Site Ménestrel

Médiévistes sur le net : sources, travaux et références en ligne

Navigation par mot-clé
Accueil > Thèmes et disciplines > Alimentation > Publications > Alimentation des mondes byzantin et islamique

Alimentation des mondes byzantin et islamique

  • Présentation

    L’histoire de l’alimentation dans le monde byzantin (au sens large : de l’Antiquité tardive à la chute de Constantinople en 1453) représente un domaine encore largement en friche : quelques publications récentes complètent des études jusqu’ici très générales, et qui adoptent le plus souvent une perspective plus large que l’étude de la seule alimentation.

    L’alimentation dans l’Islam médiéval a en revanche fait l’objet de travaux plus nombreux et plus anciens : historiens et civilisationnistes se sont en effet penchés assez tôt sur les particularités du régime alimentaire dans les pays d’Islam. En France, les premières recherches se sont surtout concentrées sur al-Andalus et l’Occident musulman, tandis que les débats ont prioritairement porté sur la part de la cuisine islamique dans l’émergence des modes alimentaires de l’Occident médiéval. La matière reste donc abondante, et les sources sont loin d’avoir été épuisées.

    Cette rubrique a bénéficié des conseils de Marianne Brisville (CIHAM - Casa de Velásquez).

    Alban GAUTIER, Bruno LAURIOUX, Yann MOREL, 13 avril 2016 | 12 novembre 2008
    Haut de page
  • Bibliographie

    Quelques titres fondamentaux : généralités, ouvrages et articles théoriques, synthèses

    - La alimentación en las culturas islámicas, éd. Manuela MARÍN et David WAINES, Madrid, Agencia española de cooperación internacional, 1994.

    L’ouvrage, qui ne se limite pas au Moyen Âge, rassemble les communication d’un colloque organisé à Játiva en 1991. Il aborde des thèmes aussi divers que la littérature gastronomique, les ustensiles de cuisine, les questions touchant à la pureté alimentaire, les boissons, les fruits, les céréales, la conservation des aliments, etc.

    - ARIÉ Rachel, « Remarques sur l’alimentation des musulmans d’Espagne au cours du bas Moyen-Age », Cuadernos de Estudios Medievales, II-III, 1974-1975, p. 289-312.

    - El banquete de las palabras. La alimentación en los textos árabes, éd. Manuela MARÍN et Cristina DE LA PUENTE, Madrid, CSIC, 2005.

    Le livre réunit une série de contributions examinant le thème de la nourriture dans les textes d’époque classique, depuis la littérature jusqu’aux textes juridiques.

    - BOLENS Lucie, L’Andalousie du quotidien au sacré, XIe-XIIIe siècles, Aldershot, Variorum, 1990.

    Ce recueil d’articles réédités dans la collection Variorum Reprints a quelque peu vieilli, mais il contient toujours des travaux pionniers et utiles.

    - Cultures et nourritures de l’Occident musulman. Essais dédiés à Bernard Rosenberger, Médiévales, 33, 1997.

    Ce dossier thématique de la revue Médiévales a marqué une étape importante de la recherche sur l’alimentation musulmane. Le dossier porte plus particulièrement sur l’Occident musulman, c’est-à-dire sur l’espace andalou et maghrébin. L’article introductif de Manuela Marin, « Cuisine d’Orient, cuisine d’Occident », propose une précieuse synthèse et démonte un certain nombre de mythes historiographiques.

    Le volume sera prochainement disponible au format pdf sur le site Persée.

    - GARCÍA SÁNCHEZ Expiración, « La alimentación en la Andalucía islámica. Estudio histórico y bromatológico. I. Cereales y leguminosas », Andalucía islámica. Textos y estudios, II-III, 1981-1982, p. 139-179 ; « II. Carne, pescado, huevos, leche y productos lácteos », Andalucía islámica. Textos y estudios, IV-V, 1983-1986, p. 237-278.

