Site Ménestrel

Médiévistes sur le net : sources, travaux et références en ligne

Accueil > Thèmes et disciplines > Iles Britanniques médiévales > Manuscrits, sources et thèmes > Sites universitaires et institutionnels

Sites universitaires et institutionnels

  • Chartes et diplômes anglo-saxons

    La rédaction de chartes dans l’Angleterre anglo-saxonne commence au cours du VIIe siècle : entre les premières chartes du royaume de Kent et les derniers diplômes du roi Harold II en 1066 nous ont été conservés un peu plus de 3000 documents, dont un grand nombre de faux.

    La plus grande partie de ces chartes sont aujourd’hui en ligne à travers une nébuleuse de sites institutionnels impliquant entre autres le Department of Anglo-Saxon, Norse and Celtic de Cambridge, Trinity College Cambridge, la Royal Historical Society, King’s College London et la British Academy.

    Le but final de cette activité en tous sens est la mise à disposition des chercheurs de l’ensemble de la documentation diplomatique anglo-saxonne (chartes, diplômes, testaments, brefs), en latin ou en langue vernaculaire, datant (effectivement ou prétendument) d’avant 1066, mais aussi de nombreux outils de travail, catalogue, bases de données, glossaires et bibliographies permettant l’étude des documents.

    Il est facile de se perdre dans le labyrinthe des sites de diplomatique anglo-saxonne. On procédera donc par ordre et l’on se rendra sur une page plutôt que sur une autre en fonction de ce que l’on recherche précisément. On peut distinguer quatre grands types de sites concernant les chartes anglo-saxonnes :

    - les sites généraux sur les chartes et leur étude ;
    - les catalogues de chartes ;
    - les sites permettant d’accéder au texte des chartes ;
    - les sites spécifiques sur certains aspects des chartes.

    1. Les chartes et leur étude : Kemble

    Cette page doit son nom à John Mitchell Kemble (1807-1857), principal éditeur de chartes anglo-saxonnes au XIXe siècle. Nourrie par Simon Keynes, professeur à l’Université de Cambridge, elle est encore en construction mais est déjà très développée. On y trouvera une présentation générale du corpus par fonds d’archive, des articles présentant des aspects de l’étude des chartes, des éléments sur les diplômes originaux et sur les cartulaires, et enfin des articles sur les principaux philologues et historiens qui se sont distingués dans l’étude des chartes anglo-saxonnes. Une riche série de ressources et de liens divers (actualités, bibliographies, cartes, tables récapitulatives, etc.) complète le site. Parmi les éléments particulièrement utiles de ce site, on peut mentionner une explication des modalités standard de citation des chartes et un accès à l’« atlas des attestations » de Simon Keynes, qui récapitule et situe chronologiquement l’ensemble des individus cités en tant que témoins des chartes.

    2. Catalogue des chartes : The Electronic Sawyer

    Le catalogue de Peter Sawyer, Anglo-Saxon Charters : An Annotated List and Bibliography, Londres, Royal Historical Society, 1968, a longtemps été un outil incontournable pour l’étude des chartes anglo-saxonnes. Pour chaque document, une notice recense les manuscrits, les éditions et les traductions de la charte, et propose une bibliographie. La version électronique du catalogue représente aujourd’hui le mode de citation de référence pour les chartes anglo-saxonnes.

    La version électronique du catalogue a été remise à jour en 2008. Le site permet des recherches par numéro Sawyer, par royaume, par souverain, par date, par manuscrit, par fonds d’archives et par date de manuscrit. Une fonction "Instant Sawyer" (accessible par un bouton rouge en haut à droite de la page) permet d’accéder très vite à l’information sur une charte en entrant le numéro Sawyer.

