Site Ménestrel

Médiévistes sur le net : sources, travaux et références en ligne

Home > Thematic repertory > Food > Publications > Archaeology of medieval food

Archaeology of medieval food

  • Bibliographie

    NOTE : English translation is in progress 

    Quelques titres fondamentaux : généralités, ouvrages et articles théoriques, synthèses

    - ALEXANDRE-BIDON Danièle, Une archéologie du goût. Céramique et consommation (Moyen Âge-Temps modernes), Paris, Picard (Espaces médiévaux), 2005.

    [ Télécharger PDF - 62.6 kb ]

    - AUDOIN-ROUZEAU Frédérique, Ossements animaux du Moyen Âge au monastère de La Charité-sur-Loire, Paris, Publications de la Sorbonne, 1986.

    Une étude archéozoologique qui a fait date, portant sur un prieuré clunisien du centre de la France au Moyen Âge central et au bas Moyen Âge.

    - AUDOIN-ROUZEAU Frédérique, Hommes et animaux en Europe de l’époque antique aux temps modernes : Corpus de données archéozoologiques et historique, Paris, CNRS (Dossiers de documentation archéologique, 16), 1993.

    Cet important corpus de données archéozoologiques, couvrant la plus grande partie de l’Europe aux époques historiques, a aujourd’hui vieilli, mais il reste un outil de travail indispensable en raison de la qualité de son introduction : les remarques initiales de méthode restent plus que jamais d’actualité.

    - AUDOIN-ROUZEAU Frédérique, « Compter et mesurer les os animaux. Pour une histoire de l’élevage et de l’alimentation en Europe de l’Antiquité aux Temps Modernes », Histoire et mesure, 10/3, 1995, p. 277-312.

    Un article important, qui donne les clés de l’analyse du corpus mentionné ci-dessus. Consultable gratuitement en ligne sur Persée.

    - AUDOIN-ROUZEAU Frédérique, « L’alimentation carnée dans l’Occident antique, médiéval et moderne : identités culturelles, sociales et régionales à travers le temps », dans Histoire et identités alimentaires en Europe, Martin Bruegel, Bruno Laurioux éd., Paris, Hachette Littératures, 2002, p. 77-100.

    Synthèse de plusieurs travaux archéozoologiques, poursuivant et confirmant les conclusions des publications précédentes.

    - CHAPLIN Raymond E., The Study of Animal Bones from Archaeological Sites, Londres et New York, Seminar Press (International Series of Monographs on Science in Archaeology), 1971.

    Une synthèse pionnière dans le domaine de l’archéozoologie.

    - CLAVEL Benoît, L’Animal dans l’alimentation médiévale et moderne en France du Nord (XIIe-XVIIe siècles), Revue archéologique de Picardie, n° spécial 19, 2001. [ Télécharger PDF - 43.5 kb ]

    - Diet and Crafts in Towns : The evidence of animal remains from the Roman to the Post-Medieval Periods, D. Serjeantson et T. Waldron éd., BAR British Series, 199, Oxford, 1989.

    Important recueil d’articles sur les usages de l’archéologie pour l’étude de l’alimentation urbaine.

    - HAYDEN Brian, « Fabulous Feasts : A prolegomenon to the importance of feasting », dans Feasts : Archaeological and Ethnographical Perspectives on Food, Politics and Power, Michael Dietler, Brian Hayden éd., Washington et Londres, Smithsonian Institution Press, 2001, p. 23-64.

    Un article théorique/anthropologique de grande qualité sur le rôle social du festin, qui tente en particulier de dégager des critères de reconnaissance archéologique des banquets.

    - HORARD-HERBIN Marie-Pierre, Pourquoi j’ai mangé mon chien ? Une archéologie des animaux, Tours, Archéa, 2010.

    En une petite centaine de pages abondamment illustrées, ce volume (qui est avant tout le catalogue d’une exposition tenue à Tours en 2010) constitue une introduction intelligente et conviviale à l’archéozoologie, qui offre au non spécialiste une excellente première approche de cette discipline. L’accent est plutôt mis sur le Néolithique et la Protohistoire, mais le Moyen Âge est néanmoins présent dans ces pages.

    - JONES Martin, Feast : Why Humans Share Food, Oxford University Press, 2007.

    Synthèse anthropologique et archéologique sur le phénomène de commensalité à travers l’histoire, de la préhistoire à nous jours. Le chapitre 11 (p. 250-274) intéressera particulièrement les médiévistes : l’auteur part de l’étude de deux fumeries de poisson de la Somme à la fin du Moyen Âge, Moreaucourt et Dury-Le Moulin (respectivement étudiées par B. Clavel et J.-H. Yvinec), et s’interroge sur la place qu’ont eue les grandes « commodities » alimentaires que sont le blé, le poisson ou le vin, transformés et commercialisés en masse, dans l’émergence de la modernité.

    - LUFF Rosemary-Margaret, A Zooarchaeological Study of the Roman North-Western Provinces, BAR International Series, 137, Oxford, 1982.

    Une base, aujourd’hui vieillie mais toujours utile, pour l’étude de l’archéozoologie dans le monde antique, et pour toute comparaison avec le monde médiéval. Ce corpus de données commentées est comparable à celui de F. Audoin-Rouzeau mais s’inscrit dans un espace et une période bien plus restreints.

    - POLET Caroline, ORBAN Rosine, Les dents et les ossements humains : que mangeait-on au Moyen Âge ?, Turnhout, Brepols (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 84), 2001.