    - KAPLAN Michel, « Le ventre de l’Empire », dans Constantinople 1054-1261. Tête de la chrétienté, proie des Latins, capitale grecque, A. Ducellier et M. Balard éd., Paris, Autrement (Mémoires), 1996.

    L’article porte principalement sur le ravitaillement de la capitale byzantine.

    - KAPLAN Michel, Byzance : Villes et campagnes, Paris, Picard (Les médiévistes français, 7), 2006.

    Ce recueil d’articles réédités comprend en particulier deux articles fondamentaux de M. Kaplan abordant d’une part le régime alimentaire des paysans byzantins, et d’autre part le ravitaillement de Constantinople au XIe siècle.

    - KLISINGER Ewald, « Les chrétiens d’Orient : règles et réalités alimentaires dans le monde byzantin », dans Histoire de l’alimentation, J.-L. Flandrin et M. Montanari éds., Parsi, Fayard, 1996, p. 325-344.

    Cette première tentative de synthèse propose une importante bibliographie d’une quarantaine de titres.

    - LÉVI-PROVENÇAL Évariste, « La alimentación », dans MENÉNDEZ-PIDAL (dir.), Historia de España, vol. IV : España musulmana hasta la caída del Califato de Córdoba, 1e éd. 1950, p. 271-274 (nombreuses rééditions).

    - Medieval Arab Cookery. Essays and translations by Maxime Rodinson, A. J. Arberry, Charles Perry éd., Devon, Prospect Books, 2001.

    Recueil d’articles déjà parus, notamment dans la revue Petits Propos Culinaires, dont le célèbre « Romania et autres mots arabes… » de Maxime Rodinson, revu pour la traduction anglaise.

    - RODINSON Maxime, « Recherche sur les documents arabes relatifs à la cuisine », Revue d’Études Islamiques, XVII, 1947, p. 96-165.

    - ROSENBERGER Bernard, « La cuisine arabe et son apport à la cuisine européenne », dans Histoire de l’alimentation, J.-L. Flandrin et M. Montanari éds., Parsi, Fayard, 1996, p. 345-365.

    Un article de synthèse accompagné d’indications bibliographiques complémentaires.

    Alban GAUTIER, Bruno LAURIOUX, Yann MOREL, 13 avril 2016 | 11 novembre 2008
    Haut de page
  • Parutions récentes sur le monde byzantin

    Parutions récentes depuis 2001

    - BARRE Aurélie et LEPLATRE Olivier, « L’iconophagie byzantine : aspects du rituel eucharistique dans le christianisme oriental », Food & History, 6/2, 2008, p. 73-90.

    Étude de l’ensemble des pratiques et gestes alimentaires qui entourent et « accompagnent » le rituel eucharistique proprement dit : de nombreuses substances (poussière d’icônes, vinaigre, miel, etc.) peuvent en effet entrer dans le rituel. Cette étude permet une réflexion sur le matériel et l’immatériel dans la pensée byzantine au temps des iconoclasmes (VIIIe-IXe siècle).

    - CABOURET Bernadette, « D’Apicius à la table des rois “barbares” », Dialogues d’histoire ancienne, supplément 7, 2012, p. 159-172.

    État des lieux bibliographique et bilan historiographique de l’histoire de l’alimentation dans l’Antiquité tardive et le très haut Moyen Âge, en Occident comme en Orient.

    - CASEAU Béatrice, « Monastères et banquets à Byzance », dans Pratiques et discours alimentaires en Méditerranée de l’Antiquité à la Renaissance, J. Leclant, A. Vauchez et M. Sartre éd., Paris, De Boccard et Académie des Inscriptions et Belles Lettres (Cahiers de la Villa « Kérylos », 19), 2008, p. 223-269

    - CASEAU Béatrice, Nourritures terrestres, nourritures célestes : la culture alimentaire à Byzance, Paris, CNRS-Collège de France (Monographies de l’Association des Amis du Centre d’Histoire et de Civilisation de Byzance, 46), 2015.

