Site Ménestrel

Médiévistes sur le net : sources, travaux et références en ligne

Navigation par mot-clé
Accueil > Thèmes et disciplines > Encyclopédies médiévales > Encyclopédistes

Encyclopédistes

  • Isidore de Séville (av. 621)
    Bède le Vénérable (673-735)
    Raban Maur (+ 856)
    Lambert de Saint Omer (1090-1120)
    Secretum secretorum

    traductions latines : Jean d’Espagne XIIe siècle, Philippe de Tripoli c. 1227,
    nombreuses traductions en langues vernaculaires

    Hildegarde de Bingen (c. 1150)
    Honorius Augustodunensis (+ ap. 1153)
    Guillaume de Conches (+ ap. 1154)
    Richard de Saint-Victor (+ 1173)
    Raoul Ardent (ap. 1193)
    Alexandre Neckam (fin 12e siècle)
    Arnoldus Saxo (c. 1225)
    Barthélemy l’Anglais (c. 1230-1240)
    Thomas de Cantimpré (c. 1230-1240)
    Gossuin de Metz (1246 sq)
    Vincent de Beauvais (c. 1240-1260)
    Brunetto Latini (c. 1266-1267)
    Mainauer Naturlehre (c. 1300)
    Henri Bate de Malines (c. 1285-1305)
    Dante Alighieri (+ 1321)
    Jean de San Giminiano (+ 1333)
    Pierre Bersuire (c. 1340)
    Henri de Herford (c. 1370)
    Pierre d’Ailly (c. 1410)

    Quelques remarques préliminaires

    - Bon nombre de textes encyclopédiques sont en ligne sur les serveurs de Gallica, Bibliotheca Augustana, The Latin Library, Brepolis, Library of Latin Texts (sous condition d’abonnement). Nous les signalons néanmoins pour chaque auteur.
    - Pour toute bibliographie à compléter et à actualiser utiliser les outils bibliographiques répertoriés dans Bibliographies.
    - Pour tout accès à un éventuel manuscrit en ligne consulter la page des manuscrits numérisés et celle des Enluminures de la rubrique Histoire de l’art et histoire des images.

    - Isidore de Séville

    • Bibliographie de J. ELFASSI sur la page de Sources Chrétiennes ; cette page répertorie les instruments bibliographiques, les références des éditions critiques des oeuvres d’Isidore et les travaux s’y rapportant.
    • Voir aussi la page Isidore des Archives de littérature du Moyen Âge (ARLIMA), en particulier pour les références aux éditions modernes et aux traductions des Étymologies.
    • Sur la réception d’Isidore de Séville au Moyen Âge, consulter les articles parus dans les Cahiers de Recherches Médiévales, 2008, n° 16 (mais la plupart des articles ne seront intégralement disponibles qu’en décembre 2011) et la page personnelle de J. ELFASSI.
    • Les Étymologies :
      • Édition incunable Petrus Loslein, 1483, reprint Cambridge, Mass. sur Gallica.
      • Édition Wallace Martin LINDSAY, Oxford, 1911 : The Latin Library (The Classics Page at ad Fontes Academy) et Bibliotheca Augustana.
        Cette édition est interrogeable via la Base de données Library of Latin Texts de Brepolis sous condition d’abonnement ou d’accès à un espace numérique de travail d’une Bibliothèque ou d’une Équipe de Recherche.
      • Étude de Maria Adelaide MIRANDA, « Hipertexto e Medievalidade », chapitre IV, sur les manuscrits enluminés des Étymologies provenant des bibliothèques de Santa Maria de Alcobaça (446) et de Santa Cruz de Coimbra (17) : Université de Lisbonne.
    • De natura rerum
      • Édition partielle mais très documentée des chapitres 9 à 12 du manuscrit Cologne, Dom und Diözesanbibliothek, MS 83 II : Université de Cologne.
        Cette page propose les images des folios 130 et 131, la transcription des folios 126 à 131, le texte de l’édition critique de J. FONTAINE et la traduction française des chapitres 9 à 12. Un lien donne accès à une biographie et bibliographie d’Isidore mais les données sont anciennes.

    - Bède le Vénérable, De natura rerum

    • Interrogeable via la Base de données Library of Latin Texts de Brepolis sous condition d’abonnement.

    - Raban Maur, De rerum naturis

    • Transcription du manuscrit Badische Landesbibliothek, MS Augiensis 96 et 68 (par W. SHIPPER) : Memorial University of Newfoundland avec un lien vers une liste de manuscrits du De rerum naturis ; Bibliotheca Augustana
    • Version en hypertexte avec concordances, listes de fréquences, glossaire et outils statistiques : Intratext Digital Library (Eulogos).
      Possibilité d’interroger le texte à partir de la liste alphabétique des formes. C’est un outil très intéressant mais l’édition de référence n’est pas mentionnée.