    Une synthèse claire et bien documentée sur l’apport de l’étude des dents et ossements humains pour l’étude de l’alimentation. Les différentes techniques (étude des caries, de l’abrasion, analyses isotopiques, etc.) sont soigneusement passées en revue. En revanche, très peu de choses sur les maladies et les soins dentaires. Trois sites belges analysés en particulier fournissent un exemple concret d’application de ces techniques. Compte rendu dans Annales HSS, 2002, p. 1365-1367 (D. Alexandre-Bidon) ; Compte rendu dans Le Moyen Âge, 112, 2006, p. 688-689 (A. Hartmann-Virnisch).

    Alban GAUTIER, Bruno LAURIOUX, Yann MOREL, 14 janvier 2013
    Haut de page
  • Périodiques

    NOTE : English translation is in progress 

    Périodiques spécialisés dans l’archéologie de l’alimentation, numéros spéciaux ou cahiers thématiques de revues

    - Archéopages, 28, janvier 2010, dossier « Chasses ».

    Un dossier complet de la revue de l’INRAP est consacré à la chasse, avec trois articles concernant le Moyen Âge : Sébastien LEPETZ et Benoît CLAVEL, « De la chasse au lièvre à la chasse au cerf. Évolution des pratiques de l’Âge du Fer au Moyen Âge » (p. 38-43) ; Gaëtan JOUANIN, « Découpe du cerf au XIe siècle sur le site de Mehun-sur-Yèvre » (p. 50-51) ; Isabelle RODET-BELARBI et Vianney FOREST, « Les chasses au Moyen Âge. Quelques aspects illustrés par l’archéozoologie en France méridionale » (p. 52-59).

    Sommaire et résumés consultables en ligne sur le site de l’INRAP.

    - Archéopages, 30, janvier 2011, dossier « Sucré-Salé ».

    Un nouveau dossier de la revue de l’INRAP est consacré au sel et à la saveur sucrée, mais le Moyen Âge n’y reçoit qu’une petite place. On mentionnera : Catherine MOUSINHO, « La production du miel aux époques médiévale et moderne. Éléments de réflexion pour une “archéologie apicole” » ; Véronique DUCHÉ, Patrick RAMBOURG et Fabienne RAVOIRE, « Débat : la valeur des saveurs ».

    Sommaire et résumés consultables en ligne sur le site de l’INRAP.

    - Food and Drink in Archaeology, 1, 2008.

    Cette nouvelle revue créée par l’Université de Nottingham a pour but de publier les actes des congrès annuels d’études doctorales intitulés « Food and Drink Archaeology Conference ». Ce premier volume comprend une vingtaine d’articles, dont sept concernent entièrement ou partiellement le Moyen Âge. Les articles sont généralement assez courts et représentent souvent une première publication de doctorant. Les illustrations d’objets archéologiques (vaisselle, ossements, etc.) sont assez limitées, mais les cartes, plans, graphiques et schémas sont nombreux.

    Kay Lakin, « Medieval Diet : Evidence for a London Signature ? », p. 65-72 ; Alexandra Livarda, « New Temptations ? Olive, Cherry and Mulberry in Roman and Medieval Europe », p. 73-83 ; Elizabeth Pierce, « Dinner at the Edge of the World : Why the Greenland Norse Tried to Eat a European Diet in an Unforgiving Landscape », p. 96-103 ; Kristopher Poole, « Living and Eating in Viking-Age Town and their Hinterlands », p. 104-112 ; Anne Sassin, « Feasting and Subsistence in Early Medieval Ireland and Wales : An Examination of the Literary and Archaeological Evidence », p. 122-130 ; Antonietta Buglione, « Zooarchaeological Research in Apulia, Southern Italy : Some Considerations of Animal Exploitation from Late Antiquity to the Early Middle Ages », p. 159-162 ; Mikael Simonsson, « “A People Who Eat Wood and Drink Water, the Devil can not Persuade, nor can Man”. Food in Rural Areas During the Middle Ages (ca. AD 1050-1532) in County Dalarna, Sweden : An Exemple from Västannorstjärn », p. 170-173.

    - Food and Drink in Archaeology, 2, 2010.

    Cette seconde livraison reprend les mêmes principes que la première : en dehors d’un article introductif sur la Bretagne romaine dû à Hilary Cool, tous les es articles sont l’œuvre d’étudiants ou de doctorants. Ce second volume est d’un moindre intérêt pour les médiévistes, avec seulement trois articles concernant le Moyen Âge : Michelle Mundee, « An Isotopic Approach to Diet in Medieval Spain », p. 64-72 ; Rosa Spencer, « Stable Isotope Analysis of DISH and Diet », p. 90-99 (sur des sites monastiques de l’Angleterre tardo-médiévale) ; Rebecca Reynolds, « The Dynamics of Fish Consumption in Saxon England », p. 110-116.

    - Food and Drink in Archaeology, 3, 2012.

    L’intérêt de ce troisième volume est encore moindre pour le médiéviste, car la grande majorité des articles portent sur les Âges du Bronze et du Fer. Le volume contient néanmoins un intéressant article de Justo Hernández, « A New Renaissance Medical Controversy : Sixteenth-Century Polemics About Cold-Drinking », p. 47-54.

    - Food and Drink in Archaeology, 4, 2015.

    Le Moyen Âge reste assez peu représenté dans ce quatrième volume de la collection. Dans « The 1270 Durrës Earthquake Victims from the Roman Amphitheatre Excavations : A Global Palaeonutritional Study of an Anthropological and Archaeological Sample », une équipe italo-albanaise livre les résultats des analyses isotopiques des squelettes des victimes d’un tremblement de terre ayant eu lieu en 1270, pour une région (la côte orientale de la mer Adriatique) relativement peu étudiée sous cet angle. Dans « Provisioning and Diet in Hamwic (Mid-Saxon Southampton) : New Data and New Perspectives », Ben Jervis étudie l’approvisionnement d’un emporium anglo-saxon du VIIe-VIIIe siècle à partir des données archéozoologiques, paléoenvironnementales et céramiques.