    Voir notre compte-rendu : [ Télécharger PDF - 73.7 ko ] . On peut consulter la table des matières et l’avant-propos de l’ouvrage sur le site de l’ACHCByz.

    - CASEAU Béatrice, « Le tabou du sang à Byzance  : observances alimentaires et identité », dans Pour l’amour de Byzance. Hommage à Paolo Odorico, C. Gastgeber, C. Messis, D. I. Muresan et F. Ronconi éd., Francfort, Peter Lang (Eastern and Central European Studies, 3), 2012, p. 53‑62.

    Étude de l’interdit du sang dans l’alimentation à Byzance. Cet interdit de l’Ancien Testament est un des rares à avoir été repris explicitement par le Nouveau Testament, non sans ambiguïté. À Byzance plus qu’en Occident, cet interdit a été observé de façon de plus en plus stricte : à partir du XIIe s., il devient même un véritable marqueur identitaire des Byzantins face aux Latins.

    - DALBY Andrew, Flavours of Byzantium, Totnes, Prospect Books, 2003 (rééd. Londres, Tauris, 2010, sous le titre Tastes of Byzantium : The Cuisine of a Legendary Empire).

    L’ouvrage se compose de deux parties principales : un essai sur la cuisine byzantine (p. 11-123) et la traduction d’un certain nombre de textes byzantins touchant à l’alimentation (calendriers alimentaires, traités sur les saveurs, quelques recettes). L’ouvrage, bien que clairement destiné aux non spécialistes, se singularise par un gros glossaire (p. 183-237), une bibliographie importante et un index très détaillé.

    CR dans la Revue des Études Byzantines, 62, 2004, p. 283-284 (A. Papaconstantinou).

    - Eat, Drink and Be Merry (Luke 12:19) : Food and Wine in Byzantium (Papers for the 37th Annual Spring Symposium of Byzantine Studies, in Honour of Professor A.A.M. Bryer), Leslie Brubaker et Kallirroe Linardou éds., Aldershot, Ashgate (Society for the Promotion of Byzantine Studies Publications, 13), 2007.

    Voir notre présentation du livre : [ Télécharger PDF - 55.3 ko ] .

    - Flavours and Delights. Tastes and Pleasures of Ancient and Byzantine Cuisine, éd. Ilias ANAGNOSTAKIS, Athènes-Thessalonique, Armos Publications, 2013.

    Le titre de l’ouvrage est trompeur, puisque la quasi totalité des contributions portent sur l’époque byzantine. Sur les dix-huit contributions, onze sont dues à l’éditeur du volume, les autres à six contributeurs : elles sont de longueur et de qualité très variables. Le livre est publié sans notes de bas de page, mais avec une bibliographie générale.

    L’introduction, la bibliographie, la table des illustrations, ainsi que l’article de Johannes Koder, « Everyday Food in the Middle Byzantine Period » (p. 139-154), sont téléchargeables sur le site du projet POMEDOR (People, pottery and food in the medieval Eastern Mediterranean).

    CR dans Food & History, 12/2, 2014, p. 181-184 (E. Kislinger).

    - Feast, Fast or Famine. Food and Drink in Byzantium, Wendy Mayer et Silke Trzcionka éds., Brisbane, Australian Association for Byzantine Studies, 2005.

    Collection d’articles présentés en 2003 dans un congrès d’études byzantines tenu à Adelaide. L’introduction de S. Trzcionka comprend de nombreuses mises à jour bibliographiques.

