le conflit, Bruxelles, 1996.
    H. Vander Linden, Itinéraires de Philippe le Bon, duc de Bourgogne (1419-1467) et de Charles, comte de Charolais (1433-1467), Bruxelles, 1940
    H. Vander Linden, Itinéraires de Charles, duc de Bourgogne, Marguerite d’York et Marie de Bourgogne (1467-1477), Bruxelles, 1936
    R. Vaughan, Charles the Bold. The Last Valois Duke of Burgundy, nle éd., Woodbridge, 2002

    V. Marie de Bourgogne
    Bruges à Beaune. L’héritage de Marie de Bourgogne. Exposition à Beaune du 18 novembre 2000 au 28 février 2001, Paris, 2000
    Anciens Pays et Assemblées d’États, t. LXIV, 1477 : le privilège général et les privilèges régionaux de Marie de Bourgogne pour les Pays-Bas, éd. W. Blockmans, Courtrai, 1985
    J. Haemers, For the common good. State power and urban revolts in the reign of Mary of Burgundy, 1477-1482, Turnhout, 2009
    H. Vander Linden, Itinéraires de Charles, duc de Bourgogne, Marguerite d’York et Marie de Bourgogne (1467-1477), Bruxelles, 1936

    Va. Maximilien Ier de Habsbourg
    H. Wiesflecker, Maximilian I., 5 vol., Vienne-Munich, 1991

    VI. Philippe le Beau
    J.-M. Cauchies, Philippe le Beau, le dernier duc de Bourgogne, Turnhout, 2003
    Philippe le Beau. Les trésors du dernier duc de Bourgogne, éd. B. Bousmanne, H. Wijsman, S. Thieffry, Bruxelles, 2006

    b) Les institutions
    Anciens Pays et Assemblées d’États, t. LXIV, R. Wellens, Les États généraux des Pays-Bas des origines à la fin du règne de Philippe le Beau (1464-1506), Heule, 1974
    La Cour de Bourgogne et l’Europe. Le rayonnement et les limites d’un modèle culturel, éd. W. Paravicini, Ostfildern, 2013
    P. Godding, Le Conseil de Brabant sous le règne de Philippe le Bon (1430-1467), Bruxelles, 1999
    J. Paviot, La politique navale des ducs de Bourgogne, 1384-1482, Lille, 1995
    J. Rauzier, Finances et gestion d’une principauté au XIVe siècle. Le duché de Bourgogne de Philippe le Hardi (1364-1384), Paris, 1996
    J.-B. Santamaria, La Chambre des comptes de Lille de 1386 à 1419. Essor, organisation et fonctionnement d’une institution princière, Turnhout, 2012
    M. Van Eeckenrode, Les États de Hainaut sous le règne de Philippe le Bon. 1427-1467, Courtrai, 2012
    A. Van Nieuwenhuysen, Les finances du duc de Bourgogne Philippe le Hardi (1384-1404). Économie et politique, Bruxelles, 1984
    A. Van Nieuwenhuysen, Les finances du duc de Bourgogne Philippe le Hardi (1384-1404). Le montant des ressources, Bruxelles, 1990

    c) La culture et la cour
    L’art à la Cour de Bourgogne. Le mécénat de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur (1364-1419). Catalogue d’exposition, Paris, 2004
    G. Doutrepont, La littérature française à la cour des ducs de Bourgogne. Philippe le Hardi-Jean sans Peur-Philippe le Bon-Charles le Téméraire, Paris, 1909
    D. Jeannot, Le mécénat bibliophilique de Jean sans Peur et de Marguerite de Bavière (1404-1424), Turnhout, 2012
    Le Moyen Âge, t. CXII.III-IV, Littérature et culture historiques à la cour de Bourgogne. Actes des rencontres internationales organisées à Dunkerque (Université du Littoral–Côte d’Opale), le jeudi 27 octobre 2005, éd. J. Devaux, A. Marchandisse, 2006
    L’ordre de la Toison d’or de Philippe le Bon à Philippe le Beau (1430-1505). Idéal ou reflet d’une société ?, Turnhout-Bruxelles, 1996
    J. Paviot, Les ducs de Bourgogne, la croisade et l’Orient, fin XIVe-XVe siècle, Paris, 2003

    Michael Depreter (USL-B/RMBLF), Jonathan Dumont (ULg/RMBLF), Hélène Haug (Maison d’Erasme/RMBLF), Christophe Masson (ULg/RMBLF), Marie Van Eeckenrode (UCL/RMBLF)

    Christophe MASSON, 10 octobre 2016
    Haut de page

  • Notes et adresses des liens référencés

rss | Retrouvez Ménestrel sur Twitter | Retrouvez Ménestrel sur Facebook | Plan du site | Derniers articles | Espace privé | Mentions légales | Qui sommes-nous? | ISSN : 2270-8928