    - Production alimentaire et lieux de consommation dans les établissements religieux au Moyen Âge et à l’époque moderne. Actes du colloque de Lille, 16, 17 et 18 octobre 2003, Benoît Clavel éd., Histoire médiévale et archéologie, 19/1, Amiens, 2006.

    Actes d’un colloque comprenant 21 articles sur l’alimentation dans les monastères, prieurés, chapîtres canoniaux, béguinages et autres établissements religieux. La France du Nord et les Pays-Bas sont largement représentés, mais on trouve aussi des articles sur la Bretagne, l’Angleterre ou le Poitou. Le bas Moyen Âge et la Renaissance ont ici la part belle, les périodes plus anciennes étant moins largement traitées. Les approches sont très diverses : archéologie et techniques archéologiques de pointe (archéozoologie, carpologie, anthropologie physique, étude ostéologique) ; histoire des textes (règles monastiques, discours normatifs, sources comptables) ; histoire de l’art.

    - Revue belge de philologie et d’histoire, 80/4, 2002.

    Contient plusieurs articles consacrés à l’alimentation, avec en particulier les actes d’un colloque : L’Alimentation carnée aux époques historiques - Meat Consumption in Historical Periods, Actes du symposium organisé dans le cadre du XIVe congrès de l’Union Internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques (Liège, 2-8 septembre 2001), Caroline Polet, Mircea Udrescu et René Noël éd. : Carl Deroux, « Anthime, un médecin gourmet du déb

    Alban GAUTIER, 14 juin 2016
    Haut de page
  • Volumes collectifs

    NOTE : English translation is in progress 

    Volumes collectifs, catalogues d’expositions et actes de colloques parus depuis 2001.

    - À la table des moines charentais. Archéologie de l’alimentation monastique en Charente et Charente-Maritime au Moyen Âge, Éric Normand et Cécile Treffort éds., La Crèche, Gestes Éditions, 2005.

    Un catalogue d’exposition très bien fait et richement illustré : plans, cartes, photographies de fouilles et de bâtiments, reproductions de manuscrits médiévaux, etc.

    - Cod and Herring. The Archaeology and History of Medieval Sea Fishing, éd. James H. BARRETT et David C. ORTON, Oxford-Philadelphie, Oxbow Books, 2016.

    Cette collection d’articles constitue une précieuse contribution à l’archéologie de la pêche et de la consommation de poissons hauturiers. L’ouvrage couvre l’ensemble des mers du Nord (Atlantique Nord, mer du Nord, Manche, mer Baltique) dans la période médiévale, à travers deux approches distinctes et complémentaires : dans une première partie, neuf articles explorent l’archéologie des habitats littoraux (souvent confrontée aux sources écrites) ; dans une seconde partie, dix articles exploitent les données de l’archéozoologie et de l’analyse des isotopes stables. Une conclusion de James Barrett (p. 250-272) permet de dégager une chronologie globale du phénomène.

    - Fishery, Trade and Piracy : Fishermen and Fishermen’s Settlements in anda round the North Sea in the Middle Ages and Later Marnix Pieters. Actes du colloque d’Ostende-Raversijde, 21-23 novembre 2003, Frans Verhaeghe, Glenn Gevaert éd., Vlaams Instituut voor het Onroerend Erfgoed (Archeologie in Vlaanderen, Monografie 6), Bruxelles, 2006.

    L’ouvrage, essentiellement (mais pas uniquement) archéologique dans son approche, est surtout intéressant par la présentation et la mise en perspective archéologique, géographique et historique du site de Walraversijde, près d’Ostende, habitat de pêcheurs des XIVe-XVIe siècles, dont l’occupation correspond à un contexte de développement des pêches commerciales.

    - Food, Craft and Status in Medieval Winchester. The Plant and Animal Remains from the Suburbs and City Defences, D. Serjeantson et H. Rees éds., Padstow, Winchester Museums and English Heritage, 2009.

    Une importante synthèse urbaine, résultat de plusieurs années de fouilles dans une ville du sud de l’Angleterre, particulièrement florissante pendant la période médiévale : la période couverte va du IXe au XVIIe siècle.

    - Des fruits d’ici et d’ailleurs : regards sur l’histoire de quelques fruits consommés en Europe, éd. Marie-Pierre RUAS, Montreuil, Omniscience, 2016.

    La vingtaine de contributions que contient ce beau volume collectif sont en grande majorité archéologique, et concernent pour la plupart des périodes ou des espaces éloignés du Moyen Âge occidental : l’accent est mis en particulier sur la domestication des espèces depuis la Préhistoire. Pour la période qui nous intéresse, on relèvera plus particulièrement : S. Karg, « Fruit and nut choices in the medieval and early Modern Baltic countries. Taste preferences, purchasing power or climatic limitations » (p. 197-212) ; A. Durand et al., « Histoire et utilisations des mûriers blanc et noir en France. Apports de l’archéobotanique, des textes et de l’iconographie » (p. 213-266) ; J. Wiethold, « Red currant and black currant, new cultivated fruits in late medieval and early modern Europe. Historic and archaeobotanical evidence » (p. 267-284). L’article de M.-P. Ruas, « Lieux de cueillettes, lieux de cultures : les fruits à la croisée de chemins » (p. 287-322) porte plus sur la Gaule romaine que sur le Moyen Âge.

    - The Material Culture of Daily Living in the Anglo-Saxon World, M. C. Hyer et G. Owen-Crocker éds., Exeter, University of Exeter Press, 2011.