    Table des matières : S. Malmberg, « Visualising hierarchy at imperial banquets » (p. 11-24) ; A. A. Demosthenous, « The Scholar and the Partridge : Attitudes relating to nutritional goods in the twelfth century from the letters of the scholar John Tzetzes » (p. 25-31) ; A. F. Stone, « Eusthatios and the wedding banquet for Alexios Porphyrogenetos » (p. 33-42) ; L. Garland, « The Rhetoric of gluttony and hunger in twelfth-century Byzantium » (p. 43-55) ; D. Dzino, « Sabaiarius : Beer, wine and Ammianus Marcellinus » (p. 57-68) ; P. Tuffin et M. McEvoy, « Steak à la Hun : Food, drink and dietary habits in Ammianus Marcellinus » (p. 69-84) ; J. Haldon, « Feeding the Army : Food and transport in Byzantium, ca 600-1000 (p. 85-100) » ; J. Fitzpatrick, « (Not) Sailing to Byzantium : Metropolis, hinterland and frontier in the transformation of the Roman Empire » (p. 101-133) ; M. M. Martin, « Communal meals in the late antique Synagogue » (p. 135-146) ; S. Weingarten, « Children’s Foods in the Talmudic Literature » (p. 147-160), S. Trzcionka, « Calypso’s Cauldron : The ritual ingredients of early-Byzantine love spells » (p. 161-170) ; K. Parry, « Vegetarianism in Late Antiquity and Byzantium : The transmission of a regimen » (p. 171-187) ; A. N. J. Louvaris, « Fast and abstinence in Byzantium » (p. 189-198).

    - Food and Cooking in Byzantium : Proceedings of the Symposium “On food in Byzantium” / Vyzantin ??n diatrof ?? kai mageireiai, D. Papanikola-Bakirtzi éd., Athènes, Ministère de la Culture, 2005.

    Actes d’un colloque tenu à Thessalonique en 2001. Le recueil contient des articles en anglais, français et grec moderne.

    - FRANÇOIS Véronique, « La vaisselle de table à Byzance : un artisanat et un marché peu perméables aux influences extérieures », dans Byzance et le monde extérieur : Contacts, relations, échanges. Actes de trois séances du XXe Congrès international des Études byzantines, Paris, 19-25 août 2001, M. Balard, É. Malamut et J.-M. Spieser éds., Paris, Publications de la Sorbonne - Centre de Recherches d’Histoire et de Civilisation Byzantines (Byzantina Sorbonensia, 21), p. 213-223.

    Le développement de la céramique glaçurée dans diverses villes de l’Empire (Constantinople dès le VIIe siècle, mais aussi Corinthe au Xe siècle, ou Athènes et Thèbes au XIIe siècle), témoigne de l’enrichissement des populations urbaines et de l’émergence « d’un milieu raffiné prêt à accueillir de nouvelles formes et des décors originaux ». En revanche, on observe la rareté des céramiques d’origine étrangère : les poteries occidentales ou islamiques sont très rares, et les porcelaines chinoises, présentes dans le Levant musulman, sont totalement absentes. Les potiers byzantins eux-mêmes n’ont que très peu imité les techniques et les motifs de leurs homologues étrangers.

    - MOULET Benjamin, « Le goût des autres. Correspondances gourmandes et culture du goût à Byzance », dans L’échange. Journées de la Maison des Sciences de l’Homme Ange-Guépin, J. Tolan éd., Paris, L’Harmattan, 2009, p. 163-177.

    L’auteur s’appuie sur un corpus de correspondances (comme celle d’Ignace le Diacre au IXe siècle) pour comprendre le phénomène de la gourmandise (péché et plaisir) dans le monde byzantin. La nourriture est ici envisagée comme aidant à créer ou à maintenir des liens d’amitiés. Un « goût aristocratique » byzantin émerge de cette étude : plats gras, épicés et relevés.

    - MOULET Benjamin, « À table ! Autour de quelques repas du quotidien dans le monde byzantin », Revue belge de philologie et d’histoire, 90/4, 2012, p. 1091-1106.