    - Lambert de Saint Omer, Liber floridus

    • Étude de Miriam GIOMBINI, Liber floridus Lambertini canonici appunti per una ricerca sul codice 92 di Gand, dans une revue hongroise.
    • voir les travaux de Hanna VORHOLT, Max-Plank-Institut für Geschichte, Göttingen, Tradition and Transformations. The Illustrated Manuscripts of the Liber Floridus by Lambert of Saint-Omer et sa page personnelle.
    • Liste de manuscrits illustrés : The Medieval Bestiary avec renvoi sur une courte notice biographique et de la bibliographie à actualiser par ailleurs.
      Pour la qualité des images, on peut consulter les très belles reproductions du Liber Floridus sur le site de la Bibliothèque Nationale des Pays-Bas : ms 72 A 23 (1466) et ms 128 C 4 (1512)

    - Le Secret des secrets

    • D. LOREE, "Le statut du Secret des secrets dans la diffusion encyclopédique du Moyen Age", Encyclopédies Médiévales. Discours et savoirs, Presse Universitaire de Rennes et Association Diderot, 2004 pour la version en ligne.
    • Traduction française du XVe siècle (transcription et édition D. LOREE d’après le manuscrit Baltimore, Walters Art Gallery, W 308) accompagnée d’une notice de présentation de l’oeuvre. Le succès de ce texte comme écrit pseudo-aristotélicien (Conseils d’Aristote à Alexandre le Grand) fut considérable comme en témoignent les nombreuses traductions en latin et en langues vernaculaires. Peut être considéré comme une encyclopédie politique et médicale.
    • Texte d’une des traductions anglaises ( Robert Copland,1528).
    • Gallica, extrait du Secret des secrets, la physiognomie d’après un incunable imprimé en 1484 à Bréhan-Loudéac.

    - Honorius Augustodunensis, Imago mundi

    • Le texte de l’édition de Valérie I.J. FLINT (Archives d’histoire docrinale et littéraire du Moyen Âge, t. XLIX (1982), Paris, 1983, p. 7-153) est accessible sur la page personnelle de Hans Zimmermann. Le texte a été remis en sa forme originale de prose rimée ; il est comparé avec les Otia Imperalia de Gervais de Tilbury. Livre I : Description du monde physique Globum totius mundi oculis corporis representavimus, livre II : Le temps Tempus in quo volvitur oculis cordis ante ponamus, et livre III : Chronique.

    - Guillaume de Conches, Philosophia mundi

    Ne concerne que le premier livre de l’oeuvre édité par Gregor Maurach (Pretoria, 1974). Sur le site de la Biblioteca Augustana, un lien permet de visualiser le fac-similé complet d’un manuscrit de la 2e moitié du XIIe conservé dans la collection Schoenberg

    - Arnoldus Saxo, De floribus rerum naturalium

    Cette encyclopédie naturelle et morale en cinq parties est un des objets de recherche d’Isabelle DRAELANTS à l’Atelier Vincent de Beauvais ; elle fait également partie du Corpus encyclopédique de base du programme Sourcencyme. L’ouvrage de référence est la thèse d’Isabelle Draelants :

    • Isabelle Draelants, Un encyclopédiste méconnu du XIIIe siècle : Arnold de Saxe. Œuvre, sources, réception, Louvain-La-Neuve, 2000 [thèse de doctorat] ». L’édition critique du De floribus rerum naturalium (une quinzaine de manuscrits) est en cours de préparation.
    • Pour en savoir plus sur Arnoldus Saxo, ses oeuvres et les publications d’Isabelle DRAELANTS, se reporter à la page de l’Atelier Arnold de Saxe. On y trouve notamment le plan détaillé de trois de ses oeuvres : De floribus rerum naturalium, De simplicibus quoque compositis medicinis, De iudiciis virtutum et vitiorum.

    - Gervais de Tilbury, Otia imperalia ou Liber de mirabilibus mundi

    • Pour la documentation et la bibliographie consulter la fiche des Archives de Littérature de Moyen Age Arlima. Y sont recensés les manuscrits, des éditions modernes et des traductions ainsi qu’une liste de travaux et ouvrages bibliographiques.
    • La première partie du texte est en ligne sur le site de la Biblioteca Augustana, édité par Hans ZIMMERMANN d’après le manuscrit Vat. lat. 933. Il est également accessible sur le site personnel de Hans Zimmermann dans une version commentée ???

    http://books.google.de/books?id=8OZiItqneFsC&printsec=frontcover&dq=binns+banks+otia+imperialia&hl=de&ei=QqdMTbHYIM2YOqXciSA&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=1&sqi=2&ved=0CCoQ6AEwAA#v=onepage&q=binns%20banks%20otia%20imperialia&f=false

    - Apex Physicae

    • Sur cette encyclopédie anonyme et mal connue, lire la contribution de M.-O. GARRIGUES parue dans un volume de Mélanges de l’Ecole française de Rome "L’Apex Physicae. Une encyclopédie du XIIe siècle".L’auteur donne la liste des manuscrits retrouvés et l’édition des incipits et explicits de tous les livres et chapitres.