    Ce volume rassemble quinze contributions à dominante archéologique, mais faisant un usage important des sources textuelles et iconographiques. Il concerne exclusivement l’Angleterre du haut Moyen Âge, entre le VIe et le XIe siècle. Parmi les chapitres intéressant l’historien de l’alimentation, on mentionnera celui de C. P. Biggam sur les plantes (« The True Staff of Life : The Multiple Roles of Plants », p. 23-48), celui de Christopher Grocock sur l’élevage ovin et bovin (« ’To eat, to wear, to work’ : The Place of Sheep and Cattle in the Economy », p. 73-92), celui de Win Stephens sur la verrerie de table (« The Bright Cup : Early Medieval Vessel Glass », p. 275-292), et surtout celui de Christina Lee sur l’alimentation (« Earth’s Treasures : Food and Drink », p. 142-156). Ce dernier article constitue un bref état des lieux de nos connaissances sur l’histoire de l’alimentation anglo-saxonne et se penche successivement sur les questions suivantes : le problème de la malnutrition, le rôle de la boisson dans les relations sociales, les aspects économiques et agraires, la consommation de viande et de produits végétaux, la cuisine, l’alimentation monastique.

    - Medieval Food Traditions in Northern Europe, Sabine Karg éd., Copenhague, 2007 (Publications from the National Museum, Studies in Archaeology and History, 12).

    Le titre de cet ouvrage est trompeur : il s’agit pour l’essentiel d’un recueil d’articles d’archéobotanique médiévale des pays de l’Europe hanséatique, c’est-à-dire nordique et baltique.

    CR dans Antiquity, déc. 2008 (C. M. Woolgar), disponible sur findarticles.com

    - Pas de fumet sans feu : cuisine et vie quotidienne auprès des moines de Tournus (fin du IXe-XVIe siècle), Benjamin Saint-Jean Vitus éd.,Revue archéologique de l’Est, 35e supplément, Dijon, SAE, 2014.

    L’ouvrage présente les résultats des fouilles de la cuisine du monastère Saint-Philibert de Tournus (Saône-et-Loire).

    Voir la présentation du livre sur le site de la revue.

    - Plantes, produits et pratiques : diffusion et adoption de la nouveauté dans les sociétés préindustrielles, éd. Núria ROVIRA, Laurent BOUBY, Anne BOUCHETTE et Marie-Pierre RUAS, Actes des Rencontres d’Archéobotanique 20102010 - Université Paul-Valéry-Montpellier, 13-16 Octobre 2010, Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, hors-série 8, Montpellier, 2017.

    L’ouvrage propose surtout des contributions en archéobotanique, portant sur l’Antiquité et le Moyen Âge. On notera en particulier l’article d’Emmanuelle Bonnaire sur la vigne et la viticulture en Champagne (p. 119-128), celui de Bénédicte Pradat et Marie-Pierre Ruas sur la culture du sorgho dans l’Aquitaine médiévale (p. 177-190), et celui de Pauline Burger et al. sur le cerisier (p. 207-222). L’article de Mohamed Ouerfelli sur le sucre et les confiseries au Moyen Âge porte sur le développement de la culture de la canne à sucre sur les deux rives de la Méditerranée occidentale, et repose principalement sur l’étude des textes (p. 191-206).

    - Saint Hareng, glorieux martyr : le poisson de mer de l’Antiquité à nos jours, Isabelle Clauzel éd., s.l.n.d. [2006], Cercle d’Études en Pays Boulonnais (Cycle d’Études en Pays Boulonnais, 1).

    [ Télécharger PDF - 42.9 kb ]

    Un volume richement illustré (très nombreuses photographies des XIXe et XXe siècles, mais aussi schémas, graphiques et surtout reproductions, en couleurs, de miniatures, tableaux et gravures). L’enquête couvre l’histoire du poisson de mer depuis l’Antiquité, et comporte plusieurs articles portant sur le Moyen Âge, essentiellement dans le Nord de la France actuelle. Isabelle Clauzel, « La vie de saint Hareng, glorieux martyr », p. 15-20 (édition et commentaire d’un poème du XVe siècle) ; Jean Heuclin, « Le poisson, aliment de Carême ? », p. 83-91 ; Isabelle Clauzel, « Saint Hareng et le port de Boulogne pendant la guerre de Cent Ans », p. 101-132 (avec esquisse prosopographique) ; Benoît Clavel, « Petite histoire du poisson de conserve, du Moyen Âge à la Renaissance, d’après les sources archéozoologiques », p. 135-144 (rapide synthèse, très utile) ; Laurent Coulon, « Commerce et métiers du poisson de mer à Arras à la fin du Moyen Âge », p. 149-156 ; Denis Clauzel, « Le marché du poisson dans les bonnes villes du Nord à l’automne du Moyen Âge », p. 157-177 (porte surtout sur les réglementations du marché).

    Alban GAUTIER, 20 mai 2017
    Haut de page
  • Articles et ouvrages récents

    NOTE : English translation is in progress 

    Articles et monographies parus depuis 2001

    - ALEXANDRE-BIDON Danièle, « La cigale et la fourmi. Céramique et conservation des aliments et des médicaments (Moyen Âge-XVIe siècle) », dans Profusion et pénurie : les hommes face à leurs besoins alimentaires, éd. M. Bruegel, Rennes et Tours, PUR-PUFR, 2009 (coll. « Tables des hommes »), p. 71-84.

    L’article, qui constitue la seule contribution médiévale du volume, se penche sur le stockage des denrées et sur les principes (techniques, mais aussi religieux, juridiques ou médicaux) qui y président, par exemple les geste prophylactiques para-religieux. L’auteur insiste sur la qualité et la performance technique des céramiques médiévales.