    3. Éditions de chartes

    Plusieurs sites fournissent un accès direct au texte de la plupart des chartes anglo-saxonnes, et parfois à des traductions en anglais moderne des originaux latins ou vieil-anglais. Toutefois, il convient de souligner que ce texte est souvent repris des éditions anciennes de Kemble (1839-1848) ou Birch (1885-1899), et qu’il n’est pas toujours facile de déterminer quel texte a été utilisé. La consultation du texte de la charte ne dispense pas, par conséquent, de se référer à la collection Anglo-Saxon Charters, dont les volumes ont commencé à paraître en 1973. Cette collection, publiée par Oxford University Press sous le patronage de la British Academy, permet aujourd’hui (décembre 2015 : 19 volumes parus) d’accéder au texte de plus de la moitié des chartes du corpus. On notera que la collection n’est disponible que sous forme imprimée, et la sélection qu’en offre Google Books est très limitée.

    - 3-1. The Electronic Sawyer

    La manière la plus simple d’accéder au texte des chartes est de passer par la version électronique du catalogue Sawyer.

    - 3-2. ASChart

    Ce site, qui émane de King’s College London, propose lui aussi le texte intégral des chartes. Son principal intérêt est d’offrir une analyse diplomatique des chartes, avec des passages surlignés en couleurs : invocation, proème, datations, lieux de promulgation, malédictions, etc. Un index diplomatique permet de retrouver les chartes par type de formulation. Autre intérêt de ce site, il permettra à terme des liens directs avec la PASE et avec la base LangScape. Pour le moment, cette fonctionnalité n’est pas vraiment au point.

    4. Sites spécifiques sur la diplomatique anglo-saxonne

    - 4-1. Charters on Single Sheets

    Il reste environ 200 diplômes originaux datant de l’époque anglo-saxonne. Intégrée au site Kemble, cette rubrique propose des fac-simile d’un grand nombre de chartes originales, avec un rapide commentaire diplomatique (généralement celui du catalogue Sawyer). L’accès aux images se fait uniquement après obtention d’identifiants de connexion.

    - 4-2. LangScape

    Ce site, développé par King’s College London, est une base de données des limites de domaines et des descriptions de territoires contenus dans les chartes anglo-saxonnes. On y trouve donc des toponymes, mais aussi tous les termes vernaculaires utilisés pour décrire un terroir. Il s’agit d’un outil très performant pour l’histoire du paysage, mais il reste d’utilisation difficile : les cartes interactives ne sont pas pratiques. Le site est encore en construction, et un nombre significatif de textes n’est pas encore pris en compte.

    5. Autres portails

    - 5-1. Prosopography of Anglo-Saxon England (PASE)

    L’objectif de la PASE n’est pas l’étude des chartes. Ce site vise à recenser l’ensemble des individus attestés en Angleterre entre le Ve siècle et 1066. Cela étant, on peut à travers la PASE accéder aux éléments du catalogue Sawyer à partir de tous les individus nommés dans les chartes.

    - 5-2. Anglo-Saxon Cluster

    Ce site se propose à terme d’agréger les principaux sites académiques portés sur la période anglo-saxonne (Electronic Sawyer, PASE, ASChart, Langscape) au sein d’un unique moteur de recherche. Le projet reste à l’heure actuelle embryonnaire, et de nombreuses fonctions du moteur de recherche ne sont pas encore fonctionnelles.

    Alban GAUTIER, 10 décembre 2015 | 12 février 2010
    Haut de page
  • Autour des manuscrits

    The Aberdeen Bestiary Project
    Origine : université d’Aberdeen (Royaume-Uni).
    Auteurs : Michael Arnott et Ian Beevan.

    Ce site est dédié à la mise en ligne du manuscrit Aberdeen University Library MS 24 (vers 1200), un bestiaire, accompagné d’une transcription, d’une traduction et d’un commentaire. On trouve également une histoire du manuscrit (avec une description codicologique), une introduction sur les bestiaires et une bibliographie.

    The Cambridge Illuminations
    Origine : Université de Cambridge et FitzWilliam Museum.

    Ce site propose une exposition virtuelle présentant 65 manuscrits enluminés de l’université de Cambridge et du FitzWilliam Museum, classés par thèmes, artistes et commanditaires. Les reproductions sont très bonnes, mais les commentaires ne sont pas très développés.