    Petite synthèse commode sur le repas byzantin, qui a le mérite de s’éloigner de la seule étude des festins (souvent mis en avant par les travaux antérieurs). L’auteur fait appel à une grande variété de sources, et porte une attention toute particulière aux rituels de la table et à leurs variations selon les groupes sociaux ou les régions (moins selon les périodes).

    - Nourrir les cités de Méditerranée, Antiquité-Temps modernes, Brigitte Marin, Catherine Virlouvet éd., Paris-Aix, Maisonneuve & Larose-MMSH, 2003.

    Comprend deux articles sur des aspects de l’alimentation byzantine : Jean-Michel Carrié, « L’institution annonaire de la première à la deuxième Rome : continuité et innovation », p. 153-212 ; et B. Sirks, « Some Observations on Edictum Justiniani XIII.8. A Reaction to Jean-Michel Carrié », p. 213-222.

    Alban GAUTIER, Bruno LAURIOUX, Yann MOREL, 31 octobre 2017 | 11 novembre 2008
    Haut de page
  • Parutions récentes sur le monde islamique

    - A Baghdad Cookery Book. The Book of Dishes (Kitab al-Tabikh). Muhammad b. al-Hasan b. al-Karim, the Scribe of Baghdad, trad. PERRY Charles, Petits propos culinaires, 79, Totnes, Prospect Books, 2005.

    Présentation (p. 13-22) et traduction anglaise intégrale (p. 23-107) d’un traité culinaire célèbre du XIIIe siècle, édité une première fois en 1934 par Chelebi, et traduit peu après en anglais par Arberry. Le traducteur est retourné au manuscrit, aujourd’hui conservé à Istanbul, et deux appendices exposent les différences entre le texte ici traduit et les édition et traduction antérieures.

    - CLÉMENT François, « Agronomes et viticulture dans l’Espagne musulmane (XIe-XIVe siècle) », dans Les hommes de la vigne et du vin : figures célèbres et acteurs méconnus, éd. Sophie DELBREL et Bernard GALLINATO-CONTINO, Paris, CTHS, 2011.

    L’article propose une découverte de quelques traités d’agronomie andalous comme celui d’Ibn Wâfid.

    - Comer en Ceuta en el siglo XIV. La alimentación durante la época mariní. Exposición en el museo de la basílica tardorromana 13 de marzo de 2009 – 28 de febrero de 2010, éd. José Manuel HITA RUIZ, José SUÁREZ PADILLA, Fernando VILLADA PAREDES, Ceuta, Ciudad Autónoma de Ceuta, 2009.

    Études et catalogue parus à l’occasion d’une exposition sur l’alimentation à Ceuta à l’époque marinide.

    - CONSTABLE Olivia Remie, « Food and meaning : Christian understandings of Muslim food and food ways in Spain, 1250–1550 », Viator, 44/3, 2013, p. 199-235.

    À partir d’exemples ibériques (entre autres les critiques faites au roi de Castille Henri IV, accusé de manger comme un musulman), l’article explore le regard chrétien sur les aliments perçus comme musulmans, sur la possibilité ou non de manger avec des musulmans, ou encore sur la pratique consistant à manger accroupi. Au cours de la période étudiée, on observe que les pratiques alimentaires deviennent de plus en plus un critère permettant de définir l’altérité religieuse.

    - ESSID Yacine, « Les métiers alimentaires dans l’économie urbaine d’après les ouvrages de ḥisba », dans Alimentation et pratiques de table en Méditerranée. Colloque du GERIM, Sfax, 8-9 mars 1999, éd. ID., Paris-Sfax, Maisonneuve & Larose - GERIM, 2000, p. 255-267.

    - FERNÁNDEZ NAVARRO Esteban, Tradición tecnológica de la cerámica de cocina de época almohade-nazarí, Grenande, Universidad de Granada, Grupo de Investigación Toponimia, Historia y Arqueología del Reino de Granada, 2008.