    - Barthélemy l’Anglais, De proprietatibus rerum

    • L’édition critique du texte latin et du texte français médiéval est en cours ; le projet réunit 24 collaborateurs sous la direction de B. Van den Abeele, Chr. Meier-Staubach, H. Meyer, I. Ventura. Trois volumes sont parus chez Brepols dans la collection De diversis artibus :
      • Bartholomaeus Anglicus, De proprietatibus rerum. Texte latin et réception vernaculaire - Lateinischer Text und Volkssprachige Rezeption (Actes du Colloque international de Münster, 2003), éd. B. Van den Abeele et H. Meyer, Turnhout, 2005 (DDA 74). Voir le projet éditorial exposé par B. Van den Abeele.
      • H. Meyer, Michael W. Twomey, B. Roling, R. James Long, Bartholomaeus Anglicus De proprietatibus rerum, vol. I, Introduction, prologue et livres I-IV, Turhout, 2007 (DDA 78). Voir en particulier la description des cinq manuscrits latins choisis pour l’édition et la bibliographie.
      • I. Ventura, Bartholomaeus Anglicus De proprietatibus rerum, vol. VI, liber XVII, Turnhout, 2007 (DDA 79)
    • Version web d’une thèse soutenue en 2007 sur la réception de Barthélemy l’Anglais : Elizabeth Keen, The Journey of a Book. Bartholomew the Englishman and the Properties of Things http://epress.anu.edu.au/journey/ht....
    • Sur le site de Gallica : quatre versions du De proprietatibus rerum numérisées en mode image et téléchargeables :
      • Texte latin d’après l’édition incunable Petrus Ungarus de 1482 (reprint Cambridge, Mass.) ;
      • Des propriétés des choses, traduction de Jean Corbichon, d’après l’édition incunable Guillaume le Roy de 1485-1486 (reprint Cambridge, Mass.) ;
      • Le propriétaire en françoys, traduction de Jean Corbichon, d’après l’édition incunable Mathieu Huss de 1491 (reprint Cambridge, Mass.)
      • [El] libro de proprietatibus rerum, traduction du latin en espagnol par Vicente Burgos, d’après l’édition incunable Toulouse 1494 (reprint Cambridge, Mass.).
    • Fac-similé complet d’un manuscrit fin XIIIe siècle - début XIVe acheté par l’université de Victoria. Pas de mise à jour de puis 2004 ; l’apparat critique (codicologie, provenance, éditions...) est resté vide.

    - Thomas de Cantimpré, De natura rerum

    - Gossuin de Metz, Image du monde

    • Archives de Litterature du Moyen Age Arlima pour consulter la liste des manuscrits, des éditions et une bibliographie.
    • A paraître la thèse de Chantal Connochie-Bourgne "L’Image du monde, une encyclopédie du XIIIe siècle. Edition critique et commentaire de la première version" ; ces travaux sont consultables sur microfiches au Centre des Thèses à Lille.

    http://theses.enc.sorbonne.fr/document941.html
    La tradition manuscrite de l’Image du monde
    Fortune et diffusion d’une encyclopédie du xiiie siècle
    Thèse soutenue en 2005 par Sara Centili

    • Gallica. Le Mirouer du monde remanié par François Buffereau dans l’édition de Genève, Jacques Vivian, 1517, numérisé en mode image et téléchargeable.
      Cette édition n’est pas paginée, ce qui rend la consultation difficile.
    • Chantal Connochie-Bourgne, auteur d’une thèse sur l’Image du monde.

    - Vincent de Beauvais, Speculum maius

    Le Speculum maius fait désormais partie du vaste corpus d’encyclopédies médiévales latines du projet Sourcencyme. Soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) il réunit des chercheurs de quatre équipes de recherche du CNRS et de l’Université :L’atelier Vincent de Beauvais du Centre de médiévistique J. Schneider (ERL 229) et l’UMR Atilf à Nancy, l’équipe Culture et espace du CRAHAM à Caen , le CEPAM, équipe MTI à Nice. L’objectif du programme est de pouvoir apprécier la culture générale « érudite » au XIIIe siècle par le biais d’un outil évolutif capable de répondre à toute sorte de questions d’ordre général ou érudite.