    - BARRETT James H., LOCKER Alison M. et ROBERTS Callum M., « ’Dark Age Economics’ Revisited : the English fish bone evidence, AD 600-1600 », Antiquity, 78, 2004, p. 618-636.

    L’article se penche sur l’archéologie d’une ressource qui a pu représenter une des premières « commodities » (biens de consommation faisant l’objet d’un commerce de masse) échangées dans le monde médiéval : le poisson. Les auteurs repèrent, dans le cas de l’Angleterre, l’émergence d’un commerce massif au cours du XIe siècle, et le mettent en rapport avec l’urbanisation et l’apparition d’une nouvelle demande en poisson.

    - BENARROUS Renaud et MARINVAL Marie-Christine, « La carpe (Cyprinus carpio), cette orientale qui séduit l’Occident au Moyen Âge », dans La production des étangs du Moyen Âge à l’époque contemporaine. Actes de la journée d’étude 2005 du Groupe d’Histoire des Zones Humides, éd. J.-M. Derex, Paris, 2005, p. 9-22.

    L’article propose une synthèse sur l’introduction de la carpe dans l’Occident médiéval.

    - BILLOIN D. et ROSSY M., « Les récipients en pierre ollaire dans l’Est de la France (Antiquité tardive et haut Moyen Âge) », Revue archéologique de l’Est, 52, 2003, p. 249-296.

    - BORVON Aurélia, Acquisition des ressources animales, alimentation carnée et distinction sociale en Anjou de la fin du Xe au début du XIIe siècle. Étude archéozoologique du site de Montsoreau (Maine-et-Loire), thèse de doctorat inédite, Université Paris I, 2012.

    La fouille du site de Montsoreau, habitat d’élite pendant un long XIe siècle, a livré plus de 30000 fragments de vertébrés. Le caractère élitaire du site est marqué par la prédominance du porc, l’importance des restes issus de la chasse, ou encore la présence d’espèces prestigieuses comme le paon ou l’esturgeon. On peut consulter cette thèse inédite sur le serveur TEL (Thèses En Ligne).

    - CALUWÉ Danielle, « The Use of Drinking Vessels in the Context of Dining and Communal Meals. Some Preliminary Thoughts Drawn on Archaeological Evidence from Medieval and Post-Medieval Periods in Flanders and the Duchy of Brabant (Belgium) », Food & History, 4/1, 2006, p. 279-304.

    - CHAUVIN, Benoît, Le Clos et le Château de Vougeot, cellier de l’abbaye de Cîteaux, Nuits-Saint-Georges, Éditions du Tastevin, 2008.

    On trouvera une étude plus courte du même auteur sur le même thème sous le titre « Les deux visages du cellier et du clos de Vougeot », Annales de Bourgogne, 81/1, 2010 pour 2009, p. 5-54.

    CR (élogieux) dans les Annales de Bourgogne, 81/3, 2010 pour 2009, p. 415-417 (A. Rauwel), et dans la Revue archéologique de l’Est, 58, 2009 (H. Pepke-Durix).

    - CIRELLI Enrico, « La dieta dei monaci. Cultura materiale e alimentazione nei monasteri benedettini tra IX e X secolo », Hortus Artium Medievalium, 19, 2013, p. 227‑240.

    L’article s’interroge, à partir d’exemples principalement italiens de fouilles récentes (S. Severo in Classe à Ravenne, S. Vincenzo al Volturno, la Novalesa, S. Michele alla Verruca près de Pise, Nonantola, S. Maria di Farfa), sur les rapports entre les prescriptions de la règle bénédictine et la réalité de la consommation alimentaire des moines. Mais les conclusions restent très prudentes : si (par exemple) il est vrai que certains sites ont livré un grand nombre d’os de quadrupèdes, normalement interdits par la règle, il n’est pas certain que ceux-ci aient fait partie de l’alimentation des moines.

    - CLAVEL Benoît, FRÈRE Stéphane, « Étude archéozoologique de deux implantations rurales sur le littoral français au Moyen Âge », Archéopages, 18, janvier 2007, p. 52-57. Téléchargeable sur le site de l’Inrap

    Étude de deux sites côtiers, Teteghem près de Dunkerque et Cormelles près de Caen, entre le VIIe et le XIIIe siècle. Les renseignements les plus intéressants portent sur la prédominance de l’élevage ovin au très haut Moyen Âge dans ces régions littorales, puis sur les progrès de l’élevage bovin à partir de l’époque carolingienne.

    - COLUMEAU Philippe, Alimentation carnée en Gaule du Sud (VIIe s. av. J.-C. - XIVe s.), Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence (Travaux du Centre Camille Jullian, CNRS - Université de Provence - MMSH, n° 29), 2002.

    Synthèse de données archéozoologiques portant sur le sud-est de la France. Les données concernant la période médiévale sont réunies p. 201-225, et analysées p. 177-200. Les sites compris dans le corpus sont Marseille et Orange pour l’Antiquité tardive ; Larina (habitat de l’Isère) pour la période de transition vers le haut Moyen Âge ; Cadrix (verrerie du Var) pour les Xe-XIIIe siècles ; et l’évêché de Viviers (Ardèche) pour les XIe-XIIe siècles.

    - CURTIS-SUMMERS Shirley, MONTGOMERY Janet et CARVER Martin, « Stable isotope evidence for dietary contrast between Pictish and medieval populations at Portmahomack, Scotland », Medieval Archaeology, 58, 2014, p. 21-43.