    The Edward IV Roll
    Origine : Free Library of Philadelphia (Etats-Unis).

    Cette page du site de la Bibliothèque de Philadelphie expose le grand rouleau généalogique de la famille royale composé après la victoire d’Edward IV d’York sur Henry VI de Lancastre en 1461. La mise en ligne du manuscrit est accompagnée d’un commentaire contextuel et d’une bibliographie.

    Late Medieval Scribes
    Origine : Universités d’York, d’Oxford et de Sheffield.
    Directrice : Linne R. Mooney

    Ce catalogue en ligne, issu d’un projet mené entre 2007 et 2011, recense les « mains », identifiées ou non, des manuscrits de cinq grands auteurs anglais (Geoffrey Chaucer, John Gower, John Trevisa, William Langland et Thomas Hoccleve), soit 421 manuscrits au total, décrits succintement. Il est possible d’effectuer une recherche par manuscrit, par scribe, par auteur ou par lettre. Il y a également une bibliographie conséquente.

    The Macclesfield Psalter
    Origine : Fitzmuseum (université de Cambridge).

    Ces pages du site du Fitzmuseum (université de Cambridge) sont une introduction au Macclesfield Psalter, un célèbre manuscrit de la première moitié du XIVe siècle (East Anglia). Elles présentent l’histoire du manuscrit et surtout, beaucoup de reproductions (pour le plaisir de l’œil…). On peut regretter cependant l’absence d’une bibliographie.

    Medieval Manuscripts in the National Library of Medicine (Maryland, Etats-Unis)
    Origine : National Library of Medicine (Maryland, États-Unis).

    Ces pages présentent les manuscrits médiévaux anglais conservés à la National Library of Medicine (ils datent surtout du XIIe siècle), assortis de quelques considérations générales sur la médecine en Angleterre. Les illustrations sont assez nombreuses. On peut encore regretter l’absence de bibliographie.

    Production and Use of English Manuscripts, 1066 to 1220
    Origine : University of Leicester, University of Leeds.

    Catalogue très détaillé des manuscrits comprenant de l’anglais entre 1060 et 1220. Le site, conçu comme un e-book selon ses créateurs, inclut également une imposante et utile mise en contexte, ainsi qu’une bibliographie.

    Aude MAIREY, 22 juillet 2013
    Haut de page
  • Sources et corpus

    Archaeological Data Service
    Origine : Université d’York, soutenue par l’Arts and Humanities Research Council.

    L’ADS est à la fois un site portail et un site de ressources regroupant des données archéologiques sur les îles britanniques et redirigeant vers de nombreux autres projets. La base de données est interrogeable par des clés de recherche ou en cliquant directement sur une carte.
    L’ADS abrite également les archives d’une dizaine de revues, dont Medieval Archaeology (désormais remplacée par Medieval Britain and Irland). Le site offre également de nombreuses publications, des guides pour la présentation et l’archivage des données, des liens…

    Avalon Project
    Origine : Yale Law School.

    Ce site propose un recueil de sources en ligne concernant “le droit, l’histoire et la diplomatie” de l’Antiquité à nos jours. En fait, on y trouve surtout des sources juridiques, gouvernementales et diplomatiques, traduites en anglais moderne. Quelques textes portent sur le Moyen Âge (pas seulement anglais d’ailleurs), par exemple l’Anglo-Saxon Chronicle, la Magna Carta, le Modus Tenendi Parliamentum ou encore le statut des travailleurs. C’est surtout pratique pour avoir une version en anglais, encore que les traductions datent de 1896 (E. F. Henderson, Select Historical Documents of the Middle Ages, Londres, 1896). En outre, il n’y a aucun appareil critique.

    Bardic Poetry Database
    Origine : Trinity College, Dublin.
    Auteur : Katherine Simms.

