Site Ménestrel

Médiévistes sur le net : sources, travaux et références en ligne

Accueil > Thèmes et disciplines > Manuscrits numérisés

Manuscrits numérisés

  • N. B. Ces pages, initialement rédigées pour la rubrique Paléographie, en ont été extraites puisqu’elles peuvent intéresser toutes les spécialités. Les notices conservent cependant leur empreinte d’origine : il s’agit en priorité de textes manuscrits. Les historiens de l’art sont les bienvenus mais trouveront un répertoire spécifique aux images sous la rubrique Enluminures. Enfin, on pourra étendre la sélection en passant par la page des Répertoires de liens paléographiques.

    Les bibliothèques ont entamé depuis les années 1990 de considérables programmes de numérisation. Parmi ceux-ci, les manuscrits antérieurs à 1500 sont certes très minoritaires, mais ils modifient d’ores et déjà profondément les possibilités et les modalités de la recherche sur les livres et les textes médiévaux.

    Au-delà des entreprises consacrées aux seules enluminures, plus rares sont les programmes capables de proposer des centaines de manuscrits complets, intégralement reproduits en couleur et en haute définition. Certaines bibliothèques préfèrent numériser leurs reproductions existantes, y compris d’anciens microfilms en noir de qualité variable : solution plus économique, ressource bienvenue dans l’immédiat, mais qui demandera à moyenne échéance, sans doute, de recommencer selon des procédés plus satisfaisants.

    La disparité est frappante aussi entre les réalisations qui fournissent des images en grand format et en plein écran, véritables instruments de travail, de celles qui, visant plutôt le grand public, limitent la lisibilité ou enferment les images dans des fenêtres réduites pour protéger leurs droits photographiques (grande perte pour un modeste profit), tout en les assortissant de gadgets visuels supposés séduire le badaud (au point de lui faire lire un traité théologique du XIIe siècle ?) mais contraires à une ergonomie de consultation efficace.

    On trouvera les ressources les plus généreuses en textes intégraux de toutes dates et de toutes provenances dans des bibliothèques où on ne serait pas nécessairement allé les chercher avant leur distribution en ligne : à la bibliothèque cathédrale de Cologne, à la bibliothèque abbatiale de Saint-Gall, au Sacré-Couvent d’Assise, à la Bibliothèque royale du Danemark ou aux États-Unis ; en France, à Valenciennes ou à Lyon. Dans les toutes premières collections, en revanche, celles du Vatican, de Paris ou de Londres, où ont sans doute cours d’autres priorités administratives, commerciales ou communicationnelles, rien de comparable jusqu’ici.

    Il reste surtout à rendre accessible de manière plus transparente et efficace l’ensemble de ces richesses, par des catalogues collectifs et par des modalités d’accès communes ou du moins compatibles. Les logiques institutionnelles continuent en grande partie à reproduire la compartimentation inhérente aux bibliothèques matérielles, exigeant du chercheur de se rendre sur chaque site et de s’adapter à son fonctionnement. Ezio Ornato a imaginé récemment une Bibliotheca manuscripta universalis (Gazette du livre médiéval, 48, 2006), rassemblant en ligne tous les manuscrits médiévaux du monde. Elle est encore loin, mais de nouvelles normes et de nouveaux outils visent à faciliter la navigation à travers les diverses collections. On en trouvera ici un état sommaire sous la rubrique Portails internationaux, avant le tableau des entreprises nationales et locales. Lorsqu’ils seront efficaces, la présente rubrique deviendra inutile.

    Dominique STUTZMANN, Marc SMITH, 21 mars 2016 | 19 septembre 2009
    Haut de page

  • Notes et adresses des liens référencés

rss | Retrouvez Ménestrel sur Twitter | Retrouvez Ménestrel sur Facebook | Plan du site | Derniers articles | Espace privé | Mentions légales | Qui sommes-nous? | ISSN : 2270-8928