    L’article, qui constitue l’une des premières études isotopiques d’ampleur sur l’Écosse médiévale, présente l’avantage de s’inscrire dans la longue durée, puisque les populations étudiées vont du VIe au XVe siècle. L’analyse des isotopes du carbone et de l’azote montre que la population de ce port de la côte nord-est de l’Écosse a vu son alimentation considérablement modifiée pendant la période, avec un accroissement très net de la consommation de poisson.

    - DECANTER Franck, YVINEC Jean-Hervé, « Étude archéozoologique du site du haut et bas Moyen-Âge de Gungling à Grosbliederstroff », Archéologie médiévale, 36, 2006, p. 115-122.

    Des renseignements intéressants sur la consommation de viande dans un site lorrain aujourd’hui à la frontière de l’Allemagne. Le profil archéozoologique pointe vers un site « intermédiaire », entre site rural commun et site d’élite.

    - DIERKENS Alain, LE BEC Claire, PÉRIN Patrick, « Sacrifice animal et offrandes alimentaires en Gaule mérovingienne », dans Archéologie du sacrifice animal en Gaule romaine. Rituels et pratiques alimentaires, S. Lepetz et W. Van Andringa éds., Montagnac, Monique Mergoil, 2008, p. 279-299.

    L’article, qui ne porte pas seulement sur des thématiques alimentaires, se penche sur la déposition d’animaux et de restes animaux dans les tombes, qu’elle prenne la forme de tueries possiblement sacrificielles (sacrifice de chevaux sur la tombe de Childéric) ou de dépôts alimentaires. La base de ce travail est un mémoire de maîtrise de Paris I.

    - DOBNEY Keith et JAQUES Deborah, « Avian signatures for identity and status in Anglo-Saxon England », Proceedings of the 4th Meeting of the ICAZ Bird Working Group, dans Acta Zoologica Cracoviensia, n° spécial 45, 2002, p. 7-21.

    L’étude porte sur l’analyse des os d’oiseaux — à la fois oiseaux de proie, qui nous renseignent sur la chasse, et oiseaux comestibles —, principalement dans le site anglo-saxon de Flixborough (Ve-XIIe s.).

    - DUCEPPE-LAMARRE François, LEPETZ Sébastien, YVINEC Jean-Hervé, « Caractériser la faune sauvage par l’apport des os et des textes (Nord de la Gaule, Antiquité et haut Moyen Âge) », dans Forêt et Faune : Forêt, Environnement et Société, XVIe-XXe siècles, Andrée Corvol éd., Cahier d’Études, 12, 2004, p. 11-17.

    - FRANÇOIS Véronique, « La vaisselle de table à Byzance : un artisanat et un marché peu perméables aux influences extérieures », dans Byzance et le monde extérieur : Contacts, relations, échanges. Actes de trois séances du XXe Congrès international des Études byzantines, Paris, 19-25 août 2001, M. Balard, É. Malamut et J.-M. Spieser éds., Paris, Publications de la Sorbonne - Centre de Recherches d’Histoire et de Civilisation Byzantines (Byzantina Sorbonensia, 21), p. 213-223.

    Le développement de la céramique glaçurée dans diverses villes de l’Empire (Constantinople dès le VIIe siècle, mais aussi Corinthe au Xe siècle, ou Athènes et Thèbes au XIIe siècle), témoigne de l’enrichissement des populations urbaines et de l’émergence « d’un milieu raffiné prêt à accueillir de nouvelles formes et des décors originaux ». En revanche, on observe la rareté des céramiques d’origine étrangère : les poteries occidentales ou islamiques sont très rares, et les porcelaines chinoises, présentes dans le Levant musulman, sont totalement absentes. Les potiers byzantins eux-mêmes n’ont que très peu imité les techniques et les motifs de leurs homologues étrangers.

    - GAUTIER Alban, « Manger et boire à la mode étrangère : adoption, adaptation et rejet des pratiques festives continentales dans la Grande-Bretagne du VIIe siècle », Médiévales, 51, 2007, p. 37-52.

    Étude des importations de vaisselle depuis le continent et de leur signification pour l’intégration culturelle de l’île à l’Occident.

    - GLEIZE Y., « Le lièvre de Cissé (Vienne) : un dépôt original de faune dans une tombe du haut Moyen Âge », Anthropozoologica, 41/1, 2006, p. 27-35.

    - GÜLL Paolo, L’Industrie du quotidien. Production, importations et consommation de la céramique à Rome entre XIVe et XVIe siècle, Rome, École Française de Rome, 2003, 469 p.

    Compte rendu dans Annales HSS, 2005, p. 1336-1338 (D. Alexandre-Bidon).

    - HALLAVANT Charlotte et RUAS Marie-Pierre, « The first archaeobotanical evidence of Spinacia oleracea L. (spinach) in late 12th–mid 13th century A.D. France », Vegetation History and Archaeobotany, mai 2013 [publication en ligne].

    Les plus anciens restes archéobotaniques d’épinard (une plante non indigène en Europe occidentale, sans doute introduite depuis le monde musulman) ont été découverts dans les fouilles d’une maison de Montaillou dans l’Ariège et datés de la fin du XIIe - milieu du XIIIe siècle.

    - HERRSCHER Estelle, BOCHERENS (Hervé), VALENTIN (Frédérique), COLARDELLE (Renée), « Comportements alimentaires au Moyen Âge à Grenoble : application de la biogéochimie isotopique à la nécropole Saint-Laurent (XIIIe-XVe siècles, Isère, France) », Comptes Rendus de l’Académie des Sciences de Paris, Sciences de la vie / Life Sciences, 324, 2001, p. 479-487.