    Base de données sur la poésie bardique. Des recherches sont possibles par incipit, personnage, manuscrit, mètre, genre, etc. Le texte des poésies est disponible pour les versions imprimées.

    British History Online
    Origine : Institute of Historical Research et History of Parliament Trust (Londres).

    Ce site propose de très nombreuses sources traduites sur l’histoire médiévale et moderne des Iles britanniques - chroniques, archives administratives et comptables, cartes… à partir d’éditions érudites (tombées ou non dans le domaine public). Les principaux thèmes sont l’histoire locale, la géographie historique, l’histoire urbaine, l’histoire parlementaire et l’histoire ecclésiastique. On peut également effectuer des recherches selon des critères géographiques, chronologiques et typologiques. Chaque source possède une notice descriptive sommaire.

    Corpus of Anglo-Saxon Stone Sculpture
    Origine : Université de Durham.

    Ce site présente le projet de recension de toutes les sculptures de la période anglo-saxonne (VIIe-XIe siècles) par une équipe d’archéologues de l’université de Durham. Ce projet n’est pas encore achevé, mais il est bien avancé. Il est possible de visualiser de très nombreuses sculptures, classées par comtés, de consulter une « Grammaire des formes anglo-saxonnes » et d’effectuer une recherche dans la base de données. Cette dernière n’est cependant pas en accès libre complet. Pour avoir les détails, il faut un abonnement.

    The Corpus of Romanesque Sculpture in Britain and Ireland
    Origine : le projet est soutenu par la British Academy, la Fondation H. Moore, l’Heritage Council of Ireland, le Courtauld Institute of Art et l’Arts and Humanities Research Council, ce dernier pilotant le projet.

    Ce projet ambitionne d’offrir une recension de tous les lieux britanniques et irlandais – surtout les églises – possédant des sculptures médiévales. On trouve une description très détaillée des sites et de leurs sculptures, classés par comtés. Il y a en outre des cartes de situation et des glossaires. Le projet n’est pas terminé : pour l’instant, environ 500 sites sont décrits.

    Corpus Vitrearum Medii Aevii
    Origine : Projet conduit par la British Academy et l’Institute Courtauld (Londres).

    Le Corpus Vitrearum Medii Aevii est une base de données visuelle et informative sur les vitraux des églises d’Angleterre. La recherche s’effectue par la localisation et les données concernant cette dernière sont très précises. En revanche, il n’y a pas de description thématique.

    Early Irish Glossaries Database
    Origine : University of Cambridge.
    Auteurs : P. Russell, S. Arbuthnot et P. Moran.

    Il s’agit en fait d’une édition électronique de trois glossaires compilés à partir du VIIIe siècle, avec commentaires, traductions et bibliographies.

    Exeter Cathedral Keystones and Carvings. A Catalogue Raisonné of the medieval interior sculptures and its polychromy
    Origine : University of Exeter.
    Auteurs : A.K. Kenny et A.C. Hulbert.

    Catalogue en ligne de toutes les sculptures figuratives de l’intérieur de la cathédral d’Exeter, avec une introduction, des notices explicatives fournies, les reproductions et une bibliographie. Les possibilités de navigation sont multiples, notamment à partir du plan de la cathédral.

    History in Deed
    Origine : Harvard Law School.

    Ces pages contiennent les commentaires de 157 chartes anglaises (1100-1600) provenant de la bibliothèque de la Harvard Law School, réalisés à la suite d’une exposition. Malheureusement, les chartes elles-mêmes ne sont pas en lignes, mais il y a les résumés et un commentaire fourni. Le classement est thématique.

    Irish Annals
    Origine : Trinity College, Dublin.
    Auteur : D. McCarthy

    Chronologie synchronisée des annales irlandaises, avec les entrées, réalisée par Dan McCarthy, disponible en ligne ou téléchargeable en format word.

    Mapping Death. People, Boundaries and Territories in Medieval Ireland, 1st-8th centuries A.D.
    Heritage Council, Irish National Strategic Archaeological Research Programm (INSTAR) (dir. Dr. Bhreathnach).