    - GARCÍA SÁNCHEZ Expiración, « La alimentacion de los andalusies : entre les normas medicas y la vida cotidiana », dans El saber en al-Andalus : textos y estudios, V, Homenaje a la profesora Dña. Carmen Ruiz Bravo-Villasante, éd. Julia María CARABAZA BRAVO et Laila Carmen MAKKI HORNEDO, Séville, Universidad de Sevilla, Secretariado de Publicaciones, 2011, p.121-134.

    - GHOUIRGATE Mehdi, « Asmās : le plat emblématique des Almohades », Arabica, 62 (2015), p. 1-22.

    L’asmās, plat d’origine berbère, est devenu au XIIe siècle emblématique de la domination almohade sur l’ensemble du Maghreb. Ce plat à base de viande et de céréales, à l’origine servi lors de la conclusion de pactes inter-tribaux ou d’engagements contractuels, devient après l’expansion almohade l’expression de l’allégeance au califat, en particulier dans des cérémonies d’intronisation. Ce plat, qui symbolisait l’accord entre tribus, est instrumentalisé dans des stratégies de distinction et sert à raviver l’esprit de corps de l’élite dirigeante.

    - GUICHARD Pierre, « Alimentation et cuisine en al-Andalus », dans Pratiques et discours alimentaires en Méditerranée de l’Antiquité à la Renaissance, J. Leclant, A. Vauchez et M. Sartre éd., Paris, De Boccard et Académie des Inscriptions et Belles Lettres (Cahiers de la Villa « Kérylos », 19), 2008, p. 337-357.

    - HOCINE BENKHEÏRA Mohammed, « Tabou du porc et identité en Islam », dans Histoire et identités alimentaires en Europe, Martin Bruegel, Bruno Laurioux éd., Paris, Hachette Littératures, 2002, p. 37-51.

    - Geert JAN VAN GELDER, Of Dishes and Discourse. Classical Arabic Literary Representations of Food, New York, Routledge, 2011.

    Cette réédition d’un ouvrage paru en 2000 constitue un panorama du discours alimentaire dans les textes poétiques et en prose du monde arabo-musulman classique (IXe-XIe siècle). Les principaux points étudiés sont : la nourriture dans la poésie ancienne, les rapports entre alimentation et éthique, la place de la nourriture dans la littérature d’adab, la littérature de satire et de parodie, les métaphores alimentaires.

    - Paulina B. LEWICKA, Food and Foodways of Medieval Cairenes. Aspects of Life in an Islamic Metropolis of the Eastern Mediterranean, Leyde, Brill, 2011.

    Un gros volume qui tente une étude exhaustive de la culture alimentaire des Cairotes au Moyen Âge, à partir d’une grande diversité de sources. L’alimentation est au centre d’une étude urbaine qui intègre les dimensions économique, sociale et politique.

    - Manger au Maghreb, Partie I, éd. Mohamed OUBAHLI : numéro de la revue Horizons maghrébins, n° 55, 2006.

    Le volume comprend plusieurs contributions touchant au Moyen Âge : Liliane Plouvier, « Le rôle d’Al-Andalous dans la transmission des connaissances de l’Orient vers l’Occident : l’exemple de la confiserie » ; Mohamed Oubahli, « Une histoire de pâte en Méditerranée occidentale. Des pâtes arabo-berbères et de leur diffusion en Europe latine au Moyen-Âge » ; Mohamed Benkheira, « Diététique et civilisation chez Ibn Khaldûn ».

    - Manger au Maghreb, Partie II : approche pluridisciplinaire des pratiques de table en Méditerranée du Moyen Âge à nos jours, éd. Mohamed OUBAHLI : numéro de la revue Horizons maghrébins, n° 59, 2008.

    Le volume comprend plusieurs contributions touchant au Moyen Âge : Mohamed Oubahli, « Une histoire de pâte en Méditerranée occidentale. Des pâtes arabo-berbères et de leur diffusion en Europe latine au Moyen Âge (Partie II) : La France et le monde italique » ; Mehdi Ghouirgate, « Variations sur le don de nourriture comme instrument de gouvernement chez les Almohades » ; Monique Chastanet, « La cuisine de Tombouctou (Mali), entre Afrique subsaharienne et Maghreb ».