    Bilan de la première application en France de l’analyse des isotopes stables de carbone et d’azote à des ossements humains médiévaux. Cette analyse permet de déterminer la provenance des produits animaux – viande, poisson de mer ou d’eau douce – qui entrent dans l’alimentation humaine : en l’absence d’autres données, elle permet d’approcher le régime alimentaire des populations modestes, avec les seules ressources offertes par les nécropoles. À Saint-Laurent de Grenoble, on a pu y observer les profils dentaires attestant les carences qu’ont créées les famines du XIVe siècle ; d’autre part, l’analyse isotopique confirme l’augmentation de la consommation de viande au XVe siècle qu’attestaient déjà les sources textuelles.

    - JERVIS Ben, WHELAN Fiona et LIVARDA Alexandra, « Cuisine and Conquest : interdisciplinary perspectives on food, continuity and change in 11th-century England and beyond », dans The Archaeology of the 11th Century. Continuities and Transformations, éd. Dawn M. HADLEY et Christopher DYER, New York, Routledge, 2017 (Society for Medieval Archaeology Monographs, 38), ch. 13, p. 244-262.

    La Conquête normande de 1066 et ses suites font partie des grands tournants de l’histoire de l’Angleterre : en est-il ainsi dans le domaine de l’histoire de l’alimentation et de la cuisine ? C’est la question que posent les trois auteurs de cet article, qui propose un tour d’horizon qui va bien au-delà des seules traces archéologiques de ces changements, et qui recourt en particulier au témoignage des traités de savoir-vivre.

    - LEE Christina, Feasting the Dead : Food and Drink in Anglo-Saxon Burial Rituals, Cambridge, Boydell, 2007.

    Compte rendu dans American Historical Review, 113, 2008, p. 888-889 (Catherine E. Karkov) ; dans Speculum, 83/4, 2008, p. 1020-1022 (B. K. Young) ; dans Early Medieval Europe, 16/4, 2008, p. 502-504 (Bonnie Effros) ; dans English Historical Review, 124, 2009, p. 669 (D. Banham).


    [ Télécharger PDF - 85.2 kb ]

    - LIVARDA Alexandra et VAN DER VEEN Marijke, « Social Access and Dispersal of Condiments in North-West Europe from the Roman to the Medieval Period », Vegetation History and Archaeobotany, 17 (Suppl. 1), 2008, p. 201-209.

    Une étude originale qui reprend la question de l’usage des condiments avec une approche archéologique, en distinguant les types de sites concernés : ruraux, militaires, urbains, religieux, commerciaux ou autres. Huit condiments sont étudiés : aneth, carvi, céleri, coriandre, fenouil, moutarde noire, persil et sarriette. Les résultats montrent un net resserrement de la palette de condiments disponibles à la fin de l’époque romaine, puis un nouvel élargissement au cours du Moyen Âge.

    - LOVELUCK Christopher, Northwest Europe in the Early Middle Ages, c. AD 600-1150. A Comparative Archaeology, Cambridge, CUP, 2013.

    Cette ambitieuse synthèse sur l’archéologie de la Gaule et de la Grande-Bretagne au premier Moyen Âge intéressera à bien des égards l’historien ou l’archéologue intéressés par l’alimentation médiévale : de nombreuses pages traitent de l’agriculture, des aliments de luxe (produits sur place ou importés), des moulins, des espaces de sociabilité, etc.

    - LUCAS Gavin dir., Hofstaðir : Excavations of a Viking Age Feasting Hall in North-Eastern Iceland, Reykjavik, Institute of Archaeology Monograph Series, vol. 1, 2009.

    Publication des fouilles d’un important site islandais situé à Mývatnssveit dans le Nord-Est de l’île. La nature même du site (centre domanial ? site cultuel ?) a été très discutée dès avant le début des fouilles en 1992. La publication insiste sur la fonction alimentaire, festive et cérémonielle du bâtiment mis au jour, sans néanmoins démontrer clairement cette hypothèse.

    - McCORMICK Finbar et MURRAY Emily, Knowth and the Zooarchaeology of Early Christian Ireland, Dublin, Royal Irish Academy, 2007 (Excavations at Knowth, 3).

    Étude archéozoologique du site de Knowth (Co. Meath, à une cinquantaine de km au nord-ouest de Dublin), un tumulus d’époque néolithique réutilisé comme habitat à l’époque du haut Moyen Âge. L’étude est intéressante et complète, mais le volume est surtout utile en raison de la présence d’un long « gazetteer » (p. 191-271) de l’ensemble des sites irlandais ayant livré des données archéozoologique pour la période Ve-XIIe s. On trouvera réunis là un grand nombre de données chiffrées, de commentaires et de bibliographies.

    - Merci pour les restes ! Archéologie des habitudes alimentaires à la fin du Moyen Age à Valenciennes (XIVe-XVIe siècles), éd. P. KORPIUN, A. TIXADOR et D. DELASSUS, Gand, Snoeck, 2016.

    Catalogue d’une exposition qui s’est tenue au Musée des Beaux-Arts de Valenciennes en 2016. Les habitudes alimentaires des Valenciennois à la fin du Moyen Âge sont passées en revue à partir des déchets des dépotoirs : restes alimentaires, restes de préparation, ustensiles de cuisine et de table.

    - « Les meules du Néolithique au Moyen Âge. Élaboration de protocoles d’enregistrement et premières analyses », dans Archéopages, 28, janvier 2010, p. 84-93.

    Cet article représente la première publication importante du Groupe Meule, une première balise pour l’étude systématique de l’archéologie des meules à grain.

    - Mode de vie et alimentaion à la fin du Moyen Âge au château de Blandy-lès-Tours. Approche pluridisciplinaire des latrines de la salle de l’Auditoire, Marie-Claire Coste dir. Revue Archéologique du Centre de la France, supplément n° 28, Tours, FÉRACF, 2006.