    Base de données sur les sites funéraires irlandais offrant des informations archéologiques, onomastiques, statistiques, cartographiques et historiques. Outre une recherche multi-critères, la navigation est possible par liste ou par carte interactive.

    Medieval Imaginations : literature and visual culture in the Middle Ages
    Origine : collaboration entre la faculté d’anglais et le CARET (Centre for Applied Research in Educational Technologies) de l’université de Cambridge.

    Ce projet vise à la création d’une base de données d’images en interface avec des sources textuelles, en l’occurrence les mystères. Pour l’heure, on trouve une sélection d’épisodes (décrits) et de plusieurs centaines d’images (enluminures, sculptures…) de bonne qualité (avec une description rapide des manuscrits). La recherche se fait par thème. Il y a également une chronologie, une liste des mots-clés et des liens vers les principales collections de sources. Le site est à la fois intéressant (par sa réflexion sur le croisement des sources) et agréable à consulter.

    Medieval Petitions
    Origine : National Archives ; université d’York, Arts and Humanities Research Council.

    Site des National Archives permettant de consulter 17000 fac-similés de pétitions allant du règne d’Henri III (1207-1272) au règne de Jacques Ier (1566-1625), grâce à un projet mené par l’université d’York et soutenu par l’Arts and Humanities Research Council. Il est possible de mener une recherche par personne, lieu, fonction ou date. Une description précise est donnée, mais chaque pétition doit être téléchargée après avoir donné son adresse électronique.

    Medieval Welsh Law (Cyfraith Hywel)
    Origine : University of Wales.
    Auteurs : S. E. Roberts et B. Jones

    Le site présente le contenu de 41 manuscrits de code de lois gallois sous forme de base de données, mais les manuscrits ne sont pas numérisés. On trouvera une introduction nourrie sur le système juridique (très différent du système anglais), le contenu des lois et une importante bibliographie. La navigation n’est toutefois pas très aisée pour le néophyte en droit médiéval gallois.

    A Repertorium of Middle English Prose Sermons
    Origine : projet dirigé par Veronica O’Mara (Université de Hull, Grande-Bretagne) soutenu par l’AHRC (Arts & Humanities Research Council).

    Ce site présente une partie du projet de répertoire des sermons anglais médiévaux inédits, publié par Brepols en 2007. Il propose un certain nombre de présentation de sermons, avec une description des manuscrits, une indexation des sermons…

    Aude MAIREY, 13 septembre 2015 | 22 juillet 2013
    Haut de page
  • Lieux, acteurs et thèmes

    Database of Dedications to Saints in Medieval Scotland
    Origine : University of Edinburgh.

    Base de donnée constituée entre 2004 et 2007, comprenant 11911 notices de dédicaces écossaises, avec une recherche par critères multiples. Une exploration par carte interactive est également proposée, mais ne fonctionnait pas le jour de la consultation. La base de données est également téléchargeable à des fins d’analyse.

    Gazetteer of markets and fairs in England and Wales to 1516
    Origine : Center for Metropolitan History, university of London.
    Auteur : S. Letters.

    Ces pages constituent un catalogue des marchés et des foires britanniques avec une introduction et un glossaire. Il est régulièrement nourri.

    The Lexis of Cloth and Clothing Project
    Origine : University of Manchester (dir. prof. Gale R. Owen-Crocker).

    Base de données sur le lexique du textile et des vêtements dans toutes les langues du Moyen Âge britannique (ancien et moyen anglais, gallois, irlandais, anglo-français, latin, scandinave). Le site comprend en outre un certain nombre d’informations sur l’histoire du textile et une bibliographie.

    LAEME (A Linguistic Atlas of Early Middle English)
    Origine : University of Edinburgh.