    - Manger au Maghreb, Partie III : le goût de la viande : numéro de la revue Horizons maghrébins, n° 69, 2013.

    Voir notre compte-rendu : [ Télécharger PDF - 66.2 ko ] .

    - MANSOURI Tahar, « Transport et consommation de la glace/thalg en Égypte au temps des Mamelouks », Food & History, 4/1, 2006, p. 133-145.

    - MARÍN Manuela, « From al-Andalus to Spain : Arab Traces in Spanish Cooking », Food & History, 2/2, 2004, p. 35-52.

    - MARÍN Manuela, « Riches et pauvres à table », dans Pauvreté et richesse dans le monde musulman méditerranéen, éd. Jean-Paul PASCUAL, Paris, 2003, p. 183-197.

    - Memória dos sabores do Mediterrâneo, éd. Susana GÓMEZ MARTÍNEZ, Mértola, Campo Arqueológico / Centro de Estudos Arqueológicos das Universidades de Coimbra e Porto, 2012.

    Un ensemble d’articles qui montre le dynamisme de l’approche pluridisciplinaire (histoire, archéologie, archéozoologie) en terres ibériques.

    - Muhammad al-Kâtib al-Baghdâdî, Il cuoco di Baghdad. Introduction, traduction de l’arabe et notes de Mario CASARI, Milan, Guido Tommasi, 2004.

    Ce volume contient la traduction italienne, intégrale et annotée, du Kitab al-tabikh de Muhammad b. al-Hasan b. Muhammad b. al-Karim al-Katib al-Baghdadi (époque abbaside), d’après l’édition de D. Chelebi (1934). La traduction est précédée d’une introduction historique, d’une note textuelle sur l’histoire du texte, d’une bibliographie et d’un bref glossaire. L’ouvrage comprend une section rédigée par une cuisinière italienne, qui propose des adaptations modernes de cette cuisine arabe médiévale.

    - NASRALLAH Nawal, Annals of the Caliph’s Kitchen. Ibn Sayyar al-Warraq’s Tenth-Century Baghdadi Cookbook, Leyde, Brill, 2010.

    Présentation et traduction commentée d’un important traité culinaire d’époque abbaside.

    CR (relativement sévère) dans le Bulletin critique des études islamologiques, 24, 2008 (A. Ghersetti).

    - OUBAHLI Mohamed, La main et le pétrin. Alimentation céréalière et pratiques culinaires en Occident musulman au Moyen Âge, Casablanca, Fondation du Roi Abdul-Aziz Al Saoud pour les Études Islamiques et les Sciences Humaines, 2011.

    Voir le compte-rendu d’Alban Gautier : [ Télécharger PDF - 57 ko ] .

    - PELÁEZ ROVIRA Antonio, « Textos jurídicos sobre la caza en el Mi’ar de al-Wanšarīsī : el caso de los aves », dans Ciencias de la naturaleza en al-Andalus. Textos y estudios, IX, éd. Expiración GARCÍA SÁNCHEZ, Grenade, CSIC-EEA, 2014, p. 211-222.

    - PITCHON Véronique, « Food and Medicine in Medieval Islamic Hospitals : Preparation and Care in accordance with Dietetic Principles », Food & History, 14/1, 2016, p. 13-33.

    - Rojo y verde. Alimentación y cocinas en Marruecos, éd. Isabel GONZÁLEZ TURMO, Fatima EL OUARDANI y Abdeslam EL AALLALI, Gijón, Trea, 2007.

    Bien qu’il porte sur l’époque contemporaine, cet ouvrage s’avère très utile pour l’histoire de l’alimentation au Maroc, car il permet de croiser les sources textuelles médiévales et l’approche anthropologique.