    - MÜLDNER Gundula, « Investigating Medieval Diet and Society by Stable Isotope Analysis of Human Bone », dans Reflections : 50 Years of Medieval Archaeology, 1957-2007, Londres, Maney Publishing, 2009, p. 327-346.

    Un article de synthèse sur les analyses isotopiques. L’auteur propose un utile « graphique type » de l’analyse isotopique, et analyse plus précisément un exemple de York. La bibliographie est importante, mais presque exclusivement en anglais.

    - O’CONNOR Terry P., « On the Interpretation of Animal Bone Assemblages from Wics », dans Wics : The Early Mediaeval Trading Centres of Northern Europe, D. Hill et R. Cowie éd., Sheffield, Sheffield Academic Press, 2001, p. 54-60.

    Une étude de l’archéozoologie et de l’approvisionnement en viande de boucherie des wics anglais et continentaux — ces comptoirs marchands établis avec l’encouragement des rois saxons, frisons et francs au cours du VIIe siècle : Quentovic, Dorestad, Londres, Ipswich, Hamwic, York, etc.

    - PIGIÈRE Fabienne, Évolution de l’économie alimentaire et des pratiques d’élevage de l’Antiquité au haut Moyen Âge en Gaule du Nord, Oxford, Archaeopress (BAR, International Series, vol. 2035), 2009.

    L’ouvrage propose un aperçu de l’archéologie des ressources animales (production, distribution, consommation) entre le IIIe et le VIIe siècle de notre ère, à partir d’un corpus de sites belges et néerlandais.

    - POOLE Kristopher, « Engendering Debate : Animals and Identity in Anglo-Saxon England », Medieval Archaeology, 57 (2013), p. 61-82.

    L’alimentation carnée constitue une partie importante (p. 64-68) de cette réflexion générale, à partir de l’exemple de l’Angleterre anglo-saxonne, sur le sexe des animaux et sur l’usage genré des animaux par les hommes. L’archéozoologie permet de repérer divers usages (alimentaires, funéraires, économiques), qui peuvent servir à exprimer ou définir le genre des humains : c’est le cas, entre autres, des inégalités alimentaires.

    - PRUNO E., « Manufatti lignei da cucina e da mensa nel Medioevo in Italia centrosettentrionale : stato dell’opera e prospettive di ricerca », Ricerche storiche, année 34, 2-3, 2004, p. 217-240.

    - QUERRIEN Armelle, « Pêche et consommation du poisson en Berry au Moyen Âge », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 161, juillet-décembre 2003, p. 409-435.

    L’auteur croise sources archéologiques et textuelles pour cerner la mise en valeur, les droits d’usage et les espèces prélevées dans les eaux douces du Berry entre Xe et XVe siècles.

    - RUAS Marie-Pierre, BOUBY Laurent et PRADAT Bénédicte, « Les restes de fruits dans les dépôts archéologiques du Midi de la France (Ve-XVIe siècles) », dans Archéologie du Midi médiéval, vol. 23-24, 2005-2006, p. 145-193.

    Cet article fait partie d’un dossier sur la fructiculture au Moyen Âge.

    - SILLASOO Ülle, « Ecology and food consumption in Late Medieval Tartu (14th-15th centuries) », Medium Aevum Quotidianum, 44, 2001.

    - SYKES Naomi, « Zooarchaeology and the Norman Conquest », Anglo-Norman Studies, 27, 2004, p. 185-197.

    L’article se penche, à partir des apports de l’archéozoologie, sur l’importation possible d’un « Norman Package » à la suite de la Conquête de 1006. À rebours de la tendance actuelle à minimiser l’impact de cet événement et à insister sur les continuités, N. Sykes montre que certaines pratiques alimentaires (popularité du porc, remplacement du chevreuil par le cerf) et cynégétiques (la chasse « par force de chien » avec dépècement sur place de la proie) pourraient être attribuées à la nouvelle aristocratie normande.

    - SYKES Naomi, « Animals, The Bones of Medieval Society », dans Reflections : 50 Years of Medieval Archaeology, 1957-2007, Londres, Maney Publishing, 2009, p. 347-361.

    Un article de synthèse, court mais clair et intelligent, sur 50 ans d’analyses archéozoologiques. L’accent est mis tout particulièrement sur les dimensions sociales de la consommation de viande. La bibliographie est pour l’essentiel en anglais.

    - ZORI Davide, BYOCK Jesse L., et al., « Feasting in Viking Age Iceland : sustaining a chiefly political economy in a marginal environment », Antiquity, 87 (2013), p. 150‑165.

    Dans une société islandaise classique (Xe-XIVe siècle) marquée à la fois par des conditions climatiques difficiles et par l’instabilité des structures politiques, le festin est une activité fondamentale de l’interaction socio-politique. Après quelques considérations anthropologiques assez générales, l’article étudie surtout les traces archéologiques mises au jour par le Mosfell Archaeological Project (un projet concernant un secteur du sud-ouest de l’île). Quels critères permettent de repérer, dans l’archéologie, les traces de festins ? Les principaux éléments relevés sont : l’existence d’un bâtiment de taille suffisamment imposante (comme la maison longue de Hrísbrú) ; le ratio bovinés/caprinés (le bœuf étant, d’après les sources écrites, une viande de banquet) ; les traces de culture de l’orge (pour faire la bière).

    Alban GAUTIER, Bruno LAURIOUX, Yann MOREL, 20 mai 2017
    Haut de page

  • Notes et adresses des liens référencés

rss | Retrouvez Ménestrel sur Twitter | Retrouvez Ménestrel sur Facebook | Site Map | Latest articles | Private area | Legal info | About Ménestrel | ISSN : 2270-8928