    Atlas interactif en ligne présentant des informations sur les variations des formes linguistiques dans le temps et l’espace, à partir d’un corpus imposant de textes (ou de longs extraits de textes) entre 1150 environ et 1325. L’utilisation du LAEME est assez complexe — il s’agit d’une vaste entreprise linguistique — et plutôt destinée aux spécialistes.

    Mapping Medieval Chester
    Origine : Swansea University, Queen’s University Belfast, Centre for Computing in the Humanities (King’s College London).

    Ce projet en cours a pour objectif de constituer une carte interactive de Chester au Moyen Âge en la reliant à d’autres types de sources, textuelles, iconographiques…
    Les résultats ne sont pas encore visibles, mais toute la démarche est expliquée de manière très intéressante. Il y a en outre de nombreuses informations contextuelles.

    Monastic Wales
    Origine : University of Wales Trinity St David, Universitat de Lleida (dir. J. Burton et K. Stöber]

    Très riche de base de données sur les maisons religieuses galloises (60 sites actuellement répertoriés), comprenant des informations aussi bien archéologiques qu’historiques. Outre la recherche, la navigation offre des possibilités multiples - par site, par ordre, par acteur…

    People of medieval Scotland : 1093-1314
    Origine : King’s College, London, University of St Andrews, University of Glasgow, University of Lancaster, soutenus par l’AHRC.

    Cette imposante base de données prosopographique (environ 20000 individus) recense les Écossais présents dans 8600 documents d’archives entre 1093 et 1314, mais aussi les institutions et les lieux. Des outils sont également proposés pour explorer les connections d’un personnage ou encore les réseaux de transactions (ils ne fonctionnent toutefois que sur Firefox, Chrome et Safari). La base est issue de deux projets, Paradox of medieval Scotland et The Breaking of Britain, qui est encore en cours.

    Scottish Archaeological Research Framework (ScARF)
    Origine : Society of Antiquaries of Scotland, Royal Commission on the Ancient and Historical Monuments of Scotland, National Museums Scotland, Historical Scotland.

    ScARF est un site de publications collaboratives sur l’histoire de l’Écosse (une sorte de wiki institutionnel), essentiellement fondées sur les sources archéologiques. Pour chaque période, on trouve des synthèses détaillées et à jour (qui sont également téléchargeables), ainsi qu’une bibliographie.

    The Soldier in late medieval England
    Origine : ICMA Centre, University of Reading, University of Southampton, soutenus par l’AHRC.

    Cette base de données, développée par Adrian Bell (Reading) et Ann Curry (Southampton), contient des informations sur les hommes d’armes aux XIVe et XVe siècles (1369-1453). La base est interrogeable. On trouvera également des profils sur certains personnages importants, des types de sources, des institutions, etc.

    Victoria County History
    Origine : Institute of Historical Research (London)

    La Victoria County History est un très ancien projet collectif d’histoire locale de l’Angleterre, commencé en 1899 et toujours en cours aujourd’hui. Les volumes sont organisés comté par comté, et proposent des essais introductifs (archéologie, histoire politique religieuse, sociale ou économique du comté) et des chapitres topographiques, ville par ville et village par village. Seuls trois comtés historiques n’ont jamais été étudiés par la VCH. Certains volumes sont disponibles gratuitement en ligne à travers le portail "British History on Line", mais aucune liste ne précise clairement quels comtés sont concernés par cette mise en ligne intégrale ou partielle. Pour cela, ouvrez la carte interactive de l’Angleterre en haut à gauche de la page d’accueil, cliquez sur le comté qui vous intéresse et voyez si s’affiche en dessous des volumes la mention "View this book on line" sur fond bleu. C’est le cas, par exemple, pour le comté du Hertfordshire, mais pas pour celui du Shropshire.

    Aude MAIREY, 13 septembre 2015 | 22 juillet 2013
    Haut de page

  • Notes et adresses des liens référencés

rss | Retrouvez Ménestrel sur Twitter | Retrouvez Ménestrel sur Facebook | Plan du site | Derniers articles | Espace privé | Mentions légales | Qui sommes-nous? | ISSN : 2270-8928