    Les textes balisés en XML-TEI sont accompagnées d’un ensemble de métadonnées constituant l’apparat critique : mémentos, fiches bio-bibliographiques sur les oeuvres et les autorités citées implicitement ou nommément, notices d’identification des segments de citations, annotations sur les intermédiaires de transmission (versions du texte, traductions, auteurs intermédiaires). La Base Sourcencyme comprend aujourd’hui : le Speculum maius (Speculum naturale, doctrinale et historiale), le Liber de piscibus de l’Hortus sanitatis, le De floribus rerum naturalium d’Arnold de Saxe en transcription provisoire, La 3e version du Liber de natura rerum de Thomas de cantimpé, l’Historia naturalis de Juan Gil de Zamora.

    • En attendant la mise en ligne du site public de consultation, on peut interroger l’ancienne version de la Base textuelle du Speculum maius à savoir :
    • le texte complet du Speculum historiale d’après le manuscrit Douai, BM 797 ;
    • les livres VI, XI à XV du Speculum doctrinale d’après l’édition de Douai, 1624 ;
    • Le texte du prologue du Speculum maius (Libellus apologeticus) dans ces différentes versions et celui des prologues des « petites œuvres » de Vincent de Beauvais (De sancta Trinitate, Liber gratiae Redemptoris, Expositio orationis dominicae, Expositio salutationis angelicae, De laudibus beatae Mariae Virginis, De laudibus beati Iohannis evangelistae, De eruditione filiorum nobilium, Liber consolatorius ad Ludovicum regem de morte filii, De morali principis institutione, Liber de paenitencia).
    • Theleme (Techniques pour l’historien en ligne, études, manuel, exercices). Parmi les documents mis en ligne par l’École des chartes, se trouve l’étude d’un folio du Speculum historiale, manuscrit Boulogne-sur-Mer, BM 131 (Saint-Omer, 1297) comprenant une notice, un fac-similé interactif de grand format, le texte et la traduction ainsi qu’un commentaire paléographique érudit.
    • Hans Voorbij : le site créé par Hans Voorbij (université d’Utrecht) donne une bibliographie complète des travaux sur Vincent de Beauvais et des informations sur un certain nombre de projets de recherche jusqu’en 2008 ainsi qu’une bibliographie d’Hélinand de Froidmont dont la chronique peut être considérée comme une chronique de type « encyclopédique ».
    • Newsletter de E. Albrecht et H. Voorbij sur Vincent de Beauvais.
    • Dans le cadre des séminaires de l’IRHT (1999-2000) « Archives et Bibliothèques » : texte de la conférence de Monique Paulmier-Foucart Vincent de Beauvais fait de la bibliographie et ses annexes documentaires dont la très belle miniature réprésentant Vincent de Beauvais au travail entouré de ses « socii » (Mirouer Historial de Vincent de Beauvais, traduction de Jean de Vignay, après 1320, Bibliothèque Vaticane, Reg. Lat. 538, f° 1).
    • Université de Cambridge, St John’s College, notice du manuscrit B 21, Speculum historiale : livres I à VIII qui décrit sommairement le contenu du volume, donne la liste des illustrations ainsi qu’une courte bibliographie sur les manuscrits de Vincent de Beauvais.

    - Brunet Latin
    En ligne sur le site Gallica. Li livres dou Trésor (collection de documents inédits sur l’Histoire de France, première série Histoire Littéraire), P. Chabaille éd., Paris, 1863, numérisé en mode image.
    Possibilité très utile de parcourir une table moderne des chapitres et d’accéder directement au texte en cliquant sur le numéro de la page du chapitre et possibilité de télécharger le texte.

    - Mainauer Naturlehre
    Cette petite encyclopédie naturelle a été composée en allemand vers 1300 par un auteur inconnu ; elle a parmi ses sources le De sphaera et le Computus de Jean de Sacrobosco et le Secretum secretorum. Elle a été éditée plusieurs fois. Le texte est en ligne via deux adresses :

    - Dante Alighieri, Il convivio
    Les sites dantesques sont tellement nombreux qu’il est quasiment impossible de cibler les sites « Dante encyclopédiste ». Il convivio (Le Banquet) peut être considéré comme une œuvre encyclopédique, le texte est accessible sur plusieurs sites, en particulier sur Gallica, Il convivio, édition incunable F. Bonaccorsi, Firenze, 1490, numérisé en mode image et téléchargeable.

    Isabelle DRAELANTS, Marie-Christine DUCHENNE, 17 mars 2016 | 11 septembre 2009
    Haut de page

  • Notes et adresses des liens référencés

rss | Retrouvez Ménestrel sur Twitter | Retrouvez Ménestrel sur Facebook | Plan du site | Derniers articles | Espace privé | Mentions légales | Qui sommes-nous? | ISSN : 2270-8928