    - ROSENBERGER Bernard, « Diététique et cuisine dans l’Espagne musulmane du XIIIe siècle », dans Le désir et le goût. Une autre histoire (XIIIe-XVIIIe siècles), Odile Redon, Line Sallmann et Sylvie Steinberg éd., Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2005.

    - ROSENBERGER Bernard, « Se nourrir dans les rues et sur les chemins de l’Occident
    musulman (XIIe-XVIIIe siècle) », Afriques. Débats, méthodes et terrains d’histoire, 5, 2014.

    Voir l’article en ligne sur le site de la revue Afriques.

    L’article rassemble des informations très diverses sur la nourriture de rue dans le monde musulman occidental (Maghreb et al-Andalus). Les sources utilisées sont les traités de police des marchés, les récits de voyage et traités géographiques, et dans une moindre mesure les traités médicaux et culinaires.

    - TRÉPANIER Nicolas, Foodways & Daily Life in Medieval Anatolia. A New Social History, Austin, University of Texas Press, 2014.

    L’ouvrage se concentre sur l’Anatolie centrale dans un long XIVe siècle, époque qui précède immédiatement la prise de contrôle de la région par les Ottomans. Les sources prises en compte sont principalement écrites --- chroniques, hagiographie, documents établissant des waqf — mais l’auteur prend aussi en compte des données archéologiques (encore rares pour la région). En se concentrant sur une région et une période relativement réduites, le livre parvient à restituer assez finement le tableau alimentaire d’une société.

    CR dans Food & History, n° 13, 2015, p. 353-356 (Yavuz Köse), et dans Journal of Interdisciplinary History, n° 46/4, 2016, p. 621-623 (Naomi F. Miller).

    - VALLET Éric, « Le marché des épices d’Alexandrie et les mutations du grand commerce de la mer Rouge (XIVe-XVe siècle) », dans Alexandrie médiévale 4, éd. C. Décobert, J.-Y. Empereur et C. Picard, Alexandrie, Centre d’études alexandrines, 2011, p. 213-228.

    L’article cherche à rééquilibrer l’étude du commerce des épices à Alexandrie, une étude jusqu’ici essentiellement tournée vers la Méditerranée : l’importance et les fluctuations des routes de la mer Rouge sont mises en lumière. Il conclut au relatif déclin de la place d’Alexandrie pour ce commerce, concurrencée au XVe siècle par les villes et ports syriens, qui nouent des liens directs avec La Mecque, autre centre émergent de ces décennies.

    - ZAOUALI Lilia, La grande cuisine arabe du Moyen Âge : livre d’histoire et de recettes, Milan, Officina Libraria, 2010 ; version italienne : L’islam a tavola del medioevo a oggi, Rome, Laterza, 2004 ; version anglaise : Medieval Cuisine in the Islamic World. A Concise History with 174 Recipes, Berkeley-Los Angeles-Londres, University of California Press, 2009.

    L’ouvrage, dont la version originale semble avoir été écrite en français, présente et utilise plusieurs traités culinaires arabes des Xe-XIIIe siècles, ainsi que des régimes de santé. Il propose environ 150 recettes médiévales, ainsi qu’une trentaine de recettes contemporaines. Sans constituer une recherche inédite, l’ouvrage rend accessibles les résultats de nombreuses recherches menées dans ce domaine depuis plusieurs décennies.

    CR dans la Revue belge de philologie et d’histoire, 88/2, p. 557-559 (L. Plouvier).

    Alban GAUTIER, Bruno LAURIOUX, Yann MOREL, 6 décembre 2017 | 8 juin 2011
    Haut de page

  • Notes et adresses des liens référencés

rss | Retrouvez Ménestrel sur Twitter | Retrouvez Ménestrel sur Facebook | Plan du site | Derniers articles | Espace privé | Mentions légales | Qui sommes-nous? | ISSN : 2270-8928